Pourquoi François Hollande annonce-t-il des mesures pour les primo-accédants ?

 |   |  744  mots
L'immobilier va-t-il permettre à François Hollande de résorber le chômage ?
L'immobilier va-t-il permettre à François Hollande de résorber le chômage ? (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
Pour regagner des points de croissance avant les élections et redonner de la confiance à l'économie, le président de la République va relancer l'aide à la primo-accession.

Quoi de mieux pour relancer la croissance à court terme que l'immobilier ? L'adage « quand le bâtiment va, tout va » résonne en effet de plus en plus intensément dans les oreilles des personnalités politiques au fur et à mesure que la campagne présidentielle approche. François Hollande ne déroge pas à la règle. Il a annoncé ce lundi matin sur RTL que son gouvernement allait « encore prendre des dispositions pour que l'accession à la propriété - ça intéresse beaucoup de nos concitoyens, notamment ce qu'on appelle les primo accédants - puisse être facilité. » « Je ferai des propositions dans cette direction (...), nous avons besoin de construire », a donc indiqué le chef de l'Etat.

Contraintes budgétaires

Contraint budgétairement, les gouvernements successifs de François Hollande n'avaient jusqu'ici pas donné de signaux aussi fort allant dans ce sens. Aucun n'a lancé de grand plan de soutien à l'accession à la propriété, comme l'avait fait en 2009 l'exécutif précédent à contrecourant du marché - ce qui avait par ailleurs accentué les écarts entre les revenus disponibles des ménages et les prix des logements.

Seul le gouvernement Valls II s'était attelé à élargir le périmètre du prêt à taux zéro (PTZ) à des ménages plus aisés dans l'immobilier neuf et aux communes rurales dans l'ancien, mais dans un cadre budgétaire limité ; alors même que la profession immobilière appelle de ses vœux un PTZ dans l'ancien élargi aux zones tendues. Rappelons d'ailleurs que le budget du prêt à taux zéro est passé de 2,25 milliards d'euros par an en 2011 à seulement 631 millions d'euros en 2013, selon les Comptes du Logement.

Marges de manœuvre

L'exemple de PTZ est révélateur : le gouvernement s'est en quelque sorte laissé des marges de manœuvres pour soutenir la primo-accession. Le discours de début de mandature était même davantage consacré au soutien des locataires. Mais la crise ne s'étant que peu estompée, et François Hollande ayant promis qu'il ne se représenterait pas s'il n'inversait pas la courbe du chômage, le chef de l'Etat a estimé qu'il était temps de soutenir de nouveau le secteur du bâtiment, à l'activité très cyclique, et qui peut, du haut de ses 1,5 million d'emplois, redonner de l'air à un gouvernement en quête de chiffres positifs sur l'emploi et la croissance.

Au-delà de l'impact direct des nouvelles mesures qui ne pourront pas, seules, faire repartir l'emploi significativement, c'est davantage le climat de confiance qu'elles pourraient amener qui intéresse le président de la République. Comme le dit l'économiste du Cepii Thomas Grjebine, « le marché immobilier repose sur les anticipations des ménages. S'ils anticipent une baisse des prix, ils ne vont pas se précipiter pour acheter de peur de faire une moins-value à terme ».

Faire croire aux ménages que les prix vont monter

C'est ce qui se passe en ce moment puisque les prix sont globalement dans une phase descendante qui devrait courir jusqu'en 2017 ou 2018, selon les prévisions d'économistes, si les conditions de taux d'intérêt d'emprunts restent les mêmes. A ce moment-là, les ménages auront reconstitué leur pouvoir d'achat immobilier d'il y a 20 ans.

A l'inverse, si les ménages sont sûrs que les prix vont augmenter, on peut penser qu'ils se précipiteront pour acheter. Les anticipations peuvent ainsi avoir un impact réel, qui va bien au-delà des seuls ménages bénéficiaires des futures mesures du gouvernement. C'est ce que semble rechercher François Hollande : il souhaite que tous les agents économiques pensent que la baisse des prix va s'enrayer pour faire repartir le marché. Sans quoi il faudra penser à d'autres leviers de croissance que l'immobilier, bien plus difficiles à actionner...

Effets pervers

Du reste, ce type de mesures s'accompagne souvent d'effets secondaires pervers, qui ont pour principal conséquence de faire peser de manière trop forte les dépenses liées au logement dans le budget des ménages.

Un phénomène qui peut à terme nuire à la compétitivité de l'économie, que ce soit en contraignant les entreprises à augmenter leurs salaires, en éloignant les salariés de leur lieu de travail, ou même en empêchant les ménages de consommer ou d'épargner autre chose que de l'immobilier. Sans oublier, enfin, le risque que les inégalités entre propriétaires et locataires ne se creusent encore...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2015 à 12:11 :
Les idéologies socialistes sont déconnectées du monde réel et le résultat est catastrophique ! On ne donne plus envie aux gens d'investir ou de créer une petite entreprise ! D'ailleurs savez-vous que dès que vous créez une petite entreprise, vous payez des impôts avant même de commencer! Nos gouvernants ne savent ils pas que nous sommes en période de crise ? C'est vraiment très fort ! Les gens fuient (pas tous bien sûr)! Il n'y a qu'à constater le nombre très important de Français quittant le pays notamment en Angleterre .
Il faut rétablir la CONFIANCE ,mettre des gens de la société civile ayant du bon sens gouverner !
Arrêtons le matraquage fiscal , notamment toutes les taxes qui augment sans arrêt, plus les nouvelles qui arrivent pour financer le social et compagnie ! Notre niveau de vie baisse sans que l'on s'en rende compte.
Nous allons bientôt être totalement asphyxies fiscalement et nous allons vers un point de non retour !
Il ne faudra pas dire je ne savais pas !
A quand cette prise de conscience !
Réponse de le 23/10/2015 à 6:59 :
Tout le monde n'a pas envie de créer une "petite entreprises" ou "investir". Au contraire, c'est une minorité de gens qui font ce genres de choses.........Quant aux impots, sans eux, vous n'avez pas de : hopitaux pas chers, école pas chère, etc...Mais si vous voulez, on peut faire comme en Angleterre, et vous travaillez toute votre vie pour rembourser vos études, et si vous tombez malade, vous payez des millions aux chirurgiens et vous êtes ruiné. Ok chiche ?
a écrit le 22/10/2015 à 10:30 :
@ BONJOUR : le pauvre petit biquet ! il a tout essayé et rien ne marche le chômage explose ainsi : la misère l'insécurité nous assistons des soulèvements armés commis par des étrangers en toute impunités ces criminels bénéficient même de la protection du P.S. Par contre des travailleurs qui manifestent pour garder leur emploi (une chemise déchirée) alors la POLICE menottes devant femmes, enfants et voisins embarqués comme des criminels VOILA TRAVAIL DE LA GAUCHE !
Réponse de le 23/10/2015 à 10:03 :
@booboo
100% d'accord avec vous
Réponse de le 25/10/2015 à 20:21 :
Oui, c'est un néolibéral. La preuve: macron/valls: personne n'a voté pour eux. Personne n'en voulait, et pourtant ils ont été imposés. Nous assistons à un viol de la démocratie devant nos yeux. On vote pour une personne qui fait le contraire de ce pour lequel il a été élu.
Le peuple français se souvient il enocre de ses racines? La révolution et la guillotine des nobles?
a écrit le 22/10/2015 à 9:36 :
Et hop on essaye encore de créer de la croissance avec de l'emprunt, cette fois-ci par les particuliers car Mme Merkel ne veut plus que l'État emprunte (et elle a bien raison). Ils ne savent faire que ça au gouvernement : emprunter et taxer, comme en 1936...

C'est quoi leur plus-value à ces fonctionnaires résidant dans des palais d'or, si ce n'est mener le pays au déclin ?

Qu'il fasse comme le général de Gaule ou Mme Merkel notre cher président, à savoir habiter dans son propre appartement. Il verra alors que les montants proposés sur son PTZ sont complètement déconnectés des prix de l'immobilier. De plus, voilà encore une usine à gaz comme il sait bien les faire.
a écrit le 22/10/2015 à 7:42 :
Plutot que de faire semblant sur l'immobilier, le "président" (qui n'en n'est pas un) devrait batailler pour faire baisser le nombre de chomeurs et de pauvres dans ce pays. Ce ne sont pas les 5,4 millions de chomeurs "officiels", les 8 millions de pauvres et les 25% de jeunes Français qui ne trouvent pas d'emploi, ni le million de clandestins qui vont se lancer dans un achat immobilier.
a écrit le 22/10/2015 à 0:17 :
Vous doutez encore de l'éclatement de la bulle immobilière?

Chacun des éléments ci dessous suffit à faire baisser les prix, alors en cumulé, on peut s'attendre à une vente panique dans les mois à venir:

Chômage. Emplois précaires. PapyBoom. Baisse des loyers. Hausse des taxes proprio. Baisse de la rentabilité locative. Fuite des investisseurs de l'immobilier qui n'est plus un investissement viable pour de longues années à venir. Engorgement supplémentaire de l'offre. Indice de tension immobilière (dit "iti") en chute libre (0,4 en France). 2,5 vendeurs par acheteur. Encadrement des loyers. Hausse annoncée des taux d'emprunt (manque à gagner pour les vendeurs qui n'auront pas vendu avant la fin de l'été). Taux réel non intéressant pour les acheteurs (taux d'emprunt moins inflation). Fuite des retraités "aisés" à l'étranger (Portugal, Thaïlande), Fuite des jeunes actifs à l'étranger (USA, Canada, Australie). Engorgement supplémentaire de l'offre par rapport à la demande. Century21 annonce 15% de baisse "mécanique" par 1% de hausse des taux d'emprunt, tout effet de conjoncture mis à part. Courbe de dépendance de la population française en hausse. L'Etat vend en pagaille ses biens. Le comité de Bâle 3 va limiter les crédits (les solvables pourront emprunter moins qu’avant)...
Ceux qui n'auront pas vendu très bientôt verront la situation se dégrader pendant la durée du papy-boom (30ans).
Il ne fera pas bon être propriétaire......
Réponse de le 22/10/2015 à 6:43 :
Je suis propriétaire d'une maison années 30 rénovée avec des matériaux de qualité, très peu energivore et surtout payée. N'ayant aucunement l'intention de revendre avec le bus et le tram à deux pas, je me contrefiche de sa valeur intrinsèque. Au contraire, une baisse des prix me soulagera de quelques euros sur la taxe foncière lorsque les calculs indexés sur la valeur locative interviendront en 2018. En attendant ne plus avoir à débourser tous les mois me fait recouvrer l équivalent de plus d'un smic en pouvoir d'achat et les frais de fonctionnement très acceptables pour une maison de ce type me permettent d'envisager avec sérénité mon avenir financier familial et l'argent mis de côté comme ce bien ne seront pas de trop pour aider mes enfants qui vont entrer dans la vie active. Nous ne sommes plus ni dépendant de la banque, ni d'un propriétaire, ni de qui que ce soit d'ailleurs et ça, seuls ceux qui sont dans mon cas peuvent comprendre ce moment de zenitude. Après on peut payer toute sa vie un loyer et se taper un proprio qui refuse de changer ses radiateurs grille-pains...
Réponse de le 23/10/2015 à 22:59 :
"En attendant ne plus avoir à débourser tous les mois me fait recouvrer l équivalent de plus d'un smic en pouvoir d'achat et les frais de fonctionnement très acceptables pour une maison de ce type" : Le hic, c'est que les primo accédant achètent moins de 50 mètres carrés pour plus d'un SMIC et ce 25 ans en zone tendue.
Vous pouvez toujours fanfaronner puisque vous étiez né assez tôt pour acheter à des prix honnêtes, les jeunes ont le choix entre se faire racketter sur des loyers en espérant que ça se tasse ou se suicider financièrement pour des décennies.
"Après on peut payer toute sa vie un loyer et se taper un proprio qui refuse de changer ses radiateurs grille-pains... " : Vous lui rachèteriez 28 mètres carrés à 150 000 euros pour avoir le privilège d'être locataire de la banque et changer les radiateurs? Merci à cette génération d’enrichis sans cause pour sa compréhension qui frôle l'indécence...
a écrit le 21/10/2015 à 20:58 :
On dit merci à qui. A Mme DUFLOT qui a détruit l'investissement dans l'immobilier, comme d'ailleurs depuis le début de la Loi QUILLOT, encore un socilaiste.
a écrit le 21/10/2015 à 19:35 :
Il lui a fallu 3 ans pour se rendre compte que construire des logements créerait des emplois? C'est sans doute Macron qui le lui a souffléà la descente du scooter
Au passage, les 18 milliards d'APL/an qui ne servent qu'à pousser les loyers à la hausse, ils permettraient de construire 150 000 logements/an. Et 1 construction = 1 emploi. Plus efficace que d'essayer de bloquer des loyers que l'on stimule par l'APL..
a écrit le 21/10/2015 à 19:05 :
Il vaut mieux être locataire pauvre que propriétaire riche sous votre régime socialiste M. Hollande. Vous êtes incohérent et indigne de votre fonction. La confiance est détruite.
a écrit le 21/10/2015 à 18:51 :
Les primo accédants achètent majoritairement de l'ancien et sont comme les autres acheteurs taxés de 5% de frais d'enregistrement. Ce sont ce frais qu'il faut diminuer pour relancer l'immobilier et non créer une autre usine à gaz.
a écrit le 21/10/2015 à 18:45 :
Tu peux déjà réfléchir à un nouveau premier ministre mon François.
Quant à l'immobilier, ne t'inquiète pas pour ton patrimoine. Tu t'es déjà bien enrichi après le gavage des sans dents durant ses 3 dernières années.
a écrit le 21/10/2015 à 17:36 :
Il vit ou notre président? Pas dans le monde réel, ce n'est pas possible d'être a l'ouest comme cela. Je sais que le PS et touts ses militants sont en dehors du monde normal. Mais la!
a écrit le 21/10/2015 à 17:25 :
dans un monde où on nous explique que lorsqu'on a du travail on ne le gardera pas à vie , quand ceux qui travaillent sont très souvent des précaires en CDD , quand on pousse les étudiants à emprunter ... il faut déconseiller aux primo accédants de se lancer dans l'aventure et faciliter la mobilité . Un état responsable aurait depuis longtemps soutenu et imposer le lancement de très grands programmes de logement locatifs provoquant cerise sur le gâteau une vraie baisse des loyers . C'est trop demander sans doute à la cupide chienlit qui se succède au pouvoir
Réponse de le 22/10/2015 à 6:47 :
Je suis militaire, fait partie de la catégorie socio-professionnelle la plus mobile (5 mutations en 17 ans) et ça ne m'a pas empêché d'acheter là où je désire revenir par la suite. Le bien est loué tout simplement en attendant. La mobilité n'a jamais été un frein à l'accession à la propriété sinon aucun soldat ne serait proprio. Halte aux légendes urbaines...
a écrit le 21/10/2015 à 16:12 :
L'immobillier, faut arrêter de l'aider sinon ça attire les spéculateurs et ça fait monter les prix de manière artificielle , ça crée des bulles.
a écrit le 21/10/2015 à 14:01 :
Politiquement incorrect. Attention, ce ne sont pas les effets qui sont pervers, mais les hommes politiques. Construisons, surtout des maisons de retraite dans les zones inondables en cas de cru millénaire, on gagnera en régime de retraite. Construisons loin du travail pour relancer le marché automobile et rapporter des taxes sur l'essence pour renflouer les caisses percées de l'état.............
a écrit le 21/10/2015 à 13:52 :
Vous êtes fini M. Le President. Enfin une caricature de Président.
Plus grand monde vous écoute.
Partez en pèlerinage sur la tombe de Jaurès ou celle de Mitterrand jusqu'à la prochaine présidentielle.
a écrit le 21/10/2015 à 13:25 :
C'est un clown (notre président Hollande bien sûr) et plus que jamais, il n'a rien de concret à annoncer alors il occupe (ou il essaie !) le terrain sachant déjà que les prochaines élections seront sans doute mauvaises : que peut-il faire d'autre ?
Réponse de le 21/10/2015 à 14:20 :
DEMISSIONNER !
a écrit le 21/10/2015 à 12:31 :
Il fait l'erreur de ses prédécesseurs en misant sur l'immobilier pour relancer la croissance, cela ne peut mener qu'à une nouvelle bulle financière et renflouer les banques de nouveau .
a écrit le 21/10/2015 à 11:43 :
C est finis pour toi ils est temps t'es vraiment nul a qui le tour ?
a écrit le 21/10/2015 à 11:21 :
pour aider les "primo accedants",il suffit de taxer ceux qui sont propriétaires et qui n'ont plus de prets a rembourser.le loyer "négatif sera probablement la meilleure solution,elle pourrait etre mise en place dès le début 2016
Réponse de le 21/10/2015 à 12:42 :
@élu ps: et pourquoi ne pas taxer à 100% les gens qui votent PS pour aider les migrants. Je ne dis pas les pauvres Français, parce que eux, le PS s'en tape, ce sont des sans dents :-)
Réponse de le 21/10/2015 à 13:01 :
@élu PS ou faux élu PS : on vous sait provocateur et je vous remercie de nous faire rire souvent en reprenant les propositions "bobopanpancucu" de l idéologie communiste de teranova proche du PS ...j en redemande.
Réponse de le 21/10/2015 à 14:59 :
Moi aussi je suis un grand fan de vos commentaires. Tellement bien joué que parfois je vous prends vraiment pour l'un des leurs.. Merci!
a écrit le 21/10/2015 à 10:54 :
tres drole!!!! on va dire aux gens que les prix vont monter alors qu'ils vont plutot baisser, comme ca les primo accedants qui ont des cdd pas tjs bien payes vont se precipiter pour acheter!
oui? avec quel argent? l'argent 'de personne', comme la france sait si bien faire? oui parce que c'est pas evident du tout qu'un banquier prete a des gens qui ont une forte proba de laisser une grosse ardoise ( d'autant plus grosse que les prix augmentent!) a des taux proches du zero!
pour le reste tout va bien, la loi alur commence a porter ' ses bons fruis', alors c'est pas la peine de gemir...
a écrit le 21/10/2015 à 10:26 :
Vous doutez encore de l'éclatement de la bulle immobilière?

Chacun des éléments ci dessous suffit à faire baisser les prix, alors en cumulé, on peut s'attendre à une vente panique dans les mois à venir:

Chômage. Emplois précaires. PapyBoom. Baisse des loyers. Hausse des taxes proprio. Baisse de la rentabilité locative. Fuite des investisseurs de l'immobilier qui n'est plus un investissement viable pour de longues années à venir. Engorgement supplémentaire de l'offre. Indice de tension immobilière (dit "iti") en chute libre (0,4 en France). 2,5 vendeurs par acheteur. Encadrement des loyers. Hausse annoncée des taux d'emprunt (manque à gagner pour les vendeurs qui n'auront pas vendu avant la fin de l'été). Taux réel non intéressant pour les acheteurs (taux d'emprunt moins inflation). Fuite des retraités "aisés" à l'étranger (Portugal, Thaïlande), Fuite des jeunes actifs à l'étranger (USA, Canada, Australie). Engorgement supplémentaire de l'offre par rapport à la demande. Century21 annonce 15% de baisse "mécanique" par 1% de hausse des taux d'emprunt, tout effet de conjoncture mis à part. Courbe de dépendance de la population française en hausse. L'Etat vend en pagaille ses biens. Le comité de Bâle 3 va limiter les crédits (les solvables pourront emprunter moins qu’avant)...
Ceux qui n'auront pas vendu très bientôt verront la situation se dégrader pendant la durée du papy-boom (30ans).
Il ne fera pas bon être propriétaire...
Réponse de le 21/10/2015 à 12:17 :
Vous oubliez la peste,le tremblement de terre,une invasion de martiens
...dans votre liste.
Réponse de le 21/10/2015 à 13:27 :
@ptz @bullimmobiliere: attention à pas rayer le disque
Réponse de le 22/10/2015 à 0:20 :
Si vous pensez que le chomage, la fuite des jeunes qualifiés, et la précarisation des emplois sont aussi farfelus que la peste ou l'invasion de martiens... Je ne puis rien pour vous. Votre réveil sera difficile.
a écrit le 21/10/2015 à 10:25 :
Stop aux subventions cachés aux rentiers. Elles ne font que maintenir les prix artificiellement dans un contexte de baisse.

Pour prédire les évolutions de l'immobilier, il y a 3 cas de figure.

CAS1: Lorsqu'il y a 5 vendeurs et 100 acheteurs, le prix du marché, c'est celui des 5 acheteurs les plus riches.
CAS2: Lorsqu'il y a 100 vendeurs face à 100 acheteurs, les acheteurs les plus riches prennent les plus "belles" maisons, et les plus pauvres prennent les plus "moches".
CAS3: Lorsqu'il y a 100 vendeurs face à 5 acheteurs, alors il n'y a plus de concept de prix du marché. Seuls les vendeurs les plus désespérés vendent.

Actuellement l'indice iti donne le nombre d'acheteurs par vendeur (Cherchez "indice de tension immobilier - indice iti") en France est de 0,4. Il y a presque 3 fois plus de vendeurs que d’acheteurs!!! On est de plus en plus dans le CAS#3.
De plus, le papyboom, le chomage, les emplois précaires, la fuite des investisseurs, la baisse des loyers, la montée des taxes proprio, la fuite des retraités à l'étranger (Portugal, Thailande, Belgique...), la baisse de la vente de crédits (cherchez "accord de Bâle III") la remontée de la courbe de dépendance des français, poussent à anticiper une situation dégradée pour les vendeurs.
Et je ne parle même pas des taux qui pourraient augmenter. Century21 annonce qu'une hausse des taux de 1% fera mécaniquement baisser les prix de 15%. Cela fera un grand manque à gagner pour les vendeurs. (Cela ne changera rien pour les acheteurs qui devront donner plus à a la banque et moins au vendeur).
a écrit le 21/10/2015 à 10:16 :
Ca fait déjà 3 ans et 3 mois que le capitaine de pédalo , n'a jamais était crédible ....à part vaguement dans les discours cérémonieux.... dés maintenant , la vérification est validée.... reste une inconnue ...combien va être le montant de l'ardoise ...que vont laissé aux français les socialistes...?
a écrit le 21/10/2015 à 10:03 :
"Pour regagner des points de croissance avant les élections et redonner de la confiance à l'économie"

ça veux rien dire ce genre de phrase creuse , comme si c'était le boulot d'un état ce genre de miracle
a écrit le 21/10/2015 à 9:47 :
"faire croire aux ménages que les prix vont monter".
Donc les prix vont continuer de baisser.

L'immobilier français est une gigantesque arnaque.
Réponse de le 21/10/2015 à 10:20 :
L'immobilier ou le socialisme est une gigantesque arnaque...?
a écrit le 21/10/2015 à 9:02 :
Ce type vole vraiment au raz des pâquerettes ! Comme si, les élections approchant, les gens ne voyaient pas sa démagogie puante ! Son mépris pour les sans dents est évident, mais malheureusement, il y en a qui ne comprendront jamais.
Réponse de le 21/10/2015 à 10:03 :
Le problème est que bcp de gens n'ont pas consciences ou oublient très vite les différentes manipulations que le gouvernement pratiquent.
Réponse de le 21/10/2015 à 10:13 :
Vous aussi avez choisi vos pâquerettes....quel crédit est-il possible d'attribuer à celle qui a écrit un bouquin au même niveau du sol ? Vous aussi n'avez pas encore compris...
Réponse de le 21/10/2015 à 11:17 :
@delsu: quel crédit ? le même que j'attribue à Snowden, Manning et autres lanceurs d'alertes, mais au-delà du crédit, on voit bien le mépris de ce type et de ses comparses vis-à-vis des Français !!!
a écrit le 21/10/2015 à 9:01 :
Il fut un temps…

Il fut un temps où la devise de la France était encore Liberté-Egalité-Fraternité
Aujourd’hui sa devise est Arabie Saoudite- Qatar-Pétrodollar
Il fut un temps où l’on affichait : « En France on n’a pas de pétrole mais on a… »
Aujourd’hui on n’a toujours pas de pétrole mais on a des gouvernants qui excellent en matière de corruption et de prostitution auprès des monarchies pétrolières…
Il fut un temps où la République accordait l’asile aux combattants de la liberté et le refusait aux tyrans
Aujourd’hui nos « responsables » privatisent des plages publiques pour les rois du crime et financeurs du terrorisme et refusent l’accueil à leurs victimes qu’ils considèrent comme une
«misère du monde».
Il fut un temps où la République honorait les victimes de la répression
Aujourd’hui elle décore les bourreaux et tortionnaires
Il fut un temps où la France vantait son système de protection sociale et ses acquis sociaux
Aujourd’hui ses chiens de garde -anciens et nouveaux- multiplient leurs déclarations d’amour aux Medef et criminalisent les actions revendicatives des salariés qui ont fait et font la fortune des patrons et payent les privilèges de ces toutous/planqués de la république
Il fut un temps où l’on pouvait se contenter de réclamer et d’agir pour arracher un acquis
Aujourd’hui, face à des gouvernants sourds et aveugles, face aux attaques multiples et programmées des financiers et capitalistes contre les travailleurs et contre les valeurs qui font l’humain, n’est-il pas temps de prendre l’initiative pour changer radicalement les choses et cela passe nécessairement par la prise de l’Elysée pour en faire un musée de la fin des privilèges ?
Privilèges d’un système capitaliste dépassé, source des maux de la planète ; guerrier, criminel qui s’entête à maintenir par la force des rapports néocoloniaux du passé…
Sommes-nous à ce point masochistes pour continuer à dépenser inutilement des sommes d’argent importantes -dans des élections pour élire et -pendant des années- entretenir un président et sa suite qui nous coûtent trop cher et ne servent à rien ?
A l’approche de chaque élection on nous invite au « vote utile », à « faire barrage » aux épouvantails avec le fameux « front républicain » et on nous promet le changement mais rien ne change. Souvenons-nous du vote « plébiscite » pour Chirac !
Nos politiques jurent que leur choix de faire la politique n’est dicté que par ce désir de servir la république; chiche…
Puisque nos dirigeants nous invitent au réalisme et à accepter de faire des sacrifices ; de vivre avec le Smic et moins que ça…
Alors faisons confiance et votons pour une équipe(*) qui accepte de donner l’exemple:
de servir la France avec un revenu de 5000 euros/mois pour un ministre ou un député ;
d’encadrer les revenus entre 2000 euros et 10000 euros maximum
d’exiger un audit sur la fameuse dette/racket qui empêche tout progrès humain
de renationaliser le patrimoine commun des citoyens : eau, électricité, santé, éducation… pour mettre ce minimum vital à la portée de tous et de chacun(e). Le reste suivra…
Sinon inutile de voter si au second tour nous sommes conviés à renforcer le jeu de l’alternance, fausse gauche et vraie droite pour un changement dans la continuité !

Hollande, Valls, Macron et les autres cherchent à se présenter comme des « réformateurs modernes » qui sous couvert de lutter contre "l'immobilisme" -pour cacher leur vulgaire opportuniste- ne font que défendre l’archaïsme et la brutalité du capitalisme. Le capitalisme n’est pas réformable… Cela fait des années que l’on nous annonce qu’avec quelques sacrifices la vie sera mieux demain et nous avons vu les résultats. A quoi peut-on s’attendre de la part de « fainéants et de manipulateurs qui cherchent à nous avoir par la peur » dixit Julien Dray, le « camarade » proche de Hollande. Hollande le président qui -faute d’agir pour trouver des solutions aux personnes qui souffrent du chômage et de ses conséquences- préfère injurier les syndicats qui refusent de se soumettre à son chantage, je le cite : «Il est […] commode de ne jamais s’engager à signer le moindre accord, en espérant d’ailleurs que d’autres le feront à leur place, tout en dénonçant, dans le même mouvement, les insuffisances du dialogue social». Quel mépris venant d’un « chien de garde » bon à rien…
Depuis que les peuples d’Amérique latine et leurs représentants légitimes ont choisi de se libérer de l’hégémonie nord-américaine et des instances (FMI et Cie) qui pillaient – à travers une dette/racket notamment- les richesses des pays et suçaient le sang des « veines ouvertes » des peuples latino-américains, le Continent avance paisiblement vers la démocratie véritable, la justice sociale et la solidarité.
Plus de vol des richesses, plus de tortures et de disparitions, plus de coup d’Etat, plus de dictature ni de démocratues … Bref plus de règne de la terreur imposé par l’Oncle Sam qui a recyclé les nazis et fascistes qui ont « fui » l’Europe pour aller exercer leur talent de tortionnaires avec la complicité des dirigeants du monde « libre ».
Ici aussi, le temps est venu pour nous de choisir et de nous donner les moyens d’agir : ou nous allons nous laisser encore et toujours berner et malmener par ce jeu de l’alternance qui profite de nos surenchères, de nos divisions et nous mène droit vers le chaos ou nous allons prendre notre destin en main pour bâtir pour nos enfants et nous-mêmes un demain paisible, solidaire, fraternel, juste et humain ?
(*) Les militants et sympathisants du NPA, d’EELV, du Front de Gauche, du M’PEP, de LO, des Anars, des sans parti, des femmes et hommes libres, les précaires et chômeurs, les malmenés par les profiteurs de la république… Bref celles et ceux qui acceptent de faire passer l’intérêt général avant les intérêts particuliers, sommes-nous capables de faire ce premier pas et nous réunir pour mettre ensemble cette équipe ou allons-nous poursuivre nos surenchères verbales et notre autodestruction à commenter des commentaires ?
Hamid Benzekri
Réponse de le 21/10/2015 à 10:20 :
Bravo.
Réponse de le 21/10/2015 à 10:36 :
en français compréhensible et concis cà voulait dire quoi au juste
a écrit le 21/10/2015 à 8:50 :
Il se prend les pieds dans le tapis. Clique d'étatistes énarques nuls qui ne savent rien du marché et accumulent des mesures qui finalement découragent tout le monde et appauvrissent la collectivité. En revanche, ils savent se garantir leur situation personnelle aux frais des contribuables. Ces socialistes prétentieux sont incompétents. Le mieux qu'ils puissent faire c'est RIEN. Il y aurait moins de dommages...
a écrit le 21/10/2015 à 8:31 :
Il a oublié que ce sont les banques qui prêtent, et là hormis en étant fonctionnaire ou avec un CDI blindé, pas d'espoir de se voir prêter qcq. J'en sais quelque chose avec un proche qui enchaine les CDD relativement lucratifs dans l'humanitaire (ça ne gagne pas des sommes astronomiques, mais la paie mensuelle est intégralement épargnée, et le boulot ne manque pas, c'est le moins qu'on puisse dire).Pour le banquier de base, CDD=instabilité, alors que justement dans ce cas, ça ne l'est pas.
a écrit le 21/10/2015 à 7:50 :
concentrer une aide sur les primo accédant oui, pourquoi pas, mais faut-il encore conditionner l'aide d'une part à un niveau de revenu du bénéficiaire et à un prix de vente au M2 limité afin d'éviter l'effet inflationniste
Ces mesures fiscales permettent aux entreprises du secteur concerné d'augmenter leur prix et d'y intégrer l'avantage fiscal !!!!
a écrit le 21/10/2015 à 7:44 :
Pourquoi, parce que des élections sont proches?????
a écrit le 21/10/2015 à 7:32 :
Comme il ne change rien depuis 3 ans et que tous le monde voit que c'est un bilan catastrophique alors il fait vent

Des mesurettes Apres les lois bolcheviks de duflot et toute les taxes

La déprime c'est maintenant !
Réponse de le 21/10/2015 à 7:52 :
"bolcheviks" ?? et après on nous dit que l'extrême-droite n'existe plus ???
Réponse de le 21/10/2015 à 17:19 :
@réponse de bolcheviks. Traiter Duflot de bolchevik c'est pas d’extrême-droite. C'est juste ... on va dire saugrenu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :