Aides au logement des étudiants : où trouver des économies ?

 |   |  678  mots
Faut-il baisser les APLpour les étudiants ?
Faut-il baisser les APLpour les étudiants ? (Crédits : Camille Stromboni)
Le gouvernement ne prévoit pas, a priori, de raboter les aides aux logements des étudiants en 2016. Pourtant des propositions visant à les réduire émanent des parlementaires, de la Cour des comptes et maintenant du think tank Terra Nova.

Faut-il réformer les aides personnelles aux logements dédiées aux étudiants ? Celles-ci coûtent un peu plus de 1,6 milliard d'euros par an à l'Etat, sur un total d'un peu moins de 18 milliards d'euros d'aides personnelles au logement (APL). Mais jouer sur les aides aux étudiants est un sujet éminemment sensible, celles-ci jouant un rôle social qui n'est plus à démontrer.

C'est d'ailleurs certainement pour cela que le gouvernement a apparemment décidé d'exclure les étudiants du rabotage des aides au logement annoncé ce mercredi dans le cadre de la présentation du Budget 2016. En outre, s'il avait annoncé réduire au moins en partie les APL pour les étudiants, l'exécutif aurait certainement fait face à des mouvements sociaux gênants à un an du lancement de la campagne présidentielle.

Moduler en fonction des revenus ?

Pourtant, un certain nombre d'experts (élus, hauts fonctionnaires, groupes de réflexion) ont déjà réfléchi à différents moyens de réduire les soutiens financiers de l'Etat aux étudiants. Un rapport d'un groupe parlementaire présidé par le député PS François Pupponi avait proposé en mai dernier de mieux cibler les aides vers les étudiants qui en ont le plus besoin.

Les parlementaires proposaient de moduler les APL en fonction des revenus des parents et de l'éloignement géographique, tout en intégrant une notion de rupture familiale. Car des enfants étudiants issus de famille aisés peuvent jusqu'ici percevoir des APL puisqu'il ne leur est tout simplement pas demandé de communiquer la situation financière de leurs parents.

Faire un choix entre APL et avantage fiscal

La proposition parlementaire allait donc plus loin que ce qui a finalement été acté dans le projet de loi de finances 2016. De son côté, la Cour des comptes préconise un autre dispositif d'économies. Les magistrats de la rue de Cambon souhaitent interdire le cumul de la perception d'une aide au logement pour un étudiant et le bénéfice d'une demi-part fiscale supplémentaire pour ses parents. Une question de justice fiscale. C'est aussi cette stratégie que propose le think tank Terra Nova, proche du parti socialiste, dans une étude publiée mercredi et intitulée « faire du logement une stratégie universitaire ».

L'APL plus intéressante

Selon Terra Nova, le choix final de l'étudiant et de ses parents ira le plus souvent vers l'APL car des deux options proposées, elle est la plus intéressante : l'aide au logement s'élève en moyenne à 200 euros par mois, alors que le gain lié à une demi part fiscal est plafonné à 1500 euros par an, soit 125 euros par mois.

Un tel dispositif pourrait permettre de dégager 250 millions d'euros par an, selon Terra Nova. Ces sommes pourraient être allouées pour moitié « au système de bourses pour les étudiants issus des classes moyennes », propose Alain Weber, l'un des auteurs de l'étude de Terra Nova. Et pour l'autre moitié, vers la construction de résidences sociales pour étudiants qui pourrait s'intégrer dans un plan de construction de 100.000 nouvelles résidences sociales dédiées aux étudiants entre 2018 et 2022, prône l'organisme dirigé par Thierry Pech.

Faire baisser les loyers ?

Du reste, si l'objectif voulu de ces mesures est de rendre le poids du logement dans le budget des étudiants soutenable, pourquoi alors ne pas soutenir des dispositifs limitant la hausse des loyers, ou bien les réduisant ? Cette question est d'actualité puisque le débat sur l'extension de l'encadrement des loyers à d'autres villes que Paris intramuros fait rage. Martine Aubry (PS) souhaite notamment faire appliquer le dispositif dans sa ville de Lille.

Sur ce sujet, Terra Nova est l'un des rares organismes à encore soutenir la version initialement votée en mars 2014 du dispositif encadrant les loyers dans la loi Alur, et qui a été détricoté en août dernier par le gouvernement de Manuel Valls. Le think tank milite ainsi pour une extension du dispositif aux 28 grandes zones urbaines initialement déterminées. Et dont les premiers bénéficiaires seraient de facto les étudiants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2015 à 7:39 :
Mettez fin aux APL bordL! C'est une subvention mal cachée aux rentiers! Ça alourdit les loyers de toute la France! Ça empêche l'économie de repartir!
a écrit le 04/10/2015 à 16:33 :
La suppression des APL n’est-ce pas une usine à gaz ? N’avons-nous pas un régime anti jeune et anti croissance ? On défiscalise des fortunes sur des centaines de niches et on écrase la population ? Ne fait-on pas dans la brimade à la consommation des ménages ? Ne fait-on pas dans l’enfumage keynésien avec une baisse du niveau de vie, pouvez-vous commenter je m’élève en abaissant la France, on s’enrichirait dans l’administration à détruire le pib, l’emploi productif en faisant des fonctionnaires, l’industrie en disant qu’on relance ? On parle de demandes d’asile, sommes-nous chez les fous ? Ne fait-on pas des fusions et chômage et des subventions qui détruisent l’entreprise, on jouerait au pompier pyromane, Crassus de mèche avec Néron, le petit monde de la Lanterne et les relances finances qui ne font pas de croissance mais des records de faillites ? N’avons-nous pas un Etat anti technologie alors qu’on pertes de parts de marché ? On aurait un système vampire, on s’enrichirait au détriment de la population, on ferait des promotions à la destruction économique, on parle de mutualisation des pertes, on autoriserait les banques à faire faillite mais pas les entreprises ? On ferait des millions et des comptes dans l’administration sans responsabilité politique à fabriquer le chômage, on ferait de vraies fausses réformes ? Le chômage diplômé serait élevé, ne fait-on pas dans l’emploi sous-qualifié ? N’avons-nous pas une génération du baby-boom dévoyée, artisan du vieillissement en empêchant les jeunes d’accéder à la vie active, la proportion de jeunes diminuerait dans la population avec la cherté des logements, la négation des marchés, les retraite des actifs seraient insuffisamment financées, sans fonds comme il en existe ailleurs alors que les retraites diminueraient d'un ’on quart. Alors qu’on parle de génération pigeons ou bien de Tanguys, ne devrait-on parler de boomsters, alors qu’on parle banksters, on pourrait imaginer fonxster ? La démographie ferait la croissance, aux usa certainement, mais pas en Europe, n’avons-nous pas un régime déviant ? On aurait des pertes de parts de marché supérieures à nos voisins à l’export depuis 2000 de 17 à 12%, n’avons-nous pas un problème de compétence, il y aurait des directeurs de cantine à l’ancienneté qui feraient de la malbouffe, n’est-ce pas ridicule ? Il y aurait des emplois cachés et des réseaux, c’est des égouts ?
Faire des économies de social en brisant la production et en favorisant les importations n'est ce pas bizarre?
a écrit le 03/10/2015 à 3:52 :
Moi j'ai calculé qu'il valait mieux que j'arrête de travailler car sinon mes enfants perdront le droit aux APL.
Je ne vois pas pourquoi il faudrait que je me décarcasse pour gagner quelques sous en plus pour qu'au final on avantage ceux qui ne le font pas. Mon travail à partir de juillet de résumé à envoyer des lettres pour justifier ma situation de chômeur.
a écrit le 02/10/2015 à 12:11 :
Mettez fin aux APL. C'est une subvention aux riches rentiers, une belle subvention cachée pour maintenir les prix exorbitants de l'immobilier qui ne tiendraient pas une semaine autrement. Une subvention payée avec nos impôts. Supprimez les APL et tout le monde en bénéficiera! (Sauf les rentiers qui paralysent le pays, bien sûr).
a écrit le 02/10/2015 à 10:05 :
ESCUSSEZ MOI.JE ME SUIS TROMPER D ARTICLES.? C EST UNE REPONSSE SUR LA FIERTE DE LA FABRICATION D ARMES EN FRANCE???
a écrit le 02/10/2015 à 10:00 :
MORALE// LES FRANCAIS SONT ILS VRAIMENT SUR D ETRE LES MELLIEURS VENDEURS D ARMES DE MORTS AUX MONDE? COMME LA DIT RESAMENT M r OBAMA TANT QU IL Y AURAS PROFUSSION D ARMES ILY AURAS DES MORTS SUR TERRE???
a écrit le 01/10/2015 à 18:57 :
Les enfants dont les parents ont les plus faibles revenus (pas de salaire, ou temps partiel) ont déjà des bourses plein pot + une aide au logement. Ceux des travailleurs sont exclus des bourses et n'ont que l'aide au logement. Pourquoi ne pas associer les bourses à la réflexion du revenu des étudiants, et ne prendre que l'aide au logement ? Sans bourse ni aide au logement, les enfants de ceux qui bossent seront forcément en bien plus grande difficulté !
a écrit le 01/10/2015 à 17:20 :
Pourquoi ne pas inclure les logements étudiant dans le quota des logements sociaux
imposé aux villes de plus de 3500 habitants qui doivent atteindre 30 % sous peine de pénalités?
a écrit le 01/10/2015 à 16:45 :
Les APL servent a subventionner les propriétaires
Seule mesure sensée pour s en sortir :
Arrêter totalement toutes les APL en répercutant cette baisse des aides sur les loyers (qui ont flambé a cause de ces aides)
=> des économies pour l état, pas d impact pour les locataires
=> dommage pour les propriétaires mais s ils ne sont pas contents qu ils vendent (avec prix x2.5 en 15 ans, je ne les plains pas !! Paris 16eme a 3,500€ le m2 en 1998 maintenant a 10,000€ m2)
Réponse de le 02/10/2015 à 14:35 :
à Michel.

Pensez-vous que la France se limite au XVI ème arrondissement de Paris ? Sortez un peu de Paris ; regardez autour de vous. Il y a aussi des villes, des facs... et des logements. Ce n'est pas partout aussi cher qu'à Paris.
a écrit le 01/10/2015 à 16:42 :
Attention, on ne touche pas aux sacro-saints étudiants.

Les nuées d'étudiants en lettre, psychologie, langue et autres promotions délivrant des diplômes factices et voués au chômage risquent de remplir les rues et de crier au scandale.

Ceci dit, l'idée de donner le choix entre APL ou demi-part fiscale supprimée pour les parents me paraît être une bonne option (en tout cas moins mauvaise que ne rien faire).
a écrit le 01/10/2015 à 16:37 :
Cela fait des années que ce sujet des APL pour des étudiants dont les parents aisés défiscalisent en immobilier est sur le tapis. ce gouvernement avec le courage qui le caractérise va une fois de plus capituler pour éviter les revendications étudiantes!
Réponse de le 02/10/2015 à 19:21 :
je

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :