Fibre optique : la Cour des Comptes sceptique sur la fin du cuivre

 |   |  701  mots
(Crédits : DR)
Dans un référé de février qu'elle a rendu public ce jeudi, la Cour s'inquiète du financement et du pilotage du plan très haut débit. Si la plupart des points semble avoir été pris en compte depuis dans la feuille de route gouvernementale, la question de la fin du réseau de cuivre, ainsi que celle de la place des réseaux câblés, font encore débat.

La Cour des comptes s'inquiète du financement et du pilotage du plan très haut débit, qui représente « l'enveloppe financière la plus élevée » du programme d'investissements d'avenir, soit 2 milliards d'euros, dont seulement 18,7% sont engagés au 30 octobre 2012. Elle a transmis au Premier Ministre le 8 février dernier un référé sur le sujet, qu'elle a rendu public ce jeudi, ainsi que la réponse de Jean-Marc Ayrault datée du 8 avril. La plupart des points soulevés semble avoir été pris en compte dans la « feuille de route numérique » adoptée par le gouvernement fin février, comme le souligne le Premier ministre : l'absence de pilotage de l'Etat notamment, avec la mise en place d'une mission Très haut débit qui va être pérennisée par la création d'un établissement public, ainsi que la réduction des risques financiers des réseaux d'initiative publique, avec la mise en place de primes attribuées aux projets regroupant plusieurs départements par exemple et l'harmonisation des projets.

L'extinction du cuivre à Palaiseau « pas représentative »
Une question semble encore faire débat, celui de la fin du réseau traditionnel de cuivre. « La question de la faisabilité et l'acceptabilité de l'extinction du réseau de boucle locale cuivre » n'est pas « tranchée » selon la Cour, qui s'émeut des « conséquences significatives » d'un arrêt du bon vieux réseau téléphonique : « installation d'une nouvelle prise optique dans tous les logements, changements de certains terminaux et notamment les anciens téléphones, arrêt des services d'alarme de santé ou de surveillance reliés au réseau cuivre, etc. » La Cour des comptes considère que l'expérimentation d'extinction du cuivre et de basculement total sur un réseau en fibre optique en cours à Palaiseau porte « sur un territoire qui n'est pas représentatif des zones les moins denses. » Le Premier ministre ne répond pas à cette objection, soulignant que « cette expérimentation doit fournir un retour d'expérience technique sur les contraintes opérationnelles d'un tel chantier » et qu'une mission a été confiée (à l'ancien président du régulateur des télécoms, Paul Champsaur) sur « les enjeux juridiques et économiques d'une bascule des clients du réseau de cuivre de France Télécom vers le futur réseau en fibre optique. » Antoine Darodes, le directeur de la mission Très haut débit, a fait valoir la semaine dernière que « il y a encore une vie pour le cuivre : il n'a pas dit son dernier mot. »

Ouvrir le réseau câblé aux autres opérateurs ?
Enfin un autre point doit encore être clarifié celui de la prise en compte de « l'ensemble des possibilités technologiques » dans la stratégie nationale de très haut débit pour tous en 2022, en particulier de « l'existence en France d'une infrastructure de réseaux câblés qui fait l'objet depuis le milieu des années 2000 d'un programme de rénovation en fibre optique » souligne la Cour des comptes qui estime qu'il serait « sous-optimal » de ne pas intégrer le câble dans les zones dites AMII (où les opérateurs privés, Orange et SFR pour l'essentiel, ont prévu de déployer, et même « injustifiable » en zone d'initiative publique. Ce à quoi le courrier de Matignon - sans doute préparé par la mission Très haut débit ou les conseillers du cabinet de la ministre déléguée à l'Economie numérique Fleur Pellerin - répond que « il appartient aux exploitants des réseaux câblés », à savoir Numericable et sa société s?ur Completel, de « prendre en compte les conditions d'ouverture et d'accessibilité » fixées par l'Arcep, le gendarme des télécoms. En clair, si Numericable veut bénéficier de subventions pour rénover son réseau en fibre optique, il lui faudra ouvrir son réseau aux autres opérateurs, c'est-à-dire proposer des offres de gros pour que SFR, Free, Bouygues Telecom ou même Orange puissent le louer et commercialiser leurs services auprès des clients. « C'est à l'Arcep de réfléchir à une solution » fait valoir une source gouvernementale.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2013 à 11:47 :
trés gros problème signalé ci dessous et que j'exprime autrement : une collectivité qui a confiée sa délégation à une filiale d'un opérateur, que cette collectivité pousse ensuite à la réussite de cette initiative alors que les réseaux sont en concurrence, et qu'il y en a d'autres en parallèle, comment peut elle rester neutre, surtout quand la réussite conditionne les élections !!!!!!!!!!!!!! d'où des collectivités qui se comportent comme si elles avaient créé un nouveau monopole, qui imposent des contraintes aux autres opérateurs en concurrence, voire qui interdisent aux autres de déployer, des abus absolument inqualifiables et le régulateur ferme les yeux !!! est ce qu'un collectivité va interdire le déploiement de la 4G parce qu'elle lui prend des parts de marchés sur son initiative de réseaux fixes mal ciblée ?? certains ont trouvé la parade en revendiquant effectivement un nouveau monopole local, mais il faudrait donc aussi nationaliser le mobile, le satellite ... car toutes les technologies sont possibles, elles évoluent trés vite et se concurrencent entre elles...la solution est à rechercher ailleurs, dans une symétrie des ouvertures réseaux, ce qui dopera la concurrence réseaux et améliorera la couverture, chacun fera son choix de déployer ou louer... et ensuite il sera facile et neutre d'imposer une couverture à tous les opérateurs puisqu'ils seront traitées de façon équitable.. c'est bien la dissymétrie qui induit tous ces travers de marché administré (obligation faite uniquement à FT de louer tous ses réseaux à prix coûtant, ce plus justifié et freine les déploiements) avec des olutions bancales où on mélange intérêts privés, publics, électoraux, finances publiques et privées, la grande soupe à la française, et sur le dos du contribuable et de la dette...
a écrit le 21/04/2013 à 23:08 :
On peut douter de couvrir en fibre le territoire sur peu d'année alors qu'il a fallu un siècle pour le faire par une administration qui n'avait pas le souci de la rentabilité comme privé à qui la fibre est confiée.
a écrit le 21/04/2013 à 16:08 :
merci pour ces explications claires, il est effectivement totalement absurde de poser le problème en technologie à imposer aux clients, il faut partir des besoins, des débits souhaités, des seuils psychologiques de prix... pour déployer les technologies qui collent à la géographie et à la diversité des besoins. Par ailleurs, de quel droit une instance de fonctionnaires peut décider de la technologie d'une entreprise ? est ce qu'on impose à toyota de faire des moteurs en titane, à citroen des jantes en alu, à fiat de supprimer les petites voitures pour imposer le haut de gamme unique à tous ??? dire qu'on paye cher ces fonctionnaires pour qu'ils torpillent ce domaine par ce décisions absurdes et d'abus de droit !, car il est clair que vu comment est posé le sujet, soit ils ont des problèmes de connexion des neurones avec la vraie vie industrielle et économique, soit l'intérêt des clients et des contribuables n'est absolument pas l'objectif, donc quel est l'objectif ? s'il est avouable, ce dont on ne peut que douter !!!!
a écrit le 21/04/2013 à 15:17 :
le problème dans cet aménagement du territoire qui devrait être d'intérêt général est qu'on donne des finances à des politiciens qui s'en servent bien sûr comme autant de projest d'afficahage pour préparer les élections. Donc aucune approche gestionnaire, on dépense pour faire mieux que le voisin qui a mis 20 millions d'euros, donc on passe à 25 pour ne pas être ridicule.. que ça serve ou non, que ce soit utile ou non, qu'on puisse faire mieux en dépensant moins...peu importe, ce n'est pas le problème, le sujet est de faire de l'affichage... et si les résultats ne sont pas bons, d'une part on n'en parle pas, d'autre part il suffit d'augmenter les impôts ...pas étonnant que les collectivités soient le 3eme pôle de la dette publique qui sacrifie l'emploi, un exemple de plus de dépenses pharamineuses surdimensionnées par rapports aux vrais beoins dont on ne parle même pas..il faudrait au moins des bilans publics, un suivi, des business plans clairs, la responsabilisation personnelle des décideurs sur le résultat.. rien de tout ça, on dépense, on taxe, on continue dans l'absence de toute gestion ...c'est un non sens de donner de l'argent public pour une activité commerciale.....il est donc totalement incompatible de vouloir dépenser utile et bien ciblé et de donner de l'argent aux politiciens pour s'en occuper ..c'est donner de l'argent à al quaida pour parler de démocratie ...
Réponse de le 21/04/2013 à 15:58 :
je ne connaissais pas ce domaine, mais les éclairage donnés ici et qu ont l'air clairs, donnent effectivement une toute autre vision que ce qu'on en lit dans la presse, et j'en comprends mieux les motivations.. et je partage totalement l'idée, surtout avec la vision donnée, qu'il est improductif de donner de l'argent au élus locaux pour détourner cette finalité d'améngament du territoire en outil électoral; ça devait être comptabilisé dans les comptes de campagne... et ce n'est de doute façon pas la bonne solution, ce qu'il faut c'est investir au niveau optimal, et pas du tout au niveau maximal quelqu'en soient les résultats qui une fois de plus ne seront de toute façon pas visibles...
Réponse de le 22/04/2013 à 8:51 :
Il est surtout totalement aberrant de re-financer une infrastructure publique de télécommunication sur des fonds publics alors qu'il en existait déjà une que l'Etat, dans sa grande clairvoyance, a cédé a un opérateur devenu privatisé.
Réponse de le 22/04/2013 à 12:25 :
bien d'accord, et les clients ont été nationalisés, puisque c'est l'état avec le régulateur qui leur impose la technique unique pour un client qui est soit disant unique et qui a un besoin unique, et en prenant d'autorité dans son autre poche de contribuable !! un débit intermédiaire moins cher avec une technique bien moins chère de montée en débit ? non, il n'y aura pas accès, l'état à décidé pour lui !!!! effectivement très difficile de suivre les méandres et la logique des décideurs politiques, à supposer qu'il y ait une logique !!
a écrit le 20/04/2013 à 17:56 :
la consanguinité et travail en circuit fermé ne peut aboutir à rien de bon. la régulation a détruit le secteur des équipementiers en ouvrant le monopole sans aucun accompagnement, la régulateur est trés satisfait de ses résultats, mais lesquels sachant qu'on pouvait faire beaucoup mieux..? le réseau cuivre est loué à prix coûtant à tous les opérateurs. La fibre est une autre solution pour des débits trés supérieurs mais trés chére. Il est de la compétence de chaque opérateur de définir sa stratégie et les domaines d'emplois des technologies en fonction de la densité des clients, des coûts des technologies, de l'évolution des besoins, des tarifs possibles, de l'anticipation à faire, de la diversité des besoins... décider la solution unique pour un client unique est une ineptie, à croire que cs instances ont privatisé les opérateurs mais nationalisé les clients...un administratif n'a aucune compétence ni aucune légitimité à imposer une technologie à un opérateur du secteur privé, c'est un non sens, mais c'est la pratique dans notre pays à l'esprit encore trés monarchique, même si c'est au détriment de clients et des contribuables, ce n'est pas le problème : le client est roi, le régulateur est souverain !! et la concurrence un alibi, un faire valoir à cette direction générale des telecom qui s'érige en temps que tel sans avoir les attributions, encore moins compétences opérationnelles pour pouvoir faire le moindre choix pertinent !! les absurdités techniques décidées sont légion !
Réponse de le 21/04/2013 à 15:08 :
le passé est jonché de ces plans câbles qui ont été de vrais désastres (effectivement pas pour tout le monde !), de couvertures radio, wimax... aucun bilans officiels de ces désastres financiers, aucuns enseignements, on continue dans la même absence de logique et surtout de business plan... à croire que le but n'est pas du tout le service au client ni l'optimisation fiscale avec des projets ciblés de façon nécessaire et suffisante ...on pourrait pas mettre une commision d'énquète sur ces errements qui chiffrent en dizaines de milliards quand pour 10 fois moins cher on a de 20 à 100M ?? pardon, ce serait les mêmes !!!! donc on est cuits, on n'a plus qu'à payer ce gouffre, un de plus ...
a écrit le 20/04/2013 à 16:42 :
attention aux décisions trop rapides, le maintient du FTTH tant poussé par des assos de collectivités, permet d'avoir des marchés publics en dizaines de millions d'euros, miam miam !!!! la montée en débit est une horreur, elle est à combattre farouchement car il n'y a pas d'appels d'offres, ou miséreux, ça coûte pas cher pour des débits qui satisferaient la majorité !!! ce à quoi s'occupent aussi les cabinets d'étude qui poussent à la roue de la dépense maximale acra payés au pourcentage des travaux sans aucune obligation économique de résultats !! non non, je vous dis que le sujet n'est pas clos, les lobbys s'en occupent et se n'est pas fini, et certains partis pourraient s'en occuper aussi, des fois que les caisses noires des députés et sénateurs soient supprimées !! il faut bien compenser, la nature (politique) a horreur du vide (financier) !! d'ici qu'ils nous fassent une loi pour obliger à la fibre pour tous, même pour ceux qui n'en n'ont pas besoin, et payés bien sûr par le contribuable, il n'y a qu'un pas ! c'est quand même pas le client et le contribuable qui vont la ramener dans notre monarchie mafieuse !!!
Réponse de le 20/04/2013 à 17:41 :
trés bien vu, c'est pas pour rien que les opérateurs freinent FT qui a tendance à aller trop vite, car plus il va moins vite, plus il y aura de zones dites con denses qui permettent d'avoir des appels d'offre publics. et le régulateur aide ce beau monde obscur, il a décrété 148 villes zones denses alors que SFR et surtout FT vont bien plus loin, près de 4000 communes vont être couvertes. Donc si un opérateur investi sur fond propre, n'importe quel autre (vrai) opérateur peut faire de même, les conditions sont équitables, mais non, le régulateur maintient quand même ces zones en classe non dense !!! monde totalement obscurci par l'absence de toute logique de régulation, mais dans le dessous de l'iceberg jamais abordé, ça a l'air de se débrouiller pas trop mal !!!! aux dépends certes de FT qui est obligé de travailler pour les autres, des clients qui n'ont pas droit à des services intermédiaires pas chers et des contribuables qui payent plein pot pour ces dépenses maximisées et sans nuance...pas de doute possible, on est bien en france !!
a écrit le 20/04/2013 à 16:24 :
numéricable a 4 millions de prises FTTLA (fibre + coax dans l'immeuble), il est inadmissible que ce monopole de fait qu ifait que le client final n'a pas accès aux autres fournisseurs de service ne soit dégroupé. le régulateur n'a pas vu ce monople et a donné les obligations d'opérateur dominant à FT qui est parti de zéro en FTTH comme d'autres, il doit donc produire des fibres sur le réseaux à prix coûtant pour les autres... un vrai système mafieux, il serait utile d'enquéter sur les incontournables renvois d'ascenceur de telles mesures incompréhensibles !!! et numéricable n'a pas à être subventionné, les opérateurs déploient sur fonds propres les équipements d'immeubles... par ailleurs numéricable ne se gène pas pour déjà demander des subventions aux CL pour fibrer ses immeubles , une vraie république bananière ....
Réponse de le 20/04/2013 à 17:45 :
eh oui, le régulateur n'a pas vu l'éléphant dans le couloir qu'est cet énorme monopole de numéricable et chasse les souris en donnant des obligations invraisemblables à FT. C'est le bon vouloir de cette autorité sans aucun contrôle et qui comme disait le patron de bouygues, a droite de vie ou de mort sur n'importe quel opérateur! ce qui se passe dans ce secteur administré est comme tout secteur administré, des arrangements occultes... il serait temps de banaliser ce secteur porteur en le mettant dans une concurrence totale, c'est à dire ouverture symétrique des réseaux, et chacun travaillera pour les clients et non sur comment récupérer le maximum d'avantages artificiels...
Réponse de le 22/04/2013 à 8:57 :
@éléphant... Une concurrence totale est envisageable, mais surement en laissant chacun tirer son infrastructure, car cela créera immanquablement des zones avec une douzaines de raccordements possibles, et d'autres (la majorité) sans rien, ou encore une fois, uniquement l'accès FT... Votre approche reviendrait a permettre a chaque constructeur automobile de se construire ses routes privées... joli bordel en perspective... L'infrastructure ne peut qu?être mutualisée et copropriété de l'Etat/Colletivités (c'est a dire nous) et des opérateurs si l'on souhaite que le territoire soit un petit peu organisé, et qu'il marche (d'où la présente des industriels a bord, pour éviter le pachyderme Etat seul). Une fois qu'on a un vrai réseau couvrant tout proprement, alors on pourra choisir son opérateur de services...
Réponse de le 22/04/2013 à 14:54 :
@ coupez : la concurrence des réseaux c'est ce qui se passe partout dans la monde et y compris en france !, - si la location de réseaux est ouverte, chacun fera son marché de façon optimale, location si intéressant, pose si jugé stratégique, ., ce qui n'est pas possible actuellement d'où la cacophonie et freins majeurs à la couverture numérique optimale - ce systéme se régulera en pose ou location, mutualisation par nécessité sur la partie capillaire en raison des coûts, solution bien préférable à des choix arbitraires par des administratifs éloignés du coeur des réseaux avec prix maximum imposé - - un nouveau monopole serait une absurdité d'inefficacité, nos 2000 milliards de dette viennent du public : état, sécu, collectivités - il n'y a pas de solution pérenne, toutes les technologies évoluent trés vite, cuivre, optique, mobile, satellite, et faire un réseau stable pour l'éternité est une vue de l'esprit, même les fibres vont évoluer, il est imporants que les opérateurs favorisent le stechnologies sinon on sera contraint par ce nouveau monopole au réseau figé - chaque opérateur étant dans des conditions équitables (ce qui n'est pas le cas actuellement, les coucous vivent aux dépends de l'OH qui est obligé de freiner ses investissements), il sera facile d'imposer une obligation de couverture comme c'est le cas pour le mobile qui est plus ouvert que le fixe, plus concurrentiel et au bilan plus performant en couverture - en résumé, il faut donner les conditions de réussite aux opérateurs en faisant simple et efficace plutôt que l'absurdité des règles imposées qui entravent le développement et déploiement et si le système perdure à distribuer des parts de marchés par un régulateur qui fait la pluie ou le beau temps pour tel ou tel opérateur, c'est pour des intérêts particuliers et surement pas dans l'intérêt des clients et des contribuables
Réponse de le 22/04/2013 à 17:32 :
Auriez-vous la bonté de me citer un endroit dans le monde où la boucle locale fixe est réellement déployée en concurrence par plusieurs opérateurs ? Même dans le pays de la "concurrence", les Baby Belles étaient distribuées géographiquement, et ont depuis fusionné a nouveau, en trois gros "machins"... Le scénario est le même partout. Une boucle cuivre, et une boucle coax, toutes deux issues des monopoles historiques...
a écrit le 19/04/2013 à 17:13 :
Avec la technique du VDSL2 , dont Alcatel est pionnaire das le domaine, le cuivre a encore de l'avenir ! Avec VDSL2 on obtient jusqu'a 100 mega bits/seconde !
Réponse de le 20/04/2013 à 16:32 :
100% d'accord, si le régulateur laissait les opérateurs développer les bonnes technologies plutôt que mettre les batons dans les roues, imposer des contraintes absurdes, limitatives, pour le dogme du tout fibre (qui veut encaisser des dizaines de milliards de subventions) voit d'un sale oeil que le cuivre soit trés performant et pas cher, on aurait plus de débit pour moins cher. et les opérateurs qui freinent le déploiement de FT pour qu'il y ait plus de zones non denses, rabachent que la montée en débit n'est pas rentable, parce que plutôt que d'investir de dizaines de milliers d'euros sur fond propre dans la montée en débit, ils préfèrent avoir des dizaines de millions d'euros de subventions sur le FTTH ..une fois de plus, le pigeon est le contribuable qui paye ...pas de doute possible, on est bien en france, le pays du droit écrit mais ensuite tout se discute, et le pays des lobbys qu iont des bureaux à l'assemblée..
Réponse de le 22/04/2013 à 18:47 :
Priez pour ne pas etre a plus de 2000 metres du DSLAM alors... Désolé, le VDSL2 est bel et bien réservé aux zones denses...
Réponse de le 28/04/2013 à 14:31 :
+1 VDSL2 est une vieille technologie (2005), largement utilisée ailleurs dans le monde depuis 2006 sauf ... en France!. http://en.wikipedia.org/wiki/VDSL2#Europe . De plus les débits sont de l'ordre de l'ADSL2, et c'est logique, c'est la même technologie (OFDM). Donc si vous avez 500 Kbits/sec, ne comptez pas sur le VDSL2 pour avoir davantage.
a écrit le 19/04/2013 à 8:14 :
La contribution des français via un gouvernement pour mieux payer plus tard une utilisation obligatoire que l'on confira à des interêt privés!
On oublie que l'on a plus a proteger notre "Souveraineté", puisque plus de frontière etc...
Réponse de le 19/04/2013 à 12:37 :
Bien vu, Com d'hab. Malheureusement. Par contre, aucun rapport avec la "souveraineté". C'est juste une question de fric par rapport à l'intérêt commun. Et là, tout est fait pour que les intérêts privés et surtout particuliers l'emportent. D'où cette charmante crise, d'ailleurs.
Réponse de le 19/04/2013 à 13:38 :
C'est vrai qu'être souverain c'est proteger sa population, ses entreprises, son territoire, en bref son interêt et... investir dans ce but!
a écrit le 19/04/2013 à 1:21 :
A quand le développement de la SYMETRIE pour tous comme le SDSL par exemple? Le cuivre est là, il ne reste qu'à remplacer les terminaisons. Internet est sensé être interactif néanmoins l'asymétrie est un frein à la création et à la diffusion de l'information. A la limite je m'en balance royalement de pouvoir télécharger à 100 Mbps si c'est pour attendre 2 h pour envoyer mes photos de vacances par email ou faire de la visiophonie saccadé au format timbre poste.
Réponse de le 19/04/2013 à 11:43 :
@ CRC 32: Les stats réseaux montrent que 10% des clients utilisent 70% de la bande passante remontante (upstream). 90% des clients sont largement satisfaits avec des débits asymétriques style 100M/5M. Pourquoi faire payer par l'ensemble des clients, voire par le contribuable des réseaux surdimensionnés ? Vous avez toujours la possibilité de prendre des offres entreprises/professionnels.
Réponse de le 19/04/2013 à 12:48 :
@Bubu

Vous tirer des conclusions biaisées par le fait que l'ensemble des particuliers sont raccordés avec une liaison asymétrique qui interdit de nouveaux usages. C'est comme faire des stats en Afrique et dire que 90 % des africains sont satisfaits de vivre avec un revenu moyen inférieur à 500 euros. Pourquoi est-il toujours question de financer des réseaux "très haut débit" sans contre-partie financière des opérateurs privés? France Télécom vit bien de sa rente liée à la boucle locale alors la France pourrait en faire de même à prix coûtant pour moderniser ses infrastructures et une fois l'infrastructure amortie en tirer un profit pour financer sa dette. Je songe effectivement à souscrire à l'offre SDSL SYMETRIQUE de OVH (le seul opérateur "grand public" pour ce type de prestation) pour la modique somme de 29,90 euros TTC puisque les programmes TV ne m'intéressent guère. D'après leur test d'éligibilité il me serait possible d'obtenir jusqu'à 5 Mbps dans les 2 sens ce qui me semble pas si mal que ça au regard de ce que propose la concurrence.
Réponse de le 20/04/2013 à 16:02 :
le symétrique existe et est commercialisé, plutôt pour les pros. Total délire sur la boucle locale : FT la loue à prix coûtant est est trés audité par l'arcep. Faire du FTTh opute 10 fois plus cher, la bonne techno en zones peu denses est de faire du vdsl, de 20 à 100M, compatible FTTH ensuite, ou raccordement fibres à la demande...les technos ont un coût qui explose dans les zones peu denses et qu'il serait impossible d'amortir mais à fond perdu du contribuable;, le me^me que les client! , il serait déraisonnable de dépenser des dizaines de milliards quand on a déjà 2000 milliards de dette. la solution rationnelle est que les tarifs représentent les coûts
Réponse de le 21/04/2013 à 12:11 :
A défaut de totale symétrie, on pourrait avoir du légèrement asymétrique (genre 100/30)... ca fera plaisir aux deux camps ;-)
a écrit le 18/04/2013 à 21:31 :
Ce n'est pas à l'Etat de financer. Il n'a aucune compétence technique pour prendre des décisions et pour solvabiliser le marché, qui existe déjà. Si c'est juste pour développer la future valeur boursière de Numéricable, c'est scandaleux.
Mme Pellerin manque de personnalité médiatique dans un des seules secteurs en progression et qui demande de la visibilité. C'est dommage. Elle a juste à fédérer des personnalités d?entrepreneurs déjà existants. NKM était au moins sponsorisé par son frère et avait de l'ambition (pour elle-même!), à défaut d'en avoir fait beaucoup plus.
Réponse de le 19/04/2013 à 0:45 :
+1, le régulateur et l'état veulent s'ingérer dans des décisions techniques qu'ils ne maitrisent pas du tout, ça fait des décennies que leurs grands projets sont des désastres : plans cables, wimax, délégations de services publics, au moins une dizaine de milliards gaspillés, et pas de bilans, pas d'enseignements, on recommence... le THD c'est le nouveau plan câble du gouvernement... et la 4G ? quelles conséquences ? ah bon, on n"'y a pas réflechi, mais pour ne pas perdre la face, on ne change rien à ce qu'on a dit, on dépense...
Réponse de le 19/04/2013 à 11:53 :
Seul l'état peut avoir une vue sur l?intérêt général à long terme... Si on faisait confiance à l'industrie pharmaceutique pour développer le système de sante, à la Deutschbahn pour organiser le système de transport en France (ou à AirFrance), à Poweo pour décider de l'organisation des moyens de production électriques, on aurait du souci à se faire... Heureusement l'état réglemente...
Réponse de le 19/04/2013 à 12:53 :
Réglementer comme imposer un quatrième opérateur de téléphonie mobile alors qu'il était question de sanctionner les abus d'un oligopole? L'état ne joue malheureusement plus son rôle de régulateur depuis des lustres.
Réponse de le 20/04/2013 à 16:07 :
propos à coté de la réailité : le régulateur se cantonne à donner des parts de marchés par des règles anticonrurentielles, je veux bien être patron d'une usine de voiture pas chères si on me subventionne le prix de l'acier (pris des licences pour free), si quand je vends une voitures, les autres constructeurs sont obligés de me subventionner 40% (les surfacturations d'appel de free), que renault ait l'obligation de me pretéer son usine d'assemblage à prix coûtant voire qu'il soit obligé de me produire la corrosserie à prix coûtant (obligation de FT à louer ses réseaux numériques à prix coûtant et production de fibres pour les autres opérateurs..), et que si peugeot sort une belle voiture on lui dit d'attendre et on lui impose de ne pas baisser ses prix (conditions imposées à FT).. on mlarce sur la tête, et on freine les investissements, la couverture numérique et les élus sortent le chequier sur des projets non maitrisés, déjà 5 milliards gaspillés... mais à part ça tout va bien et haro sur le baudet !!!
a écrit le 18/04/2013 à 21:24 :
On va encore prendre du retard.
Réponse de le 19/04/2013 à 12:39 :
Pourquoi aurais-je besoin d'un débit énorme hormis pour pirater..?? Manque de bol pour votre raisonnement, je ne pirate pas. Dois-je m'y mettre..??
a écrit le 18/04/2013 à 20:35 :
Si le cuivre doit disparaitre, la rente de Orange (FranceTelecom) sera assurée comment ??? Une redevance ?
Réponse de le 19/04/2013 à 0:41 :
FT est obligé de louer à prix coûtant les fils de cuivre, mais aussi le génie civil et est aussi obligé à louer à prix coûtant les débits, fibres, locaux....issus de ses investissements propres, ce qui finit par freiner la capacité d'investissement et donc de déploiement numérique...aucunes obligations inverses, et même numéricable qui a 4 millions de prises FTTLA et peut amener du 100M sur réseau privatif n'a pas été dégroupé, c'est orange qui démarre sur le FTTH come les autres et qui a les obligations d'opérateur dominant !!!
Réponse de le 19/04/2013 à 13:04 :
@réalité

France Télécom n'a pas pour vocation de réaliser un quelconque bénéfice pour financer le déploiement d'un nouveau réseau. Il me semblait qu'il avait été décidé de démanteler France Télécom pour ouvrir la boucle locale à la concurrence même si dans les faits France Télécom favorise toujours sa filiale commerciale Orange au détriment de la concurrence. Numericable ne possède PAS 4 millions de prises "très haut débit" coaxial mais plutôt des adresses éligibles à son offre 100 Mbps, ce que ne signifie pas la même chose.
Réponse de le 20/04/2013 à 12:17 :
Le problème ne se poserait pas de la même manière si l'Etat se décidait enfin a respecter la constitution, en sortant de FT ses 27% de participation, et en la transformant en 51% d'une société mixte avec l'ensemble des opérateurs, dans laquelle serait reversé l'infrastructure fixe d'Etat illégalement attribuée a une entreprise commerciale unique. La schizophrénie doit cesser, et il n'y a qu'une seule porte de sortie. Ensuite, qu'on loge de la fibre ou du cuivre dans les "chemins" unifiés ne sera qu'opportunité locale... Les deux cohabiteront encore un bon moment.
Réponse de le 20/04/2013 à 16:12 :
il serait totalement absurde de créer un nouveau monopole géré surement par les collectivités, celles qui sont les 3eme poste de notre dette colossale, aucune logique de gestion ni de pilotage par la performance... par ailleurs, les technologies évoluent trés vite et se concurrencent, comment une commune va dimensionner son réseau fibres en fonction de l'arrivée de la 4G mobile ???? avec quelle vision et quelle pertinence ??? et si c'est pour dire, pas de problème, si on fait des erreurs on augmente les impôts, ce n'est pas tout à fait le sens de l'histoire ...les choix technologiques sont l'affaire des spécialistes pas de fonctionnaires qui ferment les bureaux à 17h et vont traduire leurs cadences infernales dans des tarifs obligatoires sans concurrence !!!
Réponse de le 20/04/2013 à 16:18 :
@ CRC32 : il est de la logique de chaque opérateur de développer les réseaux qui lui semblent pertinents pour développer les services voulus, on est en concurrence. donc la stratégie réseaux est l'affaire des opérateurs et il est trés dommageable pour la couverture numérique de freiner à ce point FT par des règles artificielles, c'est le contribuable qui paye le manque de déploiement induit et les autres opérateurs au lieu d'investir, ne cessent de faire pression su le régulateur pour profiter au maximum des réseaux de FT, une régulation qui entrave le développement plutôt que le développer, il faut des ouvertures symétriques des réseaux et on aura une vraie dynamique concurrentielle, chacun loue les parties de réseaux de l'autre ou développe son propre réseau en fonction de ses choix stratégique, c'est comme ça dans tout le reste du secteur marchand, rien ne justifie ces aides occultes et discrétionnaires contraire au droit du commerce !
Réponse de le 21/04/2013 à 17:34 :
@ concurrence : synthèse trés pertinente et la seule capable de laisser le marché se développer. le régulateur est totalement à coté de la plaque et freine tout déploient par son ingérence dans la technique qu'il ne maitrise pas du tout !! que de dégâts et sommes colossales gaspillées avec son appuis !!
Réponse de le 22/04/2013 à 9:04 :
CRC, vous savez parfaitement que les réseaux déployés utilisent tous les mêmes technologies : en prenant l'exemple mobile, tous les réseaux mobiles furent 2G, puis 3G, +, DC, et maintenant LTE... On ne peut vraiment pas dire que chaque opérateur choisisse sa technologie, il suit simplement l'évolution de la techno. A tel point que les licences accordées mentionnent explicitement la technologie autorisée (et heureusement pour nous). A partir de cette base, on se demande quel est l'intérêt de déployer 4 réseaux mobiles de 15000 BTS couvrant tous plus mal la population les uns que les autres, alors qu'un seul de 25000 couvrirait tout le monde... En plus, le spectre radio est une ressource rare, qu'on le commercialise en petits morceaux, au lieu encore une fois de l'utiliser en un gros bloc partagé et optimisé, qui présenterait des performances nettement meilleures (typiquement le cas du LTE). Les cas de l'ADSL et de la Fibre sont similaires, puisque quelle que soit la modulation choisie, les deux supports sont totalement normalisés et communs d'un réseau a un autre...
Réponse de le 22/04/2013 à 15:11 :
@ SHA-1 : votre vision est trés réductrice et vous confondez interopérabilité imposée par l'UIT pour qu'effectivement les réseaux sont interconnectables et fonctionnent à l'échelle de la planète et la foison de technologies ayant des caractéristiques propres sur le plan technico-économique et en terme de performances rendues. Et les solutions les plus performantes sont celles qui sont hybrides, complémentaires...c'est la concurrence qui fera que peut être demain un opérateur va faire un service mélangeant fixe et satellite ou 3G + satellite qui fera la différence...par ailleurs, le choix de la fréquence, du type de déploiement : taille des cellules, position..de la cible couverte... sont des choix stratégiques, de même que la conception des cellules, l'allocation de ressources... sont le coeur de métier des architectes et designers de réseaux... c'est dans cette compétition que se fait la différence...toute l'erreur véhiculée consiste à faire croire que les réseaux télécom sont des rails de chemin de fers, ça n'a strictement rien à voir, le stechnologies sont trés évolutives et se concurrencent entre elles, la fibre va être concurrencée par la 4G, la montée en débit peut avoir un bien meilleur rapport débit/coût que le FTTH pour quantité de clients qui se satisferaient de cette gamme, rien n'est figé, rien n'est pérenne... même les fibres posées sur des longues distances doivent être remplacées pour pouvoir monter en multilongueur d'onde...les technologies sont libres et sont l'outil d?évolutivité tehnico-économique des réseaux pour apporter plus de service, d'offres, de baisse de coûts.., tout en garantissant l'interopérabilité - du moins temps qu'on n'est pas retourné en monopole sclérosant de réseau qui imposera le choix parmi une solution et à prix maximum, régression assurée !!
Réponse de le 22/04/2013 à 17:08 :
Vous rêvez tout éveillé cher Confusion ;-) Cela fait un bon moment que les technos mobile et fixes sont totalement indifférenciées. Parlez-en aux opérateurs WiMax qui ont un instant cru a votre utopie... Ils migrent tous en LTE, faute de terminaux. La production ultra massive de terminaux impose la cadence, parce que sans terminaux, pas de réseau. Il serait par contre grand temps que les opérateurs pensent a se différencier en matière de services, a l'instar du fixe. Regardez également les opérateurs DSL, qui sont sur leurs DSLAM en zones dégroupées, et sur ceux de FT en zone étendue.. Même cuivre, même techno, même box... par contre, on peut trouver quelques petites nuances embryonnaires de services d'un opérateur a l'autre.. Et tout ceci sur un réseau cuivre absolument unique, remontant a un siècle, et inchangé depuis lors (simplement entretenu/renouvelé)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :