Prix #10000 startups : découvrez les gagnants de Strasbourg et sa région

 |   |  697  mots
le jury et les lauréats de l'étape strasbourgeoise de 10000 startups pour changer le monde.
le jury et les lauréats de l'étape strasbourgeoise de 10000 startups pour changer le monde. (Crédits : DR)
Le Prix 10.000 startups pour changer le monde, organisé par La Tribune et BNP Paribas, a récompensé à Strasbourg six startups de la région Grand Est. BioRenGaz, Ewattch, Aum Biosync, Yeeld, Hearfit et GoWork&GCo se qualifient pour la grande finale parisienne, qui se tiendra le 16 mars.

Après sept étapes, le prix 10.000 startups pour changer le monde 2020 termine son tour de France à la recherche des innovations de demain. Après un lancement exceptionnel à Las Vegas pendant le CES, le jury s'est arrêté à Strasbourg ce vendredi 14 février. Le principe : couronner une startup dans chacune des six catégories Environnement & Energie, Industrie du futur, Data & IA, Smart tech (innovations d'usage), Santé et Start. Dix-neuf pépites de la région Grand Est sont venues pitcher leur innovation devant un jury de professionnels. En plus de La Tribune se trouvaient nos partenaires BNP Paribas, Enedis, WeHealth Digital Medicine, Bpifrance et Business France.

Les lauréats représenteront leur région lors de la grande finale qui se tiendra à Paris le 16 mars, face aux vainqueurs de leur catégorie issus des sept autres étapes régionales à Toulouse, Bordeaux, Nantes, Paris, Marseille, Lyon et Lille. Les gagnants nationaux seront révélés lors d'une cérémonie qui se tiendra le 30 mars au Grand Rex, toujours dans la capitale, en présence du secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O, et de la directrice de la Mission French Tech, Kat Borlongan, entre autres.

Dans la catégorie Environnement & Energie, le jury a primé Jonathan Fritsch, le fondateur de 33 ans de BioRenGaz. La startup strasbourgeoise développe une nouvelle technologie de méthanisation incorporant des supports de cultures renouvelables,qui permettent la réduction des coûts d'exploitation des installations de valorisation des déchets alimentaires pour les agriculteurs, les collectivités, les opérateurs/investisseurs et les industriels.

Dans la catégorie Industrie du futur, le gagnant est Nicolas Babel, le CEO de 41 ans de Ewattch. La startup de Saint-Die-les-Vosges démocratise l'usine 4.0 pour les industries traditionnelles. L'entreprise fournit des capteurs intelligents qui récupèrent les données internes (edge computing) et permettent de les exploiter, ce qui modernise les "vieilles" usines en quelques jours et leur permet de s'adapter à la révolution numérique et d'améliorer leur productivité.

Dans la catégorie Data & IA, le jury a primé Marc Riedel, le cofondateur et CEO de 40 ans de Aum Biosync, originaire de Mâcon. Véritable aide à la décision grâce à l'intelligence artificielle et à l'analyse de données circadiennes, le logiciel Opteam assiste la caserne des pompiers et demain toutes les professions qui fonctionnent avec des horaires décalés, dans le calcul de la répartition idéale des hommes et des engins, afin d'optimiser la couverture opérationnelle et les délais de départ du service incendie, en tenant compte des facteurs "humains" comme la fatigue des équipes.

Dans la catégorie Smart tech, le lauréat est Nagib Beydoun, le CEO de Yeeld. La startup de Gondreville a lancé un compte épargne mobile qui permet d'économiser de manière indolore et ludique environ 1000 euros par an, grâce à l'automatisation de l'épargne (arrondi à l'euro supérieur pour chaque transaction, dispositifs d'épargne par le jeu...). La plateforme permet également de créer des sous-comptes pour financer ses projets.

Dans la catégorie Santé, le vainqueur est Ludovic Delacour, le Pdg de 36 ans de Hearfit. La startup de Troyes a mis au point un fauteuil acoustique à destination des audioprothésistes, doté d'une tablette sur laquelle est installée une application d'entraînement auditif basée sur les neurosciences. L'objectif : améliorer la qualité de vie des personnes avec des problèmes auditifs en identifiant précisément les incompréhensions et en leur proposant un programme d'entraînement personnalisé.

Et enfin, dans la catégorie Start, qui récompense les jeunes pousses en phase d'amorçage, le jury a choisi Régis Talidec, le CEO de 40 ans de GoWork&Co. Cette plateforme du travail indépendant basée à Nancy accompagne la mobilité professionnelle des télétravailleurs nomades, salariés itinérants, commerciaux, étudiants à la recherche d'espaces de travail ou de salles de réunion/séminaires, en proposant un accès illimité à un réseau de cafés, hôtels, restaurants et lieux atypiques qui mettent à leur disposition leurs espaces libres et mètres carrés disponibles, partout en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :