Réalité augmentée et virtuelle : Facebook part à la conquête du marché avec un nouveau casque VR et des Ray-Ban "intelligentes"

Dans la réalité virtuelle, le réseau social va sortir en octobre un nouveau casque, Oculus Quest 2, avec l'objectif de conquérir le grand public. Dans la réalité augmentée, Facebook a noué un partenariat avec le leader mondial de l'optique EssilorLuxottica, avec pour premier objectif la sortie en 2021 de lunettes intelligentes de la marque Ray-Ban. L'enjeu est de taille pour Facebook, qui considère ces deux technologies comme le futur des interactions sociales. Décryptage.
Sylvain Rolland

5 mn

Le nouveau casque Oculus Quest 2 de Facebook, sur lequel le réseau social mise beaucoup pour démocratiser l'usage de la réalité virtuelle.
Le nouveau casque Oculus Quest 2 de Facebook, sur lequel le réseau social mise beaucoup pour démocratiser l'usage de la réalité virtuelle. (Crédits : Facebook)

Facebook n'a pas abandonné ses ambitions dans les technologies de réalité augmentée -faire apparaître dans un environnement réel des informations virtuelles- et de réalité virtuelle -s'immerger dans un environnement virtuel. Mercredi 16 septembre, le réseau social aux 2,7 milliards d'utilisateurs actifs par mois a dévoilé deux nouveaux produits ambitieux qui montrent que le géant espère toujours être celui qui trouvera comment imposer à tous ces technologies prometteuses.

Lire aussi : Facebook, réalité augmentée, réalité virtuelle : le monde selon Zuckerberg en 2030

L'Oculus Quest 2, le casque qui va démocratiser la réalité virtuelle ?

Du côté de la réalité virtuelle, Facebook va lancer en octobre la deuxième génération de son casque Oculus Quest, qui sera vendu 349 euros en France, soit 100 euros moins cher que la première version sortie l'an dernier. Surtout, cette deuxième itération marque, d'après la presse spécialisée, un véritable saut générationnel en terme d'expérience utilisateur. Comme la première version, le casque Oculus Quest 2 est autonome, c'est-à-dire qu'il peut fonctionner sans fil, sans PC, sans console ni smartphone, tout en procurant une véritable expérience de réalité virtuelle. Mais il est aussi plus léger, plus rapide et plus performant.

Pour Facebook, l'enjeu est de taille : proposer "le" casque qui démocratisera l'usage de la réalité virtuelle, une technologie très prometteuse, notamment pour l'univers du jeu vidéo. Mark Zuckerberg est un fervent aficionado de la "VR" depuis des années : d'après lui, il s'agit d'une "technologie révolutionnaire" qui représente ni plus ni moins que le "futur des interactions sociales". C'est pourquoi il a racheté la startup Oculus dès 2014, pour 2 milliards de dollars, avec l'espoir de démocratiser rapidement l'usage.

Mais même si le marché des casques de réalité virtuelle a cru de 50% par an ces deux dernières années d'après une étude de l'Idate Digiworld (8,5 millions d'unités vendues dans le monde en 2019, dont 330 000 en France), il reste toujours, en 2020, un marché de niche. En cause : une technologie pas assez mature, une expérience utilisateur contraignante, et pas assez d'applications.

Les prévisions des analystes sont toutefois très optimistes : l'Idate Digiworld prévoit une explosion des ventes de casques VR par cinq d'ici à 2024. Et les signaux faibles positifs se multiplient : d'après une étude de Venture Reality Fund, l'Oculus Quest 1 de Facebook, sorti en 2019, a permis aux ventes de logiciels VR de tripler en un an, marquant un "point d'inflexion" pour l'ensemble du marché. Facebook est donc dans les starting-blocks pour profiter de l'essor des usages, et a annoncé qu'il investirait 3 milliards de dollars dans les dix prochaines années.

Lire aussi : Avec l'Oculus Quest, Facebook peut-il faire de la réalité virtuelle un phénomène de masse ?

Changement d'approche pour la réalité augmentée avec des Ray-Ban "intelligentes" en 2021

Du côté de la réalité augmentée, Facebook mise sur les lunettes connectées. Et plutôt que de les développer lui-même comme l'a fait, sans succès, son concurrent Google, Mark Zuckerberg préfère faire appel à un spécialiste et dissimuler la technologie dans la mode. Le réseau social vient de signer un partenariat avec EssilorLuxottica, le leader mondial de l'optique. Ensemble, les deux marques vont lancer en 2021 une paire de Ray-Ban "intelligentes", dotées de fonctionnalités de réalité augmentée pour permettre à leur propriétaire d'avoir dans son champ de vision des données et graphiques sur la réalité autour de lui.

"Imaginez une paire de lunettes qui apporte, en 3D, une couche d'informations supplémentaires utiles et pertinentes en fonction du contexte, en plus de ce que vos yeux observent", décrit Facebook dans un message présentant le projet. "Les Ray-Ban représenteront notre première étape sur le chemin vers des lunettes à réalité augmentée, et elles sont plutôt jolies", a affirmé le patron du réseau social. Toutefois, Mark Zuckerberg admet qu'il y a "encore beaucoup de travail à faire sur les technologies fondamentales" pour arriver à une expérience utilisateur satisfaisante, notamment pour améliorer les capteurs, les capacités des caméras ou le logiciel devant "cartographier" en temps réel ce que le porteur des lunettes voit afin d'y ajouter des images virtuelles.

Que Mark Zuckerberg mette l'accent sur l'esthétique des lunettes et s'associe à une marque réputée et haut de gamme comme Ray-Ban, révèle un véritable pivot dans l'approche commerciale de la réalité augmentée. Plutôt que de mettre la technologie en avant, Facebook propose la réalité augmentée comme une option, une fonctionnalité de plus, dans des lunettes de luxe design. Une manière d'imposer l'usage en douceur. Ainsi, d'après EssilorLuxottica, le partenariat "combinera les applications et technologies de Facebook avec le leadership et les marques emblématiques de Luxottica et l'expertise d'Essilor dans les verres de lunettes pour aider les consommateurs à être mieux connectés avec leurs amis et leur famille", a souligné le groupe basé en France dans un communiqué séparé.

Lire aussi : Avec la réalité augmentée, Histovery réinvente la visite touristique

La vie privée, un vrai frein pour les lunettes connectées

A terme, Facebook souhaite faire de la réalité augmentée dans des lunettes connectées une alternative au smartphone et une porte d'entrée vers ses réseaux sociaux. "Un tel outil pourrait nous aider à remplir certaines tâches du quotidien, comme trouver les clés, se déplacer dans une nouvelle ville, ou enregistrer un moment particulier", ajoute l'entreprise.

Restent les craintes sur la violation de la vie privée. Facebook semble avoir retenu la leçon de Google, qui avait déclenché un tollé en 2013 lors de la sortie de ses "Google Glass", car l'appareil photo et la caméra intégrés pouvaient se déclencher discrètement. Ainsi, les porteurs des premiers prototypes de lunettes de Facebook seront seulement autorisés à enregistrer dans les bureaux de Facebook, chez eux et dans l'espace public, mais pas dans les espaces privés comme les magasins ou les restaurants, sans l'autorisation écrite des établissements. Pas sûr que cela suffise à apaiser les craintes...

Sylvain Rolland

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 17/09/2020 à 11:57
Signaler
En prenant du recul, c'est le bon moment, toutes ces promesses faites il y a dix ans de la part de toutes ces sociétés technologiques mais de tous leurs thuriféraires que sont politiciens et médias de masse également bien entendu sinon nous n'en auri...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.