Facebook admet traquer sans arrêt la localisation de ses utilisateurs

 |   |  579  mots
(Crédits : Dado Ruvic)
Le plus grand réseau social au monde a admis collecter des informations sur l'emplacement de ses utilisateurs, quand bien même ces derniers désactivent les données de localisation. Le but : "améliorer les publicités", selon Facebook.

Facebook connaît le moindre déplacement de ses 2,45 milliards d'utilisateurs. Le plus grand réseau social au monde a reconnu collecter en permanence des informations sur le lieu où se trouve chacun de ses utilisateurs, qu'ils aient activé la géolocalisation ou pas, pour des raisons de sécurité et à des fins publicitaires.

"Même si quelqu'un n'active pas les données de localisation, Facebook peut tout de même déterminer en partie leur emplacement grâce aux informations qu'ils fournissent à travers leurs activités et leurs connexions sur nos différents services", a déclaré le groupe dans une lettre adressée à deux sénateurs américains le 12 décembre et relayée sur Twitter mardi.

Chris Coons, sénateur démocrate, et Josh Hawley, élu républicain, ont écrit au mastodonte américain il y a près d'un mois pour lui demander des comptes sur la façon dont il collecte ce type de données. "Nous nous inquiétons de l'éventualité que Facebook puisse ne pas offrir à ses usagers le niveau de contrôle (sur leurs données) que les paramètres laissent entendre", ont-ils écrit, avant de poser des questions directes.

"Facebook admet", a réagi Josh Hawley mardi, en partageant un tweet d'une journaliste de The Hill, qui a publié les trois premières pages de la lettre. "Même si vous désactivez l'option "position", [le réseau social] continue de traquer votre emplacement pour faire de l'argent (en vous envoyant des pubs)", continue-t-il. "[Il n'y a] pas de contrôle sur vos données personnelles. C'est ce que font les Big Tech. C'est pour ça que le Congrès doit agir".

Aux Etats-Unis, seule la Californie a ratifié une loi sur la protection de la vie privée et des données personnelles des consommateurs, dans le sillon du RGPD européen. Promulguée en juin 2018, elle sera applicable à compter du 1 janvier 2020. De nombreux représentants appellent à une loi fédérale sur le sujet.

Cibler la publicité très finement

Dans sa réponse aux sénateurs, Facebook rappelle que les données de localisation permettent notamment aux utilisateurs de partager le lieu où ils se trouvent ou de faire des recherches dans un certain périmètre. Ces informations "nous aident à mettre en avant des contenus plus appropriés et à améliorer les publicités", détaille le réseau. Et pour cause : l'exploitation de données massives et à grande échelle est au cœur du business model de Facebook, puisqu'elles lui permettent de proposer des publicités finement ciblées.

Quand les personnes désactivent la géolocalisation, la plateforme dispose tout de même d'indices. Mais ce sont surtout les adresses IP (système d'identification d'une connexion sur internet) qui trahissent les utilisateurs soucieux de confidentialité. Dans ce cas, le géant américain précise néanmoins s'arrêter au niveau de la ville ou du code postal, sans chercher à aller plus loin, sauf pour des questions de sécurité.

L'ampleur du scandale Cambridge Analytica avait permis de divulguer en 2018 les pratiques de Facebook en matière de collecte de données personnelles. Le groupe américain expliquait alors collecter des informations sur tous les internautes, y compris ceux qui étaient déconnectés de leur compte Facebook et pire, ceux qui n'en avaient même pas.

Lire aussi : Oui, Facebook collecte vos données même si vous n'avez pas de compte

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2019 à 20:46 :
même si tu n'es pas facebouqué, traînent tout le temps leurs cookies et leurs scripts, ça devrait strictement interdit, le disque dur est un espace privé.
Ca avec tweeter il faut laisser aux gamins de 6 ème pas plus,
Sinon c'est devenir accro et y laisser son cerveau, la vie est courte il y a bien autre chose à faire pour un adulte.
a écrit le 19/12/2019 à 6:29 :
L'homme est le meilleur ennemi de l'homme. Les lumières...c'est du passé. Il est beau le futur...
a écrit le 18/12/2019 à 17:38 :
J'ai supprimé mon compte Facebook il y a plus d'un an, et
....je vais bien.
a écrit le 18/12/2019 à 14:51 :
Sauf pour des raisons de sécurité, lesquelles ?
Ils ont été à l'école d'Apple qui justifie tout pour des raisons de sécurité, cela fonctionne encore dans l'opinion publique...

Mais quand on va bien comprendre qu'il s'agit de la sécurisation des bénéfices.
a écrit le 18/12/2019 à 12:36 :
Est-ce que Facebook collecte aussi nos données via La Tribune?
Réponse de le 18/12/2019 à 16:39 :
Techniquement, Facebook traque aussi les gens qui n'ont pas de compte, notamment via des scripts actifs sur toute page qui inclut un bouton "partager sur facebook" ou autre.
Sauf si vous utilisez une extension de navigateur, type uMatrix, pour bloquer ces traqueurs automatiquement, sauf autorisation expresse de votre part.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :