La "dark pool" de Goldman Sachs ciblée par une enquête des autorités américaines

 |   |  414  mots
En avril, la fermeture de la dark pool de Goldman Sachs, connue sous le nom de Sigma X, avait déjà été évoquée.
En avril, la fermeture de la "dark pool" de Goldman Sachs, connue sous le nom de Sigma X, avait déjà été évoquée. (Crédits : reuters.com)
Dans un document boursier, la prestigieuse banque américaine a indiqué jeudi que sa place de marché interne faisait l'objet d'une investigation, encore au stade préliminaire, sans toutefois préciser de la part de quelles autorités.

Après la "dark pool" d'UBS, au tour de celles de Goldman Sachs de faire l'objet d'une enquête des autorités des États-Unis. La banque d'affaires américaine a indiqué jeudi dans un document boursier que sa place de marché interne, qui compte parmi les "dark pools" les plus importantes de la planète, faisait l'objet d'une investigation, encore à un stade préliminaire.

Goldman Sachs a par ailleurs affirmé collaborarer avec les autorités qui mènent l'enquête, sans toutefois révéler lesquelles.

Une information déjà diffusée par Fox Business

La prestigieuse banque a ainsi confirmé une information diffusée cette semaine par Fox Business.

La chaîne de télévision américaine avait rapporté que le procureur général de New York enquêtait sur certains des systémes de courtage de haute fréquence opérés par Goldman Sachs et Morgan Stanley.

Des places de marchés opaques de plus en plus mal vue par l'opinion

Les "dark pool", ou places de courtage alternatif, sont un système boursier utilisé par certains opérateurs de marché. Il permet aux investisseurs de réaliser des transactions dans l'anonymat, les données n'étant révélées qu'ultérieurement.

>>Les dark pools, ces ovnis qui inquiètent

En avril, il avait déjà été évoqué que Goldman Sachs envisageait de fermer la sienne, connue sous le nom de Sigma X.

>>Goldman Sachs envisage de fermer sa "dark pool" et autres cachotteries

L'établissement financier voulait déterminer si les profits générés par cette structure justifiaient son maintien, dans un contexte d'hostilité croissante de l'opinion envers ces places de marchés opaques. Un mois plus tôt, la banque avait dû proposer un dédommagement à ses utilisateurs, pour des ennuis techniques rencontrés par la plateforme en 2011. En juillet, une amende avait d'ailleurs déjà été infligée à une filiale de Goldman Sachs pour des violations de la réglementation émanant de son dark pool SIGMA-X.

>>Les autorités américaines aux trousses de Goldman Sachs pour ses pratiques de recrutement et son courtage de haute fréquence

Réduction du fonds réservé au contentieux

Jeudi, Goldman Sachs a aussi révélé avoir réduit fin juin de 500 millions de dollars, à 3,2 milliards de dollars, l'argent mis de côté pour régler des éventuels litiges. A Wall Street, le titre prenait 0,37% à 170,37 dollars vers 14H00 GMT.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/08/2014 à 13:32 :
Pourquoi parlez vous de banque "prestigieuse" ??? Une banque qui a été engluée dans le maquillage des comptes de la Grèce, dans l'affaire Abacus où elle a menti à des investisseurs pour aider d'autres clients, etc, est tout sauf prestigieuse !!!
a écrit le 08/08/2014 à 18:51 :
La directive européenne Mifid a tout fait pour détruire les marchés organisés, en encourageant, au nom du libéralisme, les "dark pools" et autres marchés parallèles.
Au nom de la "best execution", un concept qui ne veut absolument rien dire : il y a bien assez de courtiers sur les marchés organisés pour pouvoir en changer quand leurs services sont mauvais, sans avoir à changer de marché.
Le vrai libéralisme, çà passe par des marchés centralisés et organisés. Pas par tous ces marchés de gré à gré où on se cote ce qu'on veut entre quat'zyeux pour faire de la juste valeur pour les comptables. Et pas besoin de commissions en tous genres et de codes déontologiques imbitables : la criée, comme pour le poisson.
Réponse de le 09/08/2014 à 8:51 :
Ok...mais comment fait on pour vendre du poisson qui pue (blanchiment, subprime etc...) dans l arriere boutique entre mafieux et ce poisson terminera dans des plats prepares...et epicés
Réponse de le 21/08/2014 à 13:34 :
Ne pas oublier de donner au poisson pourri un Label de qualité (AAA des agences de notation, payées par celui qui demande la notation pur son poisson pourri !!!). Et de faire de bons mélanges avec une petite quantité de poisson frais qu'on met sur le dessus du paquet (titrisation, produits structurés type CDO et ABS).
a écrit le 08/08/2014 à 11:50 :
Je vois mal un délinquant enquêter sur lui même pour se faire arrêter. Et puis faire une perquisition à la Maison Blanche, cela ferait désordre.
a écrit le 08/08/2014 à 8:08 :
Pas de soucis pour GS, c'est eux qui dirige l'enquête.
a écrit le 07/08/2014 à 20:45 :
Tiré de "Dark pools, ces ovnis qui inquiètent (30/10/2009)" ! Mais alors MDR et LOL et POUAF et MOUAHHH, jugez : "En pleine crise financière, la transparence et l'intégrité des marchés sont devenues un leitmotiv pour les autorités politiques et de régulation. Les dark pools pourraient bien faire les frais de ce nouvel état d'esprit." Du André Rieu qu'ils nous ont fait !
a écrit le 07/08/2014 à 20:25 :
J'espère que votre regard se portera par ici ! Je vous attend.
a écrit le 07/08/2014 à 20:15 :
Bienvenu dans le monde merveilleux de la finance, je cite : "A Wall Street, le titre prenait 0,37% à 170,37 dollars...". Petit, quand je faisais des conneries, j'avais droit à de grandes leçons de morale, privé de dessert et file dans ta chambre, parfois avec la trace des 5 doigts... RARES sont les fois ou je me suis vu congratulé pour mes bêtises. C'est le Boson de Higgs le marché !
Réponse de le 07/08/2014 à 20:27 :
Kad aussi le faisait !
Réponse de le 21/08/2014 à 13:37 :
Aux USA quand vous êtes une banque, et que vous fraudez, vous n'allez pas en justice, vous faites un "accord à l'amiable" avec des "régulateurs" dans lesquels se trouvent souvent beaucoup de vos anciens employés... Et vous payez en général une amende inférieure aux profits faits avec la fraude, pour "clore les investigations" sans reconnaitre la moindre faute, et sans la moindre peine de prison. C'est pas beau la finance ?
a écrit le 07/08/2014 à 20:02 :
On ne doit pas appeler prestigieuse à une société liée à la mafia des finances américaine pourrie de tous bords où "l'objectivité" suit plutôt le diktat de Washington que celui de Wall Street.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :