Réduction du bonus écologique : l’auto propre plus difficile d’accès ?

 |   |  453  mots
Les hybrides ne sont désormais plus éligibles au bonus écologique. Pourtant les assureurs conseillent toujours ce type de véhicules...
Les hybrides ne sont désormais plus éligibles au bonus écologique. Pourtant les assureurs conseillent toujours ce type de véhicules...
Depuis le 1er novembre dernier, les acheteurs de voitures écologiques se voient pénalisés par un durcissement du bonus écologique. Pourtant de leur côté, les assureurs incitent toujours à l’utilisation de voitures propres.

Instauré afin de récompenser les utilisateurs de véhicules neufs consommant moins de carburant et par conséquent émettant moins de CO2, tout en sanctionnant les adeptes des véhicules plus polluants, le bonus-malus écologique est régulièrement réévalué.

 

Début novembre, c'est une mauvaise nouvelle qui attendait les conducteurs écologiques : le barème du bonus écologique a été revu à la baisse, alors que le malus écologique s'affichera à la hausse dès le début de l'année prochaine.

 
  • Diminution du bonus

Pour bénéficier d'une prime à l'achat, les Français devront se contenter des véhicules émettant entre 60 et 90 g/km de CO2, à savoir les petits et moyens véhicules, diesel comme essence. Même la prime est largement revue à la baisse : elle passe de 550 à 150 euros, selon un document du gouvernement récupéré par le quotidien Le Parisien. Les acquéreurs de véhicules propres plus imposants (émettant entre 91 et 105 grammes de CO2) ne toucheront plus de prime.

 

Côté hybrides et électriques, les primes sont conservées mais également réduites (respectivement, 3 300 et 6 300 euros).

 
  • Le malus se déclenchera pour une émission polluante plus basse

En revanche, le malus écologique se déclenchera désormais avec un véhicule émettant 131g/km de CO2 (contre 136g/km auparavant). Les propriétaires de ces véhicules devront payer une sorte "d'amende" indirecte de 150 euros, pouvant aller jusqu'à 8 000 euros pour les véhicules émettant plus de 250 g/km. Ce malus est directement ajouté au prix du véhicule sortant de chez le concessionnaire.

 

En conséquence les ventes de véhicules risquent de souffrir de ce durcissement de ces aides après une période faste pour l'automobile. Pourtant, certains continuent à inciter l'achat de véhicules propres.

 

Ces assureurs qui incitent à rouler propre

 

Si les compagnies d'assurance ne proposent toujours pas de contrat d'assurance auto spécifiquement dédié aux véhicules moins polluants comme les hybrides ou les voitures électriques, certaines s'échinent pourtant à attirer ces nouveaux consommateurs écologiques via des formules plus intéressantes d'un point de vue tarifaire.

 

Il ne s'agit pas vraiment d'un cadeau de la part de l'assureur, mais ces nouveaux véhicules davantage utilisés sur voies urbaines pour de plus courtes distances impliquent finalement plus de notions positives : écologie et économie. Il est donc devenu logique de proposer des tarifs préférentiels sur ces contrats d'assurance.

 

En termes de couverture, la question entre le tiers et le tous risques se pose comme pour une voiture classique. Cependant, les véhicules propres sont bien souvent neufs ou plus chers à l'achat qu'une voiture thermique, il est donc plutôt indiqué d'opter pour une formule plus complète telle que le tous risques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2013 à 12:17 :
Article débile ! La Tribune recruterait-elle ses journalistes du niveau Certificat d'Etudes ? et encore je suis gentil ...
Sous la photo en tête d'article on lit :
"Les hybrides ne sont désormais plus éligibles au bonus écologique."
3 paragraphes plus bas on lit : "Côté hybrides et électriques, les primes sont conservées mais également réduites (respectivement, 3 300 et 6 300 euros)."
Arrêtez de prendre vos lecteurs pour "de billes" SVP !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :