Hollywood achève une année laborieuse et décevante

 |   |  543  mots
Cible d'attaques par des groupuscules radicaux, l'industrie cinématographique américaine termine l'année sur une note décevante.
Cible d'attaques par des groupuscules radicaux, l'industrie cinématographique américaine termine l'année sur une note décevante.
L'industrie cinématographique américaine a vu les recettes en salle fléchir de près de 4% cette année, la plus importante baisse en quinze ans. L'éloignement des jeunes et les menaces de nouveaux modes de délinquance ont pesé sur les performances du secteur.

"Hollywood ne veut pas produire un deuxième épisode à 2014", c'est sous ce titre que le New York Times a ironiquement fait état d'une année en demi-teinte pour l'industrie américaine du cinéma. D'après une étude du cabinet Rentrak, les ventes de tickets de cinéma ont baissé de 4% en 2014, avec 10,5 milliards de dollars de recettes. Certes, le cabinet précise que des fluctuations de cette ampleur d'une année sur l'autre ne sont pas inédites compte tenu de l'aléa des programmations. Il n'en reste pas moins que c'est la plus forte baisse depuis l'an 2000, après prise en compte de l'inflation.

Pas de catastrophe comme Lone Ranger en 2013

Mais l'année 2014 n'a pas été totalement mauvaise. Ainsi, Hollywood compte plusieurs gros succès comme Les gardiens de la Galaxie qui reste le plus gros succès de l'année. Le film produit par Marvel (Walt Disney Company) a récolté 332 millions de dollars de recettes aux Etats-Unis (772 millions de dollars dans le monde). Parmi les autres succès de l'année on compte The Lego Movie, Godzilla, Divergent et Les tortues ninja.

En parallèle, aucun incident industriel majeur n'a été constaté comme en 2013 avec le film de Disney The Lone Ranger. Les spécialistes ont néanmoins dénombré une douzaine de films décevants comme Les pingouins de Madagascar, Planes, Hunger Games (malgré ses 643 millions de dollars de recettes mondiales) ou The amazing Spider-man 2.

Les jeunes ne sortent plus, les femmes peu concernées

La véritable inquiétude des grands studios américains, c'est de voir les jeunes générations s'éloigner des salles obscures. D'après The Nielsen Company, la part des 12-24 ans à avoir été au cinéma au cours des neuf premiers mois de l'année a baissé de 15%. Les études constatent que les jeunes sortent de moins en moins souvent de chez eux retenus par les jeux vidéos, les smartphones, youtube ou encore les site de films à la demande.

De leur côté, les femmes se sont déplacées au cinéma pour des films comme Maléfique ou Lucy. Mais les studios de cinéma continuent à produire des films d'actions très chargés en testostérones afin de satisfaire une demande internationale importante sur cette thématique.

Nouvelle délinquance contre Hollywood

Au-delà de ces considérations sociologiques, Hollywood est confronté à de nouvelles formes de délinquance très préjudiciables. Ainsi, plusieurs films étaient cette année accessibles dans les réseaux de téléchargement avant même leur sortie officielle en salle comme The expendables 3 et Annie.

Plus récemment, les cyberattaques contre Sony ont contraint le conglomérat japonais à suspendre la diffusion de The interview. Un groupe de hackers a voulu punir le studio pour avoir produit ce film où se fait assassiner Kim Jong Un, le leader nord-coréen. Des groupuscules radicaux ont été jusqu'à menacer d'attentats les salles de cinéma qui s'aventureraient à diffuser le film.

Pour Paul Degarabedian, analyste chez Rentrak, cité par le New York Times, cet événement risque d'effrayer les spectateurs ce qui est malvenu pour Hollywood puisqu'il survient à la veille des fêtes de Noël, une période normalement faste pour les cinémas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2014 à 9:26 :
Il y a des années que je ne fréquente plus les salles de cinéma.. Je gardais a l époque mes tickets .. Le dernier était a 21F ... Et oui ça remonte .... Les prix actuels sont indécents ..
a écrit le 23/12/2014 à 12:19 :
Si les jeunes ne vont plus au cinéma, c'est aussi une question de budget. Et franchement, côté production cinématographique, c'est l'overdose. De ce déluge, la qualité ne surgit que rarement et par hasard.
a écrit le 23/12/2014 à 10:45 :
Qu'attendent les européens pour s'unir afin de proposer autre chose ?
a écrit le 23/12/2014 à 10:11 :
Encore une baisse,..et ce n'est que le début....
a écrit le 23/12/2014 à 10:01 :
En même temps ils ont tout fait pour nous dégouter du cinéma.
Pas de bon films cet année,
Prix de la séance trop cher,
Ils mettent de la 3D partout: pas possible de voir un bon film en VO sans leur maudite 3D.
Démocratisation des TV grande taille,
Il n'y a plus vraiment de raison de payer 10e pour aller voir un film dans une salle où le voisin mange son popcorn à 7e.
a écrit le 23/12/2014 à 8:21 :
Sérieux y a pas eu grand chose d intéressant cette année

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :