GeoTwin, des jumeaux numériques pour modéliser les habitudes en matière de mobilité

La start-up créée à Paris en 2019 par Göknur Sirin-Jubin et ses équipes de chercheurs, experts en intelligence artificielle et en simulation multi-agents et multi-activités, a conçu une solution afin d'aider collectivités et opérateurs de transports dans leurs décisions concernant la mobilité. Lauréate de l'appel à innovations mobilités « Jeux olympiques et paralympiques 2024 », elle permettra une meilleure efficacité dans le déplacement des personnes à l’occasion des Jeux.

4 mn

(Crédits : DR)

De l'Université Galatasaray à une thèse de doctorat sur les systèmes complexes à Centrale Paris, Göknur Sirin-Jubin a fait du chemin. Et c'est justement le chemin - et la mobilité - qui l'intéressent... « J'ai toujours été intéressée par la ville et le comportement des humains, et considéré la ville comme un système complexe », dit-elle. Elle a eu l'occasion de travailler avec des chercheurs reconnus dans le domaine de la modélisation et de la simulation. À la suite de ces recherches et d'un effort de benchmarking, elle constate qu'il n'y a pas d'outil opérationnel d'aide à la décision analysant les déplacements ou la consommation des individus d'une manière anonymisée et agile. « Nous avons d'abord créé la société, puis commencé à développer l'outil, soit deux ans de R&D. Et nous avons le statut deep-tech de Bpifrance », ajoute-t-elle. Lancée en 2019, à Paris, GeoTwin, a bénéficié d'emblée de 2 millions d'euros d'investissement pre-seed. « Les financiers ont tout de suite eu confiance », se réjouit la jeune femme.

La solution, sous forme d'une plateforme de simulation en mode SaaS, représente la façon dont les usagers se déplacent et pourquoi ils le font, le tout grâce à des jumeaux numériques, dont les algorithmes sont nourris par des données récoltées en open source auprès des collectivités locales et des opérateurs dans les transports, mais aussi via des partenariats privés - de carte bleu, de données de véhicules connectés ou de GSM - régies par le RGPD.

L'analyse permet ensuite de tirer des conclusions, aussi bien sur le nombre de bus qui seront nécessaires aux heures de pointe que sur les déplacements eux-mêmes. Les usagers vont-ils travailler ou faire des emplettes ? Par où passent-ils pour ce faire ? Prennent-ils le métro, le bus ou font-ils du co-voiturage, ou une partie du chemin à pied ? Autant d'éléments d'aide à la décision pour les municipalités, les opérateurs de transports en commun, mais aussi les urbanistes, et pourquoi pas, les publicitaires, les spécialistes de la santé - surtout en cette période de pandémie - sans oublier les gestionnaires de parcs immobiliers... « Tous ces acteurs peuvent ainsi déployer des offres adéquates, en termes d'itinéraire, de fréquence, de prix. Et la plateforme permet aussi, en particulier avec la mobilité partagée, de protéger l'environnement », fait valoir la jeune cheffe d'entreprise.

Mobilité facilitée pour les Jeux

Au-delà des investisseurs, la solution a déjà retenu l'attention des acteurs de l'innovation et de la mobilité. Et gagné des concours. Ainsi, GeoTwin a été lauréate, en 2020, d'I-Nov, organisé par Bpifrance et le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, puis, en 2021, de l'appel à innovations mobilités « Jeux olympiques et paralympiques 2024 », porté par le ministère des Transports via France Mobilités. « En amont des Jeux, nous voulons travailler avec les autorités locales à l'accueil des visiteurs et des sportifs, dans le but de rendre les déplacements plus efficaces », détaille Göknur Sirin-Jubin. Grâce à la plateforme GeoTwin, différents scénarios d'usage seront mis au point et les déplacements seront mieux absorbés - en toute sécurité, bien entendu. Et bien sûr, la jeune pousse veut profiter de l'exposition internationale qu'offrent les Jeux.

Levée de fonds prochaine

Mais déjà, elle a commencé à se déployer à l'étranger. À la suite de contacts établis lors d'une semaine Smart City organisée par Bpifrance et Business France à Singapour, la start-up a noué des contacts puis a ouvert un bureau dans la Cité-Etat, en partenariat avec un acteur local de la mobilité. Elle cible également Dubaï et y cherche un partenaire pour entrer sur ce marché très dynamique, tant au point de vue de la mobilité que de l'immobilier. Puis, ce sera le tour de l'Amérique du Nord, car GeoTwin s'intéresse de près aux Etats-Unis, et ensuite, avec Singapour comme tremplin, le reste de l'Asie, et d'autres pays du Golfe arabo-persique. « D'ici à 2024, nous aurons une société encore plus forte et encore plus expérimentée en matière de compréhension des déplacements. Et notre solution n'a aucune limitation géographique. D'ailleurs, nous avons pensé à l'international dès le début », souligne-t-elle.

Aujourd'hui, Göknur Sirin-Jubin pense aussi à une levée de fonds, de l'ordre de 6 à 8 millions d'euros, à boucler d'ici à la fin de cette année. Ce qui permettra, en plus des 12 salariés que compte actuellement GeoTwin, d'en embaucher davantage, en particulier pour la commercialisation, que la dirigeante effectue seule pour l'instant...

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés