Un ZULU sur la Seine, pour contribuer à une mobilité plus douce

Lauréate de l'appel à innovations mobilités « Jeux olympiques et paralympiques 2024 », la solution de Blue Line Logistics France, une navette fluviale innovante, flexible et durable, vise un transport massifié des marchandises entre les sites des Jeux, en y intégrant la livraison du dernier kilomètre.

3 mn

(Crédits : DR)

Les pouvoirs publics l'ont promis : contrairement à d'autres pays d'accueil des Jeux olympiques et paralympiques, la France ne se couvrira pas de nombreuses nouvelles infrastructures en vue de 2024. Au-delà du budget, c'est une question d'environnement : les JOP 2024 seront décarbonés... « Mais il faudra tout de même acheminer des matériaux de construction vers les sites et transporter des équipements dans les quartiers des JOP », remarque Céline Mantoux, directrice du développement de Sogestran Logistics (Multimodal Transport & City Distribution). De même, pendant les Jeux, il faudra garantir un service de transport régulier pour alimenter les différents sites et participer à l'évacuation des déchets.

Pour ce faire, au sein de Sogestran Logistics, Blue Line Logistics, spécialisée dans le transport de marchandises et la distribution urbaine, compte sur son expérience et son engagement en matière de transport durable. Depuis 2014, notamment au Bénélux, elle effectue du transport de marchandise pour des clients du BTP et des opérateurs de déchets. Mais pas avec n'importe quel bateau. C'est un ZULU, autrement dit, une barge construite sur le principe d'un catamaran. Ce qui lui permet d'avoir moins de coque en contact avec l'eau et de consommer ainsi moins d'énergie lors du déplacement. En outre, la barge peut accéder à toutes les voies navigables - fleuves, rivières et canaux - grâce à son petit gabarit. Mieux encore, elle est capable d'embarquer jusqu'à 320 tonnes de marchandises, soit le contenu d'environ 15 camions. Et ce n'est pas tout : les opérations de chargement/déchargement sont facilitées par une grue embarquée qui permet de mouvoir des palettes, des caisses mobiles ou des big-bags pesant jusqu'à trois ou quatre tonnes, puis de les déposer sur des quais et même des berges non aménagées. Pas étonnant que cette solution soit lauréate de l'appel à innovations mobilités « Jeux olympiques et paralympiques 2024 » !

Les ZULU transporteront donc des matériaux du BTP et des marchandises pour la grande distribution ainsi que des déchets. « Nous pouvons travailler les contenants, déjà très flexibles, avec nos clients », précise Céline Mantoux. Mais pour la grande distribution, une fois le transport des marchandises effectué par bateau, il reste à faire ce qu'on appelle le dernier kilomètre, la livraison urbaine. Blue Line Logistics y a bien entendu réfléchi. Ce seront des vélo-cargo ou de petits véhicules type GNL qui effectueront cette dernière partie du voyage. « L'écosystème n'a jamais été aussi prêt, enchaîne la directrice du développement de Sogestran Logistics, et nous sommes satisfaits de participer à l'économie circulaire et à un système multimodal de transport durable. »

D'autant que Blue Line Logistics, qui investit entre 25 et 30 millions d'euros par an en R&D, ne se contente pas de faire progresser les techniques de transport fluvial, elle a également amélioré la performance environnementale des moteurs de ses bateaux, supérieure aux normes en vigueur en ce qui concerne le carburant. De même, certains systèmes de propulsion sont hybrides (électriques et diesel) tandis que d'autres fonctionneront, à partir de mars 2022, à l'hydrogène, avec des piles à combustible embarquées.

Navettes régulières

Les premiers modèles de ZULU ont déjà fait l'objet d'une démonstration, en février 2020. Palettes, big-bags et petites caisses mobiles ont été chargés sur le pont du ZULU 03, amarré au port des Champs-Élysées. « Nous réfléchissons désormais avec la Mairie de Paris et les membres associés à l'appel à innovations mobilités 'Jeux olympiques et paralympiques 2024' pour définir la typologie des marchandises à transporter », précise encore Céline Mantoux.

L'idée est d'offrir des navettes régulières, pour faciliter la vie des clients potentiels. Avec une première ambition, celle de pérenniser le système après les Jeux, et bien sûr, de profiter de cette vitrine internationale pour développer les opérations au-delà de l'Europe. Epaulée par Voies navigables de France, son référent dans le cadre de l'appel à innovations mobilités, Blue Line Logistics compte sur ses conseils mais aussi sur son financement pour mener à bien ses projets.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés