Prix #10000 startups 2019 : découvrez les gagnants d'Occitanie

 |   |  643  mots
Le jury et les lauréats de l'étape toulousaine du Prix 10000 startups pour changer le monde 2019.
Le jury et les lauréats de l'étape toulousaine du Prix 10000 startups pour changer le monde 2019. (Crédits : La Tribune)
Le Prix 10.000 startups pour changer le monde, organisé par La Tribune et BNP Paribas, a récompensé à Toulouse six startups de la région Occitanie. Immoblade, Open Airlines, Synapse Développement, Road Light, Devinnova et DizzitUp se qualifient pour la grande finale nationale, qui se tiendra le 11 mars à Paris.

Clap de fin pour le tour de France des startups de l'édition 2019 du Prix 10000 startups pour changer le monde. Après Marseille, Lyon, Strasbourg, Lille, Nantes, Paris et Bordeaux, le jury s'est établi à Toulouse ce vendredi 15 février. Le principe : couronner une startup dans chacune des six catégories "Environnement & Énergie", "Industrie 4.0", "Deep tech & Data", "Smart tech", "Santé" et "Start". Dix-huit startups d'Occitanie ont été sélectionnées pour pitcher leur innovation devant un jury de professionnels. En plus de La Tribune se trouvaient nos partenaires BNP Paribas, Enedis, Mazars, WeHealth by Servier et Business France.

Les lauréats représenteront leur région lors de la grande finale qui se tiendra à Paris le 11 mars, face aux vainqueurs de leur catégorie issus des sept autres étapes régionales. Les gagnants nationaux seront révélés lors d'une cérémonie qui se tiendra le 25 mars au Grand Rex, toujours dans la capitale.

Dans la catégorie "Environnement & Energie"

Le jury a primé Patrick Callec, le cofondateur et directeur financier de 32 ans d'Immoblade. Située dans la banlieue toulousaine, la startup a inventé un dispositif low-tech de lames brise-soleil intégrables dans le double vitrage des fenêtres, ce qui permet de protéger les locaux du secteur tertiaire de la chaleur en été et de laisser entrer le soleil en hiver, car les lames sont inclinées en fonction de l'orientation du bâtiment.

Dans la catégorie "Industrie 4.0"

Le toulousain Alexandre Feray, fondateur et directeur de 40 ans d'OpenAirlines, a impressionné le jury. La startup développe SkyBreathe, une solution d'éco-pilotage des avions basée sur le cloud, l'intelligence artificielle et le big data, pour économiser le carburant et réduire l'empreinte carbone des compagnies aériennes sur ce qui représente, par an, la consommation en carburant de la population de Toulouse.

Dans la catégorie "Deep Tech & Data"

Le gagnant est Patrick Séguéla, le fondateur et directeur général de Synapse Développement. La startup toulousaine a développé une innovation du rupture dans l'intelligence artificielle, sous la forme d'un moteur de machine reading capable de lire 15.000 mots par seconde. Son chatbot sans saisie manuelle peut générer automatiquement, à partir de la documentation interne des grands groupes, toutes les questions et réponses possibles sur un produit ou un service.

Dans la catégorie "Smart Tech"

Le jury a récompensé Mohamed Ait El Hadj, le président de 41 ans de Road Light. La startup basée à Toulouse développe, conçoit et commercialise des dispositifs lumineux de sécurité pour les cyclistes et les motards. Son innovation Clic Light Moto est un véritable feu stop qui se porte dans le dos en enfilant un harnais, qui s'allume lors de la décélération comme un feu de voiture, et indique également les changements de direction comme un clignotant.

Dans la catégorie "Santé"

Le vainqueur est Fabrice Vaussenat, le CEO de 48 ans de Devinnova. Située à Montpellier, la startup produit un patch cutané, MyVitalSigns, qui permet le suivi en temps réel des constantes vitales d'un patient atteint de maladie chronique pouvant mener sur des problèmes cardio-vasculaires et neurologiques. Le système sécurisé détecte les infarctus du myocarde et les AVC, et développe également des dispositif pour prévenir la mort subite du nourrisson.

Dans la catégorie "Start"

Solofo Rafenombolatiana, le CEO de 57 ans DizzitUp, remporte le prix. La startup de Montpellier se conçoit comme le « Free de l'énergie solaire ». Son ambition est de fournir à deux millions de personnes en Afrique subsaharienne, notamment des PME et la classe moyenne des villes qui ne sont toujours pas équipées en réseau électrique, des « box » solaires comprenant un accès à l'électricité, une connexion Internet et des services numériques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :