Dailymotion peut-il réussir en restant français ?

 |   |  934  mots
Copyright Dailymotion.
Copyright Dailymotion.
Le gouvernement a bloqué les discussions entre l'actionnaire du site de vidéos, Orange, et le portail américain Yahoo. Il espère fédérer d'autres acteurs pour créer un pôle numérique français, autour de groupes de médias nationaux. Est ce raisonnable

Un an après l'entrée du Fonds stratégique d'investissement au capital de Viadeo, le LinkedIn français, l'Etat envisage de prendre une participation dans Dailymotion, le Youtube français, dont le même FSI était sorti en 2011? A l'heure où le gouvernement veut faire de Paris le fer de lance du numérique national, glorifie le « made in France » et prêche la souveraineté française à tous les niveaux (de la localisation des données à la fiscalité), le sort du site de vidéos, détenu à 100% par Orange depuis janvier, préoccupe grandement Bercy.

Le gouvernement a bloqué les discussions de l'opérateur avec Yahoo, comme l'a révélé « Le Monde », et travaille sur d'autres pistes, comme l'indiquent ce lundi nos confrères des « Echos. » Premier site européen avec 112 millions de visiteurs uniques par mois, Dailymotion est l'une des rares réussites françaises du Web (+55% de croissance en 2012 selon Stéphane Richard, le PDG de France Télécom, qui ne communique pas le chiffre d'affaires) et que les pouvoirs publics n'apprécient guère de voir filer à l'étranger. D'où les manœuvres pour éviter un rachat par Yahoo, qui souhaitait au moins 75% du capital, selon le "Wall Street Journal" qui avait dévoilé les discussions.

Créer un « pôle numérique français » autour de Dailymotion
« Le gouvernement a été très exigeant avec Yahoo », reconnaît un haut fonctionnaire à Bercy. « Nous ne sommes pas dogmatiques [comprendre anti-américains primaires, NDLR] mais cette option d'une entrée de Yahoo n'a de sens que si le portail américain prend des engagements très forts sur l'avenir de la marque Dailymotion, le maintien de l'activité et du siège en France » décrypte cette source. Le site de partage de vidéos emploie 180 personnes, dont 120 à Paris. « Il ne faut pas avoir une vision étriquée : on n'est pas obligé de faire un copier-coller de YouTube, il y a d'autres pistes que l'association à un portail » plaide-t-on à Bercy, où la préférence va à un autre scénario : celui de la création d'un « pôle numérique français » autour de Dailymotion avec « des activités connexes, dans une logique de build-up», ce qui induirait un désengagement progressif d'Orange.

L'opérateur télécoms est entré en avril 2011 au capital de Dailymotion, en acquérant 49,1% pour 66 millions d'euros, avant de passer en janvier dernier à 100% pour 61 millions supplémentaires. Quels actifs pourraient être associés à Dailymotion ? C'est déjà trop tard pour le site d'écoute de musique en streaming Deezer, qui a levé 100 millions d'euros à l'automne auprès d'Access Industries, la holding de l'homme d'affaires russo-américain Len Blavatnik, propriétaire de Warner Music, et dont Orange est aussi actionnaire (10%). Le réseau social pour professionnel Viadeo semble, lui, assez éloigné de cet univers des contenus. La pépite Criteo, spécialiste du ciblage publicitaire, aussi, et elle serait de surcroît dans les starting-blocks pour une introduction en Bourse à New York la valorisant 2 milliards de dollars selon Bloomberg? Un champion français qui a bâti son succès en misant tout sur le marché américain.

Vivendi, Lagardère, voire TF1 intéressés ?


Au siège d'Orange, s'il est hors de question de s'opposer à l'Etat, son premier actionnaire, c'est malgré tout une certaine incompréhension qui domine : « il faut à Dailymotion un partenaire qui puisse lui ouvrir les portes du marché américain, qui est incontournable et recèle le plus important potentiel de développement, ce n'est pas une question d'argent pour nous » fait-on valoir chez l'opérateur. Bien que présent dans une trentaine de pays, l'opérateur télécoms n'a pas su aider Dailymotion à accélérer à l'international, face au rouleau compresseur Google. Seulement 31eme site mondial en termes d'audience, Dailymotion reste loin derrière YouTube, qui est troisième et dépasse le milliard de visiteurs uniques par mois. « France Télécom est une machine à casser les dynamiques » estime même un bon connaisseur du secteur.

Exactement comme Deezer, et comme de nombreuses start-ups françaises ou européennes qui peinent à s'internationaliser sans passer par la case Etats-Unis faute d'un marché domestique d'une taille suffisante, Dailymotion aura du mal à « passer à l'étape d'après sans un partenaire industriel qui connaisse les métiers du numérique et les acteurs clés du marché américain », des grands producteurs de contenus aux annonceurs, ce qui n'est pas le cas de France Télécom ni de beaucoup de groupes français.

Pourtant, Bercy est convaincu que « plusieurs groupes de médias français sont d'ores et déjà intéressés et pourraient trouver des synergies » avec Dailymotion. Il pourrait s'agir de Vivendi, qui veut se redéployer dans les contenus et dont la filiale Universal Music est actionnaire de la plateforme Vevo; de Lagardère, qui envisage des acquisitions ciblées dans le numérique après sa sortie d'EADS, voire de TF1, qui avait envisagé de racheter Dailymotion en 2007. La filiale du groupe Bouygues est en guerre juridique contre le site qu'elle a fait condamner pour contrefaçon, du fait du retrait tardif de contenus protégés, mais elle va récupérer 185 millions d'euros de la vente de 20% d'Eurosport et de ses chaînes thématiques à l'américain Discovery. Vivendi et dans une moindre mesure Lagardère ont une certaine connaissance du marché américain à la différence de TF1. France Télécom n'a pas forcément  très envie de discuter avec les maisons-mères de ses concurrents SFR (Vivendi) et Bouygues Telecom. Alors...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2013 à 18:24 :
Et pourquoi pas à l'inverse une OPA sur Yahoo ?
a écrit le 29/04/2013 à 23:43 :
Il y a trop de censure sur dailymotion. Ca explique la baisse de l'audience.
Réponse de le 30/04/2013 à 9:41 :
@Valentin

S'il y a trop d'abus c'est tout à fait normal. Le respect du droit à l'image et à la propriété intellectuelle sont des choses que l'on peut omettre lorsqu'on possède un butin de guerre important comme Google et son YouTube, cependant une société française ne possède pas autant de ressources pour satisfaire les exigences des pirates au prix de lourds procès. D'ailleurs même YouTube a mis en place un système anti-contrefaçon numérique et le nombre de vidéo interdites de publication est sans aucun doute bien supérieur à celui de DailyMotion.
Réponse de le 30/04/2013 à 10:57 :
pas plus de censure que cela!

Ce qui est important c'est que dailymotion a une interface bien plus élaboré que youtube et leur système d'encodage bien meilleur. On peut couper la pub aussitôt sans attendre si on le souhaite ce qui est franchement moins pénible (j'aurais aimé qu'il n'y ait pas de pub sur les vidéos comme viadéo mais bon!).
Après je trouve cela bien qu'on se soit pas noyé de vidéo pénibles qui viennent de toute la planète. J'espère que si dailymotion est vendu aux américain, qu'un acteur français rouvre l'équivalent de l'ancien Dailymotion car youtube est particulièrement pénible du fait que l'on soi noyé de vidéo sans intérêts
Réponse de le 30/04/2013 à 12:13 :
@Bibi

Couper la publicité reviendrait à couper le financement des annonceurs. Il faut mettre l'utilisateur face à ses obligations, soit il accède au service en visualisant de la publicité soit il paie un accès sans publicité ou bien encore un panache des deux. Pour que cela fonctionne il faudrait mettre en place une identification obligatoire pour l'accès au contenu en laissant éventuellement des images ou des animations lentes sans publicité en vitrine commerciale.
a écrit le 29/04/2013 à 23:18 :
Yahoo/Daily Motion c'est le nouveau Alcatel / Lucent: un bide assuré.
C'est en Europe qu'il faut chercher nos partenaires.
Réponse de le 30/04/2013 à 10:52 :
Je suis d'accord avec vous
a écrit le 29/04/2013 à 22:44 :
Quel interet a Yahoo de maintenir Daily motion euh reponse aucun. Son seul interet est d'integrer cet actif et de faire grossir sa marque. Que sont devenus les ebay francais et compagnie...
a écrit le 29/04/2013 à 21:37 :
Je ne comprends pas la stratégie de l'Etat pour Dailymotion. D'autres pistes... Un autre scénario... un « pôle numérique français »... des «activités connexes»... une logique de build-up... Et très concrètement, on fait quoi? Où mène cette masturbation pseudo stratégique? Il y a trois points qu'il me semble bon de rappeler. Premièrement, stocker et diffuser de la vidéo n'est plus une chose techniquement très compliquée_ Des sites qui font la même chose que Youtube ou Dailymotion ou Vimeo, il peut en pousser comme des champignons, et ce dès que l'un des sus-cités ne satisfera plus assez sa clientèle. Deuxièmement, ces sites, n'importe comment (publicité ou paiements), doivent générer du trafic. Cela veut dire que ces sites doivent porter un attention particulière à la génération du contenu. Troisièmement, dès lors que ces sites génèrent un trafic important, ils doivent s'impliquer dans les moyens techniques de leur diffusion, dans la capacité des réseaux de chaque opérateur à absorber le flux de données généré. Pour réussir, Dailymotion devra savoir sortir de ses frontières. C'est une évidence, internet n'est pas franco-français, et les frontières du Monde ne s'arrêtent pas à l'Hexagone.
Réponse de le 29/04/2013 à 22:42 :
Bien sur qu'il devra sortir des frontiers, encore faut-il pour cela exister.
Réponse de le 29/04/2013 à 23:18 :
Bonsoir,
Personnellement je pense que le marché français n'est pas suffisant bien qu'étant un bon point de départ. Je pense également que le marché américain est déjà saturé et ne représente pas un relai de croissance pour Dailymotion qui devrait se concentrer sur l'Europe et l'Asie, puis par la suite sur l'Afrique et l'Amérique latine.
Enfin ce qui compte pour un modèle d'entreprise c'est de dégager du cash donc vod, régie publicitaire et production assistée des jeunes talents sont l'avenir de cette entreprise à l'instar de ce qui commence à se faire chez Youtube.
Ensuite j'ai l'impression qu'Orange n'a aucune vision stratégique pour cette entreprise et a plus visé à acquérir un jouet technologique qu'il espérait être une cash machine.
A présent il faut consolider l'entreprise, la rendre plus innovante et surtout lui permettre de gagner du cash rapidement.
Réponse de le 30/04/2013 à 10:06 :
@Marousan

Je suis d'accord avec vous, Orange n'a aucune vision pour DailyMotion et devrait s'en séparer pour laisser cette société prospérer librement. Le plus important pour DailyMotion est de monétiser son audience comme a pu le faire YouTube afin de financer son développement à l'international. Sans liquidité, cette entreprise ne pourra jamais rivaliser avec son principal concurrent, encore faut-il l'utiliser de manière judicieuse!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :