Climat social : pourquoi ça n'explose pas (encore) ?

 |   |  666  mots
La France se carractérise par des conflits sporadiques parfois violents mais l'explosion sociale ne semble pas être d'actualité
La France se carractérise par des conflits sporadiques parfois violents mais l'explosion sociale ne semble pas être d'actualité (Crédits : Reuters)
La dernière note de conjoncture sociale réalisée par l'association Entreprise & Personnel ne table pas sur une explosion sociale en France en raison de différents facteurs, dont l'atomisation des mécontentements. En revanche, le pays vivrait une sorte de "décomposition sociopolitique."

« Confusions(s) sociale(s) » c'est ce qui caractériserait le climat actuel selon la dernière note de conjoncture sociale, réalisée chaque année par Entreprise & Personnel (E&P), une association qui regroupe plus d'une centaine de dirigeants d'entreprises afin d'échanger sur les problématiques liées aux ressources humaines et aux relations du travail.

En cette fin d'année 2014, selon E&P, la France n'est pas au bord de l'explosion sociale. En revanche, on assiste « à une forme inédite de décomposition sociologique et d'implosion sociale ». La France serait « engagée dans un long tunnel dont la sortie ne pourra être que politique ». Guère optimiste, l'association note que « les situations échappent aux acteurs institutionnels, les leviers traditionnels, y compris économiques, fonctionnent de moins en moins, le dialogue social tourne à vide dans un espace de plus en plus déconnecté du réel.... Mais cela ne structure pas en soi de la mobilisation collective, faute d'acteurs légitimes pour le faire et de projet rassembleur ».
Bref, pour E&P, l'époque se caractérise par une sorte de résignation et de fatalisme des salariés. Pour autant, le pays ne connaitrait pas, sauf accident, de tsunami social. Pourquoi un tel pronostic ? E&P avance ses arguments.

Les facteurs qui empêchent l'explosion

Certes, la situation économique est médiocre et le chômage élevé mais ce n'est pas nouveau. Et la rigueur prônée par le gouvernement - la baisse des allocations familiales pour certains ménages en est le dernier exemple - n'a rien à voir avec ce qui a été imposé en Espagne ou en Italie. De même, il est exact que le pouvoir politique est affaibli, mais sa légitimité démocratique n'est pas contestée.

En outre, toujours pour E&P, la majorité est certes divisée et ne fait même plus semblant d'être porteur du même projet, mais la droite est aussi divisée « et sans leader incontesté dans son camp et dans l'opinion »... Ce qui facilite la vie de la majorité. De même, les syndicats sont totalement atones « tous savent leur faiblesse, voire leur incapacité, à construire des mobilisation interprofessionnelles un tant soit peu puissantes. Sans même parler de leur discrédit dans l'opinion et de leurs divisions ».

Et si les mécontents de la politique menées « sont toujours plus nombreux »... Ils sont aussi « toujours plus atomisés, dispersés derrière les enjeux catégoriels ». E&P a raison, c'est en effet peut-être ce qui sauve le gouvernement en place : les « bonnets rouges », les huissiers ou les licenciés des abattoirs Gad n'ont pas grand-chose en commun dans leur révolte.

Enfin, autre raison pour comprendre « pourquoi ça n'explose pas », selon E &P :

« les classes moyennes salariés sont les victimes fiscales de la politique actuelle, mais elles s'expriment et s'exprimeront dans les urnes, pas dans la rue. Quant aux chômeurs, ce vaste agrégat de situations individuelles, il est bien aujourd'hui incapable de se faire entendre et de s'organiser collectivement ».

C'est donc surtout une forme de résignation qui prédomine... en attendant les échéances électorales importantes. Deux scénarios sont donc possible. Soit - enfin ! - la situation s'améliore « et alors un redressement du moral est possible ».

Rendez-vous... au plus tard en 2017

Soit, la conjoncture reste toujours aussi déprimée. Cela conduira alors, selon E&P, à « une stagnation de la croissance, des déficits non maîtrisés, une hausse des taux d'intérêts de notre dette, un chômage en progression, un effondrement de notre capacité à financer notre modèle social ».  In fine, cela mènera  « à une aggravation de la confusion et des grondements avec une sortie politique »... au plus tard en 2017. Mais attention cependant, il n'y a rien de plus risqué que les prédictions sociales: le 15 mars 1968, dans Le Monde, Pierre Viansson-Ponté écrivait son fameux "La France s'ennuie"...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2014 à 21:43 :
des gens endettés qui bossent pour payer leurs crédits, ne "peuvent pas vraiment se révolter" (pas le temps ! ) , un grand vide quant à une solution économique viable ?
plus aucun gouvernement n'a de direction "efficace" ! on a l'impression d'aller dans un mur !
a écrit le 01/11/2014 à 19:58 :
Des politiques corrompus. Une immigration incontrôlée avec des gens qui ne s'intégreront jamais. Un chômage de masse et une ruine latente. Voilà la situation de notre pays. Nous pouvons dire un merci ironique à l'UE à Shengen, à l'euro : car tout nos problèmes viennent de là : de Maastricht et des traités.
a écrit le 28/10/2014 à 13:40 :
Intéressez-vous à la sociocratie : le leader est en vous, en chacun de nous.
a écrit le 23/10/2014 à 18:37 :
Les révolutionnaires sont désormais plus méfiants et plus intelligents. Ils ne veulent pas passer par la violence et la destruction, mais par l'intelligence et la construction.
La bienpensance médiatique l'ignore, mais la France est en train d'être reconstruite d'en bas, à partir de ses bases essentielles : alimentation, logement et énergie.
Nous avons été divisé, nous cherchons à nous réunir pour construire et vivre ensemble ! Pendant que vous continuez d’abreuver vos maitres et vous-mêmes d'euros, sans rien savoir de ce qui se trame dans votre dos, la France renait de ses cendres !
Vous vous en rendrez bientôt compte, car chaque jour notre nombre grandit... nos techniques s'affinent, et notre foi en notre succès se renforce. Si vous venez avec nous, cela sera plus facile et vous serez préparés.
Alors changez de vie, cessez de consommer et de travailler comme des fous, de délaisser vos enfants à l'école et aux technologies. reprenez votre véritable liberté et autonomie en main. Vous êtes majoritairement devenus des assistés de l’État et du Grand Patronat, et nous vous servons de votre travail pour reconstruire notre pays à notre manière.
Réponse de le 27/10/2014 à 14:25 :
votre commentaire est intéressant et partagé
a écrit le 22/10/2014 à 21:33 :
C'est grâce aux smartphones. On est tous connecté mais on reste tous isolé par la même occasion...
a écrit le 22/10/2014 à 13:20 :
Ça n'explosera pas comme on le pense ...
Réponse de le 24/10/2014 à 12:59 :
En effet , par tradition , c'était les syndicats qui organisaient la contestation ...les syndicats sont vendus et discrédités , il reste donc à inventer de nouvelles formes de contestations ....
a écrit le 22/10/2014 à 9:05 :
La révolte, elle va venir des non assistés contre les assistés.
Réponse de le 22/10/2014 à 22:49 :
C'est une façon de voir les choses. Reste à s' entendre sur le terme " assisté " ou à le définir ... Bref qui sont réellement les assistés ? Ceux qui bénéficient de toutes les largesses ou de tous les avantages du système ou ceux qui doivent la plupart du temps se contenter des miettes ?
a écrit le 22/10/2014 à 7:52 :
Si nous étions sous un gouvernement de droite, ça aurait peut-être explosé. Ce devrait être pour 2018/2019.
Réponse de le 24/10/2014 à 15:40 :
Si le FN arrive au pouvoir. Effectivement ça n'ira pas loin. En revanche ceux qui s'appellent UMP pour le moment ont de bonnes chances de réussir et de durer.
a écrit le 21/10/2014 à 23:36 :
Les syndicats ne servent guère que leurs dirigeants et leurs rentes de situation. Ne pas compter sur eux pour faire bouger les choses.
Réponse de le 31/10/2014 à 21:07 :
Pourquoi s'en prendre ainsi aux syndicats, puis lesquels? Moi ça fais 15 ans que je viens a aide à des salarié-es, que je donne énormément de mon temps, que je côtoie des travailleur-euses dans le sur endettement, crédits, maison, impossible de manifester de prendre un jour trop contraints... Oui certains sont apparentés au PS tel que la CFDT... Mais tous ne mangent pas dans la même gamelle, c'es de faire un amalgame qui crée des réaction de rejet, qu'avez vous fait vous? Ou étiez vous sur les grandes manif? Avec vous déja perdu de l'argent pour vos convictions? Vous êtes vous fais insulté et menacé ou gazé lors de manif? C'est un peu facile de cracher sur des personnes qui luttent!
a écrit le 21/10/2014 à 14:07 :
Il n'y a pas de révolte car les syndicats et la plupart des journalistes sont pour le ps.
C'est pourquoi il ne faut pas que la droite revienne: avec quelqu'un comme sarko , même avec une réformette anodine, c'est sur, on est tous dans la rue!
Réponse de le 21/10/2014 à 14:40 :
Eh oui, c'est ça la politique ! Les syndicats n'en n'ont rien à foutre que les Français souffrent, du moment qu'ils souffrent sous un gouvernement de gauche. Bravo messieurs...
Réponse de le 21/10/2014 à 19:49 :
Les syndicats ne contrôlent rien ( et surtout pas la rue ! ) et sont les collaborateurs patentés du système ... Le peuple d' en bas mettra tout le monde d' accord et obligera à des R2FORMES DE FOND ...!
Réponse de le 22/10/2014 à 7:59 :
@@PS
Des réformes de fond c'est quoi? Plus de libéralisme, d'austérité, de précarité...Le peuple d"'en bas" sera le premier à subir ce que vous appelez des réformes de fond.
Réponse de le 22/10/2014 à 22:56 :
Pas nécessairement non; mais plus de justice et de droits partagés et surtout une remise en cause de la façon dont les hiérarchies sociales s' établissent,... Et en tout état de cause le " peuple d' en bas " ( J. London ) est celui qui a le moins à perdre et pour certains strictement rien ...
Réponse de le 22/10/2014 à 23:41 :
Réponse de françois à @JB38
a écrit le 21/10/2014 à 13:49 :
moi je crois plus a un règlement de compte ou a un coup monté pour se débarrasser de ce monsieur peut être devenu trop gênant
a écrit le 21/10/2014 à 13:43 :
Ça n'explosera pas pour plusieurs raisons :
1) La plupart des gens estiment qu'ils auraient plus à perdre qu'à gagner à faire écrouler le système, et ce n'est pas les rares exemples (révolutions arabes entre-autres) qui vont les rassurer,
2) La plupart des gens ne sont pas contents, mais leurs raisons ne sont pas les mêmes, voir elles sont opposées ou contradictoires,
3) Faire la révolution contre le système, d'accord, mais pour remplacer par quoi ? Quasiment personne n'est capable ne proposer un système différent, viable et consensuel (regardez les politiques : de droite ou de gauche, de toute façon çà fini toujours par la même politique à des queues de cerises près),
4) Faire la révolution contre le système, d'accord, ... mais contre quoi exactement ? Comment faire la révolution pour aller récupérer les milliards cachés au fond des paradis fiscaux ? Comment aller dire en face ce qu'on pense de leur méthode à ceux qui ferment ou délocalisent les usines, puisqu'on n'arrivent même pas à définir ce, qui et où ils sont exactement ?
Enfin n'oubliez jamais que lorsqu'on part à la guerre, on est toujours parfaitement prêt ... pour le conflit d'avant ! Si ça continue, la révolution se fera, elle est même peut-être déjà en route, mais elle ne sera de toute façon pas comme on l'attend. Ça sera plus probablement un conglomérat d'actions citoyennes bravant les intérêts du système, qui finiront peut-être par s'agglomérer pour faire un tout. Par exemple, ça pourrait être des grèves de la consommation, des refus "groupés" d'acheter tel ou tel produit ... ah tiens, il parait que les chiffres du commerce sont de plus en plus mauvais ...
Réponse de le 21/10/2014 à 20:16 :
Belle analyse; mais je crois que dans tous les cas les injustices et la misère de ceux d' en bas fera vaciller bien des certitudes et obligera à des réformes de fond.
Réponse de le 22/10/2014 à 8:04 :
"Ça sera plus probablement un conglomérat d'actions citoyennes bravant les intérêts du système". Ce qui signifie que l'information sera le coeur des révolutions. Faudra fa
a écrit le 21/10/2014 à 13:12 :
Pour le découragement, les entreprises n'y sont pas pour rien, la gestion à la japonaise (5s kanban et autres âneries) mâtinée des vieux reflexes franchouillards ne donnent pas envie d'être créatifs et dynamiques ni de donner envie au jeunes de rejoindre vos boîtes sans avenir visible.
"On ne prend pas de risques, alors on stagne!!!!"
Quand on voit des techniciens de 15/20 ans d'expérience, très difficilement remplaçables prendre leur compte pour devenir garde-champêtre on a tout compris.
a écrit le 21/10/2014 à 12:02 :
Il y a encore des moutons à tondre, les avions vers les destinations de vacances sont pleins,les restaurants idem et beaucoup de voitures neuves où récentes aux péages.Il
y a deux 'France' ceux qui vivent et tous les autres baptisés les 'sansdents' par moi président.
Réponse de le 21/10/2014 à 12:40 :
oui, 2 catégories!ceux qui peuvent, et ceux qui ne peuvent plus depuis longtemps....
Réponse de le 21/10/2014 à 20:18 :
Alors tout est prêt pour une confrontation ...
Réponse de le 25/10/2014 à 11:26 :
Oui,pour changer profondément le système !
a écrit le 21/10/2014 à 11:32 :
tant que le gouvernement réforme,il reste un espoir qui inhibe toute révolte sociale.Hollande l'a compris ,le salut est dans la poursuite a bride abattue des réformes
Réponse de le 21/10/2014 à 13:18 :
Des réformes? Ah bon? Où ça?
Réponse de le 21/10/2014 à 15:27 :
@Spip : c'est officiel la bêtise rend aveugle.
a écrit le 21/10/2014 à 11:11 :
" les facteurs qui empêchent l'explosion: La majorité est divisée et ne fait même plus semblant... mais la droite est aussi divisée, et sans leader incontesté..."
C'est oublier qu'une telle situation fait le terreau d'une opposition d'opportunité, telle que le FN, dont la ligne politique s'accorde sur les déceptions et les espoirs des électeurs. Si le mécontentement politique s'exprimera plus par le vote que par une explosion sociale, il faut craindre le pire si l'expression coordonnée de ce mécontentement porte au pouvoir cette opposition d'opportunité. Car, porteuse des derniers espoirs des mécontents, leurs désillusion en sera d'autant plus amère et violente qu'ils auront la conviction que plus aucun leader ne pourra sortir le pays de la crise.
Réponse de le 21/10/2014 à 11:22 :
Le seul opposant crédible et donc viable est l'UPR avec ASSELINEAU qui est un grand contradicteur du FN d'ailleurs, dont il démontre de manière éclairée le rôle entretenu par le bipartisme droite/gauche et présente comme la troisième roue du carrosse UMPS..
a écrit le 21/10/2014 à 10:56 :
Ne nous prenez pas au mot !!!! Avec notre politique "à l française" digne de notre "incroyable talent", qu'aucun autre pays au monde ne souhaiterait, ni voudrait, appliquer en n'importe quelles circonstances !!!! Notre "french touch" nous mène à "grande vitesse" au chaos, prémisses du sous développement ! Nous sommes les "guignols" de la Planète et néanmoins les plus prétentieux !!!!!!
a écrit le 21/10/2014 à 10:42 :
Explosion impossible.
Premier jour frigo déjà a moitié vide.
Deuxième jour hyper marchés dévalisés.
Troisième jour pillage.
Quatrième jour ?
a écrit le 21/10/2014 à 10:13 :
depuis 40 ans, l'Etat immigrationniste emprunte sur les marchés pour acheter la paix ethnique en France. Des centaines de milliards ont été offerts aux « nouveaux francais » pour qu'ils restent relativement calmes et n’effraient pas trop les Français de Souche qu’il s’agit de remplacer rapidement et sûrement.
Réponse de le 21/10/2014 à 12:43 :
+++++++!
Réponse de le 21/10/2014 à 15:29 :
ahahahahahah alors là vous faites fort ! Des centaines de milliards ? Tant que ça ? Ah bon ? Et vous êtes au courant qu'il ne suffit pas de l'écrire pour que ca soit vrai ?
a écrit le 21/10/2014 à 10:12 :
Les syndicats attendent que la droite repasse au pouvoir pour se mobiliser.
a écrit le 21/10/2014 à 10:09 :
Ca explosera pour une raison simple : 12 millions d'immigrés.
Réponse de le 21/10/2014 à 16:56 :
?? Dont certains pays ont besoin because une population vieillissante. Selon Eurostat, 149 500 étrangers ont été accueillis en France en 2010, contre 497 000 au Royaume-Uni, 430 400 en Espagne ou 317 200 en Allemagne.
Oui maintenant avec ou sans la hausse du chômage ça peut paraître trop et la faute à l'autre est politiquement rentable pour les esprits faibles. les patrons sont heu reux.
a écrit le 21/10/2014 à 9:51 :
Le dialogue social aujourd'hui consiste à dire aux jeunes français : Allez à l'étranger ! Alors que pendant le même temps, l'état ferme les yeux sur l''immigration anti-occidentale.
a écrit le 21/10/2014 à 9:47 :
LE SOCIAL EST UN COUVERCLE SUR UNE MARMITE?QUI CACHE LES REALITES ET QUI PERMET DE COMTINUE DE SURVIVRE POUR DES MILLIONS DE PAUVRES MALGRE LA CRISE INTERNATIONNALE ?MAIS IL FAUT CONTINUE A LE REFORME ?POUR L ADAPTE A NOTRE EPOQUE ET A NOS REVENUES??? POUR L INSTANT CE GOUVERNEMENT EST TROP TIMORE? UNE SEULE CHOSSE PEUT L AIDE ACTUELLEMENT LA BAISE DE L EUROS?
a écrit le 21/10/2014 à 9:44 :
Plus de 67 % des Français sont propriétaires, ils sont assis sur des centaines de milliers d'euros et l'épargne des Français dépasse les milliers de milliards d'euros. Ils ne sont pas fous pour fomenter une révolte qui les ruinera.
a écrit le 21/10/2014 à 9:44 :
Plus de 67 % des Français sont propriétaires, ils sont assis sur des centaines de milliers d'euros et l'épargne des Français dépasse les milliers de milliards d'euros. Ils ne sont pas fous pour fomenter une révolte qui les ruinera.
Réponse de le 21/10/2014 à 10:28 :
Vous confondez probablement avec la Suisse ... ? Mais d' une certaine façon vous avez raison; les français ( pas tous attention ! ) sont dans l" ensemble très conservateurs et très épargnants ... un peu frileux quoi ...
Réponse de le 21/10/2014 à 11:37 :
ce qui les attend CHYPRE.....
Réponse de le 21/10/2014 à 17:11 :
Chypre peut-être mais d'ici là l'explosion aura eu lieu. Fortune des européens 56 000 milliards d'€uro. montant moyen 167 000. Et comme d'habitude 50% détenus par 10%. Toute sous évaluation vient de l'existence de paradis fiscaux dont l'ancien président nous disait qu'ils n'existent plus et le nouveau que la finance est son pire ennemi ?? Allez comprendre
a écrit le 21/10/2014 à 9:36 :
Il ne peut y avoir de redressement que s'il y a un retour du sentiment identitaire des français. La fracture sociale se joue principalement sur la frustration que les Français dit de souches subissent quand une religion colonisatrice et violente est présente à quelque endroit où se déplace le travailleur, rue, métro, RER, train, lieu de travail, que l'on interdit d'exprimer leurs pensées sous peine d'être traité de raciste. De même qu'ils voient que le pouvoir des minorités est supérieurs au pouvoir de la majorité. Et que peut penser un père et une mère qui rentre le soir après son travail de voir son enfant traumatisé ( comme cela s'est passé dernièrement dans le Loiret) en sortant de son école ou on lui a force a entendre quelles sont les différentes positions sexuelles. On ne peut pleinement exercer son travail que si la liberté de dire et de penser est sans contrainte, et que l'ordre naturel ne soit ébranlé, cela fait partie de la bonne marche de la nature humaine..
Réponse de le 26/10/2014 à 18:13 :
Heu, c'est quoi le "sentiment identitaire" ? Religion colonisatrice ? Vous en connaissez vous des religions qui ne sont pas colonisatrices ? Interdit d'exprimer quoi ? le rejet d'une autre religion que la votre ? Bon je ne comprends vraiment pas
a écrit le 21/10/2014 à 9:31 :
Tous les commentaires ont été supprimés ?
a écrit le 21/10/2014 à 7:32 :
C'est certainement un truc anodin qui provoquera l'explosion. Une mère obligée de voler pour nourrir ses enfants ou bien ceux-ci retrouver morts de froid à mon avis une injustice de trop.Quelque chose qui rassemble qui peut arriver à presque tout le monde. Tout le monde ne peut pas mourir dans un jet privé!
Réponse de le 21/10/2014 à 8:21 :
Oui mourir dans un jet privé est un privilège odieux ! Votre propos de gauche est lamentable et tellement prévisible.... Un très grand patron qui meurt c'est juste?
Réponse de le 21/10/2014 à 9:27 :
Polo,j'ai l'impression de lire du Nadine Morano dans le texte.
Réponse de le 21/10/2014 à 12:46 :
comme quoi, sont pas à l'abri, eux non plus de certaines choses....c'est la "justice" pour tous.
Réponse de le 24/10/2014 à 11:08 :
La jalousie est décidément un vilain défaut qui fait dire des choses abjectes.
a écrit le 21/10/2014 à 7:23 :
la vrais raison... ce sont les syndicats qui ont les pleins pouvoirs sur le climat social
et aujourd'hui ces syndicats sont gentils avec nôtre cher ?..... président..........
a écrit le 21/10/2014 à 7:14 :
Ca n'expose pas grâce aux prestations sociales......
Réponse de le 21/10/2014 à 8:25 :
tout à fait !
le gouvernement achète la paix sociale en versant des prestations généreuses. Lorsqu'il n'y aura plus de sous dans les caisses ( plus personne pour nous prêter de l'argent ) , alors ça explosera.
a écrit le 21/10/2014 à 5:27 :
Cependant tout peut arriver brutalement. Personne n'avait prévu les "printemps arabes" en Tunisie ou même en Egypte. Et pourtant.... "Quand des millions de personnes se rendront compte que l'on ne peut plus vivre comme par le passé, la Révolution sera logique et inévitable" Suivant récit d'une jeunesse sans illusions "les corps indécents". Le véritable changement se fera par la Rue et seulement par la Rue. Ce qui ne veut pas dire qu'après sera meilleur.
Réponse de le 21/10/2014 à 9:40 :
En fait les français se noient dans LE DENI DE REALITE tellement ils tiennent a leur train de vie et a leurs privilèges. Je le constate tout les jours sur mon lieu de travail.
Réponse de le 21/10/2014 à 20:25 :
La plupart tiennent à leurs " petits " privilèges mais ils en " restent " pas mal qui n' ont pas grand chose à perdre ...
a écrit le 21/10/2014 à 1:56 :
Laisser tomber personne n'y peut rien !!!!!!!!!
Réponse de le 27/10/2014 à 1:16 :
personne ny peut rien cette petite phrase en dit long cet le monde qui et en train de changé
a écrit le 21/10/2014 à 0:47 :
Les véritables risques se situent en parallèle des critères de l' analyse classique ...
a écrit le 20/10/2014 à 22:55 :
Faut vraiment ne rien y connaitre pour dire ça .Ca n'explose pas parce que il y a la division syndicale .Le second syndicat français la CFDT qui a de gros moyens de mobilisations est trés proche du PS et ne bougera pas tant que le PS serra au pouvoir .Sans unité syndicale pas d'action d'envergure possible .Il y aura donc un calme plat jusqu'en 2017 .Quand la droite arrivera au pouvoir là ça va tout changer .Qui se rappelle des grandes greves de 1995 et des manifs hyper géantes contre le CPE !La gauche va connaitre une defaite historique en 2017 comme en 1993 (3/4 des deputés de droite ) et le gouvernement de droite va croire qu'il y un boulevard devant lui pour attaquer le code du travail et le statut social des français comme il a voulu le faire par le passé.L'unité syndicale va se faire trés forte et virulente ,surtout avec toute la frustration emmagasinée ces dernieres années comme par le passé ,et derriere le PS se refera la cerise !1993 deroute des socialistes mais 1997 aprés la dissolution de Chirac victoire de la gauche !En 4 ans qui l'eu cru si vite que les français de nouveau adoreraient ce qu'il ont brulé quelques temps auparavant........?
Réponse de le 21/10/2014 à 3:45 :
Faux !ce qui s'est passé en 1995 ne se re4ait pas en 2017 car ce n'est plus du tout la même situation ,les personnes travaillant dans le privé détestent les synficats et appuiront les réformes !!!
Réponse de le 21/10/2014 à 8:08 :
@saz Les syndicats ne bougeront jamais, ils sont payés par Bruxelles et ne servent plus à rien, je l'écrivais quelques lignes en-dessous.. Il faut commencer par comprendre ce qui nous arrive et POURQUOI ça nous arrive, vous pouvez visionner "qui gouverne réellement la France et l'Europe" de François ASSELINEAU.
Réponse de le 22/10/2014 à 23:38 :
D' accord sur le constat.
a écrit le 20/10/2014 à 22:43 :
J'ai beaucoup aimé la faiblesse des syndicats !Les grandes greves de 1995 les greves massives contre le CPE
Réponse de le 20/10/2014 à 23:30 :
C'est vrai qu' elles ont été très constructives pour la majorité des français ...
Résultat de tout ce carnaval : 5 ou 6 Millions de personnes sans emploi
11 Millions de personnes en situation de pauvreté et qui doivent se contenter des miettes ... Par conséquent, effet Zéro, aucun impact ou pire ... Pour exemple le cpe
une cause bidon, sans objet et un troupeau de petits moutons qui défile pour ?
Réponse de le 21/10/2014 à 6:29 :
La greve n'a pas pour objectif d'ameliorer les chose, mais de maintenir les avantages des privilegies du systeme. Vu le faible niveau de reforme dans le public et le para-public, les greves ont ete efficaces.
Réponse de le 21/10/2014 à 9:58 :
Non seulement de préserver des avantages ou des privilèges mais aussi de les renforcer ... au détriment de toute une partie de la population; et lorsqu' on parle de dialogue social c' est bien à ce type d' organisations que l'on fait référence .. Non ?
Réponse de le 21/10/2014 à 10:17 :
Lorsqu' on parle de la nécessité d' un dialogue social ce sont les syndicats qui sont invités à venir s' asseoir à la table ... Au nom de tous ... C'est ce que mon commentaire visait à mettre en avant ...
a écrit le 20/10/2014 à 22:03 :
Il ne faut pas trop tirer le diable par la queue. Les révolutions sont par définition irrationnelles
et les analyses aléatoires. En tous cas c'est comme pour les volcans, plus ils tardent à se réveiller, plus l'explosion est titanesque.
Réponse de le 22/10/2014 à 23:10 :
Ça promet ...
a écrit le 20/10/2014 à 21:35 :
C'est justement cette nébuleuse de mécontentements qui risquent de s'agréger. Un seul élément peu déclencher la "révolte".
a écrit le 20/10/2014 à 19:39 :
Pour nos voisins Européens , la France est le pays ou il y a le plus de grèves si c' est vrai que faire de plus ? Et après tout ....on est peut être pas encore assez malheureux .
Réponse de le 20/10/2014 à 22:05 :
Sauf que l'Allemagne et L'Angleterre qui part leur excédents ou leur croissance font saliver notre bonne vieille droite qui sent la souris , descendent dans la rue , … eux.
Réponse de le 20/10/2014 à 22:57 :
La croissance allemande fond comme une mer....au soleil et c'est eux qui sont inquiets!
a écrit le 20/10/2014 à 19:34 :
Effectivement une explosion sociale, cela ne se prévoit pas, meme si tous les ingrédients sont réunis pour que cela explose : individualisme, racisme latent, peur de l'Europe, chômage ....
Il nous manque un leader (intellectuel, politique....) avec une vrai pensée à long terme pour nous amener vers un retour à la confiance, qui pourrait peut etre nous aider à sortir de cette crise.
a écrit le 20/10/2014 à 19:28 :
Si ça n'explose pas c'est tout simplement parce qu'une grande majorité a encore beaucoup à perdre dans des désordres sociaux qui peuvent toujours se révéler incontrôlables. Et c'est tant mieux dans ce pays dont l'exécutif et l'appareil judiciaire ont perdu toute autorité réelle. Ceux qui s'affranchissent des règles réalisent bien vite leur état d'impunité : le danger est là, pas une jacquerie fomentée par les crèves la faim!
a écrit le 20/10/2014 à 19:27 :
En réalité, ça n'en finit pas d'exploser... comme pour le chômage on cache cette réalité sous le tapis des mots... en particulier "sociétal" ou "communautarisme". Comme disait Sarkozy "les grèves ça ne se voit plus"... "pas vu, pas pris", précisait sa bourgeoise.

Mais ces gamins qui vont s'exploser en Syrie ou à la City, ce n'est pas normal.
a écrit le 20/10/2014 à 19:14 :
A force de compter les moutons, les politiques se sont endormis sur les réformes
a écrit le 20/10/2014 à 19:10 :
Supprimer l'impot sur le revenu et ses 500 niches insupprimables, et remplacer ces 60 milliards par une augmentation du taux majoré de T.V.A de 20 à 25.5% le compte y est. En déflation, peu de conséquences sur les prix, mais beaucoup sur la création, et l'initiative, et la croissance, et l'emploi
Réponse de le 20/10/2014 à 19:27 :
Ce qui entrainera, une production globale de richesses qui profitera à tous : rentrées fiscales et sociales, qui réduira considérablement les déficits
Réponse de le 20/10/2014 à 20:18 :
et vive le black dans votre systeme
Réponse de le 20/10/2014 à 20:31 :
Le calcul est très exact. Aucun Parti Français n'aura ce courage : pourtant beaucoup de pays européens sont à 25-27% sur ce taux là de T.V.A. C'est un butoir idéologique. L'idéologie fait beaucoup de mal à la compétitivité et l'attractivité de La France, et à l'intérêt général et des lus faibles, par voie de conséquence
Réponse de le 20/10/2014 à 22:11 :
L'impôt sur le revenu est le seul a être progressif, face a une TVA qui frappe tout le monde de la même manière. Ma vision de l'impôt est aussi qu'il soit un correcteur d'inégalités, ce n'est pas qu'une ressource pour l'État.
Réponse de le 20/10/2014 à 23:14 :
La suppression de l'impôt sur le revenu n'engendrera pas un choc de consommation puisqu'il faudra augmenter la TVA. Si la hausse de la TVA représente l'équivalent de l'impôt sur le revenu alors le choc dont vous parlez ne sera pas un choc.
Réponse de le 20/10/2014 à 23:15 :
La France est pourtant un des pays ou l'impôt sur le revenu est le plus faible...
Réponse de le 21/10/2014 à 11:44 :
quand dans un pays se disant démocratique 52% ne paient pas l'impot sur le revenu et bientot 60%, ce serait leur faire payer, vous y croyez ?
a écrit le 20/10/2014 à 18:52 :
A partir du moment où le gouvernement contrôle les amortisseurs sociaux, point de raison de révolte. Le jour où notre pays devra tailler à la hache (cela risque d'arriver plus vite que ne le pense les clowns qui nous gouvernent), les politiques devront s'inquiéter. Il est à souligner que les syndicats ne représentent plus qu'eux mêmes, les politiques sont discrédités (corruption, magouille). Une explosion lente de notre société.
Réponse de le 20/10/2014 à 23:04 :
@ Avoir !Vous vous trompez radicalement sur les syndicats !Il y a peu de syndiqués mais les capacités de mobilisations surtout si il y a l'unité syndicale sont considerables !Vous n'avez pas vécu les manif contre le CPE des millions de gens dans la rue ......
Réponse de le 21/10/2014 à 10:12 :
Le cpe n' était pas un problème majeur de société; pas de quoi s' insurger ... ce qui explique paradoxalement cette grande mobilisation ... Lorsque l' enjeu sera d'une toute autre gravité il serait étonnant de voir autant de monde dans la rue ...
Réponse de le 21/10/2014 à 10:23 :
Ils étaient où les syndicats lord des émeutes de 2005 ? Rien. Silence total ...
a écrit le 20/10/2014 à 18:47 :
Les jeunes d aujoud'hui font leur révolution avec la PS3 et Iphone bien au chaud chez papa et maman !
Réponse de le 20/10/2014 à 18:58 :
Vous avez raison sur le " pseudo " ... Mais il y a fort heureusement une autre jeunesse ... et des " vieux " énervés ...
a écrit le 20/10/2014 à 18:47 :
On a compris l'impuissance des gouvernants de tous bords à faire ressusciter
l' abondance par les recettes économiques fussent elles nobelisées .Le pays reprendra la main en ramenant tout le monde aux fondamentaux : un territoire , des traditions , nos pères qui l'on fait grandir . Notre seule richesse c'est la France
Réponse de le 21/10/2014 à 11:34 :
C' est beau ... Mais la France aura beaucoup de mal à retrouver ne serait - ce qu'un
peu de son honneur perdu ... Trop de corruption par exemple et beaucoup trop de privilèges en jeu ...
a écrit le 20/10/2014 à 18:46 :
Seul un mouvement extremiste fort et europeen peut faire plier cette politique ecrasant les peuples
a écrit le 20/10/2014 à 18:30 :
S'il devait y avoir une reprise économique, alors à ce moment là le payx exokisera. Tout le monde demandera sa part sans attendre........................
a écrit le 20/10/2014 à 18:13 :
Les révolutions n'ont jamais lieu durant une crise, mais lorsque s'amorce une reprise. Après 40 ans de chômage de masse nous connaitrons une crise insurrectionnelle dès que le chômage amorcera une réelle baisse.
Réponse de le 20/10/2014 à 18:35 :
exact ! quand ça va mal, tout le monde baisse la tête.
a écrit le 20/10/2014 à 18:10 :
Autre époque brave gens, fini l'esprit combattif et guerrier, le goût d'en découdre avec l'Etat...vous voyez les Français rejouant " La Liberté guidant le Peuple ? " Allez, ne rêvez pas !
Réponse de le 20/10/2014 à 18:29 :
Effectivement, la société a beaucoup changée depuis ces années-là. Le constat est effectivement affligeant. Mai 68 et son climat de tension ont été totalement mythifié, un peu à l'image du Che Guevara, pseudo symbole de la contestation sociale et de la révolution alors qu'en réalité il n'était qu'un tortionnaire comme l'a montré un récent ouvrage. Le papier de Jean-Christophe est bouleversant et montre bien les dérives de certaines pensées communautaires prélude à un totalitarisme avilissant âme et esprit. L'Europe de nos jours soutient avec le "grand diffuseur de démocratie dans le monde" une junte d'extrême-droite et néo-nazis en Ukraine. Notre société se borne à dévoiler ses vanités et légèretés sur les "réseaux sociaux" pourris de gadgets d'espionnage anglo-saxonne, en faisant la politique d'autruche pour certaines réalités qu'on cache soigneusement dans les médias dit mainstream. Non, il n'aura pas d'explosion en France, nous sommes devenus politiquement trop aliénés pour savoir réellement sur quoi revendiquer en sortant dans la rue.
Réponse de le 20/10/2014 à 18:37 :
Il n'y a plus de quoi rêver! les individus encaissent, se plaignent, couinent, se résignent! plus personne n'en a dans les culottes à notre époque, nous avons perdu notre énergie, volonté , notre pugnacité, et par là, notre courage.....
Réponse de le 20/10/2014 à 19:03 :
@68tard: Bobby Sands disait qu'on se souviendrait de lui comme héro ou terroriste en fonction de l'issue du conflit en Irlande du Nord. Le perdant n'est jamais un héro :-)
Réponse de le 20/10/2014 à 20:12 :
Ca fait longtemps que Cohn-Bendit ne croit plus dans l’Europe des peuples, c’est-à-dire une Europe démocratique. Ca fait en revanche longtemps qu’il croit dans le libéralisme à la sauce européenne et à la sauce mondiale. Une proposition pour les Verts. Qu’ils mettent Cohn-Bendit et ses sbires à la porte en leur conseillant d’aller rejoindre les clowns libéraux qui tournent autour de M. Hollande et qu’ils présentent un véritable projet de refondation politique de l’Europe. Bref, qu’ils gagnent les rangs d’une opposition sérieuse à ce gouvernement grotesque qui ne fera pas mieux que le précédent pour la simple raison que ceux qui le composent pensent, sur ce genre de questions, fondamentalement la même chose. A savoir, que tout va très bien, qu’il n’y a absolument aucune raison de remettre en cause le postulat libéral sur lequel s’est construit l’Europe depuis maintenant plusieurs dizaines d’années. En gros, continuons de privatiser à tour de bras et d’ouvrir nos frontières… Ce que font les socialistes français, main dans la main avec la droite, depuis maintenant trente ans. Allez les Verts, un effort, vous valez mieux que ce vendu qui vous empêche de penser et de vous exprimer librement ! Contrairement à lui, vous avez des idées… bon vent !
a écrit le 20/10/2014 à 18:09 :
Le " peuple d' en bas " mettra tout le monde d' accord. Les classes moyennes sont conservatrices par nature et par intérêt. Les syndicats sont les collaborateurs du système et n' ont jamais eu en tête de changer la donne habituelle. Les risques se situent donc en parallèle des critères de l' analyse classique ...
a écrit le 20/10/2014 à 17:57 :
La France evite l'explosion sociale en payant ses dette par des crédits. Du moment que le pays acceptera la réalité les gens vont descendre dans la rue. Il faut abondonner l'Euro et devaluer le Nouveau Franc de 30 %.
Réponse de le 20/10/2014 à 18:32 :
dévaluation égale carburant a 2 euros le litre ! ça mettra là le peuple dans la rue ! encore un exemple?
a écrit le 20/10/2014 à 17:48 :
Si en 2017 la coalition gauche droite gagne , mais que pour l assemblée seuls les élus sont de droite et la gauche atomisé , il se peut que devant plus d espoir , la révolte éclate .
a écrit le 20/10/2014 à 17:46 :
Tant que l'argent de la drogue continuera d'irriguer les quartiers et les campagnes, l'explosion sociale attendra...
Réponse de le 20/10/2014 à 18:18 :
Tant que l'on laissera faire...
Réponse de le 24/10/2014 à 7:23 :
Voilà un secteur sur lequel n’importe quel français peut faire sa révolution, celui de l’ARGENT DE LA DROGUE. Il y a de quoi faire avec TOUT CE FRIC POURRI, et sorti du réseau social et productif.
Je ne crois pas à une révolution anti-politique ou anti-système car le risque de perdre le peu qu’on ait est grand : crédit immo, responsabilité vis-à-vis de sa famille ou juste de ses enfants, voire la sécurité tout simplement. Sans solution après une révolte dans la rue, la risque du chaos est énorme...
Justement cette sécurité (pour l’avenir) qui m’est chère me semble privée, entre autres, par la mafia de la drogue, cette économie parallèle pourrait bien combler nos déficits économiques si les « autorités » ruées dans les brancards... Pour faire simple, je suis plus gêné de voir des « très » jeunes roulés dans de grosses bagnoles (que je ne peux me payer d’ailleurs) et insultés nos enfants à la sortie d’école, ou encore savoir leurs caves sont remplies de Kalachnikov prêtes à en découdre avec ceux qui gêneront leur business : et dans le collimateur, c’est vos voisins, vos amis, votre famille... VOUS en fait !!
Voici un combat que tout père ou toute mère de famille peut comprendre. En combattant, la DROGUE et surtout ceux qui la vende, on sécurise notre environnement, on élimine la racaille, on restaure un peu de tranquillité dans nos quartiers, et surtout on récupère du FRIC qui manque tant…
Comment faire ?
Le FISC à de grands moyens pour trouver.
La police et la Gendarmerie, voire l’Armée, ont les moyens pour les saisir.
Inutile de les mettre en prison, elles sont pleines et elles servent de lieux d’apprentissage à la racaille.
A défaut de suivre les droits de l’Homme, malheureusement, la mafia s’en sert de protection, il faudrait les mettre sur des chantiers à faire des routes et de ponts en Afrique, soigner les malades de l’Ebola, sortir du minerais dans les mines, aider à construire des ECOLES, etc… bref construire du social et surtout travailler à la sueur de leur front pour reconstruire tout ce qu’ils ont détruits. Idéalement, je les vois en rose et enchainés pour montrer l’exemple.
La révolution est ailleurs qu’aux urnes, mais juste à côté de chez vous...
a écrit le 20/10/2014 à 16:59 :
il s'agit en effet d'implosion... les gros maigrissent vitesse grand v ... quand ca aura touche suffisamment de petites gens qui ne trouveront plus de boulot dans un etat ou les caisses sont vides avec plus personne pour les remplir, alors ca sera l'explosion
Réponse de le 20/10/2014 à 17:24 :
notre modèle a copié sur celui des ricains ! pour eux la planche à billets avec le dollar roi ! pour nous la rigueur pour les salariés à coups de réformes répétées qui n'apporteront pas d'embellies ni de réelle croissance ? et si on tournait à vide ??
Réponse de le 20/10/2014 à 17:50 :
@Churchill: un soulèvement ne s'improvise pas. La révolution française a été menée non pas par la plèbe, mais par des gens éduqués. Il faudra donc trouver des leaders avant que ça bouge dans le peuple :-)
Réponse de le 20/10/2014 à 18:21 :
Faux ! " Un être domestiqué n' a jamais réussi à en ... domestiqué un autre ".
Réponse de le 20/10/2014 à 18:33 :
Patrickb, votre discours s'insère parfaitement dans la ligne de discours du NED (National Endowment for Democracy). Travaillez-vous pour eux ?
Réponse de le 20/10/2014 à 19:04 :
Faux ! " Un être domestiqué n' a jamais réussi à en ... domestiquer un autre "
Réponse de le 20/10/2014 à 20:28 :
La masse " éduquée " est cause et à l' origine de tous les maux et de tous les conservatismes ... ! Par conséquent il y a une contradiction majeure à y chercher un quelconque " leader " ... Sauf pour une " révolution " de pacotille !
ps: votre définition des " éduqués " ?
Réponse de le 20/10/2014 à 21:11 :
Mon cher Patrick, vos remarques sont une pure découverte, une vraie et ô combien agréable boite de Pandore… ! :) ah... je me délecte de votre verve tel un papillon frétillant au soleil d'avril...
Toujours intéressant pour une femme de lire ce qu’un jouvanceau vit ou a vécu au fil de ses rencontres tantôt avec les forces du Mal, tantôt avec les forces du Bien. Ah je n’ai pas votre expérience hardie…je dirais plutôt que je trace mon petit chemin selon le climat social du moment… néanmoins je vous remercie du fond le plus rose de mon coeur. Bonne soirée, Patrick.
Réponse de le 21/10/2014 à 7:58 :
@Tom: jamais entendu parler du NED. Je me contente de constater et d'émettre un avis en fonction de mon expérience de la vie :-)
Réponse de le 22/10/2014 à 23:20 :
" éduqué " pris dans son sens habituel parait plutôt vouloir dire éduqué à - et donc quelque part domestiqué ...
a écrit le 20/10/2014 à 16:52 :
Et vous pensez réellement qu'une poignée de DRH bien au chaud dans leur grosse boîtes avec leur CDI, leurs primes et avantages en nature divers n'ont, ne serait-ce que la moindre idée de ce qu'est une explosion sociale ? Ou bien qu'ils seraient en mesure de la voir arriver ?
c'est une escroquerie !

Après tant que 50 % des gens sont propriétaires de leur logement ou tenus par leur crédit ce genre d'événement est peu probable
a écrit le 20/10/2014 à 16:50 :
Parce que ça ne changera rien puisque tout le monde sait que les caisses sont vide depuis Sarkozy et qu'il faut un baisse générale des salaires comme dans tous les autres pays d'Europe !
a écrit le 20/10/2014 à 16:48 :
A force de tirer sur la ficelle...
Sapin et Macron rappellent les Dupont-Dupond de Tintin. Je dirai même plus... Membres de la Sûreté, puis de la Police judiciaire, les Dupondt mènent des enquêtes de façon bien peu discrète et peu efficace, étant loin d'être des lumières (Wikipédia). Il ne manque plus que la moustache et le chapeau melon pour Sapin ! On verrait bien macron en pantalon golfe.
a écrit le 20/10/2014 à 16:45 :
oui, la gronde peut venir, mais sur le thème de la fiscalité. Oui ceux qui touchent, à 2 pour une famille 4 entre 6 000 et 8 000 euros passent pour des riches, mais pas à PARIS.
Alors, oui, s'il y a une révolte contre la baisse du pouvoir d'achat, alors ce serait fédérateur pour ceux qui payent pour les autres. Et là, les Français pourraient bien descendre dans la rue, mais il ne faut pas de corporatisme ni de discrimination culturelle.
a écrit le 20/10/2014 à 16:41 :
La légitimité non contestée est un énorme problème. En effet, au 1er tour des présidentielles, aucun candidat n'obtient plus de 25% des voix des inscrits. Au 2e tour, on vote contre l'autre et le plus bel exemple est Chirac contre Le Pen. Malgré tout, l'élu (avec 25% des voix) se gargarise d'avoir été choisi et donc s'arroge le droit de faire ce qu'il veut ... oubliant un peu vite que 75% des gens n'ont pas voté pour lui au 1er tour (ce qui veut dire qu'ils n'en voulaient pas) !!! Dans ces conditions, il est impossible d'avoir un consensus national et c'est donc le foutoir permanent :-)
Réponse de le 20/10/2014 à 18:38 :
Commentaire censé!Ajoutons l'arnaque des élus:vous avez voté pour moi alors je fais ce que je veux le temps du mandat.Si vous n'etes pas content dans 5 ans vous changez.Ce n'est pas cela la démocratie,se faire élire et n'en faire qu'a sa tete.
a écrit le 20/10/2014 à 16:39 :
ça n'explosera pas parce que chacun a peur de perdre pour des raisons différentes !
Réponse de le 20/10/2014 à 17:27 :
Beaucoup trop d'endettés à cause de l'immobilier ! et puis des personnes qui se battent pour leur famille et leurs enfants ! seule la jeunesse désespérée pourrait craquer une allumette ??
a écrit le 20/10/2014 à 16:21 :
il faut se méfier de l'eau qui dort...L'explosion sociale peut être brutale et ne se commande pas!Il faut peu pour mettre le feu aux poudres surtout avec autant de mécontents en France!
Réponse de le 20/10/2014 à 17:23 :
Et en plus comme le montre l'article, il n'y a aucun représentant du mécontentement : donc lorsque ça va péter, le système pourra toujours chercher pour négocier !!!
Réponse de le 20/10/2014 à 18:23 :
La révolution de mai 68 avait commencé par un greve à l'Université de Nanterre contre l'absence de mixité dans les lycées et collèges et contre la guerre au Vietnam. A priori pas de quoi mobiliser...et pourtant !
Réponse de le 20/10/2014 à 18:51 :
@ angelique Tout à fait exact !
@ candide très bien pensé ... !
a écrit le 20/10/2014 à 15:34 :
La FRANCE fonctionne avec une des entreprises puissantes de taille mondiale composées de salariés "adaptables". Malheureusement pour tous les autres ce ne sont que petits boulots et chômage(de masse). Nous faisons aussi face à un changement de paradigme mais cela ne résorbera pas le chômage,bien au contraire. Les freins ce sont las raideurs administratives à l'emploi: par exemple le smic que l'on pourrait diminuer(tabou) quitte à le compenser par une indemnité chômage...
Réponse de le 21/10/2014 à 0:51 :
Diminuer le salaire minimum ? Mais il ne va plus rien en rester !
Réponse de le 21/10/2014 à 15:25 :
@Gerardc27 : ok pour baisser le smic si on baisse votre salaire d'abord...et là il n'y a plus personne...
a écrit le 20/10/2014 à 15:20 :
C'est souvent un petit rien du tout qui déclenche l'explosion, et bien souvent ça échappe totalement aux syndicats.
Réponse de le 20/10/2014 à 16:54 :
Et fin octobre si la SNCM plonge, c’est Marseille qui boit la tasse.
a écrit le 20/10/2014 à 15:19 :
Il n'y aura pas d'explosion sociales
Pour la seule raison que ce gouvernement ne touche pas à son électorat et des privilèges qui vont avec
Pour les autres ils règlerons ce problème avec les urnes
a écrit le 20/10/2014 à 15:17 :
Pourquoi cela exploserait-il en France avec 10%, dont la moitié touchent des indemnités et l'autre moitié un RSA supérieur au SMIC de bien des pays d'Europe ? Sans parler du travail au noir et au commerce gris qui font vivre, parfois très confortablement, de nombreux français... Les terrasses des cafés étaient pleines hier, beaucoup avaient leur nouvel iPhone 6 à la main. La révolution n'est pas pour demain...
Réponse de le 20/10/2014 à 15:52 :
Votre 10% est trop optimiste, nous sommes près de 20%, méfiez vous des chiffres maquillés de l'INSEE.
Réponse de le 20/10/2014 à 16:23 :
Et vous méfiez-vous des rumeurs qui circulent sur internet.
Réponse de le 20/10/2014 à 18:13 :
Pourriez-vous y être plus précis ? merci.
Réponse de le 21/10/2014 à 0:44 :
10% ? Un peu imite comme pourcentage avec 5 millions de personnes ou + sans
emploi ...
a écrit le 20/10/2014 à 14:44 :
Dans un système ultra clientéliste,tant qu'on peut arroser sur les incendies ça tient.Tant que la France peut emprunter toujours plus et accroitre sa dette sans hausse de taux ça tiendra.Le déficit l'an prochain sera épouvantable:les français se sont ajustés a la hausse des impots et ces memes impots vont baisser.La baisse de la bourse supprimera l'effet richesse de la finance
a écrit le 20/10/2014 à 14:40 :
Qu'est ce qu'une explosion sociale?
Si c'est aller manifester dans la rue, ce n'est quand même pas la panacée. Même si nos gouvernants ont les chocottes dès la première pancarte, si d'aventure ils résistaient aux pressions (pas trop vu depuis 40 ans), je doute que cela tienne longtemps. Trop de corporations à intérêts non convergents, pas d'envie de tenir sur la durée pour les participants...
Si c'est pour passer à la révolte (armée?), alors là, je ne vois pas quelle catégorie de la population s'y risquerait, vu les risques inhérents. Sauf ceux qui sont prêts, mais leur nombre reste assez bas.
Donc très irréaliste.
Réponse de le 20/10/2014 à 15:02 :
En 1789, 3 heures avant, les régiments n'avaient rien vu venir...
Réponse de le 20/10/2014 à 15:20 :
exact !
a écrit le 20/10/2014 à 14:33 :
C'était le rôle des syndicats de cristalliser et coordonner les mécontentements mais aujourd'hui ceux là même sont payés par Bruxelles, ç'est à rapprocher d'un député européen qui gagne 15000 E mensuel et à qui on demande de se prononcer pour la sortie de l'Union Européenne..!! Ce petit monde a été corrompu, point barre. -
Réponse de le 20/10/2014 à 21:35 :
Oui; c' est le système qui veut ça ...
a écrit le 20/10/2014 à 14:27 :
Il n'y aura pas d'explosion sociale (ou plutôt communautaire) dans la rue tant qu'on ne touchera pas à l'assistanat. Surtout ne changez rien au système crient à l'unisson les assistés, c'est pour lui qu'on est venu chez vous.
Réponse de le 21/10/2014 à 15:13 :
La classe moyenne qui paye la totalité de l'impôt pour la population qui en est exonérée ; n'en peut plus, elle ne manifeste pas, elle ne casse pas, mais la révolte se fera dans les urnes ... et le retour de bâton va être sévère ...
Réponse de le 21/10/2014 à 17:36 :
Oui pas compliquer à comprendre tant que l'assistanat à nos députés européens se monte à 15000 E mensuel et presqu'autant à nos sénateurs. Qui a bougé quand le président de la République à peine élu s'est octroyé une hausse vertigineuse de ses émoluments non fiscalisés??
Réponse de le 21/10/2014 à 18:35 :
La classe moyenne doit payer le prix ... de ses privilèges; de ses prétentions ...Et elle ne votera jamais pour modifier la donne habituelle !
a écrit le 20/10/2014 à 14:22 :
"bel article"... Notez que, comme nous, les Anglais sont juste autorisés à manifester, et encore : dans le calme...
a écrit le 20/10/2014 à 14:10 :
12 % de chomage = 88 qui bossent.
Réponse de le 20/10/2014 à 15:00 :
Comme à la loterie : 100% des gagnants ont tenté leur chance...
a écrit le 20/10/2014 à 14:10 :
Tant que l'état pourra payer les fonctionnaires et les assurés ou assistés sociaux, ça tiendra. Le problème c'est que les payants se font rares et que l'état détruit le système productif par sa politique inepte qui ne vise qu'à taper sur ceux qui font mieux que les autres.
Réponse de le 20/10/2014 à 14:21 :
Polo, vous ne devez pas trop savoir ce qui s'est passé en 1789. Et dans l'Histoire, d'une manière générale...
Réponse de le 20/10/2014 à 14:32 :
Yvan, à priori, Polo n'est pas le seul à ne rien y comprendre ...
Réponse de le 20/10/2014 à 14:59 :
Alors, explicitez, Vincent... Qu'on se marre.
Réponse de le 20/10/2014 à 19:35 :
Yvan a raison !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :