Matières premières : pourquoi Goldman Sachs veut vendre ses activités de stockage de métaux

 |   |  372  mots
Goldman Sachs rappelle avoir acheté Metro International Trade Services LLC, un gestionnaire d'entrepôts spécialisé dans le stockage de métaux non-ferreux pour le London Metal Exchange, en 2010 et ne pas pouvoir conserver indéfiniment cet investissement.
Goldman Sachs rappelle avoir acheté Metro International Trade Services LLC, un gestionnaire d'entrepôts spécialisé dans le stockage de métaux non-ferreux pour le London Metal Exchange, en 2010 et ne pas pouvoir conserver indéfiniment cet investissement. (Crédits : reuters.com)
La banque précise qu'il ne s'agit pas d'un secteur stratégique pour elle. Une procédure formelle de vente de Metro International Trade Services LLC, un gestionnaire d'entrepôts spécialisé dans le stockage de métaux non-ferreux pour le London Metal Exchange est en cours.

Au tour de Goldman Sachs de diminuer ses activités dans les matières premières. La banque américaine cherche à vendre ses activités de stockage de métaux pour le London Metal Exchange (LME), a-t-elle indiqué mardi dans un communiqué:

"Nous explorons une vente de Metro International Trade Services LLC, un gestionnaire d'entrepôts spécialisé dans le stockage de métaux non-ferreux pour le London Metal Exchange. Une procédure formelle de vente a démarré"

La banque précise qu'il ne s'agit pas d'un secteur stratégique pour elle et que cette décision de vendre coïncide avec l'intérêt déclaré d'un acheteur potentiel:

"Metro n'est pas stratégique pour nos activités avec nos clients, et la société a conclu que c'était le bon moment pour envisager une vente, étant donné l'intérêt récent d'acheteurs potentiels"

Des accusations d'entente sur les prix

Au passage, Goldman Sachs rappelle avoir acheté Metro en 2010 et ne pas pouvoir conserver indéfiniment cet investissement.

Cette décision intervient alors que plusieurs actions judiciaires, en nom collectif ou individuelles, ont été intentées depuis l'été dernier par des groupes et des particuliers contre des banques et des entreprises spécialisées dans le négoce de matières premières. Elles sont accusées de faire monter les prix du stockage d'aluminium en orchestrant notamment des retards faramineux pour recevoir des livraisons depuis les entrepôts.

Réduire les délais d'attente

D'après un rapport publié lundi par le LME, l'attente pour récupérer de l'aluminium atteint actuellement 683 jours à l'entrepôt de Detroit (États-Unis) géré par Metro International, et 748 jours à celui de Vlissingen (Pays-Bas) géré par Pacorini (Glencore Xstrata).

Aussi le LME cherche-t-il lui-même à réformer son système de stockage de métaux pour réduire ces délais d'attente, avec l'espoir de réduire les primes (représentant les coûts de transport, d'assurance et de stockage du métal) payées par les consommateurs de métaux pour les récupérer dans les entrepôts.

Pour aller plus loin:

>> Barclays a perdu son appétit pour le marché des matières premières

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2014 à 13:17 :
Pour info, vous avez, par ex, 100T d'alu, vous les faites circuler entre trois entrepôts, vous pouvez faire une spéculation comme ci vous aviez ...300 T. C'est comme ça que l'on détourne les systèmes de régulation .
Réponse de le 21/05/2014 à 16:06 :
Et alors ?
Réponse de le 21/05/2014 à 19:20 :
Oui Yves, c'est un peu technique. Il faut à la fois faire une multiplication et suivre un raisonnement induit. Ne vous tracassez pas, ce n'est guère important.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :