Mobile  : les enchères 5G se dérouleront fin septembre

Une fois que les fréquences dédiées à cette nouvelle génération de communication mobile auront été attribuées, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free pourront lancer leur service quand bon leur semble, en fonction de leurs priorités.
Pierre Manière

4 mn

L'Arcep n'a pas suivi les appels de certains opérateurs, SFR et Bouygues Telecom, qui souhaitaient repousser l'organisation de ces enchères fin 2020, voire début 2021.
L'Arcep n'a pas suivi les appels de certains opérateurs, SFR et Bouygues Telecom, qui souhaitaient repousser l'organisation de ces enchères fin 2020, voire début 2021. (Crédits : Rafael Marchante)

Les opérateurs croiseront le fer fin septembre. L'Arcep a levé le voile ce jeudi sur la date des enchères 5G. D'après le régulateur des télécoms, celles-ci auront lieu à la rentrée, entre le 20 et le 30 septembre. A cette occasion, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free batailleront pour décrocher un maximum de fréquences dédiées à cette nouvelle génération de communication mobile. L'enjeu est important : ceux qui en remporteront le plus seront en mesure de proposer un meilleur service que leurs concurrents dans les années à venir, et ainsi, peut-être, ferrer davantage de clients.

L'Arcep n'a pas suivi les appels de certains opérateurs, SFR et Bouygues Telecom, qui souhaitaient repousser l'organisation de ces enchères fin 2020, voire début 2021. L'autorité argue, d'une part, que le secteur des télécoms a globalement bien résisté à la crise du Covid-19. Elle souligne, d'autre part, que les pouvoirs publics ne souhaitaient pas reporter davantage les enchères. Celles-ci devaient initialement avoir lieu au mois d'avril, mais n'ont pu se dérouler comme prévu suite à l'épidémie de coronavirus.

L'Arcep veut une 5G « choisie et progressive »

Ce choix de l'Arcep ne ravira donc pas Bouygues Telecom et SFR. Ces dernières semaines, ces acteurs ont déclaré, à maintes reprises, que la 5G n'était plus la priorité du pays. Bouygues Telecom estimait préférable que le secteur mette davantage de moyens pour achever la couverture 4G, notamment dans les zones blanches qui ont souffert d'un mauvais accès au numérique pendant le confinement, avant d'investir dans cette nouvelle technologie. D'après l'opérateur de Martin Bouygues, la 5G n'apportera fondamentalement rien de nouveau pour les consommateurs avant 2023.

Ces sorties de Bouygues Telecom et de SFR ont toutefois poussé l'Arcep à modifier une importante obligation liée à l'attribution des fréquences 5G. L'autorité autorise désormais les opérateurs à lancer la 5G quand bon leur semble, une fois les fréquences attribuées. « Nous souhaitons que l'arrivée de la 5G soit à la fois choisie et progressive, a déclaré Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, lors d'une conférence de presse en ligne. Nous avons entendu que certains opérateurs avaient plus d'appétence pour la 5G que d'autres. » Résultat : l'Arcep a levé une obligation qui forçait, jusqu'alors, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free à couvrir au moins deux villes en 5G d'ici la fin de l'année. « Nous ne voulons pas être dans une posture où l'Etat forcerait les opérateurs à lancer la 5G, a insisté Sébastien Soriano. Les opérateurs seront libres de choisir quand lancer cette technologie. »

Amélioration de la couverture 4G

En parallèle, le président de l'Arcep a rappelé que les opérateurs sont contraints, au titre des obligations liées aux fréquences 5G, d'améliorer la qualité de leur couverture en 4G. Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free devront, en particulier, passer 75% de leurs sites 4G en 4G+, offrant beaucoup plus de débit, d'ici à 2022. A ce sujet, Sébastien Soriano a déclaré qu'il était prêt à discuter avec les opérateurs désireux d'« aller plus loin » que cet objectif. Interrogé sur les contreparties que pourraient négocier, en retour, les opérateurs, Sébastien Soriano a botté en touche. « J'ouvre la discussion, a-t-il affirmé. Je ne veux pas préjuger d'éventuelles contreparties... »

L'Arcep a aussi balayé une autre demande de Bouygues Telecom. L'opérateur militait pour une ristourne sur le prix des fréquences 5G - dont le prix plancher a été fixé à 2,18 milliards d'euros - en échange d'investissements plus importants dans la 4G pour en finir avec les zones blanches. A ce sujet, Sébastien Soriano a rétorqué que les opérateurs se sont déjà engagé à couvrir les territoires encore dépourvus de mobile dans le cadre d'un accord, baptisé New Deal, signé avec l'Etat en janvier 2018. Comme La Tribune l'a dévoilé, il a confirmé que les opérateurs n'étaient, d'ailleurs, pas au rendez-vous de leurs obligations. « Le nombre de sites attendus dans le cadre du New Deal ne sont factuellement pas là aujourd'hui », a-t-il souligné. Si les opérateurs arguent, à juste titre, que la crise du Covid-19 a engendré des retards, certains n'auraient, toutefois, « pas vraiment joué le jeu », nous précisait la semaine dernière une source proche du dossier. Si tel est le cas, les contrevenants pourraient bientôt être sanctionnés par l'Arcep.

Pierre Manière

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 12/06/2020 à 22:42
Signaler
Ouf, l’état major d’orange va pouvoir bien festoyer tout l’été pour se consoler de l’annulation du festival de Cannes et de Roland garros, et Richard son chef septuagénaire le Epstein français continuer à cibler des enfants sur youtube en chemise e...

à écrit le 12/06/2020 à 9:51
Signaler
La 5G sera un excellent outil pour piloter une flotte de drones en temps réel. La chine a déjà développé la technologie puisqu'ils sont capable de faire voler et synchroniser simultanément 1000 drones lumineux pour des spectacles nocturnes. L'apport ...

le 12/06/2020 à 16:46
Signaler
"perspectives prometteuses dans le domaine de la "sécurité" de nos cités." C'est aussi inquiétant et Orwellien que captivant technologiquement... Le système améliore plus rapidement son arsenal de surveillance et de répression (pour notre sécurité bi...

le 13/06/2020 à 10:01
Signaler
Quelle "mauvaise régulation gouvernementale " ? L'objectif d'une société commercial est bien d'appauvrir son client pour s'enrichir. Les conséquences socio-économiques ont toujours rapporté de l'argent : insécurité, guerres, maladies sont des ressour...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.