84% d'embauches en CDD au 1er trimestre, un nouveau record

 |   |  301  mots
Fin 2013, 38% des demandeurs d'emploi indemnisés étaient au chômage après une fin de CDD, selon l'Unedic. (Photo : Reuters)
Fin 2013, 38% des demandeurs d'emploi indemnisés étaient au chômage après une fin de CDD, selon l'Unedic. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
La proportion de CDD dans les embauches poursuit sa hausse, malgré la loi de sécurisation de l'emploi. Les petites entreprises dans la construction et dans le tertiaire en sont les plus friandes.

Le CDD, bientôt la norme en France ? Cela semble bien parti au moins pour ce qui concerne les PME. Au premier trimestre 2014, 84% des embauches hors intérim se sont faites en contrat à durée déterminée, selon la Dares, le service des statistiques du ministère du Travail. Un nouveau record.

Hausse quasi-continue depuis 2011

La proportion de CDD est en hausse quasi-continue depuis la mi-2011. Avant la crise financière, au premier trimestre 2008, environ 70% des embauches se faisaient sous cette forme.

On constate par ailleurs que la loi de sécurisation de l'emploi, qui devait enrayer la progression des embauches en CDD, notamment ceux de très courte durée, en majorant pour l'employeur les cotisations chômage, n'a pas eu les effets escomptés.

Les CDD non renouvelés : un coût pour l'assurance chômage

Les CDD non renouvelés viennent en outre gonfler le nombre de chômeurs. En juin, les contrats non renouvelés représentaient en effet près d'un quart des entrées à Pôle emploi, alors que le nombre de chômeurs sans activité atteignait un nouveau record à près de 3,4 millions de personnes en métropole.

Enfin, fin 2013, 38% des demandeurs d'emploi indemnisés étaient au chômage après une fin de CDD, selon l'Unedic.

La construction et le tertiaire friands de CDD

Dans le détail, la hausse du 1er trimestre 2014 est observable seulement dans les établissements de 10 à 49 salariés (+1,3 point). La proportion de CDD baisse en revanche dans ceux de 50 salariés et plus (-0,4 point).

Par secteur, la part d'embauches en CDD croît dans la construction (+4,9 points) et dans le tertiaire (+0,1 pt), et baisse dans l'industrie (-0,2 pt). Mêmes tendances sur un an: -2,0 points dans l'industrie, +0,3 point dans la construction et +1,1 point dans le tertiaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2014 à 12:53 :
Que voulez-vous? Ces messieurs n'ont jamais travaillé autrement que pour leur partie, n'ont pas de patrimoine autre que des apparts et refusent d'entendre des opinions d'autres quand on n'a pas fini l'ENA.
La seule chose que nos gouverneurs savent faire est d'augmenter les charges et les impôts, mais qui va dépenser d'avantage avec moins de revenus?
La révolution!! Qu'on vire tous ces clowns!! ;-)
a écrit le 30/07/2014 à 9:50 :
il faut d'urgence supprimer le code du travail et rétablir l'esclavage.
Réponse de le 31/07/2014 à 15:13 :
quel humoriste! mais réformons vite ce code du travail tellement compliqué qu'on n'y comprend rien et qui crée des situations tellement inégalitaires.
a écrit le 30/07/2014 à 9:05 :
LE PATRONNAT A TROUVE LE MOYEN DE FAIRE DE LA FLEXIBILITE A MOINDRE GOUT CAR ILS UTISSENT SOUVENT LE SMIC POUR SES PETIT CONTRATS? C EST TRES DECOURAGENT POUR LES JEUNES ENTRANT DANS LE MARCHE DU TRAVAIL??? C EST AUSSI COMME CELA QUE LA FRANCE S APAUVRIE???
a écrit le 30/07/2014 à 8:44 :
c'est actuellement le seul procédé qui permette de se défaire des employés qui glandouillent au boulot.La législation du travail étant trop contraignante pour les employeurs et les glandeurs style délégués trop protégés.
Réponse de le 30/07/2014 à 9:02 :
"si la hardiesse et l'esprit d'entreprise paraissent être les qualités dominantes du commerce allemand, la prudence et le souci de sa sécurité paraissent être celles du commerçant français" (Journal des Chambres de Commerce, 1914). et ça c'était avant l'expansion de l'Etat.
ça glandouille là aussi on dirait. on veut pas apprendre l'anglais et aller à l'international.
et nos grands groupes ne font pas beaucoup d'efforts pour accompagner les PME, contrairement aux allemands.
Réponse de le 30/07/2014 à 12:06 :
les glandeurs, c'est comme ca que vous surnommez les hommes et femmes qui dans la légalité(heure de delegation) plus tous ce que l on ne vois pas, le temps personnel.qui défendent l interet de tous les salariés bravo sauf que sans les syndicats nous serions nous la classe ouvriere tres defavorisé mais vous ca serai encore pire.
a écrit le 29/07/2014 à 23:42 :
Le CDI est tellement verrouillé qu'il devient impossible pour les employeurs...
Soit le CDD et l'intérim deviendront la norme, soit on met en place un CDI dont les employeurs conservent le moyen de se défaire.
La seule solution acceptable serait un contrat qui prévoit une prime de départ versée au salarié par l'employeur, correspondant à 10% du cumul des salaires depuis l'embauche. En contrepartie, la fin de contrat n'a pas à être justifiée ! Messieurs du Gouvernement, mettez cela en place, et vous constaterez que ce nouveau contrat prendra le dessus sur tous les CDD.. chiche ?
a écrit le 29/07/2014 à 22:36 :
titre : "84% d'embauches en CDD au 1er trimestre, un nouveau record" --> Une embauche, c'est en CDI. Une embauche en CDD, ça n'existe pas. Salut.
Réponse de le 30/07/2014 à 12:13 :
je suis d accord avec vous?de plus cela est plus dfacile de licencier avec un CDD q avec un CDI merci le pacte de competitivite notamment signé par la CFDT et d autres qui se disent reformiste mais qui nous tue a petit feu
a écrit le 29/07/2014 à 22:11 :
CDD = Non avenir. Cela veut tout dire
Réponse de le 30/07/2014 à 3:07 :
CDD = Les productifs renouvelés, les improductifs recalés. C'est une simple question d'optimisation de la productivité.
Réponse de le 30/07/2014 à 10:00 :
avec un CDD, trouvez donc à louer un appart, obtenir un petit crédit( si c'est encore possible! ), les CDD , c'est le non avenir pour les jeunes, qui ont le "chance", le "luxe", d'avoir un job !!!
a écrit le 29/07/2014 à 21:14 :
il faut lutter contre la précarité autant que contre le chomage.
a écrit le 29/07/2014 à 18:53 :
les CDI sont devenus des emplois "à vie" ! les employeurs qui n'ont aucune certitude et pour qui se séparer de CDI c'est mission impossible , ne peuvent que faire des contrats précaires
a écrit le 29/07/2014 à 18:50 :
On entend parler dans les journaux d'un plan européen, Mr Bunker ferait une distribution, est-ce une planche à billet de salut ou bien de pirate? Car si on distribue chez nous, on a une porte verrouillée dans le système. c'est comme en sciences, un stylo retombe toujours vers le bas, une économie compétitive peut fonctionner en monnaie forte. Comment expliquez-vous notre industrie faible?
Par ailleurs, on trouve, pour la période récente 2012-2014, comparaison France/Allemagne: dette 100-77, déficit 4-0 ou 1, croissance 1-4, chômage simple au double en augmentation chez nous...
Dans une économie il faut un moteur, pas une pédale...
N'est-on pas entrain de flamber... On joue à la follasse fiscale des grandeurs? La récolte a été très mauvaise alors il faut payer le double?
Alors pour les résultats, on voit les élections, seulement, c'est un gouvernement élu contre les riches, qui mécontente...
Réponse de le 29/07/2014 à 19:34 :
industrie faible : cela ne date pas d'aujourd'hui, l'ami. va demander à ton père ou grand-père pourquoi on a préféré finance/distribution/BTP/services à l'industrie en France. et nous ne nous désindustrialisons pas plus vite que l'Allemagne (part dans le PIB entre 1970 et 2010, données Banque Mondiale). et nous recevons plus de projets industriels internationaux que les autres pays européens d'après EY.
dette/deficit : les allemands ont investi deux fois moins que nous (en % du PIB) d'après données Eurostat. cela doit jouer. les organisations patronales locales s'en plaignent. et puis apparemment la collectivité est moins généreuse que chez nous, alors que les ménages paient pas mal d'impôts (d'ou difficile d'élever des enfants ?).
croissance : je comprends pas tes chiffres. mais il n'y a pas vraiment de différence France/Allemagne sur les 10 dernières années. et entre 2012/2013, il me semble qu'ils ont régressé et que nous avons progressé (certes très légèrement).
chômage : pas simple au double, non. et on sait qu'ils ont des "faux jobs". et leur population en âge de travailler décline contrairement à nous.

pour le "moteur", va voir ce qu'on peut lire page 94 d'Enjeux Les Echos de juin dernier.
a écrit le 29/07/2014 à 18:14 :
Ou est la bonne nouvelle? Elle signifie que plus en plus de travailleur n'obtiennent pas de CDI et restent dans des situations de vie précaire...
Réponse de le 30/07/2014 à 3:04 :
C'est une excellente nouvelle pour l'endettement privé qui diminuera par défaut de visibilité pour les prêteurs...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :