Immobilier : la reprise va-t-elle se poursuivre dans l’investissement locatif ?

 |   |  933  mots
Comment se portera le logement neuf en 2016 ?
Comment se portera le logement neuf en 2016 ? (Crédits : Reuters)
Malgré une très bonne année 2015 qui se dessine pour l'investissement locatif dans le neuf, les professionnels de l'immobilier restent inquiets.

En 2015, les promoteurs immobiliers estiment qu'ils pourraient vendre entre 110.000 et 115.000 logements neufs, dont plus de la moitié grâce au dispositif Pinel. Ce qui ferait de l'année 2015 leur cinquième meilleur cru depuis 20 ans. Cette reprise est donc en grande partie liée au succès du dispositif d'aide fiscale à l'investissement locatif Pinel, qui a assoupli les critères du dispositif Duflot, qui n'avait jamais réussi à décoller. Concrètement, le nouveau Pinel donne d'une part la possibilité à l'investisseur de louer à ses ascendants ou à ses descendants tout en bénéficiant de l'avantage fiscal, et, d'autre part, de récupérer son bien plus rapidement (6 ans contre 9 ans pour le Duflot) tout en profitant d'un avantage fiscal réduit.

Reprise spectaculaire

La reprise est spectaculaire : lors des trois premiers trimestres de l'année 2015, les ventes aux investisseurs des promoteurs ont augmenté de 62,8 % par rapport aux mêmes trimestres de l'année 2014 - une période où le Duflot s'appliquait encore.
Bref, il n'est pas contestable que l'année 2015 soit l'année de la reprise. Pourtant, l'inquiétude reste de mise chez les professionnels de l'immobilier. En effet, les rentrées d'argent liées à la hausse des ventes ne se matérialisent pas par le lancement de nouveaux projets. Les mises en vente des promoteurs continuent de souffrir : si l'on compare aux troisièmes trimestres des années 2011, 2012 et 2013, les mises en ventes des promoteurs immobiliers restent ainsi en fort retrait au troisième trimestre 2015 (jusqu'à 28,5 % de moins par rapport au troisième trimestre 2011), explique la fédération des promoteurs immobiliers (FPI). « La reprise est fragilisée par un manque d'offre », confirme Renaud Cormier, directeur général de Théséis, un groupement de professionnels de la gestion de patrimoine.

Rareté du foncier

Pour expliquer cette incapacité du marché à répondre efficacement à la hausse de la demande, les professionnels de l'immobilier mettent en avant la rareté des ventes de terrains constructibles, la complexification des instructions des permis de construire, le regain des recours abusifs -33.000 ont été recensés par les promoteurs à fin octobre -, ainsi que le poids des normes et des règlementations.
Mais il faut aussi dire que le secteur du bâtiment a été durement affecté ces dernières années. Après une crise marquée par une forte baisse de l'emploi et par beaucoup de défaillances d'entreprises, ce secteur a besoin de temps pour se remettre en ordre de marche et répondre à la demande grandissante. Et le monde du logement neuf ne fait pas exception à la règle.

Des plafonds de loyers trop bas à Paris...

Le succès du dispositif Pinel pourrait donc être tempéré dans les prochains mois. D'autant que « l'effet rattrapage » va commencer à s'estomper. Beaucoup de ménages avaient en effet mis leur projet d'investissement de côté pendant la période du Duflot, dans l'attente d'un dispositif fiscal plus avantageux.

Mais il y a encore d'autres raisons qui peuvent faire craindre un affaissement des ventes aux investisseurs. Certaines villes où les prix sont élevés ne sont en effet pas propices à l'investissement Pinel, dont l'avantage fiscal reste tout de même conditionné à des loyers plafonnés. Ainsi tous les professionnels s'accordent à dire qu'à Paris, où les prix de l'immobilier atteignent près de 8.000 euros du mètre carré en moyenne, le Pinel n'est pas assez rentable. « Le loyer plafonné y est inférieur de près de 30 % aux loyers de marché, la rentabilité est médiocre pour l'investisseur » explique Franck Vignaud, directeur du Laboratoire de l'Immobilier. Il n'est, du reste, pas incohérent que l'Etat demande des contreparties sociales en échange d'une dépense fiscale qui dépasse le milliard d'euros chaque année.

...et trop haut à Marseille et Montpellier

Certains professionnels remettent même en question l'opportunité du Pinel dans des villes comme Marseille ou Montpellier. Alors que d'autres avaient en effet milité pour faire relever les plafonds de loyers dans ces villes il y a quelques mois - ce qu'ils ont obtenu - des voix s'élèvent pour dénoncer des plafonds trop élevés. « Dans des villes comme Montpellier ou Marseille, récemment passées en zone A, les plafonds de loyers sont supérieurs de plus de 20 % aux loyers de marché. Cela conduit donc la plupart du temps à une baisse des loyers pratiqués pour faciliter la recherche de locataires, avec une rentabilité inférieure à celle qui était attendue » détaille Franck Vignaud.

Le PTZ pour compenser ?

Du reste, si la demande des investisseurs venaient à se réduire, les programmes des promoteurs devraient être toujours autant intéressés les ménages en 2016. La réforme annoncée du prêt à taux zéro devrait en effet ramener des primo-accédants sur le marché de l'accession. Concrètement, d'une part la part maximale du montant d'un achat immobilier pouvant être financée par un prêt un taux zéro va être relevée de 26 % à 40 %.

Et d'autre part, les plafonds de revenus pour obtenir un taux zéro vont être relevés.

« Nous pourrions assister en 2016 à un rééquilibrage du marché du neuf entre accédants et investisseurs, grâce à la hausse des montants de prêt à taux zéro et des plafonds de revenus pour en bénéficier qui devraient contribuer au retour des primo-accédants sur le marché et les encourager encore davantage à acheter dans le neuf » confirme Jérôme Robin, le président de Vousfinancer.com. De toute évidence, l'année 2016 sera une année charnière : elle nous dira si l'immobilier neuf connait une reprise pérenne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2015 à 2:39 :
Il n'y a pas eu et il n'y aura pas de reprise dans l'immobilier. Les prix vont baisser.
C'est un secteur à fuir pour des raisons basiques immuables: la démographie, le chômage massif, la fuite des jeunes qualifiés, et le traité de Bâle.
Ce n'est pas pour rien que la France à pu emprunter 7 milliards à taux négatifs. C'est parceque les gros pros de l'investissement (on parle de multi-millionnaires et de milliardaires) préfèrent perdre à coup sur un tout petit peu d'argent que d'investir dans l'immobilier ou dans la bourse, par les temps qui courent. Croyez moi, ils sont entourés de spécialistes et leur décisions n'ont rien d'impulsif. Ils savent ce qu'ils font.
Fin 2015, l'immobilier n'est tout simplement plus un investissement.
a écrit le 22/11/2015 à 16:51 :
Non investir dans l'immobilier ne me semble pas judicieux quand on voit le matraquage fiscal en taxe foncière et d'habitation
a écrit le 22/11/2015 à 12:55 :
Ouf, l' "investissement" immobilier repart, malgré des "plafonds de loyer trop bas". On a eu chaud. Encore un peu et les prix auraient été obligés de baisser (après un triplement en 15 ans) pour se mettre à la portée de tout un tas de losers (smicards, policiers, infirmières, techniciens, ingénieurs) qui vivent des revenus de leur travail (pfff, quelle idée) et qui auraient fait des choses saugrenues dans ces logements, comme par exemple habiter dedans, au lieu de s'en servir comme une rente doublée d'un investissement spéculatif et d'une "défiscalisation".

On a vraiment eu chaud!
Réponse de le 23/11/2015 à 10:32 :
@alatar : n est ce pas vous qui louez à un ami ( donc sans le moindre risque) avec un régime fiscal très favorable microfoncier? Si c est la cas un peu de retenu svp dans vos propos. Je veux bien que des jeunes comme @julie fustigent le pinel alors qu il s agit avant tout d un énorme avantage pour les locataires mais vous , fustiger les propriétaires bailleurs , super bobo ou quoi?
Réponse de le 23/11/2015 à 12:51 :
@malcomprenant
"n est ce pas vous qui louez à un ami ( donc sans le moindre risque) avec un régime fiscal très favorable microfoncier?"
Intéressant que vous ayez retenu mon histoire personnelle. Pour ce qui est du "régime fiscal très favorable", c'est celui qui s'applique PAR DEFAUT si on ne fait rien (pas de compta à tenir, pas de "frais réels" à calculer, juste un montant à recopier bêtement sur sa déclaration d'impôts). Si vous considérez que le régime fiscal par défaut de l'immobilierest ultra-favorable, ça en dit long. Les autres régimes (frais réels, autres...) sont-ils encore plus ultra-favorables, ou est-ce que ce sont des cases sur les déclarations synonymes de "opprimez-moi"?

"Je veux bien que des jeunes comme @julie fustigent le pinel alors qu il s agit avant tout d un énorme avantage pour les locataires"
Les mesures de soutien à la hausse éternelle et exponentielle des prix de l'immobilier sont donc des "énorme avantages pour les locataires". Il faudra penser à prévenir lesdits locataires, ils seront contents de savoir que l'argent de leurs impôts part là-dedans.

"mais vous , fustiger les propriétaires bailleurs , super bobo ou quoi"
Puisque vous passez aux attaques ad hominem, oui je suis propriétaire d'un petit studio (pour lequel il me reste encore plus de 20 ans de traites à payer), mais je suis aussi acquéreur potentiel d'un appartement familial, sauf que le marché spéculatif immobilier a décidé que ma femme et moi (BAC+5, 3000€ nets par mois chacun, soit 6000€ nets par mois à deux), étions trop pauvres pour acquérir un appartement familial à proximité de nos lieux de travail respectifs. Si le marché "s'effondre" (traduction française : si les prix reviennent simplement au niveau de 1997, en phase avec les revenus des gens dont on attend qu'ils achètent les "biens")je ferai certes une grosse moins-value sur mon studio (et encore, je peux aussi m'abstenir de vendre), mais à côté de cela, une économie énorme sur l'achat du second appartement, bien plus cher, qui compensera largement la moins-value précédente. Je ne suis aucunement dans la position du retraité multiprorpriétaire enrichi sans cause, vendeur net, qui a peur que sa plus-value de +200% soit menacée de fléchir.
Réponse de le 23/11/2015 à 19:33 :
@alatar : mais non il faut dire la vérité aux locataires ..Le bailleur reverse de 50 à 60 % d impot à l état ( csg 15% Ir 30 % si comme vous il est riche , taxe foncière 10 à 15 % ) et donc c est le locataire indirectement qui les paye . Sauf régime fiscal avantageux du genre je loue à un ami un studio meublé ( on s arrange avec l ami pour meubles) et on bénéfie d un abattement 50% ..je me trompe? Ceci étant je suis bien d accord avec vous , vous aller en "crever" de votre Paris car jamais les prix baisseront . Il faut rappeler sans cesse que si les prix à paris ont presque triplé et ne baisseront jamais comme toutes les grandes métropoles du monde .Si vous regardez attentivement courbes de friggit ils ont augmenté de 65 % en province en 15 ans ( 2000 à 2015) .Certe c est trop mais rien à voir avec paris alors surtout restez y.
Réponse de le 25/11/2015 à 9:17 :
@malcomprenant
Bizarre, ma réponse précédente a été censurée. Je reprends.

"@alatar : mais non il faut dire la vérité aux locataires ..Le bailleur reverse de 50 à 60 % d impot à l état ( csg 15% Ir 30 % si comme vous il est riche , taxe foncière 10 à 15 % ) et donc c est le locataire indirectement qui les paye . Sauf régime fiscal avantageux du genre je loue à un ami un studio meublé ( on s arrange avec l ami pour meubles) et on bénéfie d un abattement 50% ..je me trompe?"
Bizarre alors que je sois imposé uniquement de 13% (15% en comptant la taxe foncière). Ce que vous présentez comme un "fantastique avantage exceptionnel et rarissime" est en réalité le régime par défaut qu'applique le fisc à tous les bailleurs de France et de Navarre s'ils ne font pas de manips particulières (comme par exemple en réclamant activement le régime réel simplifié, encore plus avantageux).
Pour ce qui est de vos insinuations sur le "on s'arrange pour les meubles", j'ai choisi une autre option qui vous dépasse sans doute : en bailleur honnête, je déclare l'appartement en meublé et je fournis réellement les meubles.
Mais puisque selon vous le triplement des prix de 1997 à 2015 est dû à des impôts apparus spontanément un beau matin de 1997 (probablement qu'entre l'extinction des dinosaures et l'an 1997, les propriétaires immobiliers Français ne payaient pas d'impôts, je veux bien vous croire), je veux bien vous prendre au mot. Je serais tout à fait pour que l'Etat supprime les impôts mis en place depuis la fin des années 90, pour voir si bien évidemment, nos vendeurs parisiens vont diviser leurs prix de vente par 3 pour revenir à des prix honnêtes (puisque l'impôt est évidemment le seul problème comme vous dites), et surtout pas empocher le pognon supplémentaire sans faire varier leurs prix d'un centime. Et que si sous quelques années les prix n'ont pas été divisés par 3, l'Etat force toutes les ventes à venir à se faire aux prix de 1997. Je serais pour cette expérience sociale.

"vous aller en "crever" de votre Paris car jamais les prix baisseront" [...] " Il faut rappeler sans cesse que si les prix à paris ont presque triplé et ne baisseront jamais"
C'est ce qu'on disait en 1991, avant la chute de 1991-1997, mais idem, je suppose qu'entre la préhistoire et 1997, personne ne voulait habiter en Ile-de-France.


"mais rien à voir avec paris alors surtout restez y."
Je n'ai pas vraiment le choix, étant donné que la majorité de l'emploi cadre est en IDF, notamment dans mon domaine. Je fais partie de ces losers qui gagnent tout juste 3 SMICs par mois et qui vivent des revenus de leur travail. Nous sommes donc trop pauvres pour racheter vos merveilleuses passoires thermiques construites à une autre époque et pas entretenues depuis mais vendues au prix d'un palais. Les ingénieurs Français ont donc le choix entre vivoter en IDF (malgré des salaires à 3 SMICs), soit se barrer à l'étranger là où ils peuvent acquérir un bel appartement avec leur salaire. Mais le storytelling habituel dit qu'ils partent à cause du "matraquage fiscal".
Réponse de le 25/11/2015 à 12:00 :
@alatar: vous avez encore interprété ! Je n ai pas dit que le régime fiscal du meublé standard était plus avantageux par rapport au régime frais réel mais avantageux par rapport à une location classique donc vide ( 65% des locations sont vides en RP) . Qu importe nos discussions sont constructives : dorénavant je ne ferai que du meublé en pratiquant comme vous encadrement des locataires , soit louer à un ami soit à ma famille ce qui diminue les risques . Et j éviterai de dire comme vous le faites que la fiscalité immobilière n est pas pénalisante et n est pas une des principales source de l augmentation des prix : je vous invite en attendant à remplir ma prochaine déclaration fiscale ( 2044) et nous vérons si mais mes impôts taxes
ne se situent pas autour de 60% .
Réponse de le 27/11/2015 à 9:37 :
@malcomprenant
"vous avez encore interprété ! Je n ai pas dit que le régime fiscal du meublé standard était plus avantageux par rapport au régime frais réel mais avantageux par rapport à une location classique donc vide ( 65% des locations sont vides en RP) ."
Et donc, vous me dites qu'il suffirait que vous posiez un lit, un canapé, une table, 2 lots de couverts et 2 assiettes, et votre imposition passerait magiquement du niveau que vous dites payer ("plus de 60%") au niveau que je paye (13%) ? Mais foncez mon bon monsieur!

"Qu importe nos discussions sont constructives : dorénavant je ne ferai que du meublé en pratiquant comme vous encadrement des locataires , soit louer à un ami soit à ma famille ce qui diminue les risques ."
Merci de m'accuser de faire de "l'encadrement des locataires", mais c'est faux. Pour commencer, je ne suis pas un de ces vieillards multipropriétaires, mon seul bien est un studio pour lequel il me reste 20 ans de traites à payer. La génération de nos chers retraités a décidé que j'étais né trop tard pour connaître l'immobilier abordable . Ensuite, je n'ai pas activement filtré, j'ai simplement eu la chance d'avoir un ami qui m'a sauté dessus au moment où je lui ai dit que je mettais en location, un pur hasard de calendrier. Et je lui loue pour un prix supérieur aux appartements de même surface du même quartier, avec en contrepartie des meilleures prestations (immeuble et appartement refaits à neuf en 2012, meubles et équipements en excellent état, de moins de 2 ans d'âge, propriétaire bailleur conciliant et volontariste,...). Mais pour vous raconter ma vie, j'avais déjà mis l'appartement sur leboncoin, et avant même que j'aie mis des photos, j'ai commencé à recevoir des appels, dont une gentille femme à l'accent hispanique chantant, qui me demandait timidement si j'autorisais à ce que 2 personnes habitent dans le studio ensemble (pour un bail au nom d'une personne, elle n'avait pas besoin de demander mais hésitait). Mais les gens en sont réduits à cela avec la hausse des prix et loyers : à 2 dans un studio, de plus en plus de trentenaires qui habitent toujours chez leurs parents, les prêts immobilier qui sont de plus en plus présents dans les dossiers de surendettement, une disparition de toute représentation des moins de 40 ans parmi les primo-accédants, bienvenue dans la France de la spéculation! Et non, tout l'argent ne va pas "aux impôts", puisque la génération de nos retraités est la première génération de l'Histoire de France à vivre mieux que leurs parents ET que leurs descendants. Les plus-values à 6 chiffres (minimum, même après impôts) sur le dos des générations précédentes, que vous considérez comme "normales" et comme "un droit inaliénable" auquel le méchant fisc ne doit rien avoir à redire, ont peut-être quelque chose à voir avec cet état de fait.

"Et j éviterai de dire comme vous le faites que la fiscalité immobilière n est pas pénalisante et n est pas une des principales source de l augmentation des prix : je vous invite en attendant à remplir ma prochaine déclaration fiscale ( 2044) et nous vérons si mais mes impôts taxes
ne se situent pas autour de 60% ."
Du coup c'est convenu : posez 3 meubles et vous descendrez à 13% comme moi, puisque vous dites que je bénéficie d'un régime miraculeux!
Réponse de le 27/11/2015 à 17:55 :
@alatar : qui évoque 13% ? C est vous ! Il faudrait m expliquer ..Dans le cas où je passe mon studio vide en meublé je passe de 60% à 35% environ d imposition ( Ir et csg / 2 puisque abattement forfaitaire 50% ) : je vais faire et louer à des amis .Merci @alatar du bon conseil.
Réponse de le 30/11/2015 à 13:19 :
@malcomprenant
"qui évoque 13% ? C est vous ! Il faudrait m expliquer .."
Facile : en ajoutant mes loyers au micro-BIC, mon total d'imposition (IR+CSG) augmente d'environ 100€ pour un loyer hors charges d'environ 800€. Et la taxe foncière est assez douce (petite couronne Ouest). Donc oui, j'arrive à 13% environ.

"Dans le cas où je passe mon studio vide en meublé je passe de 60% à 35% environ d imposition ( Ir et csg / 2 puisque abattement forfaitaire 50% )"
J'avoue rentrer dans quelques cas qui font de moi une personne bizarre par rapport à vous : je ne gagne que 3000€/mois de salaire, je vis principalement de mon travail, je ne suis pas éligible à l'ISF, je ne suis pas multipropriétaire, tout un tas de choses qui peuvent effectivement vous sembler étranges. Il est possible que le niveau de taxation des rentiers multipropriétaires qui roulent sur l'or soit plus élevé, et c'est très bien!

"je vais faire et louer à des amis .Merci @alatar du bon conseil."
Si vous pensez que j'ai le niveau de votre conseiller en défiscalisation, c'est très flatteur, mais je n'ai fait qu'utiliser les outils à ma disposition en tant que loser cadre qui travaille pour vivre : quelques heures de recherches Google, et finalement, le choix du régime par défaut qui se déclenche quand on ne demande aucun traitement spécifique sur sa feuille d'impôts. Cessez de présenter ça comme un fantastique hold-up.
Réponse de le 01/12/2015 à 8:29 :
@alatar mon conseiller fiscal : prenons mon exemple ..un loyer d un studio sur bordeaux se situe autour de 500 e pour une taxe foncière de 850 e , vérifiez . Je suis comme vous et comme la très grande majorité non multipropriétaire donc ne vivant pas de mes rentes , vérifiez si la majorité des bailleurs sont multipropriétaires. Beaucoup ont 2 studios soit par exemple 1000 e de revenu supplémentaire brut revenu brut que tout le monde dit :" dans la poche des rentiers". Ma retraite principale est un peu moins élevée que votre salaire et me fait rentrer dans les tranches à 30 % pour tout revenu
supplémentaire ( tranche 30% a partir de 2200 e ..verifiez) . Le fisc me fait gentiment cadeau de 20e de réduction ( voir imprimé 2044) .J ai donc au final sur 500 e de revenu locatif 15 % taxe foncière , 15% de csg et 30 % d IR avec une partie de la csg récupérable .@alatar pouvez vous me dire ou est mon erreur puisque je devrai payer 13 ou 15 % de taxes à vous entendre plutôt qu entre 50 et 60 %
Réponse de le 01/12/2015 à 14:04 :
@malcomprenant

Vous déviez le sujet, mais bon, je noterais tout de même des spécificités au niveau de votre situation :
- Vous touchez en guise de retraite ce que gagne en salaire un jeune ingénieur Parisien, on a vu plus mal loti.
- Vos taxes foncières sont élevées par rapport aux miennes, mais ça, c'est décidé au niveau local et non national.
- Vous ne bénéficiez pas des abattement du micro-BIC qui sont pourtant le régime par défaut du meublé, vous avez cherché à faire autre chose et ça n'a pas payé.
Réponse de le 01/12/2015 à 17:07 :
@alatar : d'abord excusez moi c était réponse dans une tribune ou vous évoquez vos 13 % d impot . Non @alatar je suis dans le cadre du bailleur "moyen" ..cadre ou ex cadre à la retraite donc 2200 e .Non @alatar c est moi encore qui suis comme majorité de loueurs en non meublé ..mais vérifiez vos stats ! Donc je persiste à dire que vous êtes dans la caricature : pour vous un bailleur est un multi propriétaire rentier qui loue en meublé ...Eh bien encore archi faux : dans ce cas il se met en régime LMP encore plus avantageux ..Pour la grande majorité des cas il paye comme moi entre 50 et 60 % d impot et cela est juste dans un état providence et cela explique pourquoi les loyers et les prix de l immobilier sont aussi élèves en france.
Réponse de le 03/12/2015 à 8:45 :
@malcomprenant

Que voules-vous que je vous dise? Je dois faire partie de cette infime minorité des acheteurs qui a fait tout un tas de manoeuvres très spécifiques et très sophistiquées (acheter un studio sans faire attention aux subventions, utiliser le régime fiscal par défaut sans en demander spécifiquement un autre) qui font que je paye 13% d'impôts au lieu de "60%". J'ai vraiment de la chance.
Réponse de le 03/12/2015 à 9:23 :
@alatar: il faudra quand même m expliquer comment vous arriver à 13 % dans votre régime micro foncier ( le standard ..en meublé) sachant que la taxe foncière est égale à 1 mois à 2 mois de loyer en france ( oui moins chère en RP) , que pour tout revenu supplémentaire vous êtes dans les tranches IR 30% et CSG ? Même avec abattement de 50% vous ne pouvez pas être dans a 13% mais autour de 30/35 % , abattement logique puisqu il faut tenir compte de l amortissement des meubles et que vous l entretien de l immeuble .Ma SEULE explication est que vous desinformez en omettant de dire que vous enlevez les intérêts d emprunt ou que vous êtes dans un IR tout confondu dans les tranches 14 % , ce qui est faux puisque vous n êtes pas comme la très grosse majorité des bailleurs , un rentier, mais un cadre dont tout revenu supplémentaire sera imposé à 30 % . Dans quelques années et c est le but recherché de votre investissement , vous serez imposé à 35 . Vous êtes en plus dans l encadrement du locataire , j insiste , en louant à un ami donc risque moins élevé .
Réponse de le 03/12/2015 à 21:56 :
@malcomprenant
J'ai mon avis de taxe foncière sous les yeux, le montant est bien de 300€ cette année.
Maintenant, si on pouvait en finir avec vos attaques ad hominem et vos détournements du sujet principal pour parler de ma personne (sinon, il va falloir que j'aille sortir le mètre du tiroir) ou pour faire semblant de naïvement me demander conseil (sinon, je vais vous vendre des prestations de maraboutage) et en revenir, vous savez, au sujet de l'article.

Vous défendez que le logement doit être, avant tout, un bien que possèdent et s'échangent des "investisseurs", pour en tirer une rente et des plus-values spéculatives, et vous considérez que ce n'est pas grave si le Français lambda, qui vit de son travail, est totalement exclu du marché par le niveau délirant des prix. En fait, vous défendez une sorte de modèle féodal, où des très gros très riches possèdent le bâti, et où le Peuple travaille au quotidien pour leur payer une grosse partie de leur revenu, pour avoir le droit d'habiter dans ces endroits où ils travaillent pour payer la rente. C'est assez sinistre, en plus de ne pas pouvoir tenir sur la durée.

Je maintiens que le logement devrait être maintenu à un niveau de prix en rapport avec les salaires de la population, et pas tripler de prix en 15 ans, que les plus-values devraient être dans la majorité des cas interdites (non, faire 250% de plus-value parce qu'on a acheté en 1997, fait aucune rénovation ou amélioration et revendu en 2015, ce n'est pas et ne sera jamais justifié, même si après le passage de ces méchants impôts spoliateurs, on ne fait plus que 150% de plus-value). Vous allez me traiter de communiste sans doute, mais ces mesures sont justifiées, au moins dans les zones "tendues" (comme Paris, tendue mais avec 34% du parc en résidences secondaires et 14% de logement vacant, essentiellement pour spéculer). Vous défendez avant tout la rente et les fortunes en place, je souligne au contraire la nécessité d'encourager la réussite par le travail, dans ce pays qui taxe bien trop le travail et bien trop peu le patrimoine. Si cela fait de moi un Communiste à vos yeux, ainsi soit-il.
Réponse de le 04/12/2015 à 9:52 :
@alatar : Encore et encore de la désinformation !! M avez vous écrire que les prix étaient à un niveau normal ? J ai toujours affirme , comme vous , que les prix étaient anormalement élèves en france en faisant toujours le distinguo entre la RP et le reste de la france .Si les prix ont augmenté de 270 % en RP ils n ont augmenté que de 70 % en province de 2000 à 1015 ce qui aussi trop élevé . Au passage je n ai AUCUN bien en RP ! Le seul débat interressant est de savoir que faire pour que les prix se stabilisent voir baissent mais on peut rêver . J affirme pour ma part que la fiscalité est une des causes premières de cette hausse anormale : comment pouvez vous nier ce fait ? Il est reconnu que la France possède la fiscalité immobilière la plus lourde du monde . Je ne défends absolument pas l investissement privé ...je vous fait remarqué au passage que moi mme loue en non meublé . Je M excuse car en fait vous êtes comme la majorité des parisiens , comme je l étais , un peu déphasé de la réalité : exemple quand vous dites que le standard est le loueé meuble en régime micro bic .
non et non ..le standard est le non meublé en province ( 300 annonces de meublés à bordeaux pour 1400 non meubles) et donc au final 50 % minimum de prélèvement en taxes sur loyer . Jamais vous m avez vu écrire que je M opposais aux PV : j affirme que de PV à 30 ans ( csg) sans tenir compte de l inflation devient du délire et que cela bloque les prix . Je sais mieux que quiconque qu il est extrêmemrnt difficile pour un cadre de trouver un job en province : alors plutôt que vous battre contre les " vieux riches rentiers " battez vous pour qu on parle un jour de la vraie decentralisation en france . Comme vous j aime l île de France et comme vous peut être le ferez un jour ..fuir .
Réponse de le 04/12/2015 à 13:42 :
@malcomprenant
J ai toujours affirme , comme vous , que les prix étaient anormalement élèves en france en faisant toujours le distinguo entre la RP et le reste de la france .Si les prix ont augmenté de 270 % en RP ils n ont augmenté que de 70 % en province de 2000 à 1015 ce qui aussi trop élevé [...] J affirme pour ma part que la fiscalité est une des causes premières de cette hausse anormale : comment pouvez vous nier ce fait ? Il est reconnu que la France possède la fiscalité immobilière la plus lourde du monde . Je ne défends absolument pas l investissement privé ..."
C'est bien ce que je disais plus haut, même si vous avez soigneusement évité d'y répondre en partant dans des attaques ad hominem sur ma situation : selon vous le triplement des prix de 1997 à 2015 est dû à des impôts (spécialement calculés pour être 4 fois plus élevés à Paris qu'en Province évidemment) apparus spontanément un beau matin de 1997 (probablement qu'entre l'extinction des dinosaures et l'an 1997, les propriétaires immobiliers Français ne payaient pas d'impôts, 0%). Il va peut-être falloir d'autres arguments pour expliquer la hausse, parce que j'ai beau regarder les courbes d'imposition entre la Préhistoire et 1997, je ne vois pas trop de mesures d'exception adoptées à la fin des années 90 qui justifient ça. Mais je vous prie d'éclairer ma lanterne.
Réponse de le 04/12/2015 à 15:09 :
@alatar: mettons cela sur le compte de votre presque grand âge et une mauvaise vue ! Reprenons par ex l annee 1997 , année de l achat de mon studio sur bordeaux : Tva 18.6 au lieu de 20.6 CSG 3.4 au lieu de 15.5 , taxe foncière 1 mois de loyer presque 2 mois aujourd hui ...PV 22 ans aujourd hui 30 pour CSG sur PV ..En 1997 pour reprendre une expression qui vous est chère 70 % du loyer allait dans la poche du rentier , aujourd hui entre 40 % . Vous imaginez en plus qu en 1997 je pensais que mon studio allait doubler de valeur ..mais de quoi parle t on @alatar? En 1997 je disposais d un studio et aujourd hui je dispose toujours d un studio mais dont la rentabilité diminue chaque année . En 2015 je pourrai de nouveau investir et ne le ferai plus jamais en france du fait d une fiscalité excessive et d une protection des locataires toujours plus forte . J ajoute que si je dois vendre ce studio je pourrai pas acheter équivalent du fait de la pv aussi j en ferai donation à mes mes enfants .Oui @alatar notre generation s est enrichi anormalement car la fiscalité à toujours l effet inverse recherché comme l ISF qui a fait fuir grand nombre d investisseurs ( entreprise) .Et pour finir je vous vais dire une phrase proche de ce qu a dit dit le général " mais pourqoui donc voulez vous que je M enrichisse à 70 ans ?" .Comme vous pour mes enfants je souhaite une baisse des prix et contrairement à vous je souhaite que l on conserve dispositifs comme taux zéro ou autres pour aider les jeunes primo accedants. bon we @alatar
Réponse de le 07/12/2015 à 14:06 :
@malcomprenant
"Reprenons par ex l annee 1997 , année de l achat de mon studio sur bordeaux : Tva 18.6 au lieu de 20.6 CSG 3.4 au lieu de 15.5 , taxe foncière 1 mois de loyer presque 2 mois aujourd hui ..."
Donc en résumé, le total TVA+CSG a pris environ 14 points. Outre le fait que vous mélangez la TVA sur le neuf, la CSG sur les loyers, la taxe foncière pour détention dans un gloubi-boulga que vous nommez "impôt confiscatoire", on est très loin du compte pour un même facteur au même taux qui aurait eu comme conséquences différentes en Province une augmentation de plus de 70% des prix et en RP une augmentation de plus de 250% des prix.

"PV 22 ans aujourd hui 30 pour CSG sur PV .."
Pour rappel, les Plus-Values sur un bien de nécessité comme l'immo ne sont pas un droit divin garanti par Dieu et la Constitution auquel il faut s'aggriper comme un redneck Américain à son droit de posséder son fusil d'assaut. Certaines plus-values très minimes peuvent être justifiées : celles liées à des travaux d'amélioration de l'appartement. La plus-value acceptable est donc d'environ le montant des travaux, sur lequel on aurait appliqué un amortissement annuellement.
Tout plus-value au delà de ces montants relève davantage de l'enrichissement sans cause : c'est de l'argent encaissé pour avoir détenu un appartement et en ne fichant rien dedans pendant une période donnée. Et comme l'argent ne tombe pas du ciel, ces fantastiques "plus-values que le méchant Etat veut nous voler" est prélevé dans la poche des générations suivantes, qui payent plus cher un même bien, en s'endettant davantage et en s'exposant davantage à la précarité. C'est simplement de la mise en danger de l'avenir du pays pour un enrichissement personnel à court-terme. Donc non, il n'existe pas d'univers dans lequel acheter un studio 100 000€ en 1997, le louer sans faire la moindre rénovation ou amélioration et le revendre 350 000€ en 2015 et toucher 250 000€ de plus-value (ou disons 150 000€ après le passage du méchant Etat spoliateur) est justifié.

"En 1997 pour reprendre une expression qui vous est chère 70 % du loyer allait dans la poche du rentier , aujourd hui entre 40 %"
Moi personnellement 87%, mais je dois être bizarre.

"Vous imaginez en plus qu en 1997 je pensais que mon studio allait doubler de valeur ..mais de quoi parle t on @alatar? En 1997 je disposais d un studio et aujourd hui je dispose toujours d un studio mais dont la rentabilité diminue chaque année."
N'hésitez pas, donnez nous le prix de votre studio en 1997 et son prix d'aujourd'hui s'il est sur Bordeaux-Ville, voir combien de milliers d'Euros de salaire mensuel il faut à un jeune d'aujourd'hui pour l'acheter comme vous, malgré le fait qu'il a vieilli de presque 20 ans depuis.

"En 2015 je pourrai de nouveau investir et ne le ferai plus jamais en france du fait d une fiscalité excessive et d une protection des locataires toujours plus forte."
Pour ce qui est de la protection abusive des locataires, je ne peux que vous rejoindre. Je serais favorable à une solution dans laquelle l'Etat se substituerait au locataire qui ne paye pas, et lancerait ensuite ses moyens de recouvrement sur le locataire, au lieu que le bailleur doive le faire. C'est d'ailleurs ce que Cécile Duflot a tenté de faire avec la Garantie Universelle des Loyers (même si les promoteurs et autres ont fait retirer la mesure, admettant tacitement que les impayés ne sont pas un problème en France), et c'est ce que cherchent à faire des dispositifs comme Solibail. Ces initiatives vont dans le bon sens.

"J ajoute que si je dois vendre ce studio je pourrai pas acheter équivalent du fait de la pv"
Vous comprenez là que tout le monde sauf les multipropriétaires vendeurs nets a intérêt à une baisse de l'immo, et que faire des moins-values est excellent si votre prix d'achat consécutif baisse d'autant.

"Comme vous pour mes enfants je souhaite une baisse des prix et contrairement à vous je souhaite que l on conserve dispositifs comme taux zéro ou autres pour aider les jeunes primo accedants."
En gros, vous êtes libéral à la française : non aux impôts (parce que ça fait soit-disant augmenter les prix de vente), mais oui aux subventions type PTZ (solvabilisation artificielle des primo-accédants au niveau actuel des prix, au lieu de modifier à la baisse le niveau actuel des prix pour se rapprocher de leur réelle capacité d'achat).
Réponse de le 07/12/2015 à 19:03 :
@alatar: non je ne mélange pas tout et je ne partage pas du tout votre avis :Si par ex la tva ne s applique que sur le neuf elle a incidence directe sur les prix de l ancien .
C est toute la fiscalité immobilière qui a influencé les prix et qu il faut remettre à plat . Oui @alatar et mare de ressasser : je n ai jamais écrit que je M opposais aux PV mais que imposer les PV à 30 ans sans tenir compte de l inflation est d une bêtise incommensurable . Pour mon cas personnel oui le studio à doublé de valeur (60 et 120 000 aujourd hui ) donc assez proche des 70% en province mais ça veut dire quoi? En 1997 je possédais un studio , en 2015 je possède toujours un studio et si je vends je possède un capital équivalent à un studio sur bordeaux moins 20% PV ( j ai pas fait calcul exact) .Vous avez 2 problèmes 1) vous assimilez l ensemble des bailleurs à des multipropriétaires ce qui est faux 2) vous avez une vision "parisienne" de l immobilier : aujourd hui une correction de 10 à 20 % est réelle sur beaucoup de villes de province ( pas bordeaux effet tgv) .ll immobilier en province se corrigera dans le temps ( on ne juge pas une courbe sur 10 ans) ..A paris il n y aura aucune baisse significative des prix ..Vous pouvez taxer surtaxer rien n y fera d autant qu avec la vague migratoire attendue ( je vous rappelle que 40% de immigrés s installent en RP) vous pouvez toujours rêver . Non @alatar je ne suis pas un libéral : la france est un paradis social et fiscal ..Cela est indiscutable et ce n est pas le sujet du débat . Je ne conteste pas les impôts , je dis que dans un état providence avec une telle quantité d impôts ( 33 taxes sur l immobilier) il est normal que les prix soient élèves ..Je fais simplement le constat.

Réponse de le 10/12/2015 à 14:03 :
@malcomprenant

Ma réponse a été censurée, je réponds donc à nouveau.

"Reprenons par ex l annee 1997 , année de l achat de mon studio sur bordeaux : Tva 18.6 au lieu de 20.6 CSG 3.4 au lieu de 15.5 , taxe foncière 1 mois de loyer presque 2 mois aujourd hui ..."
Donc une hausse d'environ 2 points (TVA) et 13 points (CSG), soit 15%, la même partout dans le pays, mais qui aurait eu comme conséquence "logique" (selon vous) une hausse des prix de +70% en Province et +250% à Paris-IDF. Un des deux est donc une anomalie grave, selon votre propre logique selon laquelle la hausse n'est pas du tout, du tout spéculative.
Pour la taxe foncière, c'est décidé au niveau local. Vous devez être particulièrement haut. Et tiens, c'est drôle, à Paris et couronne 92 Ouest, elle est beaucoup plus basse, alors que ces dans ces zones que les prix de l'immobilier sont les plus indécemment élevés. Ce qui casse votre discours.

"PV 22 ans aujourd hui 30 pour CSG sur PV"
Pour rappel, les plus-values, ce n'est pas un droit inaliénable. C'est une anomalie grave. Quand Pépé fait des plus-valuies "extraordinaires" pour avoir acheté un logement en 1997, n'avoir rien fichu en termes d'entretiens et d'améliorations et l'avoir revendu en 2015, on peut voir la chose soit du point de vue des papy-boomers qui bénéficient de ce formidable enrichissement sans cause, soit des générations suivantes qui amputent gravement leurs finances et s'exposent à la précarité pour payer cette rente. Les plus-values immo, ça consiste principalement à saigner et traire les générations suivantes, qui sont l'avenir du pays. Elles devraient être limitées au montant des travaux d'amélioration, sur lesquels on appliquerait un amortissement, et "au delà je prends tout" comme dirait l'autre. Ca peut sembler "communiste", mais non, il n'y a aucune raison valable en ce bas monde pour que juste en achetant un studio pour 100 000€ et en le revendant après quelques années de détention, on fasse 250 000€ de plus-values (c-à-d 250 000€arrachés à la génération suivante sans raison), ou, soyons gentils, 150 000€ après que le méchant fisc vous ait "volé" une partie de cet argent "durement gagné". Pour information, 250 000€, c'est 8 ans de salaire d'un ingénieur (en travaillant).

"En 2015 je pourrai de nouveau investir et ne le ferai plus jamais en france du fait d une fiscalité excessive et d une protection des locataires toujours plus forte."
Pour ce point je suis d'accord. Il faudrait lutter contre les mauvais payeurs. Cependant, les rentiers et promoteurs ont obtenu la tête de Cécile Duflot et tué dans l'oeuf son dispositif de Garantie Universelle des Loyers, qui était une solution-miracle pour lutter contre les impayés. Ils ont donc admis haut et fort que les impayés ne sont pas un problème dans ce pays.
D'autres dispositifs comme Solibail sont également intéressants et font partie des bonnes initiatives, mais on en manque, je vous le concède.

"J ajoute que si je dois vendre ce studio je pourrai pas acheter équivalent du fait de la pv aussi j en ferai donation à mes mes enfants."
Vous rendez-vous compte que même en vendant un appartement qui a bénéficié de la hausse stratosphérique de son prix, donc en faisant un bénéfice hallucinant, vous ne pouvez pas racheter quoi que ce soit? Maintenant, posez-vous la question pour les autres, qui partent les mains vides et comptent sur leur travail, malgré un job qualifié et bien payé.

"Comme vous pour mes enfants je souhaite une baisse des prix et contrairement à vous je souhaite que l on conserve dispositifs comme taux zéro ou autres pour aider les jeunes primo accedants."
C'est là que vous vous contredisez. Vous admettez que les prix sont bien trop élevés et que c'est problématique. Vous admettez également que les primo-accédants (et bien d'autres) sont exclus par ce niveau des prix. Cependant, pour rien au monde vous ne tolèreriez qu'ils baissent pour s'aligner sur la capacité d'achat de ces primos. Au contraire, vous voulez maintenir l'ensemble des dispositifs qui consistent à brûler un maximum d'argent public (vos impôts, les miens, ceux des Français) pour créer artificiellement une vraie-fause solvabilité des acheteurs à ce niveau de prix.
Réponse de le 11/12/2015 à 13:42 :
@alatar: oui @alatar c est " chiant " les messages sensurés ou bug je ne sais pas . Non @alatar je regrette encore une fois de vous le dire je ne souhaite pas voir les prix augmenter : vous oubliez que j ai moi même enfants qui bossent sur la RP ( plateau de palaiseau) et n ont pas la possibilité d acheter . Pour la garantie universelle des loyers je ne partage pas votre avis parce-que tout simplement cette garantie ne couvrait pas les dégradations et je c est peut être mon expérience personnelle et si je voulais encore vous " brancher" je ne loue pas à des amis ..mais j ai eu beaucoup plus de problème dans les dégradations que dans les impayés . Vous ferez votre expérience dans le temps . Pour ce qui est de la taxe foncière ..verifiez ( bx pays lille etc..) et vous constasterez que la RP reste une exception.
Réponse de le 14/12/2015 à 9:27 :
"Pour la garantie universelle des loyers je ne partage pas votre avis parce-que tout simplement cette garantie ne couvrait pas les dégradations [...] j ai eu beaucoup plus de problème dans les dégradations que dans les impayés."
Pourtant, le problème que nous citent tous les rentiers pour justifier leurs tarifs et leur sélection du mouton à cinq pattes comme locataire, c'est les impayés. Mais si déjà la Garantie Universelle des Loyers mettait définitivement un terme au problème des loyers impayés en France, pourquoi avoir fait pression pour exécuter Cécile Duflot sur la place publique et pour tuer cette clause dans l'oeuf? Il suffisait de laisser passer la Garantie, quitte à compléter avec une assurance qui couvre les dégradations, et de continuer de faire pression pour qu'un dispositif soit mis en place à côté pour couvrir les dégradations.

"Pour ce qui est de la taxe foncière ..verifiez ( bx pays lille etc..) et vous constasterez que la RP reste une exception."
Ce qui va dans mon sens! Vous expliquez que toute variation de l'immobilier est dûe UNIQUEMENT à la fiscalité.
- Si on étudie l'évolution de la fiscalité, elle est montée de la même manière dans tout le pays.
- Si on étudie la taxe foncière, elle est beaucoup plus faible en Région Parisienne qu'en Province.
- Si on étudie l'évolution des prix, on trouve du +70% en Province et du +250-300% à Paris, alors que d'après la fiscalité, ça aurait dû monter moins à Paris qu'en Province.
On peut donc en conclure que la fiscalité et son évolution "justifieraient" une hausse des prix qui serait au plus de 70%, et que le reste (+230%) est dû à une composante spéculative.
Réponse de le 15/12/2015 à 7:25 :
@alatar: vous prouvez encore que vous desinformez : j ai toujours dit que la fiscalité est une des principales sources de la hausse des prix de l immobilier et jamais je n ai écrit que c était UNIQUEMENT la raison ...relisez mes commentaires !!! J ai toujours évoqué l anomalie franco française de l hypercentralisation sur la RP qui fausse tous les prix .m ( comme londres) J'ai toujours évoque les normes dans le neuf en affirmant que l ancien est toujours indexé sur le neuf ..Je ne fais que des constats :1) l immobilier si on excepte la RP a augmenté anormalement de 70 % et 2) nous avons la fiscalité immobilière la plus lourde du monde et de loin et votre démonstration qui est de dire que les prix auraient dû suivre l augmentation des taxes soit environ 20% ne tient pas : en économie 1+ 1 n est pas égal à 2 ..mais 4 ou 5 . L autre raison d un maintient des prix ( en dehors de taux très bas) et que la demande contrairement a tout ce que je peux lire reste très forte : il faudra m expliquer comment on compte de nombre d acheteurs : je suis acheteur comptabilisé nulle part et vous? Votre raisonnement qui de dire " tout ça c est la faute des rentiers" et surtout la faute à toutes les aides fiscales ne tient pas si on compare encore avec nos voisins allemands comme le faisait justement mme duflot : en Allemagne l investissement locatif est beaucoup plus important , accordé sur tout logement logement ( amortissement de 2 %par an) ..Et ces aides ont toujours existé comme elles ont toujours existe bien avant 1998 en france ( dans les années 80 tva 5 % sur le neuf par ex est beaucoup plus avantageux qu un duflot sceller ou pinel ) .
Réponse de le 18/12/2015 à 16:18 :
"vous prouvez encore que vous desinformez : j ai toujours dit que la fiscalité est une des principales sources de la hausse des prix de l immobilier et jamais je n ai écrit que c était UNIQUEMENT la raison ...relisez mes commentaires !!! J ai toujours évoqué l anomalie franco française de l hypercentralisation sur la RP qui fausse tous les prix .m ( comme londres) "
Oui, c'est là que, même si vous refusez de l'admettre, je suis d'accord avec vous qu'une hausse d'environ 70% des prix pourrait être dûe en partie à la fiscalité (moins sur Paris/RP car les taxes foncières et taxes d'habitation y sont très faibles). Ce qui laisse donc 230% de hausse en RP dûes à la spéculation (non, aucune hausse subite de la demande n'a eu lieu en 1998).

"J'ai toujours évoque les normes dans le neuf en affirmant que l ancien est toujours indexé sur le neuf .."
Et pourtant, en Allemagne notamment, on construit pour moins cher, avec des normes plus contraignantes.


"en Allemagne l investissement locatif est beaucoup plus important , accordé sur tout logement logement ( amortissement de 2 %par an) ..Et ces aides ont toujours existé comme elles ont toujours existe bien avant 1998 en france ( dans les années 80 tva 5 % sur le neuf par ex est beaucoup plus avantageux qu un duflot sceller ou pinel )."
Justement, en Allemagne les gens investissent beaucoup moins dans l'immobilier et beaucoup plus dans l'Economie, dans les entreprises, dans le secteur productif. Ils n'ont jamais cherché à lancer la spéculation infernale qu'on connaît en France, et chez eux le logement garde sa fonction première : se loger.
a écrit le 22/11/2015 à 10:58 :
Le PTZ était une bonne mauvaise idée .... cette usine à gaz à fortement aidé à faire grimper les prix ! Les politiques ont menés du fait une action de pompier pyromane .. avec toutes les lois supplémentaires ... fiscales !
a écrit le 22/11/2015 à 9:27 :
Le scandale continue.... Nous sommes de plus en plus de tour dans l'économie du droit du sang et en france particulièrement nous avons connu la triste (et très violente) fin du précédent système. Notre capacité à reproduire nos erreurs semblent infinie... ce qui valide que la France est un pays définitivement conservateur ;)
a écrit le 22/11/2015 à 9:22 :
Investir dans l'immobilier pour se loger OUI, mais pour ce qui est du locatif, vu les lois, période hivernale et cie .... il faut être masochiste !
a écrit le 21/11/2015 à 17:25 :
ce qu'il faudrait faire c'est d'associer les prix à la qualité des prestations fournies par le bailleurs, exemple pour une électricité pas aux normes des points en moins pour , ou par exemple un domestique à disposition 7 jour sur 7 donneraient des points en plus, et là on aurait vraiment des loyers qui correspondraient aux prestations et non juste à la situation du logement
Réponse de le 21/11/2015 à 21:32 :
Il est nécessaire de suprimer tous les textes de loi qui manipule les prix au profit de lois au profit des lobying du secteur Ce seul remède est notre salut
a écrit le 21/11/2015 à 15:33 :
Puisque l'immobilier ressemble à une partie de boneto, supprimons toutes les lois Pinel et autres machins pour voir si le marché s'assainira tout seul.
N'est ce pas la litanie des ultra libéraux : le marché et la concurrence ? Et bien laissons faire la concurrence sans aucune aide.
a écrit le 21/11/2015 à 14:47 :
ca serait interessant de voir si les pinels n'ont ete achetes que par des gens qui le mettent a dispo des ascendants et descendants, vu la legislation en matiere de location.... bon c'est le retour que j'ai moi!!! ( vu la taille de la carotte c'est pas etonnant!!)
Réponse de le 22/11/2015 à 9:49 :
la carotte et le bâton : http://immobilier.lefigaro.fr/article/les-proprietaires-occupants-pourraient-payer-une-taxe_ea04f0be-1b7f-11e3-b9e3-4cc5ae861f70/
a écrit le 21/11/2015 à 12:53 :
au contraire, il faudrait interdire l'investissement locatif pour que justement l'immobilier ne soit plus un "investissement" mais permettent de loger tout le monde pour le bon prix.

marre de voir ces vieux quinquas qui spolient l'argent des jeunes locataires pour se payer des vacances aux maroc. Les jeunes voudraient investir leurs loyers dans des entreprises, voir même entreprendre plutôt que de financer ces voleurs de rentiers propriétaires.
Réponse de le 21/11/2015 à 14:41 :
@Julie: crois-tu que "ces vieux quinquas" ont volé ou qu'on leur a donné ce qu'ils ont aujourd'hui ? Quant aux vacances au Maroc (ou personnellement je ne mettrai jamais les pieds), c'est une destination un peu pâle par rapport aux Bahamas ou Tahiti :-)
a écrit le 21/11/2015 à 11:14 :
quel boulet ce lobby de l'immo/construction.
on construit au moins deux fois plus que le UK, et ils nous disent qu'il y a pas assez de terrains, que c'est trop complexe, bla bla bla...
pourtant tout est censé être plus simple outre Manche.
a écrit le 21/11/2015 à 10:47 :
l'immobilier n'est pas descendu suffisamment au bon niveau pour que cela reparte , le gouvernement fait des erreurs de calcul en essayant de créer de l'inflation artificielle comme la BCE . Faut lutter contre l'inflation et durablement , alors on ne créera pas de nouvelle bulle financière , toute la collectivité s'enrichira de façon saine , les budgets tiendront la route et dans l'avenir il sera possible de rembourser les dettes .
Réponse de le 22/11/2015 à 11:08 :
l’univers industriel change .. nous en sommes à la 3ieme ... l’émergence d'une croissance molle, planétaire !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :