PeerTube : "Le logiciel libre est une alternative crédible à l'hyperpuissance des GAFA"

 |   |  910  mots
Pierre-Yves Gosset, directeur de Framasoft, association française qui milite pour le développement de logiciels libres et propose PeerTube, un YouTube décentralisé.
Pierre-Yves Gosset, directeur de Framasoft, association française qui milite pour le développement de logiciels libres et propose PeerTube, un "YouTube décentralisé". (Crédits : DR)
L'association française Framasoft, qui milite pour le développement de logiciels libres, lance ce lundi PeerTube, un "Youtube décentralisé". Un financement participatif de 53.100 euros, bouclé cet été, lui a permis de voir le jour. Pierre-Yves Gosset, directeur de Framasoft, revient sur la genèse du projet.

Après un an passé en couveuse, le dernier bébé de Framasoft voit le jour ce lundi. L'association française, qui milite pour le développement de logiciels libres, lance PeerTube, un "YouTube décentralisé" et fédératif. Un financement participatif de 53.100 euros, bouclé en juillet dernier, a permis de développer la plateforme. Son principe : mettre à disposition des internautes un code informatique librement accessible et modifiable. Cela permet d'avoir une plateforme où les vidéos sont partagées entre utilisateurs, sans dépendre d'un système central. Ici, pas d'autorité unique approuvant la mise en ligne et la modération des contenus, comme cela se fait sur des plateformes traditionnelles type YouTube, propriété de Google.

PeerTube fonctionne sur un réseau d'instances, l'équivalent de communautés virtuelles pouvant être créées par un ou plusieurs administrateurs. Chaque instance dicte ses propres règles. Comme sur YouTube, il est possible de consulter les vidéos sans s'inscrire. En revanche, pour mettre en ligne une vidéo ou créer son instance, une inscription est requise. Lancée en version bêta en mars dernier, PeerTube revendique 253 instances référencées et 7.787 utilisateurs. Pierre-Yves Gosset, directeur de Framasoft, revient sur la genèse du projet.

LA TRIBUNE - Pourquoi vouloir créer un "YouTube décentralisé" ?

PIERRE-YVES GOSSET - Framasoft veut sensibiliser à la concentration des services sur Internet. En 2014, nous avons lancé la campagne "Dégooglisons Internet" pour démontrer que le logiciel libre est une alternative crédible à l'hyperpuissance des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Framasoft propose depuis une dizaine de services alternatifs par an : outils de stockage, de cartographie, d'éditing, de jeux... Mais nous n'avions toujours pas d'alternative vidéo.

YouTube est un acteur incontournable, en situation de quasi-monopole (ndlr : la plateforme de Google revendique 1,8 milliard d'utilisateurs par mois et 400 heures de vidéo mises en ligne chaque minute sur YouTube dans le monde). Cette concentration pose de nombreux problèmes. Par exemple, son algorithme cherche à retenir le plus longtemps possible les internautes sur sa plateforme, en lui faisant visionner des vidéos qui font le buzz. Plus l'internaute est captif, plus il visionnera de publicités et donc, générera des revenus pour Google.

Autre problème : la censure que peut instaurer Google en décidant ce qui est acceptable de diffuser ou pas. C'est donc son point de vue, en tant qu'entreprise américaine, qui s'impose au reste du monde. Dans cette logique-là, YouTube peut décider de la démonétisation de certaines vidéos, en les privant de pub. Cela entraîne une perte de revenus pour les créateurs de contenus. En France, cela a récemment été le cas pour des YouTubeuses qui évoquaient leurs règles ou le corps féminin dans des vidéos ne contenant pourtant aucune image choquante.

En l'absence de modération unique, PeerTube ne risque-t-il pas de voir proliférer les contenus pornographiques ou extrémistes, véritable fléau actuel pour les plateformes ? Comment la modération est-elle régie sur PeerTube ?

Chaque administrateur s'occupe de la modération au sein de son instance. En cas de poursuites judiciaires, la responsabilité est attribuée dans un premier temps à l'internaute qui a publié la vidéo, puis à l'hébergeur. Avec les logiciels libres, nous voulons redonner le pouvoir aux gens. Cela passe donc par un partage de responsabilité, qui permet de faire réfléchir davantage aux contenus publiés sur la Toile.

Forcément, nous sommes conscients que certains utilisateurs pourront mal utiliser PeerTube... Pour autant, faut-il priver tous les autres internautes d'un espace d'expression ? Non. Nous ne sommes pas des anarchistes : nous ne souhaitons pas que PeerTube devienne une jungle, où n'importe qui fait n'importe quoi. Mais nous voulons avant tout donner la possibilité aux gens de pouvoir s'exprimer librement sur Internet.

Pour attirer les utilisateurs, PeerTube a besoin de contenu. Depuis mars, vous revendiquez déjà 32.000 vidéos en ligne et près d'un million de vues. En l'absence de monétisation, comment comptez-vous attirer les créateurs de contenus ?

Framasoft s'est toujours positionné comme étant anti-pub. C'est pourquoi il n'y a pas de monétisation par la pub prévue pour l'instant. En revanche, il est déjà possible de soutenir les créateurs grâce à des dons. Dès 2019, un plug-in sera disponible et permettra à chaque instance d'instaurer de la publicité, ou non, sur ses vidéos. Le choix sera laissé aux administrateurs. Évidemment, les YouTubeurs-stars comme Cyprien et Norman n'auront aucun intérêt à venir sur PeerTube. Nous nous intéressons aux vidéastes déçus de YouTube, cherchant à maîtriser davantage leur outil de diffusion et leurs données.

Framasoft fédère naturellement un public technophile. Les compétences techniques requises pour créer une instance, ou proposer de nouvelles fonctionnalités, sont-elles un frein au recrutement de nouveaux utilisateurs ?

L'objectif de PeerTube n'est pas de faire des millions de vues, mais de permettre de s'émanciper de YouTube. Côté utilisateur, mettre en ligne une vidéo sur PeerTube est aussi simple et rapide que sur YouTube. Côté administrateur, il est vrai qu'il faut certaines connaissances techniques. La marche à l'entrée reste compliquée, mais pas insurmontable. Il est toujours possible de se regrouper pour demander un coup de main à un connaisseur, voire même, payer un développeur pour le faire à sa place.

Propos recueillis par Anaïs Cherif

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2018 à 22:39 :
Merci de rajouter un M à l’acronyme GAFA pour le transformer en GAFAM car il me semble (mais je peux me trumper) que Microsoft doit (surtout après la sortie de Windows 10), faire partie de ce groupe.
a écrit le 16/10/2018 à 19:32 :
Ils semblent ignorer mon neveu Linus Torvalds !
a écrit le 15/10/2018 à 14:54 :
Bonne idée, mais si votre solution n'utilise pas la technologie blockchain, je ne vois pas en quoi elle est décentralisée.
Réponse de le 16/10/2018 à 0:57 :
Elle utilise le protocole ActivityPud, conseillé par la W3C et le Bitorrent. Blockchain n'est pas tout.
Réponse de le 17/10/2018 à 13:40 :
On n'a pas attendu la blockchain pour faire du décentralisé...
Réponse de le 23/10/2018 à 13:09 :
et puis la blockchain, quand tu vois comment bitcoin est devenu inutilisable pendant des semaines cet hiver lors du rush à moins de payer +50 dollars de frais de transaction pour passer en priorité, ou comment ethereum a été quasiment mis à genou juste avec les cryptokitties, tu rigoles doucement avec cette prétendue panacée.

l'avenir sera probablement plus du coté des DAG (graphes acycliques) mais c'est pas encore tout à fait au point en tant que solution qui repond au doigt et a l'oeil, les crypto qui ont embrayé dessus (Iota & co) galèrent à stabiliser la chose. Qui vivra verra…
a écrit le 15/10/2018 à 13:12 :
"Nous ne sommes pas des anarchistes : nous ne souhaitons pas que PeerTube devienne une jungle, où n'importe qui fait n'importe quoi. "

Vous ne savez donc pas ce que veut dire "anarchiste", vous utilisez le langage d’État qui a collé l'étiquette de danger public à l'anarchiste tacitement et pour le reste des temps.

""L'oppression d'un peuple ou même d'un simple individu est l'oppression de tous et l'on ne peut violer la liberté d'un seul sans violer la liberté de chacun." " Bakounine

Alors vous êtes bien sûr de ne pas être anarchiste ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :