Achats de Noël : les "Gilets jaunes" et le sentiment d'insécurité boostent le e-commerce

 |   |  690  mots
Selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), les cyberacheteurs seront près de 87% à utiliser internet pour préparer les fêtes de fin d'année.
Selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), les cyberacheteurs seront près de 87% à utiliser internet pour préparer les fêtes de fin d'année. (Crédits : via Pexels (CC0))
Les manifestations des "Gilets jaunes" et le sentiment d'insécurité lié à la crainte de débordements et à la menace terroriste, accélèrent l'évolution des usages vers la vente en ligne. Le chiffre d'affaire du e-commerce pour la période de Noël devrait progresser de près de 14% sur un an.

Le commerce en ligne peut dire merci aux "Gilets jaunes". D'après la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), les sites de vente en ligne devraient réaliser au total 19 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur la période de Noël, soit 2,5 milliards d'euros de plus que l'an dernier (+13,8%). Sur l'ensemble du troisième trimestre, la fédération dénombre 37,7 millions de cyber-acheteurs en France, soit 861.000 de plus que l'an dernier, dont 87% pour préparer les festivités.

Éviter la foule en magasin reste la première motivation pour acheter en ligne (58%). Ne pas avoir à se déplacer (54%) et bénéficier d'un choix plus large (46%) sont aussi plébiscités.

Les "Gilets jaunes", meilleurs alliés d'Amazon et consorts

Si le phénomène d'achat en ligne n'a désormais rien de nouveau, la mobilisation des "Gilets jaunes" l'a toutefois amplifié. Face aux blocages des manifestants, qui se sont rassemblés partout en France tous les samedis depuis le 17 novembre, les Français se sont davantage tournés vers les achats de Noël en ligne, délaissant les commerces physiques. Ce lundi 17 décembre, le Conseil national des centres commerciaux (CNCC) a d'ailleurs indiqué que les cinq weekends de méventes liées au mouvement ont causé une perte de 2 milliards d'euros au secteur du commerce.

À l'inverse, le site de commerce en ligne Rakuten (anciennement PriceMinister) a récemment indiqué avoir enregistré un bond de 65% des ventes le samedi 8 décembre, comparé au même jour un an plus tôt, et de 50% le week-end.

« Certains commerçants qui ont dû fermer leur boutique, ont pu vendre via Rakuten », avait affirmé une porte-parole de la plateforme de commerce en ligne à l'AFP.

Un sondage Opinionway pour Perifem, réalisé début décembre, confirme également cette impulsion donnée au e-commerce. En effet, 56% des Français interrogés ont déclaré avoir changé leurs habitudes de consommation ou comptent le faire pour leurs achats de Noël, en raison du mouvement social. Parmi eux, 43% vont davantage privilégier les commerces en ligne au détriment des magasins physiques.

Plus précisément, 26% des Français ont déclaré qu'ils allaient moins se rendre dans les boutiques dans les jours à venir par crainte d'être confrontés à des scènes violentes. De son côté, la Fevad affirme en revanche ne pas avoir constaté "de report à l'heure actuelle sur le e-commerce en raison du mouvement", précisant que "les consommateurs n'avaient tout simplement pas l'esprit à Noël" cette année.

Le défi des transporteurs et livreurs

Du coup, l'explosion du e-commerce engendre de nouveaux défis pour les transporteurs et livreurs, qui font face à une augmentation de la demande qu'ils n'avaient pas forcément anticipée. La Poste, qui livre six paquets sur dix dans l'Hexagone, a affirmé qu'elle délivrera au total 78 millions de colis pour Noël 2018, soit 11% de colis supplémentaires par rapport à l'an dernier. Un pic de 2,8 millions de colis à traiter devrait même être atteint pour la journée du 18 décembre. Même constat chez DHL, qui indique, dans un communiqué, prévoir une hausse de 12% des livraisons par rapport à Noël 2017.

Par ailleurs, selon le sondage Opinionway pour Perifem, la peur de recevoir un colis endommagé (pour 79% des Français), d'un retard (71%) ou d'un échec de livraison (73%) font partie des premières raisons pour lesquelles de nombreux Français se montrent encore réticents à faire leurs achats en ligne pour les fêtes de fin d'année. En 2018, 61% des Français ont réalisé des achats sur Internet, d'après le dernier baromètre des usages numériques publié par l'Arcep, le Conseil général de l'Économie et la Mission Société Numérique.

De son côté, la Fédération nationale des transports routiers (FNTR) estime que le mouvement social a, d'ores-et-déjà, desservi les entreprises de transport routier de marchandises et de logistique, qui auraient "subi de plein fouets les effets des blocages et des barrages filtrants". Dans un communiqué, elle estime à 400 millions d'euros les pertes d'exploitation dans le secteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2018 à 8:55 :
Mme Nguyen, je vous invite à sortir de votre bureau et des faire des articles qui reflètent la réalité terrain
a écrit le 19/12/2018 à 13:31 :
Je suggère à Amazon d'ajouter un gilet jaune dans tous les colis de ses clients qui n'ont pas pu faire leurs achats dans leurs commerces de proximité... Ils leur doivent bien ça...
a écrit le 18/12/2018 à 16:39 :
Si vous achetez en ligne vous pouvez aussi bien acheter sur des sites Français... Au lieu d'Amazon, achetez sur la Fnac, Boulanger, Darty etc... Au lieu d'utiliser Google utilisez le moteur de recherche Français Qwant. Manifester contre le gouvernement c'est une chose mais tant qu'à faire, poussons le raisonnement plus loin et aidons nous également en favorisant l'activité locale dans la mesure du possible.
a écrit le 18/12/2018 à 12:34 :
Distorsion de Concurrence : ni loyer, ni personnel...etc....Le commerce en ligne devrait etre taxé à 20% pour alimenter Fonds Régionaux d'Activation des Centres Villes et Centres Bourgs, co-gouvernés par Conseillers Départementaux, Maires, Présidents des Associations Commerciales.
a écrit le 18/12/2018 à 9:56 :
Le e-commerce est dépendante des transports locaux et de leur fiabilité, le consommateur devrait y penser avant de faire une acquisition via internet!!
Réponse de le 18/12/2018 à 12:50 :
C'est pas faux . Mais devoir prendre sa voiture et carburant qui va avec.
Ma question reste simple, pourquoi n'avons pas de concurrents européens ? En plus c'est écolo, sans le PV des radars, parking payant etc... le serpent se mord la queue. Aujourd'hui en ville , on ne voit que des cabinets en tous genres, se faire livrer de la farine pour une boulangerie est devenu une galère ! Le gouvernement veut taxer Amazon et consorts, une sorte de coup d'épée dans l'eau, dans la mesure où vous pouvez commander ... via un tas de pays européens. Le meilleurs commercial du E-commerce , c'est le gouvernement. Bravo, M.Macron et ses sbires.
a écrit le 18/12/2018 à 8:49 :
N'importe quoi, trompettes de la propagande vous êtes bien mal embouchées...

Ça fait longtemps que le commerce en ligne progresse.

"La montée en puissance du commerce en ligne" https://www.lesechos.fr/industrie-services/dossiers/0201064436807/0201064436807-la-montee-en-puissance-du-commerce-en-ligne-165287.php
Réponse de le 18/12/2018 à 13:05 :
Avis partagé.
a écrit le 18/12/2018 à 7:20 :
Pas de carburant, pas de frais de parking, pas de coup de matraque, pas de PV... what else !
a écrit le 18/12/2018 à 4:36 :
Bientot noel, faut consommer quoiqu'il en coute, du fabrique en chine de preference.
La France est dans de sales draps et on regarde ailleurs.
Réponse de le 18/12/2018 à 12:53 :
Excellent commentaire
a écrit le 17/12/2018 à 20:24 :
Je partage totalement la conclusion de Gina .Le mouvement des gilets canaris a entraîné du chômage .Des milliers de CDD qui auraient été embauchés pour les fêtes pour commencer.Et pour bientôt des centaines de milliers avec les augmentations de charges qui vont tomber sur les entreprises .Mais il est vrai que j'aime bien les conversations de bistrot et que j'ai donné des cours auprès d'auditeurs de CCI ,des ménages ,dans des filières de commerce international .
a écrit le 17/12/2018 à 17:57 :
Le mouvement des gilets jaunes booste les GAFA qui ne payent pas leur impots ou TVA en France. Ces entreprises proposent du MADE IN CHINA a la pelle. Conclusion le mouvement des gilets jaunes est en train de créer du chômage.
Réponse de le 17/12/2018 à 18:52 :
Une pertinence d’analyse économique et marketing digne d’une terminale ES !
Je suis effondré ! Comment peut-on éditer un tel niveau d’analyse dans un média et avoir des commentaires dignes du bistrot du coin.. Je vous invite a analyser les tendances des achats en ligne de nos voisins et vous retrouverez des tendances similaires. Toutefois, pas de gilets jaunes en Allemagne, Italie, Espagne, Pays bas, Norvège....Non, bien que ces pays disposent de profils économiques singuliers, les portances sociologiques des actes d’achats évoluent dans le même sens et le phénomène va encore s’amplifier d’une manière exponentielle avec la multiplication des vecteurs commerciaux à distance. Il est toujours étonnant de diffuser encore des postulats dignes des formations commerciales des CIC ! Dans ce cas précis, il me semble dommageable que la problématique de l’observation viendrait principalement de l’observateur et il est donc triste de lui donner la possibilité de diffuser un article de cette qualité. Dommage, car le sujet est par définition très intéressant d’autant plus lorsque l’on peut projeter cette tendance avec une autre tendance sociologique urbaine qui est la désertification commerciale des centres villes.

Bonne journée
Réponse de le 17/12/2018 à 19:43 :
@doxa :les centres villes sont de plus en plus pour les seniors bobos aisés qui se rapprochent , leurs vieux jours venant , de l'hopital .Les forces vives , gavées au supermarché de banlieue , découvrent l'achat sur le net parfois moins cher et sans souci : pas de foule , d'embouteillage ,de kms .....
Mouvement inéluctable , il ne manque plus que la livraison par drone (c'est pour bientot ) qui se moque des blocages de rond point et de routes .
Bref : le futur est SUPERBE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :