Vivendi affirme n’avoir que des discussions commerciales avec Orange

 |   |  288  mots
Vincent Bolloré, le chef de file de Vivendi.
Vincent Bolloré, le chef de file de Vivendi. (Crédits : Reuters)
Vivendi, qui négocie un partenariat entre sa filiale Canal+ et Orange, mène uniquement des discussions commerciales avec l'opérateur de télécoms, a déclaré mardi le patron du groupe, Vincent Bolloré lors de l'assemblée générale du groupe.

Il a voulu mettre les points sur les « i ». Vivendi, qui négocie un partenariat entre sa filiale Canal+ et Orange, mène uniquement des discussions commerciales avec l'opérateur de télécoms, a déclaré mardi le patron du groupe, Vincent Bolloré, lors de l'assemblée générale du groupe. Vivendi n'a "rien d'autre que des discussions commerciales avec Orange", a-t-il déclaré. Orange et Canal+ doivent dévoiler dans les prochaines semaines un renforcement de leur partenariat, indiquait récemment le patron de l'opérateur Stéphane Richard.

Stéphane Richard avait alimenté les spéculations en décembre en déclarant qu'Orange s'intéresserait à Canal+ si le groupe de télévision, qui souffre en France, était à vendre. Il avait ensuite tempéré ses propos. La chaîne cryptée a vécu une année 2016 difficile, avec un chiffre d'affaires en baisse de 4,7% à 5,253 milliards d'euros à cause de ses activités de télévision payante en France et de Studiocanal.

Un rapprochement "pertinent" avec Havas

Vincent Bolloré a dit qu'il espérait voir les résultats de Canal+ en France se redresser à partir du troisième trimestre. Vivendi juge par ailleurs "pertinent" un rapprochement à terme avec le groupe publicitaire Havas, a indiqué Arnaud de Puyfontaine, président du directoire de Vivendi.

"Est-ce qu on a une vision qui pourrait rendre un rapprochement pertinent? L réponse est oui", a-t-il dit.

Vincent Bolloré contrôle 60% du capital de Havas et détient 20,65% de Vivendi. "Nos sociétés se connaissent, ont été ensemble dans le passé", rappelait mi-mars Yannick Bolloré, patron d'Havas et fils de Vincent Bolloré, tout en précisant qu'il n'y avait pas de discussion entre les deux groupes.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/04/2017 à 23:07 :
Triste de voir la caste dirigeante incapable de gagner de l'argent avec le business du siècle que sont téléphonie mobile et internet et obligés d'aller prendre tous les risques dans des diversifications hasardeuses dans la banque ou les contenus audiovisuels, où c'est déjà ultra concurrentiel et orange arrive comme d'habitude après tout le monde et fait monter les enchères (donc les prix) en plagiant les offres déjà existantes. Le problème c'est aussi que c'est les salariés qui trinquent au final : les salariés de l'innovation orange sont 3 fois plus violentés et harcelés au travail que leurs collègues. Des agents sont employés à temps complet pour bousiller la vie des salariés jusqu'aux drames qu'on connaît et qui n'ont pas cessé même si les médias n'en parlent plus. La caste dirigeante d'orange l'ignore totalement et s'octroie rémunérations et stocks options délirants en toute discrétion pendant que les salariés c'est entre 0 et 1% d'augmentation annuelle. C'est avec notre argent de contribuable que notre réseau télécom est pillé de la sorte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :