Canal Plus et la LFP négocient le reste de la Ligue 1

 |   |  298  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Six matchs hebdomadaires sont encore en vente. Les parties sont en désaccords sur les modalités.

La perte de la Ligue des Champions va-t-elle pousser Canal Plus à boucler les négociations sur la Ligue 1 ? La Ligue de football professionnel (LFP), qui a vendu au printemps deux matchs hebdomadaires à Al-Jazira et deux à Canal Plus sur 2012-2016, doit encore trouver preneur pour six matchs hebdomadaires, et un lot sur mobile.

Le PDG de Canal Plus, Bertrand Meheut, avait déjà fait savoir qu'il proposait à la LFP un partage de revenus sur les matchs restants, sans minimum garanti. Au sein de Canal Plus, on estime aujourd'hui que l'offre permettrait à la LFP d'engranger 60 millions d'euros par an. Mais du côté de la Ligue, on regarde ce chiffre avec cisconspection.

En effet, la LFP devrait prendre à sa charge, selon nos informations, la production des matchs, pour un coût de 13 millions d'euros par an. En outre, Canal Plus a proposé d'enrichir Foot+ en co-diffusant la Ligue 2, aujourd'hui sur CFoot. Là aussi, la Ligue devrait payer un surcoût de production. Au total, les frais supplémentaires atteindraient 20 millions d'euros. Enfin, la Ligue reste ferme sur un minimum garanti. Elle estime que Foot+ n'est pas sûr de conserver son million d'abonnés, après la perte de la Ligue des champions. Du coup, la LFP négocie aussi avec Al Jazeera, même si officiellement la future chaîne qatarie ne se dit pas très intéressée. Sur le lot mobile, Orange a récemment doublé sa mise à 20 millions d'euros, un montant encore insuffisant pour la LFP, qui en retiré jusque là 60 millions. En attendant, Canal Plus s'apprête aussi à perdre le championnat espagnol, la Liga, qui va tomber dans l'escarcelle qatarie.

Pour le moment, le foot français n'a réussi à s'assurer que 510 millions d'euros de recettes auiovisuelles pour 2012-2016, loin des 668 millions d'euros actuels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :