Feu d'artifice de matières premières

 |   |  378  mots
Copyright Reuters
Prim Commodities est un fonds positionné sur une grande variété de ressources naturelles et produits de base.

Investi sur les matières premières, Prim Commodities est géré activement et de manière flexible par l'équipe de Prim'Finance. Le portefeuille, composé de produits dérivés, est construit autour de trois grands thèmes : l'énergie, les métaux de base et les métaux précieux. Dans l'indice de référence utilisé par les gérants, ceux-ci comptent respectivement pour 35, 35 et 30 %, ce qui correspond à un positionnement neutre.

Vraie diversité

Actuellement, la priorité est donnée aux métaux précieux puisqu'ils représentent 55 % de l'actif géré. « Ce choix reflète la situation économique actuelle et la perplexité que suscitent les perspectives de croissance », commente Benjamin Louvet, le gérant en titre. Celui-ci souligne par ailleurs le fait que la diversité des matières premières dans lesquelles il peut investir permet d'adapter la stratégie de gestion en fonction de l'évolution du cycle économique : « Les métaux précieux constituent une valeur refuge à privilégier dans les périodes incertaines.

À l'inverse, les métaux de base ou industriels, ainsi que l'énergie, peuvent être exploités sur les différents segments des périodes de reprise et de croissance. » Il s'agit là d'une vraie diversité puisque, parmi les métaux, on compte le cuivre, l'aluminium, le plomb, le zinc et le nickel ? dans la poche « énergie » figurent les deux principales qualités de pétrole ? le brent et le WTI, le gaz naturel, ainsi que les produits transformés que sont le fuel, le gazole et l'essence. On notera également qu'en plus de l'or et l'argent, la part consacrée aux métaux précieux intègre des positions sur le platine et le palladium.

Un vrai feu d'artifice de matières premières qui promet d'ailleurs de faire des étincelles à terme : « Il faut savoir qu'au rythme actuel de consommation, certaines de ces ressources seront épuisées d'ici à une vingtaine d'années. C'est le cas du plomb, de l'étain, de l'or, du zinc ou de l'argent. En 2050, ce sera le tour du cuivre et du pétrole, suivi en 2060 par le nickel », indique Benjamin Louvet. Actuellement, la part de ce FCP peut être souscrite aux alentours de 900 euros. Les frais de gestion annuels se montent à 2 % du capital investi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :