L'Arctique s'apprête à accueillir le plus grand data center au monde

 |   |  559  mots
Cette installation pourrait permettre de créer plusieurs milliers d'emplois dans la région de Ballangen selon la société Kolos à l'origine du projet.
Cette installation pourrait permettre de créer plusieurs milliers d'emplois dans la région de Ballangen selon la société Kolos à l'origine du projet. (Crédits : HDR)
La Norvège a autorisé la société Kolos à bâtir un centre de stockage de données dans le cercle Arctique alimenté uniquement par des énergies renouvelables.

L'Arctique polarise l'attention des investisseurs. Selon un communiqué publié il y a quelques jours, la société américano-norvégienne Kolos est en train de construire le plus grand data center au monde à Ballangen, une petite ville de 2.500 habitants située au nord de la Norvège. Le centre de stockage de données, qui doit ouvrir au cours de l'année 2018, devrait profiter du climat et des températures favorables au refroidissement des serveurs.

Une structure de 60 hectares

Le projet gigantesque doit occuper une surface de 600.000 mètres carrés ou 60 hectares. Cela équivaut environ à 80 terrains de football. Il devrait être divisé en quatre bâtiments intégrés dans un environnement naturel près d'un lac.

data center

(Visuel du data center de Kolos. Crédits : HDR.)

Le co-dirigeant de Kolos, Mark Robinson a expliqué que "les équipes avaient compris l'importance de construire le data center le plus puissant au monde en respectant les habitants et la beauté naturelle". La firme a ajouté que le centre allait créer entre 2.000 et 3.000 emplois de manière directe et allait contribuer à soutenir entre 10.000 et 15.000 emplois dans la région.

Consommation de 1.000 mégawatts

Côté consommation, les infrastructures développées par Kolos pourraient consommer jusqu'à 1.000 mégawatts d'énergie chaque année d'ici dix ans. Pour répondre à une telle consommation, le data center devrait être alimenté à 100% par des énergies renouvelables à partir d'éoliennes ou de centrales électriques. En attendant, les premières estimations indiquent que la consommation moyenne annuelle pourrait tourner autour de 70 mégawatts.

Parfois critiquées par les ONG comme Greenpeace pour leur consommation d'électricité produite à partir d'énergie polluante, ces installations devraient profiter de la production d'énergies renouvelables issues de firmes implantées en Norvège.

> Lire aussi : CO2 : le cloud computing d'Apple, Amazon et Microsoft n'est pas très net

Par ailleurs, Kolos rejoint d'autres géants du secteur technologique qui ont installé leurs infrastructures en scandinavie comme Facebook. Le réseau social a implanté un grand data center dans la commune de Lulea au nord est de la Suède près du cercle polaire et un autre au Danemark, tout comme Apple qui a construit deux installations de ce type dans ce pays scandinave.

Des conditions favorables

Plusieurs critères ont joué en faveur de l'implantation d'un tel site dans le nord de la Norvège. Sur le plan des infrastructures déjà existantes, l'entreprises américano-norvégienne devrait d'abord profiter d'un vaste réseau de câbles et fibres optiques favorisant le transport de données. Par ailleurs, l'Union européenne et la Norvège ont récemment investi dans de grands projets de centrales hydroélectriques et des fermes d'éoliennes. "C'est littéralement l'énergie la moins chère en Europe et 100% de l'énergie est renouvelable avec l'un des réseaux les plus stables au monde" a expliqué, le co-directeur de Kolos Mark Robinson au micro de la BBC.  "C'est une région de la planète qui est naturellement froide avec un taux d'humidité idéal, ce qui nous permet de garder nos serveurs au frais sans avoir besoin de les refroidir de manière artificielle", a-t-il ajouté. "Enfin, il y a une université pas très loin qui accueille près de 200 étudiants dans les filières technologiques. L'idée est d'en recruter quelques-uns".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2017 à 16:27 :
Ce serait bien de faire relire l'article par des gens qui ne confondent pas puissance électrique et consommation, les unités sont différentes.
a écrit le 29/08/2017 à 11:58 :
"1.000 mégawatts d'énergie chaque année", "consommation moyenne annuelle pourrait tourner autour de 70 mégawatts" : ça ne veut rien dire! Une énergie se compte en Joule ou en kW⋅h, une puissance se compte en Watt. 1.000 mégawatts, c'est la puissance d'une centrale électrique. 1 gigawatt pendant 1 an ça fait = 8760 GW.h (365*24).
a écrit le 29/08/2017 à 10:16 :
"dans le cercle Arctique " voire la calotte arctique qui est une surface, le cercle est une ligne.
L'eau est froide par là, j'avais réussi à me baigner suite à deux jours de très beau temps aux Iles Lofoten juste au dessus, sinon y a pas moyen.
Au niveau des processeurs, y a-t-il eu de gros progrès afin que les serveurs consomment (dissipent) moins ? Refroidir c'est bien mais moins y a de calories à évacuer mieux c'est.
a écrit le 29/08/2017 à 8:05 :
"le data center devrait être alimenté à 100% par des énergies renouvelables à partir d'éoliennes ou de centrales électriques. "
oui c'est certain, ... à partir de centrales électriques mais ça ne dit pas sous quelle forme. Hydraulique
a écrit le 29/08/2017 à 7:11 :
"Consommation de 1 000 mégawatts" : mégawatt est une unité de puissance. La consommation s'exprime en megawattheure ; ex : 1 megawattheure est l'énergie produite par une centrale d'une puissance d'1 mégawwatt pendant une heure
a écrit le 28/08/2017 à 20:09 :
"pourraient consommer jusqu'à 1.000 mégawatts d'énergie chaque année d'ici dix ans." Ce qui correspond à peu près à une tranche de centrale nucléaire. Il serait intéressant de savoir comment cela sera produit avec des énergies renouvelables en environnement arctique. Par ailleurs imaginer qu'un data center puisse consommer cette quantité d'énergie laisse rêveur et en dit long sur la futilité de nos civilisations. Ceci étant, une telle phrase ne veut pas rien dire car les Watts sont une puissance et non une énergie....Les Watts sont des Joules/seconde. Pour exprimer une énergie il faut une puissance et un temps. Doit on comprendre 1000 MWxan?
a écrit le 28/08/2017 à 18:27 :
Il fallait bien s'attendre à ce qu'on exploite l'arctique et l'antitarctique un jour ou l'autre :-)
Réponse de le 29/08/2017 à 9:08 :
Attention, l'article joue sur le terme 'arctique', or le CERCLE ARCTIQUE est bien plus au sud que la terre à igloo ! regardez la carte !
Encore du journalisme ........
a écrit le 28/08/2017 à 17:48 :
Article passionnant: "L’ubérisation du code du travail n’est pas une fatalité: Imaginer un salariat sans subordination:" http://www.monde-diplomatique.fr/2017/07/LINHART/57684

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :