Impôts : Baroin relance le débat sur l'ISF et le bouclier fiscal

 |   |  290  mots
Le ministre français du Budget, François Baroin, s'est rendu mardi à Berlin où il a évoqué l'intérêt d'une harmonisation fiscale.

En visite à Berlin, le ministre français du Budget, François Baroin, a fait part mardi d'une réflexion en cours, côté français, sur le bien-fondé de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et du bouclier fiscal.

Ces dispositifs n'existent pas en Allemagne, où l'activité économique est florissante, a-t-il souligné après une rencontre avec le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

Cette réflexion s'inscrit dans le cadre des travaux sur une tentative de rapprochement des systèmes fiscaux français et allemand, souhaitée par le président français Nicolas Sarkozy.

"On a avancé quelques pistes autour de l'impôt sur les sociétés, autour de la taxe sur les activités liées aux nouvelles technologies", a dit François Baroin à des journalistes.

"Mais aussi cette question qui est importante en France, qui est à la fois totémique et qui s'apparente à un tabou pour beaucoup, toujours à gauche d'ailleurs : ici en Allemagne, il n'y a pas d'ISF, il n'y a plus de bouclier fiscal", a-t-il ajouté.

François Baroin a ajouté que le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, irait en Allemagne dans quelques jours et rendrait un pré-rapport sur la question du rapprochement fiscal fin septembre.

"S'il y a des dispositifs qui peuvent être, en terme de convergence franco-allemande sur le plan fiscal, opérationnels pour la loi de Finances, on ne s'en privera pas, et on aura un rapport définitif à la fin de l'année pour permettre d'avancer."

Le ministre du Budget a d'autre part confirmé que Paris et Berlin étaient hostiles à une hausse des contributions au budget européen, qui serait à leurs yeux totalement inopportune en période de consolidation budgétaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :