French Tech, le tour de table des levées de fonds (du 13 au 17 novembre)

 |   |  1229  mots
Le mois de novembre poursuit sur sa belle lancée.
Le mois de novembre poursuit sur sa belle lancée. (Crédits : CC0 Creative Commons/Pexel. Montage : Laszlo Perelstein/La Tribune.)
LESS, OnePark, Shippeo... Chaque semaine, La Tribune revient sur les principales levées de fonds intervenues dans l'écosystème des startups françaises. Entre le 13 et le 17 novembre, ce sont 70,79 millions d'euros qui ont été récoltés par 20 jeunes pousses. Tour de table.

L'automobile occupe une place essentielle dans les levées de fonds cette semaine. Sur le podium de notre récap', deux startups couvrent ainsi ce secteur - l'une dans le covoiturage, l'autre dans le stationnement. Elles signent deux belles levées de fonds à plus de 10 millions d'euros, assurant une bonne partie des 70,79 millions levés par les 20 startups de la French Tech cette semaine.

Pour retrouver le récap' de la semaine dernière, c'est par ici.

  • LESS - 16 millions d'euros (Covoiturage)

À l'heure où toute la classe politique ou presque semble vouloir la peau de la voiture individuelle, les solutions de transports mettant fin à l'autosolisme se multiplient. Application mobile de covoiturage urbain lancée notamment par deux des trois cofondateurs de Criteo (Jean-Baptiste Rudelle et Romain Niccoli), Less a ainsi profité de cette nouvelle tendance et réalisé une levée de fonds de Serir A à hauteur de 16 millions d'euros. Menée par Index Ventures et Daphni, celle-ci permettra "d'accélérer le lancement [...] sur la région parisienne".

| Pour aller plus loin Feu vert pour le covoiturage domicile-travail

  • OnePark - 12 millions d'euros (Stationnement)

C'est un peu le "Booking.com" du stationnement puisque cette application mobile permet aux automobilistes de réserver des places vacantes de parking appartenant à des hôtels ou à des entreprises et de payer directement avec son smartphone. Soutenue par Keolis, OnePark a levé 12 millions d'euros pour son second tour de table. La jeune pousse compte développer sa clientèle urbaine via des partenariats signés grâce à un renforcement de ses forces commerciales.

  • Shippeo - 10 millions d'euros (Logistique)

Tout juste un an et demi après un premier tour de table de 2 millions d'euros, Shippeo annonce une levée de fonds de 10 millions d'euros auprès de Partech Ventures et Otium Venture. À l'origine d'une plateforme permettant le suivi en temps réel du transport routier de marchandises, la startup va renforcer sa présence au sein de l'Europe et poursuivre le "développement de services à forte valeur ajoutée" pour ses clients.

  • Octoly - 9 millions d'euros (Marketing)

Mené par le groupe Havas, Otium Venture, Twins Partners et l'Instrument PME de l'Union européenne, ce tour de table a permis à la startup de récolter 9 millions d'euros. Son concept ? Une plateforme permettant aux "influenceurs" de recevoir des produits de beauté gratuitement. Pour appuyer sa première offre et aidée par ce tour de table, Octoly a lancé des boutiques en lignes dédiées à chaque utilisateur de son offre via un nouveau site.

  • Allo-Media - 8 millions d'euros (IA / Analyse de données)

 À l'origine d'un "cookie vocal", la startup parisienne a développé une intelligence artificielle capable d'analyser en temps réel le contenu des conversations téléphoniques entre les entreprises et leurs clients. Une innovation qui a intéressé le fonds de la famille Pinault, Red River West, et Serena Data Ventures. Allo-Media compte profiter de ce tour de table pour lancer une version anglophone de son IA et s'attaquer aux États-Unis et au Royaume-Uni dès le deuxième semestre de 2018.

  • OmicX - 2,6 millions d'euros (Biologie)

La startup rouennaise a développé une plateforme dédiée à l'analyse de données biologiques, OMICtools, qui a séduit une banque d'investissement privée suisse et suivie par Normandie Participations, BpiFrance. Après une levée de fonds de 1 million d'euros l'an passé, le tour de table de 2,6 millions d'euros permettra à omicX de continuer à développer sa plateforme.

  •  WeShareBonds - 2 millions d'euros (Crowdfunding)

Double annonce pour la plateforme de financement participatif en obligations. Outre une augmentation de capital de deux millions d'euros - la Banque Postale, entrée au capital  il y a un an, sa filiale d'assurance, la Mutuelle Générale ainsi que des business angels font partie des investisseurs -, WeShareBonds a également annoncé dans la semaine le bouclage d'un fonds de 10 millions qui "va investir dans une cinquantaine de PME françaises en 2018".

  • 1Life - 1,5 million d'euros (Logiciel)

Éditeur et intégrateur de solutions de gestion pour les PME industrielles, la jeune poussée lyonnaise fondée en 2013 a levé 1,5 million d'euros auprès d'iXO Private Equity. 1Life compte sur ce tour de table pour étoffer sa présence en région parisienne et dans le Nord.

  • Réseau Citiz - 1,27 million d'euros (Développement durable)

Spécialiste de l'autopartage, le réseau coopératif strasbourgeois a levé 1,27 million d'euros pour étendre sa présence en France, où il est déjà installé dans 90 villes. Souscrit par quatre partenaires financiers institutionnels - la Caisse des dépôts, France Active, Esfin Gestion (Crédit Coopératif) et le fonds INCO (Comptoir de l'Innovation) -, cet apport lui permettra de toucher 60.000 abonnés dans cinq ans.

| Lire aussi Citiz veut doubler son offre dans l'autopartage

  • Inato - 1,3 million d'euros (IA / Santé)

Serena Data Venture, le fonds Data+AI de Serena Capital, Fly Ventures, Kima Ventures, Bertrand Diard (Talend) et Franck le Ouay (Criteo) ont décidé de mettre 1,3 million d'euros au capital de cette startup de l'IA. S'adressant aux laboratoires pharmaceutiques et aux biotechs, Inato a développé une solution permettant d'optimiser l'exécution de ses essais cliniques. La jeune pousse compte sur ces fonds pour accélérer son développement commercial et renforcer son équipe technique.

  • PEP-Therapy - 1,2 million d'euros (Biotech)

Soutenue par le fonds d'amorçage Quadrivium 1 (Seventure Partners) et par le Dr Bernard Majoie, ancien Pdg des Laboratoires Fournier, la biotech a levé 1,2 million d'euros via une augmentation de capital pour financer notamment le développement pré-clinique d'un candidat-médicament. PEP-Therapy est spécialisée dans le développement de "peptides innovants comme thérapies ciblées".

  • SmartRenting - 1 million d'euros (Sous-location)

Incubée à Station F (Xavier Niel), la startup propose à ses utilisateurs (parisiens pour le moment) de sous-louer leur logement pendant leur absence. Elle vient de boucler un tour de table de 1 million d'euros auprès de la BNP, de CIC innovation et de business angels. Des fonds qui permettront à SmartRenting de s'étendre à d'autres villes françaises tout en renforçant sa communication et son équipe technique.

  •  Zyl (ex-Comet) - 1 million d'euros (Photos)

Rebaptisée Zyl, l'ex-Comet (une autre startup portait ce nom) a levé 1 million d'euros auprès de 20 business angels - David Lebée, CEO de Dayuse et Dominique Chatelin, CEO de Webhelp Payment, sont notamment cités. Son appli mobile de gestion de photos comptait fin octobre plus de 200.000 utilisateurs. Zyl compte à présent muscler ses effectifs, notamment dans les services technique et marketing, et préparer son expansion internationale. Elle vise une mise sur le marché de son produit courant 2018.

  • BackBone - 1 million d'euros (Medtech)

La jeune pousse bordelaise vient de lever plus de un million d'euros auprès de Bpifrance (prêt) et du fonds d'investissement IRDInov, du fonds de co-investissement de la région Nouvelle-Aquitaine Dynalim, de la société familiale d'investissement Cofa Invest et des réseaux Limousin Business Angels, Finaqui et Synergence, qui font tous leur entrée au capital. Créée en 2015, la medtech se positionne sur le créneau des implants de traitement du mal de dos.

  • Les levées de fonds de moins de 1 million d'euros : 6 startups, 2,92 millions d'euros

Uwinloc (920.000 euros - Étiquettes intelligentes), Mission Food (650.000 euros - Foodtech), Dans Ma Culotte (450.000 euros - Hygiène intime), Le Chemiseur (400.000 euros - Vêtements sur mesure), Inlead (350.000 euros - e-Publicité), Pipplet (150.000 euros - EdTech.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :