5G : l'UE se dit capable d'éviter la dépendance à Huawei

 |   |  549  mots
(Crédits : Thomas Peter)
Voulant être garante de "la sécurité" et de "l'autonomie technologique", la Commission européenne s'est positionnée en faveur des fournisseurs européens qui pourraient selon elle remplacer le groupe chinois pour développer les nouveaux réseaux 5G.

Le rêve de conquête de Huawei en Europe s'éloigne encore un peu plus. Après la Grande-Bretagne, la France il y a deux jours selon Reuters, suivant la position des États-Unis, c'est au tour de l'Union européenne d'émettre ses réserves sur le recours aux infrastructures 5G du groupe chinois sur le Vieux continent.

Pour installer ses nouveaux réseaux, la Commission européenne a assuré vendredi que les groupes européens Nokia et Ericsson peuvent fournir à l'UE tout ce dont elle a besoin pour développer les infrastructures de la 5G si la firme de Shenzhen devait être écarté pour des raisons de sécurité.

"Les groupes européens sont en mesure de fournir ce dont l'Europe a besoin", a assuré un fonctionnaire européen.

Trois groupes offrent des solutions complètes pour la 5G: le finlandais Nokia, le suédois Ericsson et le Chinois Huawei, a expliqué un fonctionnaire européen. D'autres, comme le coréen Samsung et le chinois ZTE, offrent des solutions "pour une partie du réseau", a-t-il ajouté.

Mais la sécurité doit primer dans les choix européens, a insisté la Commission dans un rapport publié vendredi.

"Il est plus important que jamais d'assurer un niveau élevé de sécurité lors du déploiement des réseaux de 5G dans l'UE au vu des besoins croissants en infrastructures numériques de nos économies", a expliqué le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton.

La promesse d'une autonomie technologique

"En coopération avec les États membres, nous nous engageons à mettre en place des mesures fiables, coordonnées, non seulement pour assurer la cybersécurité de la 5G mais aussi pour renforcer notre autonomie technologique", a-t-il ajouté dans un communiqué.

"L'intégrité des réseaux de télécommunications est la clef de voûte d'une architecture sécurisée dans tous les États membres", a insisté le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer. "Il s'agit de limiter autant que possible tous les risques, techniques et non techniques", a-t-il averti. L'Allemagne assure la présidence semestrielle de l'UE depuis le 1er juillet.

L'Union européenne doit "identifier les fournisseurs à hauts risques", a indiqué la Commission européenne.

Sur la même ligne que l'ex-membre britannique

"L'UE ne s'oppose à aucune entreprise", a affirmé le fonctionnaire européen. "Mais une de ses priorités est d'éviter la dépendance vis-à-vis de fournisseurs à risques", a-t-il expliqué.

Le Royaume-Uni, qui quitte l'UE, a annoncé il y a dix jours sa décision d'expurger son réseau 5G de tout équipement produit par Huawei en raison d'un risque pour la sécurité.

L'achat de nouveaux équipements Huawei sera interdit après le 31 décembre 2020 et les équipements existants devront être retirés d'ici 2027, a précisé le gouvernement britannique.

La décision de Londres a été saluée par l'administration américaine, et dénoncée comme "politisée" par Pékin. Nokia et Ericsson ont dit être en mesure de remplacer le groupe chinois au Royaume-Uni.

Selon le Wall Street Journal, la Chine pourrait exercer des représailles contre Nokia et Ericsson si l'Union européenne empêche Huawei d'accéder au marché de la 5G.

Lire aussi : 5G: Huawei sera bien exclu, à terme, des réseaux mobiles français

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2020 à 17:19 :
Nous remercions les frouançais de nous avoir choisit chez Palentir comme backdoor pro occidental !
a écrit le 25/07/2020 à 14:36 :
Ne boudons pas notre plaisir: une très sage et excellente décision. Nous ne pouvons pas abandonner systématiquement tous les domaines de la Tech. sur des peurs irrationnelles, mais juste retour des choses, une décision irrationnelle, -le danger que représente un groupe chinois-, nous permet de pousser nos acteurs locaux: excellent donc! Il faut regagner en Europe le terrain abandonné, et dénoncer les positions moyenâgeuses, surtout quand elles vont à l'encontre de nos priorités: le développement de nos économies, mais aussi la sauvegarde de nos environnements..
a écrit le 25/07/2020 à 10:39 :
La situation est aberrante ! L'Europe à 2 acteurs dans la 5G. Pas la peine de s'exciter sur le domaine !
Par contre on est totalement dépendant des GAFAM US dans d'autres. Et on ne fait rien pour essayer de remédier à ce problème majeur ?
On se fait piller nos données par les US et on laisse faire.
réveillons nous mais arrêtons de parler de 5G mais plutôt GAFAM !
Réponse de le 26/07/2020 à 11:22 :
Ne mélangeons pas tout.
La 5G pour les télécoms, ce st des infrastructures, des appareillages, des antennes, des autoroutes hertziennes de l'information, essentiellement du hardware associé à du software pour acheminer les bits en accéléré et coordonner et gérer tte cette machinerie.
Y a derrière des emplois industriels et de RD ht de gamme associés à de la souveraineté technologique qu'il est préférable de conserver ds l'UE plutôt que de tt faire dépendre de Chine ou d'ailleurs, ce que les US champions des Gafa ont semble-t-il perdu avec leur idéologie" fabless".
Les Gafa, c'est essentiellement du software et leurs applications Gd public et Pro, sachant par ex qu'Apple tire la majeure partie de ses revenus avec l'écosystème applicatif autour de l'iPhone avec les Appstore, abonnements de contenus audio, vidéo destinés à ses clients captifs.
Apple, comme Google ou Facebook fait vivre très largement une petite armée d'ingénieurs et de concepteurs geek de très HT niveau. Tt le reste est sous traité ds le monde entier pour une poignée de figues.
Ils bénéficient, de part leur qualité de précurseurs et d'innovateurs d'un énorme réseau captif de clients qu'il est illusoire de concurrencer au niveau européen.
Les chinois ont pu relever le défi, mais au prix d'une interdiction pure et simple des Gafa sur leur sol, tt en poussant les feux des Baidu et de l'immense marché captif intérieur.
a écrit le 25/07/2020 à 8:38 :
La 5G, vous ne la vouliez pas vous l'aurez quand même.

Et il est où le principe de précaution là ?
a écrit le 25/07/2020 à 5:39 :
Aucun pays en europe n'est capable de fabriquer ce type d'equipement.
C'est soit coreen, chinois ou americain.
a écrit le 24/07/2020 à 21:19 :
Tout cela c'est pour faire plaisir aux Américains mais si c'est pour acheter européen pourquoi pas, mais dans ce cas il faut voir à long terme , si c'est pour viser une certaine autonomie technologique alors il faudra aussi apprendre à terme à se passer de composants chinois ou américains.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :