Chine : Apple va confier les données de ses clients à un partenaire local

 |   |  617  mots
En Chine, les ventes d'iPhone ont chuté de 10,2 milliards de dollars entre 2015 et 2016.
En Chine, les ventes d'iPhone ont chuté de 10,2 milliards de dollars entre 2015 et 2016. (Crédits : Lucy Nicholson)
Le fabricant d'iPhone avait annoncé l'été dernier l'ouverture de son premier data center en Chine, afin de se conformer à une nouvelle loi obligeant les entreprises étrangères à stocker les données de ses utilisateurs sur son sol. Les données de ses clients seront gérées par un partenaire local à compter du 28 février.

[Publié le 12/07/2017, mis à jour le 11/01/2018]

Pékin fait plier Apple. L'ouverture de son premier data center en Chine, officialisé en juillet dernier, se confirme. La firme à la pomme croquée a annoncé à ses utilisateurs chinois le transfert de leurs données (photos, vidéos, messages, documents) à compter du 28 février. Celles-ci seront gérées par un partenaire local, Guizhou-Cloud Big Data Industry Co, précise le Wall Street Journal.

À compter du changement effectif, les utilisateurs auront le choix entre maintenir le service iCloud - service de stockage de données en ligne d'Apple - ou le désactiver. Pour rassurer ses clients, Apple a déclaré avoir pris "de bonnes protections pour garantir la sécurité et la confidentialité des données en place, et aucune porte dérobée ne sera créée dans nos systèmes."

Nouvelle loi sur la cybersécurité

En effet, l'annonce avait suscité de larges inquiétudes l'été dernier quant aux contrôles pouvant être effectués par la Chine, qui met en place une censure drastique sur Internet. Le fabricant d'iPhone réalise cette opération afin de se conformer à la nouvelle loi chinoise en matière de cybersécurité. Entrée en vigueur au 1er juin, elle a été adoptée par Pékin en novembre. Objectif affiché : lutter contre les hackers et le terrorisme.

Cette loi impose aux entreprises étrangères de stocker les informations personnelles de leurs clients et les données sur leurs affaires sur le sol de la deuxième économie mondiale. "La Chine est une puissance Internet, mais c'est l'un des pays qui fait face aux plus grands risques de failles de sécurité. Elle a besoin d'établir et de perfectionner d'urgence les systèmes juridiques pour la sécurité des réseaux", justifiait alors Yang Heging, officiel du parlement chinois, selon Reuters.

> Lire aussi : Cybersécurité : la Chine renforce son emprise sur les entreprises étrangères

Cette annonce n'avait pas manqué d'alerter les sociétés étrangères basées en Chine. En août dernier, plus de 40 groupes américains, européens et asiatiques avaient adressé un courrier au Premier ministre chinois, Li Keqiang. Ils faisaient valoir qu'une telle loi entraverait l'entrée de compagnies étrangères sur le territoire et ralentirait la croissance du pays. Cette loi ne fait pourtant pas figure d'exception sur la scène internationale. Au même titre que la Chine, douze pays possèdent une mesure sur la localisation des données selon l'association professionnelle The Information Technology Industry Council.

Apple veut reconquérir la Chine

Le data center se trouve dans la province de Guizhou, dans le centre du pays. Cette annonce faisait partie d'un plan d'investissement de 1 milliard de dollars pour la province. Ce data center devrait permettre "d'améliorer la rapidité et la fiabilité de nos produits et services, tout en respectant les réglementations nouvellement adoptées", assurait Apple l'été dernier, dans un communiqué cité par Reuters.

Apple enchaîne les plans d'investissements pour reconquérir le géant asiatique. L'année dernière, la firme de la Silicon Valley a annoncé la construction de quatre centres de recherche et développement en Chine. Ces annonces arrivent alors qu'Apple est boudé dans le pays, son deuxième marché après les Etats-Unis. En 2015, la firme réalisait son meilleur lancement jamais enregistré avec plus de 13 millions d'exemplaires de ses iPhone 6S et 6S Plus. Mais en 2016, Apple a connu une baisse historique de ses ventes d'iPhone au niveau mondial. En Chine, elles ont chuté de 10,2 milliards de dollars entre 2015 et 2016.

> Lire aussi : Apple mise sur les centres de R&D pour reconquérir la Chine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2017 à 10:09 :
Il faut toujours se réjouir de constater que d'autres états abandonnent leur laxisme quand il s'agit de la protection des données de leurs citoyens, quelles que soient les divergences qu'on peut, les uns-et-les-autres, avoir avec les systèmes politiques de ces états.
Il y a pas quelques années, l'Europe avait fini, après d'autres, par considérer que les données de ses citoyens n'avaient rien à faire dans les datacenters hors de l'Europe. Évidemment qu'il ne s'agit là que de symboles quand on sait la perméabilité de certains de ces datacenters -européens bien de chez nous- mais c'est un pas qui compte dans une dynamique de souveraineté réaffirmée .., ici et là-bas.

PS. Des arrières-pensées, il doit bien y en avoir, ici comme là-bas .., mais ça ne change rien aux enjeux.
a écrit le 13/07/2017 à 9:41 :
Elle est loin d'être en terrain inconnu...

"En Chine, la vie selon Apple" https://www.monde-diplomatique.fr/2012/06/POUILLE/47866

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :