« Gilets jaunes » : le mouvement pèse sur les ventes d’Orange

 |   |  384  mots
Stéphane Richard, le PDG de l'opérateur historique Orange.
Stéphane Richard, le PDG de l'opérateur historique Orange. (Crédits : Reuters)
Stéphane Richard, le PDG de l’opérateur historique, se dit inquiet des conséquences du mouvement des « gilets jaunes » sur son activité commerciale.

La mobilisation des « gilets jaunes » n'épargne pas Orange. Ce mercredi, en marge du show « Hello » organisé chaque année par l'opérateur historique pour présenter ses nouveautés, Stéphane Richard, le PDG du groupe, s'est dit « inquiet des conséquences (du mouvement) sur le business »« On en est à quatre samedis d'affilée avec pratiquement aucune activité commerciale », a-t-il souligné.

« On a dû fermer énormément de boutiques dans les centres commerciaux, a-t-il affirmé. Cela va évidemment avoir un effet très important sur les chiffres. »

D'autant que la période de Noël est une moment crucial pour les opérateurs télécoms, qui vendent généralement beaucoup de forfaits mobiles et d'abonnements Internet.

Le PDG d'Orange a aussi indiqué que certaines boutiques ont été « saccagées » et « vandalisées ». Il a notamment cité celle des Champs-Elysées à Paris, celle de La Canebière à Marseille, ainsi qu'une autre à Saint-Etienne. Selon Stéphane Richard, certains équipements ont également été dégradés, mais pas de manière significative, a-t-il précisé.

Orange versera une prime à ses salariés

En outre, ce mardi, Orange a annoncé, dans un communiqué, qu'il versera une prime de 1.000 euros à tous ses salariés en France dont le salaire annuel brut est inférieur à 25.000 euros, et de 500 euros à ceux gagnant entre 25.000 et 30.000 euros. L'opérateur historique fait partie des grands groupes qui ont répondu à l'appel d'Emmanuel Macron. Lundi soir, afin d'apaiser la colère des « gilets jaunes », le président de la République a notamment demandé aux entreprises « qui le peuvent », sur la base du volontariat, de verser une « prime de fin d'année à leurs employés ». « Une prime qui n'aura à acquitter ni impôt ni charge », a précisé le locataire de l'Elysée.

Ce mercredi, Stéphane Richard est revenu sur l'initiative d'Orange :

« Il fallait essayer, modestement, de contribuer un peu à donner un élan, et de faire en sorte que les choses rebasculent du bon côté, a-t-il affirmé. Parce que je crois que notre pays ne peut pas se permettre de rentrer dans un blocage très long, à une forme d'affrontement interne, qui aurait des conséquences effrayantes sur la vie économique du pays, sur l'emploi, et, finalement, sur le bien-être de tout le monde, y compris des plus modestes. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2018 à 23:52 :
des salaires très bas chez Orange sauf les dirigeants. De très nombreux d’entre eux dont des cadres d’expérience voient partir chaque mois la moitié voire plus de leur salaire juste pour se loger, le reste pour élever les enfants. D’autres doivent sous-louer une chambre de leur domicile pour payer les études des plus grands. Très loin de ce multimillionnaire qui s’offre un one man show aux frais d’Orange et consent des miettes aux plus bas salaires : Orange s’affiche meilleure performance du CAC 40 mais donne deux fois moins que Free et trois fois moins que Total qui donnent à tous les salariés sans discrimination.
a écrit le 12/12/2018 à 20:12 :
C’est la «  morosité «  qui fait baisser toutes les ventes , la sinistrose...
Comment aider les populations à avoir le «  moral »?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :