#10000startups : les gagnants de Paris enfin connus

 |   |  780  mots
Le jury et les lauréats d'Ile-de-France du Prix 10000 startups pour changer le monde.
Le jury et les lauréats d'Ile-de-France du Prix 10000 startups pour changer le monde. (Crédits : Martin Ruelle / La Tribune)
GreenCreative, MIP Robotics, Solarpak, DreamQuark, Gyrolift et Aveine ont été primés lors de l'étape parisienne du Prix 10000 startups pour changer le monde. Ils affronteront en finale, le 6 mars, les vainqueurs de leur catégorie issus de l'ensemble de la France.

Un final explosif. Après Lille, Nancy, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes, le prix 10000 startups pour changer le monde a effectué sa dernière étape régionale à Paris, jeudi 15 février.

Vingt-trois entrepreneurs en herbe ou confirmés venant d'Ile-de-France, préalablement sélectionnés par La Tribune, ont "pitché" leur innovation devant un jury composé de nos partenaires : en plus de La Tribune se trouvaient des représentants de BNP Paribas, Enedis, Mazars, AG2R La Mondiale, WeHealth by Servier et Business France.

Au terme d'une matinée d'oraux, le jury a difficilement sélectionné six entrepreneur(e)s, un(e) par catégorie. Tous sont qualifiés pour la grande finale nationale, qui se tiendra à Paris le 6 mars prochain. Ils affronteront les gagnants de leur catégorie issus des autres sélections régionales. Les lauréats nationaux seront révélés lors d'une cérémonie au Grand Rex le 9 avril, toujours dans la capitale.

■ Dans la catégorie Environnement et Transition énergétique, le jury a primé Lucile Noury, 29 ans, Pdg et cofondatrice de GreenCreative. La startup conçoit, fabrique et commercialise une nouvelle génération d'équipements au service d'une meilleure valorisation des déchets. Son produit phare est Flexidry, un déconditionneur haute performance de bio-déchets, qui permet d'obtenir une "soupe organique" de déchets de bien meilleure qualité que les solutions existantes, grâce à une technologie unique. De quoi séparer parfaitement le jambon de la barquette, par exemple. La startup a aussi conçu la poubelle connectée R3D3, qui trie et compacte en six secondes chrono les emballages de boissons et qu'elle commercialise auprès d'entreprises ou de centres commerciaux.

■ Dans la catégorie Industrie 4.0, le gagnant est Gonzague Gridel, 32 ans et Pdg de MIP Robotics. L'entreprise a développé des robots industriels très faciles à intégrer et à piloter, à l'aide d'une technologie brevetée, notamment un bras mécanique robotisé qui facilite les interactions homme/machine et qui coûte moins de 10.000 euros à l'achat. Thales ou encore Renault font partie de ses clients, tout comme de nombreuses PME industrielles qui n'avaient ni les moyens ni les capacités d'intégrer des robots complexes à leur chaîne de production.

■ Dans la catégorie Tech for good, le jury a été bluffé par Pauline Degoy, 32 ans et cofondatrice de Solarpak. La startup propose un cartable solaire révolutionnaire pour les enfants des pays en développement, notamment en Afrique et en Amérique du Sud. L'objet est équipé d'un panneau solaire, d'une LED branchée via un port USB, et d'une batterie intégrée. Le cartable se recharge toute la journée et restitue le soir entre deux et trois heures de lumière, pour permettre à l'enfant d'étudier chez lui, même si sa maison n'est pas équipée en électricité. Cela est souvent le cas dans les régions les plus pauvres ou rurales du monde.

■ Dans la catégorie Cloud Data IA, Nicolas Meric, 30 ans, a remporté les suffrages pour DreamQuark. Cette FinTech à la croissance exponentielle réussit, pour le compte des banques et des assurances, à "faire parler" les algorithmes. Sa technologie unique au monde permet aux équipes métiers de comprendre les décisions des algorithmes d'intelligence artificielle. De quoi lever l'un des principaux freins au développement de l'IA : son manque de transparence, surtout dans des métiers aussi sensibles que la finance, et demain pourquoi pas la santé ou l'éducation.

■ Dans la catégorie Santé, le vainqueur est Lambert Trénoras, 28 ans et Pdg de Gyrolift. Son produit, le Gyrolift, est une sorte d'exosquelette ou de fauteuil roulant verticalisateur, qui permet aux personnes à mobilité réduite de se déplacer debout ou assis dans leur environnement de travail. Le module robotique se "plugge" sur un gyropode type Segway. La startup cible les entreprises en leur proposant une solution de mobilité qui leur permet d'intégrer davantage de salariés handicapés.

■ Enfin, dans la catégorie Start dans laquelle concourent les pépites de moins d'un an d'existence, le jury a choisi Nicolas Naigeon, le cofondateur d'Aveine. La jeune startup a inventé le premier aérateur de vin connecté, destiné à la fois au grand public, aux restaurants et aux professionnels du vin comme les négociants. L'objet se clipse à la bouteille. Une application analyse le vin et calcule l'aération idéale en fonction de ses caractéristiques, afin de le sublimer pour la dégustation. De quoi gagner énormément de temps pour les restaurateurs - l'aération peut durer jusqu'à 24 heures pour certains vins - et s'assurer de déguster chaque vin à sa température idéale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :