Mobile  : les enchères 5G se dérouleront fin septembre

 |   |  763  mots
L'Arcep n'a pas suivi les appels de certains opérateurs, SFR et Bouygues Telecom, qui souhaitaient repousser l'organisation de ces enchères fin 2020, voire début 2021.
L'Arcep n'a pas suivi les appels de certains opérateurs, SFR et Bouygues Telecom, qui souhaitaient repousser l'organisation de ces enchères fin 2020, voire début 2021. (Crédits : Rafael Marchante)
Une fois que les fréquences dédiées à cette nouvelle génération de communication mobile auront été attribuées, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free pourront lancer leur service quand bon leur semble, en fonction de leurs priorités.

Les opérateurs croiseront le fer fin septembre. L'Arcep a levé le voile ce jeudi sur la date des enchères 5G. D'après le régulateur des télécoms, celles-ci auront lieu à la rentrée, entre le 20 et le 30 septembre. A cette occasion, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free batailleront pour décrocher un maximum de fréquences dédiées à cette nouvelle génération de communication mobile. L'enjeu est important : ceux qui en remporteront le plus seront en mesure de proposer un meilleur service que leurs concurrents dans les années à venir, et ainsi, peut-être, ferrer davantage de clients.

L'Arcep n'a pas suivi les appels de certains opérateurs, SFR et Bouygues Telecom, qui souhaitaient repousser l'organisation de ces enchères fin 2020, voire début 2021. L'autorité argue, d'une part, que le secteur des télécoms a globalement bien résisté à la crise du Covid-19. Elle souligne, d'autre part, que les pouvoirs publics ne souhaitaient pas reporter davantage les enchères. Celles-ci devaient initialement avoir lieu au mois d'avril, mais n'ont pu se dérouler comme prévu suite à l'épidémie de coronavirus.

L'Arcep veut une 5G « choisie et progressive »

Ce choix de l'Arcep ne ravira donc pas Bouygues Telecom et SFR. Ces dernières semaines, ces acteurs ont déclaré, à maintes reprises, que la 5G n'était plus la priorité du pays. Bouygues Telecom estimait préférable que le secteur mette davantage de moyens pour achever la couverture 4G, notamment dans les zones blanches qui ont souffert d'un mauvais accès au numérique pendant le confinement, avant d'investir dans cette nouvelle technologie. D'après l'opérateur de Martin Bouygues, la 5G n'apportera fondamentalement rien de nouveau pour les consommateurs avant 2023.

Ces sorties de Bouygues Telecom et de SFR ont toutefois poussé l'Arcep à modifier une importante obligation liée à l'attribution des fréquences 5G. L'autorité autorise désormais les opérateurs à lancer la 5G quand bon leur semble, une fois les fréquences attribuées. « Nous souhaitons que l'arrivée de la 5G soit à la fois choisie et progressive, a déclaré Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, lors d'une conférence de presse en ligne. Nous avons entendu que certains opérateurs avaient plus d'appétence pour la 5G que d'autres. » Résultat : l'Arcep a levé une obligation qui forçait, jusqu'alors, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free à couvrir au moins deux villes en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2020 à 22:42 :
Ouf, l’état major d’orange va pouvoir bien festoyer tout l’été pour se consoler de l’annulation du festival de Cannes et de Roland garros, et Richard son chef septuagénaire le Epstein français continuer à cibler des enfants sur youtube en chemise en jean, édifiant d’impunité.
a écrit le 12/06/2020 à 9:51 :
La 5G sera un excellent outil pour piloter une flotte de drones en temps réel. La chine a déjà développé la technologie puisqu'ils sont capable de faire voler et synchroniser simultanément 1000 drones lumineux pour des spectacles nocturnes. L'apport de l'intelligence artificiel dans ce domaine ouvrira des perspectives prometteuses dans le domaine de la "sécurité" de nos cités.
Réponse de le 12/06/2020 à 16:46 :
"perspectives prometteuses dans le domaine de la "sécurité" de nos cités." C'est aussi inquiétant et Orwellien que captivant technologiquement... Le système améliore plus rapidement son arsenal de surveillance et de répression (pour notre sécurité bien sur...), que de s'occuper des vrais problèmes sociaux-économiques liés à un mauvaise régulation gouvernementale des marchés mondiaux plus ou moins volontaire face à la rapacité des multinationales qui les convoitent et des jeux de pressions géopolitiques qui en découlent...
Réponse de le 13/06/2020 à 10:01 :
Quelle "mauvaise régulation gouvernementale " ? L'objectif d'une société commercial est bien d'appauvrir son client pour s'enrichir. Les conséquences socio-économiques ont toujours rapporté de l'argent : insécurité, guerres, maladies sont des ressources inépuisables de profit. Les USA en sont la preuve parfaite que le malheur des uns fait le bonheur des autres. Et d'ailleurs tout le monde se bat pour faire parti des élites qui vampirise les autres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :