Bpifrance investit pour la première fois dans une startup de la blockchain

 |   |  543  mots
(Crédits : Acinq)
La Fintech Acinq est une des rares entreprises à utiliser la technologie Lightning permettant de faciliter les paiements en bitcoin. Elle vient de lever 7 millions d'euros auprès des fonds Idinvest, Serena et de Bpifrance. Cet investissement en direct dans une startup du monde de la blockchain est une première pour la banque publique d'investissement.

"Bpifrance n'a pas encore pris de participation en capital dans une entreprise dont la blockchain représente son cœur d'activité", avait reconnu Philippe Mutricy, cofondateur du Lab de Bpifrance, lors de la conférence La Tribune Blockchain Summit en avril dernier. C'est maintenant chose faite. La startup française Acinq, qui propose un système permettant de faire des paiements en bitcoin pour des petits montants, a officialisé mardi 8 octobre une levée de fonds de 7 millions d'euros. Le tour de table a été mené par le fonds Idinvest, aux côté de Serena et de Bpifrance.

Une première donc pour la banque publique d'investissement qui, jusqu'à présent, avait uniquement investi indirectement (17 financements) dans les startups de la blockchain. Via ses dispositifs d'aide à l'innovation, elle avait aussi participé à plus de 150 financements dédiés à ces jeunes pousses. Selon les informations des Echos, Bpifrance aurait cette fois-ci investi près d'un million d'euros dans cette jeune entreprise.

Faciliter les paiements de petits montants

"Le potentiel des cryptomonnaies est de plus en plus évident. Dans ce domaine où il reste encore beaucoup à explorer et à construire, Bitcoin fournit une plateforme d'expérimentation et de mise en œuvre sans pareille. Lightning est sa solution d'extensibilité la plus prometteuse. Nous sommes heureux et fiers d'aider et de collaborer avec Acinq, une compagnie française qui figure parmi les leaders mondiaux de cette nouvelle technologie", a commenté Véronique Jacq, directrice du pôle investissement numérique de Bpifrance, dans un communiqué.

Acinq entend accélérer les transactions sur le protocole Bitcoin. En effet, le bitcoin n'est pas utilisable pour des paiements de petit montant, les transactions pouvant être très longues et les frais à payer trop élevés car dépendants de la demande sur le réseau au moment de la transaction. Ils ont ainsi pu atteindre plusieurs dizaines d'euros fin 2017, au plus fort de la flambée de la cryptomonnaie.

Pour surmonter ces problèmes, des chercheurs ont inventé un protocole, dit Lightning, qui permet de faire des paiements en bitcoin sans que la blockchain ne soit mobilisée à chaque transaction, en installant une sorte de vaste chambre de compensation virtuelle entre tous les utilisateurs. Les paiements faits avec ce protocole sont instantanés, et les frais de transactions sont faibles et en proportion du montant échangé.

Développer une appli grand public

Acinq est l'une des rares sociétés dans le monde à avoir mis en oeuvre un réseau Lightning, proposant des applis permettant de faire et recevoir les paiements.

La nouvelle levée de fonds - après 1,4 million d'euros fin 2018 - doit permettre à la Fintech de "relever les défis qui demeurent" pour populariser son système auprès du grand public, "notamment en termes d'expérience utilisateur, de services et de fonctionnalités".

"Dans l'environnement actuel de guerre des monnaies et de taux négatifs, la proposition de valeur de bitcoin — une monnaie libre, indépendante, et dont la politique de création est figée dans le protocole — devient incontournable", a estimé Kamel Zeroual, l'un des investisseurs dans le projet pour le fonds Serena. "Il ne manque plus qu'une solution" comme celle d'Acinq pour que "bitcoin ait les moyens de ses ambitions.", a-t-il ajouté.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :