AudioSpot œuvre pour une mobilité inclusive

L'entreprise veut s'assurer que les personnes à mobilité réduite, les malvoyants, les malentendants - et tous les autres piétons - puissent aller et venir en ville sans difficulté. Lauréate de l'appel à innovations mobilités « Jeux olympiques et paralympiques 2024 », sa solution fonctionne déjà, notamment au siège de l'OMS, à Genève, et est expérimentée à Paris. A l’occasion des JOP 2024, avec France Mobilités, elle veut améliorer les traversées complexes.

4 mn

(Crédits : DR)

Sensibilisée aux problèmes de déplacements des malvoyants - elle a une amie dans ce cas - Caroline Azière a réfléchi à la mise en place d'outils permettant d'améliorer l'accessibilité pour les personnes en situation de handicap. « La signalétique en braille coûte cher et 9% seulement des malvoyants savent le lire », relève-t-elle. Elle a eu l'idée de développer des solutions, d'abord sur smartphone, puis avec des balises sonores activables via la télécommande universelle distribuée par les mairies aux déficients visuels. « Nous sommes aussi allés voir des associations pour recueillir les besoins », ajoute celle qui est devenue la co-fondatrice et directrice des développements d'AudioSpot, fondée en 2014 à Issy-les-Moulineaux. Puis la solution, destinée d'abord aux malvoyants, a été étendue à tout type de handicap - puis à tous... « Car tout le monde peut avoir des difficultés à se repérer dans un immense carrefour ou à s'orienter dans une administration ou un site complexe... », explique-t-elle.

La solution, qui n'a cessé de s'enrichir, permet aujourd'hui de guider et donner des informations contextuelles avec de l'audio, de la vidéo, des informations sur l'accessibilité à l'approche et dans les bâtiments - où se trouvent l'entrée, les toilettes ou l'ascenseur, par exemple -, de même que des informations touristiques et culturelles, et le tout selon le profil du visiteur.

Des clients prestigieux

Pas étonnant que l'Organisation mondiale de la santé ait décidé de faire appel à cette solution pour son site de Genève ! De même, AudioSpot compte aussi comme client le Musée océanographique de Monaco et la Bibliothèque François Mitterrand, le premier diffusant des informations muséales à destination des visiteurs, le deuxième, des informations de guidage vers ses nombreuses salles. En outre, la solution a également séduit la mairie de Paris, qui la teste depuis 2019 sur un carrefour du boulevard Montparnasse. « La solution fonctionne mais nous testons aussi sa durabilité, face aux changements de température et aux intempéries. Elle offre également un autre avantage : la télémaintenance, qui permet de gérer à distance d'éventuelles pannes et d'actualiser les contenus », précise Caroline Azière. Enfin, un autre test est en cours, cette fois-ci à l'hôpital Avicenne. Une façon de déstresser malades et visiteurs qui peuvent ainsi mieux naviguer dans les services.

Améliorer les traversées complexes ou non équipées de feux

Dans le cadre de l'appel à innovations mobilités « Jeux olympiques et paralympiques 2024 », pour lequel elle a été sélectionnée, la jeune société a proposé de développer des solutions spécifiques pour Ile-de-France Mobilités. « Nous cherchons à améliorer les traversées complexes, de grandes avenues qui comportent un îlot, par exemple, et les carrefours, pistes cyclables et voies de tram, avec des passages piétons sans feux de signalisation », explique-t-elle. Ces lieux peuvent être risqués pour les personnes en situation de handicap, mais aussi pour les seniors et même les distraits concentrés sur leur smartphone... « En outre, avec la présence de plus en plus grande de voitures électriques, vélos ou trottinettes, qui ne font pas de bruit, tout manque d'attention peut être dangereux. La solution indiquera à l'automobiliste une demande de traversée, et au piéton un véhicule en approche », ajoute-t-elle. Et la solution sur smartphone est déjà disponible dans 13 langues ! De quoi dynamiser sa percée à l'international, outre l'exposition des Jeux.

Avant de s'y lancer, Caroline Azière voit déjà comme deuxième étape la conquête de villes françaises et des nombreux établissements recevant du public. « Le potentiel est immense ! », s'exclame-t-elle. Quant à une levée de fonds, là encore, la jeune dirigeante la voit comme une étape, qui ne sera franchie que l'an prochain. « Une fois que nous aurons terminé nos expérimentations, nous aurons d'autant plus d'arguments à faire valoir auprès des investisseurs », dit-elle. Pour l'heure, la société, qui compte cinq salariés et a accueilli, à hauteur de 20% du capital, la Fondation Valentin Haüy (pour les personnes handicapées visuelles) en 2017, veut s'assurer que les piétons, quelle que soit leur situation, soient protégés et profitent, dans leurs allées et venues quotidiennes, des meilleures conditions possibles.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés