Prix #10000startups : les gagnants de Marseille et sa région enfin connus

 |   |  801  mots
Le jury et les lauréats de l'étape marseillaise du prix 10.000 startups pour changer le monde.
Le jury et les lauréats de l'étape marseillaise du prix 10.000 startups pour changer le monde. (Crédits : Sylvain Rolland)
La première étape régionale du Prix 10.000 startups pour changer le monde, organisé par La Tribune et BNP Paribas, a récompensé six startups de Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Ombrea, Volumic 3D, Perfumist, WiziShop, ExactCure et Atchoum se qualifient pour la grande finale parisienne, qui aura lieu le 11 mars.

Le prix 10.000 startups pour changer le monde 2019, c'est parti ! Après un lancement exceptionnel à Las Vegas pendant le CES, la tournée régionale a débuté à Marseille ce jeudi 24 janvier. Le principe : couronner une startup dans chacune des six catégories Environnement & Energie, Industrie 4.0, Deep tech & Data, Smart tech, Santé et Start.  Vingt-et-une pépites de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur sont venues pitcher leur innovation devant un jury de professionnels. En plus de La Tribune se trouvaient nos partenaires BNP Paribas, Enedis, Mazars, WeHealth by Servier et Business France.

Les lauréats représenteront leur région lors de la grande finale qui se tiendra à Paris le 11 mars, face aux vainqueurs de leur catégorie issus des sept autres étapes régionales à Lyon, Strasbourg, Lille, Nantes, Paris, Bordeaux et Toulouse. Les gagnants nationaux seront révélés lors d'une cérémonie qui se tiendra le 25 mars au Grand Rex, toujours dans la capitale.

Dans la catégorie Environnement et Energie, Julie Davico-Pahin, 26 ans, a été illustrée pour sa startup Ombrea, basée à Aix-en-Provence. Son innovation : un système d'ombrières intelligentes breveté et automatisé. Celles-ci s'installent au-dessus des cultures pour ombrager les plantes afin de limiter l'impact du réchauffement climatique et de les protéger des aléas météorologiques comme la neige ou la grêle. Des capteurs installés sur la parcelle permettent de diriger à distance, via un algorithme maison, l'ouverture et la fermeture du dispositif, en fonction de la data récoltée.

Dans la catégorie Industrie 4.0, le jury a primé la startup niçoise Volumic 3D. Son cofondateur et CEO, Stéphane Malaussena, 44 ans, a mis au point une nouvelle génération d'imprimantes 3D professionnelles, à la fois plus précises et trois fois plus rapides que les imprimantes 3D actuelles. Leur spécificité est de pouvoir imprimer plus de 50 matériaux différents (dont le bois ou la fibre de verre par exemple), ce qui facilite le prototypage ou les maquettes. De quoi démocratiser l'impression 3D auprès des industriels et des entreprises qui fabriquent des objets du quotidien. La startup travaille déjà avec plus de 1000 entreprises, dont des industriels dans l'aéronautique, l'automobile ou encore la santé.

Dans la catégorie Deep tech & data, la pépite Perfumist, créée et dirigée par Frédérick Besson, 50 ans, à Grasse, a obtenu les faveurs des jurés. La startup développe une véritable base de données mondiale des parfums, pour le bénéfice des retailers, des marques et des clients. Son application permet à l'utilisateur, sur la base du big data, de trouver une sélection de parfums qui « matchent » avec son profil olfactif, parmi des échantillons de plus de 25.000 parfums dans le monde.

Dans la catégorie Smart tech, l'ambition de WiziShop d'accélérer la transformation numérique des TPE et PME a fait mouche. La pépite niçoise dirigée par Grégory Beyrouti, 36 ans, fournit aux commerçants un logiciel sous forme d'abonnement, ergonomique et intuitif, pour leur permettre de créer en quelques clics leur boutique en ligne. D'autres services (business coach, formations vidéo sur le e-commerce, webmarketing...) sont également mis à disposition, ainsi qu'une nouvelle solution, Drop Easy, pour faciliter la logistique des livraisons.

Dans la catégorie Santé, Fabien Astic, cofondateur d'ExactCure, a impressionné le jury avec son dispositif de lute contre les médications inappropriées, qui causent tous les ans davantage de morts que les accidents de la route et coûtent 10 milliards d'euros à l'Assurance maladie. Basée à Nice, ExactCure a développé une application smartphone de e-médication personnalisée : un « jumeau digital » simule l'efficacité et les interactions des médicaments dans le corps.

Enfin, dans la catégorie Start, l'innovation sociale d'Atchoum a séduit le jury. Son CEO et fondateur, Vincent Desmas, 58 ans, a créé « le BlaBlaCar de la ruralité », pour répondre aux enjeux de déplacements des personnes âgées ou peu mobiles dans les communes de moins de 1500 habitants. Atchoum est un service de déplacement à la demande et de covoiturage qui met en relation des personnes devant se déplacer avec des conducteurs, essentiellement des jeunes retraités, via à la fois une plateforme web (site et application), mais aussi une hotline téléphonique, ce qui permet d'inclure les personnes âgées dans l'économie collaborative.

Impressionné par la qualité des dossiers, le jury a tenu à donner un prix  "coup de cœur" au marseillais Solable. Pascal Nuti, cofondateur et directeur général de 51 ans a développé La Vie, une boîte design capable de purifier l'eau du robinet. Sa technologie à base d'UV-A, via des LEDs, agit comme un soleil artificiel qui détruit les impuretés de l'eau du robinet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :