Le défi d'Apple sur le marché de l'écoute gratuite de musique

 |   |  296  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
L'entreprise fondée par Steve Jobs est en négociations avec les grandes maisons de disques pour lancer son propre service d'écoute gratuite de musique en streaming, selon le site d'information financière Bloomberg.

Lancée par le Wall Street Journal début septembre, la rumeur se précise. Apple serait bien sur la voie du lancement de sa propre plateforme d'écoute gratuite de musique en ligne, qui pourrait voir le jour dès 2013. Récemment, la marque à la pomme a intensifié ses pourparlers avec les principales maisons de disques selon Bloomberg.

Le partage des recettes publicitaires est le point crucial dans ces discussions. Le média spécialiste de la finance évoque un accord possible dès la mi-novembre pour aboutir à la création d'un service de streaming gratuit, adapté aux goûts de chaque utilisateur. Les majors cherchent à s'octroyer une partie des recettes de la publicité présente sur la future plateforme, en plus des droits liés à la diffusion des morceaux de musique. Elles pourraient également négocier l'insertion de campagnes de promotion mettant en valeur leurs propres artistes.

L'action de Pandora chute puis remonte

La webradio Pandora (priopriété de Pandora Media Inc) et le logiciel suédois Spotify sont déjà présents sur le terrain sur lequel entend jouer Apple. L'entreprise américaine n'hésiterai donc pas à les défier, ce qui tend à inquiéter certains actionnaires de Pandora Media Inc. L'action de celle-ci avait chuté de 17% le 7 septembre dernier suite au lancement de la rumeur dans les médias. Le cours avait pris 8,4% le 23 octobre, jour où Apple dévoilait l'iPad Mini et au cours duquel ce nouveau service de streaming n'a pas été évoqué.

Lancer une plateforme d'écoute gratuite serait une façon pour le géant américain d'étendre sa domination sur le marché de la musique en ligne. Le service devrait fonctionner sur l'ensemble de la gamme des produits Apple : iPhone, iPad, Mac, iPod et iPod touch.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2012 à 10:06 :
.. presque obligé, vu que la concurrence l'annonce aussi comme Xbox music.
a écrit le 27/10/2012 à 20:43 :
C'est assez fantastique, ce match. Le match, en réalité, n'est pas entre un aconcepteur d'ordi et un autre, non. Il est entre gogole et aple qui esait aussi de contrôler le savoir.en tant qu'informaticien, je sais qu'ils noueront des aliances pour nous détruire, mais tout commme les gouvernements, ils ne réussiront pas.
a écrit le 27/10/2012 à 19:20 :
Je n'ai pas d' " i" machin ... je laisse aux aux autres le soin de payer !
a écrit le 27/10/2012 à 18:07 :
Le problème d'Apple est son business model. En effet, si Amazon s'est transformé en "épicier" direct, La maison au trogon de pomme reste "indirect" : Elle prend 30% sur des ventes avec des entreprises qui voudront forcément également leur marge de 30. Des prix rendus ainsi très chers sans aucune raison. Pas tenables sur le court terme. Apple doit se transformer très vite en épicier mais n'arrive pas à la faire. Microsoft de son côté a fait la bonne démarche en attaquant l'épicerie sur la base du marché IT, parce que le constructeur/éditeur est seul à pouvoir le faire et que ce marché est un segment de plusieurs trillions de dollars. pas besoin pour le moment de trop se diversifier. Cependant la démarche va coûter très cher aux entreprises IT puisqu'il suffira chaque semestre à Microsoft d'augmenter le périmètre de sa suite logicielle pour faire passer des milliards de chiffre d'affaire effectués ailleurs en du gratuit ou presque. Cette démarche favorisera son leadership. Chacun sera obligé d'avoir un compte Microsoft. A la compagnie par la suite de faire qu'il aspire tous les acteurs du marché. Au final qui sera suceptible de rester ? 1/ IBM si l'ancien géant achète Intel et se pose comme le grand frère technique, une étape neutre ne prenant pas part aux débats, rendent juste des services à tous. 2/ Amazon qui accélère pour obtenir une taille d'entreprise lui donnant une barrière logistique et sur quelques segments produits : Il faut bien stocker et livrer. 3/ Microsoft s'il poursuit sa bonne stratégie marketing. 4/ Parmi les épiciers "historiques" probablement Wall-Mart qui ser difficile à battre. 5/ Les opérateurs téléphoniques s'ils restent propriétaire de leur réseaux : AT&T et Verizon, un troisième ou un quatrième étant à définir. Cette activité de réseaux est LA clé. Si tous devaient disparaître les réseaux ramasseraient forcément la mise. 6/ Quelques acteurs technologiques comme Qualcom ou des gens des satellites. Tous les autres malheureusement vont disparaître........ Une économie régressive.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :