Elon Musk fait déjà parler de lui sur Twitter quelques jours à peine après son rachat

Le nouveau patron de Twitter, Elon Musk, a mis en doute l'agression de Paul Pelosi, le mari de la cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, dans la nuit de jeudi à vendredi à leur domicile, dans un tweet dimanche matin qu'il a finalement supprimé dans l'après-midi. Une première polémique qui donne le ton de l'évolution future du réseau social, l'homme d'affaires ayant toujours affirmé sa volonté d'assouplir sa modération qu'il juge trop stricte.
Elon Musk, qui a racheté Twitter vendredi dernier, compte 123 millions d'abonnés sur le réseau social.
Elon Musk, qui a racheté Twitter vendredi dernier, compte 123 millions d'abonnés sur le réseau social. (Crédits : DADO RUVIC)

C'est déjà la polémique. Alors qu'il a racheté quatre jours plus tôt Twitter, Elon Musk a fait parler de lui, dimanche, en supprimant un de ses tweets. Dans ce dernier, le nouveau patron du réseau social véhiculait des rumeurs sur l'agression du mari de Nancy Pelosi. Dans la nuit de jeudi à vendredi, un individu de 42 ans a fait irruption au domicile du couple à San Francisco, attaquant Paul Pelosi avec un marteau, a indiqué le chef de police de cette métropole de Californie, Bill Scott. Il souffre notamment d'une fracture du crâne et a dû être hospitalisé.

Cette agression, qui visait en réalité la cheffe des démocrates au Congrès, a fait vivement réagir la classe politique démocrate. À commencer par le président des Etats-Unis, Joe Biden, qui a dénoncé ce week-end l'attaque de Paul Pelosi, la liant aux conséquences de la désinformation, à dix jours des élections de mi-mandat. De son côté, l'ancienne candidate démocrate à l'élection présidentielle, Hillary Clinton, a, elle, fustigé les théories du complot colportées par le parti républicain. « Le parti républicain et ses porte-parole propagent désormais régulièrement des discours haineux et des théories conspirationnistes complètement folles », a dénoncé l'ancienne secrétaire d'Etat américaine. « C'est choquant, mais pas surprenant, et la violence en est le résultat », a-t-elle jugé.

Lire aussiLe Twitter d'Elon Musk va quitter Wall Street...mais va avoir besoin de financements

« Le troll Elon devrait alerter du retrait (de ce tweet) le chef de Twitter Elon"

Ce à quoi Elon Musk a répondu : « Il y a une petite possibilité que les apparences soient trompeuses ». C'est, en effet, ce que le patron de Tesla et de SpaceX a écrit dimanche matin dans un tweet à ses 123 millions d'abonnés, avant de le supprimer dans l'après-midi. Il faisait ainsi référence à l'agression de Paul Pelosi, et renvoyait à un lien d'un article du site conservateur Santa Monica Observer propageant des informations non vérifiées sur l'attaque.  Ce média a déjà publié des théories complotistes et de fausses informations par le passé, selon le quotidien Los Angeles Times.

Un commentaire qui a suscité de nombreux commentaires et critiques sur le réseau social. « Le troll Elon devrait alerter du retrait (de ce tweet) le chef de Twitter Elon », a, notamment, commenté l'ancien rapporteur spécial de l'ONU pour la liberté d'expression David Kaye, ironisant sur les différentes casquettes du milliardaire. Sollicitée par l'AFP, Twitter n'a pas répondu dans l'immédiat.

Inquiétude des annonceurs

Cette polémique semble donner le ton sur ce que le milliardaire entend faire de sa nouvelle propriété. Depuis son offre de rachat en juillet dernier, Elon Musk a toujours affiché sa volonté d'assouplir la modération des contenus, qu'il juge trop restrictive, comme le réclame la droite américaine. S'érigeant en défenseur de la liberté d'expression, il a ainsi affirmé à de multiples reprises vouloir faire de Twitter une sorte d'agora numérique, où toutes les opinions seraient libres de s'exprimer.

Elon Musk a toutefois cherché à rassurer ses annonceurs comme General Motors qui a d'ores et déjà annoncé suspendre temporairement ses annonces publicitaires sur Twitter. Le constructeur automobile américain est devenu le premier grand annonceur à remettre en cause sa présence sur la plateforme après son rachat. « Nous discutons avec Twitter pour comprendre la direction de la plateforme sous son nouveau propriétaire », a indiqué le groupe américain dans un message transmis à l'AFP. « Comme il est normal de le faire lors d'un changement important sur une plateforme de médias, nous avons temporairement suspendu notre publicité payante », a-t-il ajouté. Ce qui pourrait poser problème à Twitter si d'autres annonceurs venaient à adopter les mêmes dispositions, car le réseau social est extrêmement dépendant de la publicité. En 2021, elle représentait encore 89% des plus de 5 milliards de dollars de chiffre d'affaires du groupe.

Vague de contenus haineux

Elon Musk a, donc, promis après son acquisition de Twitter que le réseau social ne deviendrait pas « infernal » et qu'il le doterait d'un « conseil de modération des contenus avec des points de vue très divers ». « Aucune décision majeure sur les contenus ou réactivation de compte n'aura lieu sans l'intervention du conseil », a-t-il assuré. L'homme d'affaires pourrait bien se rendre compte, en effet, de la nécessité de veiller à la modération, le réseau social faisant déjà l'objet d'attaques coordonnées de « trolls » (personne postant un message sur Internet, souvent par provocation, afin de susciter une polémique ou simplement de perturber une discussion), à peine quelques jours après son rachat, qui déversent des contenus haineux pour tester sa politique de modération, selon un responsable de l'entreprise.

« Au cours des dernières 48h, nous avons vu un petit nombre de comptes publier un déluge de tweets contenant des injures et autres termes insultants », a indiqué samedi Yoel Roth, en charge de l'intégrité de la plateforme. « Pour vous donner une idée de l'ampleur : plus de 50.000 tweets mentionnant une insulte en particulier provenaient de seulement 300 comptes », a-t-il ajouté, précisant qu'il s'agissait en grande majorité de faux comptes. Yoel Roth a réitéré que les « discours haineux n'avaient pas leur place » sur Twitter, sa politique de modération n'ayant pas « changé », et que la société prenait des mesures pour « faire cesser tout effort organisé pour faire croire le contraire ». Même envers son propre patron ?

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 31/10/2022 à 16:08
Signaler
Sue la Chine, ce personnage fait profil bas. Peut-être a-t-il des craintes pour l'avenir de Tesla en Chine ? Comme quoi, ce multimilliardaire se couche devant un système gouvernemental plus fort que lui.

le 01/11/2022 à 15:58
Signaler
Si vous y avez des activités, vous évitez de critiquer quoi que ce soit la bas. La libre expression c'est juste pour son réseau tout 'neuf' (les modérateurs veilleront sans doute à étouffer toute critique concernant ce grand pays, business is busines...

à écrit le 31/10/2022 à 12:22
Signaler
Ah, si cela pouvait faire évoluer le regard... Non pas des gogos lambda, prêts à gober n'importe quoi ! Mais au moins du monde de la presse/information qui ne jure que par cette applcation. Qui est essentiellement "pompe à fric" avant tout. 44 MMUSD ...

à écrit le 31/10/2022 à 12:21
Signaler
mouais, tweeter, ça ne l'a pas arrangé le Elon...

à écrit le 31/10/2022 à 8:52
Signaler
Il a intérêt avec tous les gens qui le lisent !

à écrit le 31/10/2022 à 8:33
Signaler
Cette "information" est-elle objective ou subjective ? Seul le lecteur peut en être juge ! ;-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.