Que pourrait annoncer François Hollande en faveur de l'immobilier ?

 |   |  676  mots
Pour quelle réforme du PTZ l'Elysée va-t-il pencher ?
Pour quelle réforme du PTZ l'Elysée va-t-il pencher ? (Crédits : POOL)
Le président de la République va élargir le prêt à taux zéro (PTZ). Plusieurs options sont à l'étude.

Dans l'optique de réduire le chômage et de redynamiser la croissance, le président de la République François Hollande a donc décidé de miser sur l'accession à la propriété.

Pour ce faire, quelles mesures concrètes sont sur la table ?

Plusieurs en réalité. François Hollande compte surtout agir sur le prêt à taux zéro (PTZ), qui finance une part des acquisitions immobilières des jeunes primo-accédants. Ce prêt a plusieurs avantages.

Comme un apport personnel

D'une part, son coût budgétaire à court terme est limité. En effet, pour compenser l'effort de la banque qui accorde un prêt à taux zéro, l'Etat lui octroie un crédit d'impôt qui, par définition n'apparaitra dans les comptes publics que l'année suivante. Un "super PTZ" ne coûtera donc quasiment rien à l'État en 2016.

Et d'autre part, en cette période de taux d'intérêt très bas, c'est moins le taux à 0 % qui attire l'emprunteur, que la possibilité de différer le remboursement du prêt de plusieurs années. Au début de l'emprunt, le primo-accédant perçoit donc le PTZ comme constitutif d'un apport personnel, ce qui peut débloquer des opérations d'achat.

Certes, ces derniers mois, les plafonds de revenus pour obtenir un PTZ ont été légèrement relevés dans le neuf, mais force est de constater que les objectifs fixés - faire passer le nombre de PTZ de 44.000 en 2014 à 75.000 en 2015 - ne seront pas atteints, et sont de toute façon insuffisants pour assurer une relance solide, selon l'avis des professionnels du secteur.

Quelles réformes pour le PTZ ?

Quelles sont donc les propositions sur la table du président de la République concernant le PTZ ?

D'abord, l'une des plus bouillantes concerne la part maximale du coût de l'opération immobilière que l'emprunteur a le droit de financer avec un prêt à taux zéro. Cette part devrait être relevée en Île-de-France, car la primo-accession y est toujours en forte chute en 2015 dans les zones dites "A bis" et "A", c'est-à-dire là où les prix de l'immobilier sont les plus élevés ; et donc, là où les jeunes primo-accédants se retrouvent dans l'impossibilité d'acheter. Cette part maximale est actuellement de 26 % dans ces zones et pourrait être relevée autour de 30 %.

Ensuite, la hausse du plafond de ressources du primo-accédant pour pouvoir bénéficier d'un PTZ semble être une mesure incontournable, et elle est évidemment discutée. Enfin, la durée maximale du crédit, dont dépend le différé de remboursement, pourrait être relevée de 25 ans à 30 ans maximum. Le but de cette mesure est de repousser le différé, et donc de mieux l'étaler dans le temps.

Un PTZ dans l'ancien ?

Par ailleurs, dans l'ancien, un élargissement du PTZ aux zones tendues est aussi discuté. Mais si cette proposition passait, cela en surprendrait plus d'un. Car le PTZ dans l'ancien a participé à soutenir la hausse des prix de l'immobilier dans les années 2000, jusqu'à son recentrage sur le neuf fin 2011. Ce recentrage a d'ailleurs coïncidé avec la forte baisse du coût budgétaire du PTZ : de 2,2 milliards d'euros en 2011, il est passé à moins de 631 millions d'euros en 2013.

En parallèle au prêt à taux zéro, un autre sujet est sur la table, même s'il a peu de chances d'aboutir. Il concerne le dispositif d'aide fiscale à l'investissement locatif, dit Pinel, en Île-de-France. Celui-ci subit en effet un coup de mou dans la région capitale, et beaucoup militent pour en accroître les plafonds de loyers dans les zones très tendues, afin de les rendre plus attractifs pour les investisseurs.

Les prochains jours diront quelles sont les arbitrages de l'exécutif. Mais une chose est sûre: après un début de mandat axé sur la protection des locataires, François Hollande a complètement changé de cap et redirige sa politique du logement vers l'accession à la propriété.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2015 à 11:55 :
La propriété ne veut rien plus dire ; ce qui compte aujourd'hui, c'est les taxes et les charges associées . Les taxes locales vont continuer à exploser dans les années à venir alors qu'elles n'ont pas été tenues depuis 15 ans (le double de l'inflation en moyenne ..). Elles finiront par atteindre un seuil qui obligera la classe moyenne à distinguer entre les bons et les mauvais maires indépendamment de toute couleur politique.
Il faut stopper cette avalanche de taxes en mettant cette classe politique dehors et en stoppant le dogme du logement social qui est une taxe déguisée nourrie par le clientélisme de gauche .
a écrit le 24/10/2015 à 7:12 :
De la fumée électoral les naïf ne votent plus ?
a écrit le 23/10/2015 à 17:05 :
Ils a de l humour Hollande la Bonne Nouvelle ils va partir ?
a écrit le 23/10/2015 à 13:19 :
La propriété en France est un mythe bien entretenu qui s'est érodé et qu'il est urgent de remettre à la mode pour que le Gvt a de quoi taxer.Car en définitive on est propriétaire de rien car avec l'impôt foncier ,l'impôt sur la fortune et l'impôt sur les successions on repaie son bien tout les 50 ans.
Réponse de le 23/10/2015 à 13:44 :
Pouvez vous nous dire à quel prix de logement et quels impots ça correspond ? 100 mille euro ? 50 mille euros ? 500 mille euros ? Donnez des chiffres précis svp pour votre exemple de 50 ans, et pourquoi pas 40 ou 70 ans ? Par exemple, l'ISF, c'est à partir de 1 million et quelques, non, donc ça ne touche pas tout le monde ? Je ne comprend pas. Expliquez vos calculs et votre raisonnement, merci.
Réponse de le 24/10/2015 à 23:38 :
Oui tout à fait. Et lorsqu'on est proprio, on est bloqué géographiquement et on subit les aléas locaux sans pouvoir fuire/bouger là où l'emploi se trouve. De nos jours, c'est la mort de sa carrière. Sans parler de subir les impôts et taxes. Surtout pour les jeunes, c'est un choix désastreux.
a écrit le 23/10/2015 à 11:41 :
Son de part c est vrai ??????
a écrit le 23/10/2015 à 11:07 :
L'immobilier c'est 30 ans des pâtes et des patates et a la fin quand tu meurs l'état te reprend ton bien avec l'impôt sur les succession donc autant rester en location et en plus avec l'apl c'est l'état qui finance une partie .Une petite vie tranquille sans ambition mais relaxe c'est toujours mieux que de bosser pour la redistribution .
a écrit le 23/10/2015 à 8:26 :
Il veut relancer l'immobilier, le krach n'en sera que plus douloureux..
a écrit le 23/10/2015 à 7:03 :
La seule chose qu'un homme d'état pourrait annoncer : c'est d'arreter tout subvention à un secteur qui en reçoit 45 milliards d'Euro par an, avec des prix de vente et des loyers 30% plus cher qu'ailleurs...
c'est d'arreter de construire 100% des logements accessibles aux handicapés, meme au 3° etage sans ascenceur..
Réponse de le 23/10/2015 à 7:32 :
Il faudra bien arrêter un jour de dépenser l'argent qu'on a pas

La grece est un bon exemple
a écrit le 23/10/2015 à 4:03 :
@ BONJOUR : discours de M. HOLLANDE BLABLA BLABLA BLABLABLA etc...... toujours la même rengaine je vais faire ceci...... cela taratata
a écrit le 22/10/2015 à 20:14 :
Dans l'optique de réduire le chômage ?
pas compris.
a écrit le 22/10/2015 à 19:56 :
Aller, plus qu'un an et demi... Je distribue l'argent des autres, sur un malentendu, ça peut passer !
a écrit le 22/10/2015 à 19:29 :
Hollande fait des propositions pour l'immobilier. Que personne ne lui jette la première pierre, il serait capable de lui appliquer un impôt de lancement. Il est vrai qu'avec une future retraite de 15000euros par mois, soit environ 15 fois ce que gagne en moyenne un de ses électeurs retraités, il a la possibilité d'investir dans la pierre. Plus sérieusement, je commence à comprendre pourquoi ses électeurs restent debout, sûrement pour voir arriver en premier la reprise !
a écrit le 22/10/2015 à 15:38 :
Il peut bien annonce tout ce qu'il veut, comment y croire depuis plus de trois ans qu'il est au pouvoir et qu'il n'a rien fait ?
a écrit le 22/10/2015 à 15:31 :
Sous le titre " Peut-on relancer la croissance avec de vieilles recettes à base de BTP ?" la webradio webtv indépendante AWI revient sur la récente intervention du chef de l'Etat qui annonçait lundi prendre des mesures pour soutenir la construction et l'accession à la propriété.
Si la question financement public privé demeure, pourquoi se priver de vieilles recettes à base de BTP si ces dernières mises au goût du jour peuvent permettre de relancer l’économie ? Et au bout du compte créer une véritable dynamique en matière d’activités et d’emplois dans notre vieux pays en quête de perspectives de développement durable.
a écrit le 22/10/2015 à 15:23 :
Quoi qu'il annonce, ce sera une promesse de plus. Son objectif actuel est de récupérer des voix aux prochaines élections. Par conséquent, seuls les gogos vont se laisser prendre à son piège :-)
a écrit le 22/10/2015 à 15:08 :
Rallonger la durée de remboursement contribuera à renforcer la bulle immobilière. Une réduction de la durée de remboursement ferait baisser les prix.
a écrit le 22/10/2015 à 14:42 :
Encore une initiative qui semble louable au départ, mais dont l'un des effets pervers sera de favoriser la reprise des prix de l'immobilier...
a écrit le 22/10/2015 à 13:16 :
Arrêtez de lui faire de la publicité !!

Il a décidé de faire comme Sarkozy des abonne tous les jours
Il veut occuper le terrain

On voit le résultat de ces lois duflot loi sur apprentissage loi sur le travail

Que des complications et aucune vrai réforme
a écrit le 22/10/2015 à 12:29 :
Il pourrait annoncer ...que bientôt l'Elysée sera à louer...
a écrit le 22/10/2015 à 12:15 :
encore du gaspillage d argent public. en quoi subventionner les promoteurs va permettre a la france d aller mieux ? le salut du pays n est pas dans le parpaing !! pire l immobilier cher plombe le pays en augmentant les couts (eh oui si se loger est cher vous allez pas travailler pour pas cher) et incite les gens a investir dans le parpaing au lieu de secteurs porteurs... et tout ca pour se faire etaler au premier tour en 2017 !

reveille toi Francois, du n a aucune chance de faire deuxieme face a MLP. Meme sarkozy fera mieux que toi au premier tour !
a écrit le 22/10/2015 à 12:11 :
Et faire voter par les communes des hausses de taxes foncières sur le bâti et non le bâti une fois que les pigeons sont devenus propriétaires. Cela relancerait la croissance et les inversions de courbe dans notre France réenchantée.
Pensez aussi à augmenter les droits de mutation M. Le Présiflan.
Enfin, pour les survivants, une CSG à 100%.
a écrit le 22/10/2015 à 11:31 :
le droit au logement doit s'accompagner d'un droit au crédit:le citoyen aura le droit de se retourner contre le gouvernement s'il n'a pas accès au crédit.ce crédit pourrait s'appliquer au logement,a l'achat d'un véhicule en dessous de 10000 euros et a la consommation (moins de 3000 euros).c'est un excellent moyen de développer la croissance
Réponse de le 22/10/2015 à 11:57 :
@élu ps: crédit à taux zero bien entendu :-) tu nous prêtes ton argent à ce taux ? C'est en effet un excellent moyen de profiter des autres, parce que comme on dit en anglais " there is no such thing as a free lunch" et quelqu'un en pâtit forcément au bout de ta pyramide de Ponzi :-)
a écrit le 22/10/2015 à 11:15 :
Très bonne idée çà, continuer à creuser la dette que paierons nos enfants pour solvabiliser artificiellement les acquéreurs et donc perpétuer la bulle et les plus-values des papy-boomers. C'est exactement ce qu'on fait depuis 10 ans, avec le succès que l'on connait.
a écrit le 22/10/2015 à 11:00 :
Riant de bon à part qu'il est président pas pour longtemps merci hollande pour les très mauvais sévices rendue à la France immigration chômage retraites pauvretés et j en passes ?
a écrit le 22/10/2015 à 10:29 :
Tout ces mesures n'ont aucun sens économique. Ce sont des mesures anti libérales.Il faut arrêter toutes ces subventions qui fausse la loi de l'offre et de la demande. Ces mesures ne font qu'augmenter artificiellement le prix de l'immobilier jusqu'à le rendre complètement déconnecté des revenus réels.Cela ne profite qu'aux rentiers donc des vieux et qu'aux promoteurs. La France est le seul pays où le prix de l'immobilier n'a pas baissé malgré la crise.
a écrit le 22/10/2015 à 9:53 :
Ce n est pas un taux bas qu il faut mais des prix Immo des promoteurs qui baissent de 3O%. Le français moyen n arrivera toujours pas à se payer un studio à Paris même avec un taux à 1%
a écrit le 22/10/2015 à 9:39 :
Toutes les décisions qui seront prises ne seront pas en contradiction vis a vis du "programme politique" de Bruxelles, et c'est les français qui en pâtiront! Bref, il veut rester "le champion" de l'administration bruxelloise pour être désigné a nos votes!
a écrit le 22/10/2015 à 9:18 :
Un ta a 5,5% relancerait l immobilier
a écrit le 22/10/2015 à 9:15 :
Je suis très impressionné par la créativité et l'imagination de notre président!..
a écrit le 22/10/2015 à 9:08 :
Ben déjà quoi qu'il dise on ne le croira pas. Ensuite: on peut s'attendre à ce qu'il fasse le contraire de ce pour lequel il a été élu par le peuple: satisfaire les1% les plus riches, (probablement avec des subventions aux lobbies et aux rentiers, payés par le contribuable).
a écrit le 22/10/2015 à 9:02 :
J'aime bien l'argument "crédit d'impôt qui, par définition n'apparaitra dans les comptes publics que l'année suivante", tout à fait dans la logique de nos énarques qui paient les lâchetés d'aujourd'hui avec les sous des générations futures.
a écrit le 22/10/2015 à 8:39 :
il n'a qu'a voter une loi alur2
la premiere porte ses fruits et est conforme au plan de decroissance pour lequel il a ete elu en 2012 avec ses potes ecolos
a écrit le 22/10/2015 à 8:19 :
... Sait très bien que la construction est un des seuls secteur capable de produire très rapidement des emplois. Une ou deux mesures et hop! Bonjour la baisse du chômage juste avant 2017...
Réponse de le 22/10/2015 à 8:47 :
"la construction est un des seuls secteur capable de produire très rapidement des emplois. Une ou deux mesures et hop! Bonjour la baisse du chômage juste avant 2017"

Vous n'avez pas dû passer à proximité de beaucoup de chantiers dernièrement. Moi oui, et on n'y parle que très peu français. Je dis ça sans aucune xénophobie, c'est juste que ce sont des travailleurs détachés étrangers payés au lance-pierre, une sorte d'esclavage moderne. L'argent supplémentaire qui sera injecté ira essentiellement dans les poches de quelques patrons déjà bien aisés (ils ont "réduit" leur "coût du travail" en allant chercher des esclaves étrangers au lieu de payer un vrai salaire à des travailleurs Français, ça laisse plus de marge pour augmenter son propre salaire et se verser des bonus/primes/dividendes).
a écrit le 22/10/2015 à 7:20 :
Trop tard pour sauver les meubles....................

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :