200.000 milliards de dollars : la dette mondiale en 2014

 |   |  287  mots
La dette des entreprises chinoises est particulièrement inquiétante puisqu'elle atteint 125% du PIB de la deuxième économie mondiale, soit "un des niveaux de dette entrepreneuriale les plus élevés du monde".
La dette des entreprises chinoises est particulièrement inquiétante puisqu'elle atteint 125% du PIB de la deuxième économie mondiale, soit "un des niveaux de dette entrepreneuriale les plus élevés du monde". (Crédits : Lendingmemo via Flickr CC License by)
La dette pesait 286% du PIB mondial en 2014, contre 269% en 2007, d'après une étude de McKinsey Global Institute.

Gouvernements, ménages, entreprises et institutions financières : dans le monde, la dette se creuse. Sa croissance est même bien plus rapide que la croissance depuis la crise financière. En volume, l'endettement a ainsi progressé de 57.000 milliards de dollars entre 2007 et 2014 pour frôler les 200.000 milliards de dollars, selon une étude de McKinsey Global Institute (MGI) publiée jeudi 5 février. Pour les économistes de MGI :

"Plutôt que de réduire leur dette, toutes les principales économies empruntent aujourd'hui davantage par rapport à leur PIB qu'en 2007. [...] Cela amène de nouveaux risques pour la stabilité financière et pourrait saper la croissance mondiale."

La dette pesait 286% du PIB mondial en 2014, contre 269% en 2007. La dette publique a progressé à elle seule de 25.000 milliards de dollars et "va continuer à croître dans de nombreux pays, au vu des fondamentaux économiques actuels", selon l'étude.

+15% pour la France, -12% pour l'Allemagne

L'endettement du gouvernement au Japon, qui détient le record en la matière, devrait ainsi passer de 234% à 258% du PIB entre 2014 et 2019, selon les projections de MGI. Celui de la France passera de 104% à 119% sur la même période, tandis que la dette publique allemande tombera de 80% à 68% de son PIB.

En Chine, la dette globale a explosé, atteignant 282% du PIB, sous l'effet des prêts accordés hors du secteur bancaire réglementé (shadow banking) ainsi que de la spéculation immobilière, passant de 7.000 milliards de dollars à 28.000 milliards de dollars, a calculéMcKinsey.

     | Lire Le shadow banking, un casse-tête chinois estimé à 3.100 milliards d'euros

La dette des entreprises chinoises est particulièrement inquiétante puisqu'elle atteint 125% du PIB de la deuxième économie mondiale, soit "un des niveaux de dette entrepreneuriale les plus élevés du monde".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2015 à 5:05 :
Un homme demande 10000 à sa banque normale.
Sa banque normale demande 10010 à la banque centrale.
La banque normale prête alors les 10000 à l'homme .
Au bout d'un moment l'homme rembourse 10000 + 1000 en intérêts.
A chaque remboursement, la banque rembourse la banque centrale.

question: le système a créé 10000 , mais en retire 11000.
Alors, comment il tient puisqu'il crée de la déflation naturellement ?

Bah pardi , parce que c'est comme une pyramide de ponzi, il faut créer toujours plus d'emprunteurs pour aller plus vite que la vitesse de remboursement. Les cycles boursiers agissent ainsi en décalage des cycles des taux d'intérêts.
La croissance c'est juste de l'addition de nouvelle dette qui tourne dans le pays.
Et pourquoi nos économies modernes ne montent plus en croissance ? parce qu'on dit qu'elles sont matures, il y a de moins en moins de marge à l'endettement, il y a moins de gens qui peuvent encore s'endetter, moins de jeunes solvables et donc endettables, bref la démographie joue.

Essayez donc de battre en vitesse de grimpette une courbe exponentielle !
Un tel système ne peut que sauter périodiquement, c'est cela qui fait les crises, et à chaque fois le remède, c'est le temps, le temps que qu'une jeune génération arrive pour s'endetter et que l'ancienne ( avec ses créanciers) passe l'arme à gauche. Evidemment de nos jours, on ne veut plus qu'un créancier ne tombe, donc le système entier est grippé, puisqu'en aidant les banques on a cassé le cycle. Donc logiquement, le système va pousser encore et encore, en comprimant les taux pour faire tenir les dettes partant en exponentielle, jusqu'à ce que tout s'effondre d'un coup, pour enfin se rétablir, en générant ainsi un super cycle. On a voulu manipuler l'économie pour sauver 5, on en perdra 50 au final, et comme les banquiers de ce monde le savent bien tout cela et qu'ils ne veulent toujours pas payer leurs erreurs, alors ils courent à une solution pour encore gagner du temps, agréger les monnaies pour créer une super-monnaie monopolistique, ainsi ils pensent éloigner le spectre de l'hyper-inflation, puisqu'ils se disent que les gens n'auront pas le choix; sauf qu'avec un truc comme cela, on revient à l'âge du troc.
Réponse de le 07/02/2015 à 11:40 :
L me semble que dans votre exemple le "système" a créé 10010 (BCE) mais n'en retire pas 11000 car si vous rajoutez au 10000 de prêts mais 1000 d'intérêts payés par le particulier , c'est 1000 ne sont pas une création monétaire mais puisés par le particulier sur des dépenses qu'il ne fera pas. Les 1000 sont un plus dans votre exemple mais dans les faits, ne dont ils pas plutôt un "plus" compensé par un "moins" pris ailleurs ?
Réponse de le 08/02/2015 à 1:27 :
Les 1000€ d'intérêts ont bien été créés à un moment ou à un autre, bien sur qu'il s'agit de création monétaire.
Votre dernière phrase met le doigt sur le problème: "un "plus" compensé par un "moins" pris ailleurs". Ailleurs n'existe pas sur terre, sauf au détriment de son voisin ou par une nouvelle dette. La monnaie est créée par la dette et détruite par son remboursement.
Réponse de le 08/02/2015 à 13:04 :
Oui, j'ai écris bien vite( et à 5h du mat') ce n'est pas très précis, mais je voulais juste souligner que le système bancaire est naturellement une formidable pompe aspirante, de l'argent qui ne retombe pas une fois pioché dans le monde réel, cet argent s'accumule et tourne en rond dans le système financier, boursier, mondial.
Il faudrait ainsi que les banques ne fassent aucun bénéfice et payent "normalement" leurs employés, c'est en réduisant les impôts des banques qu'on les mets paradoxalement en danger, et nous avec, en augmentant la vitesse de déflation. On dit ainsi que c'est l'explosion de glass-steagal lact par Clinton( et le sauvetage du LTCM par la FED) qui est à l'origine de la destruction durable de la croissance, car si les banques ne sont plus assez taxées et qu'elles ne peuvent plus sauter en cas d'erreur, alors l'argent qu'elles possèdent ne peut plus retourner dans le monde réel. Et plus les banques centrales continueront à créer du QE pour aider les grosses banques et plus la croissance aura du mal à repartir. Il faut bien se rendre compte qu'on a au pouvoir des hommes ultra-riches qui pensent donc des solutions en fonction de "leurs" intérêts( pas celui de la société entière), se maintenir et devenir encore plus riches( et ils sont terrorisés par l'inflation qui ferait fondre leurs fortunes), c'est aussi pour cela que le système est grippé. Parce qu'il n'y avait rien de plus fastoche que de créer de l'inflation et faire repartir l'économie dès le départ, simplement en donnant à tout à chacun une même et exacte somme d'argent, inflation directe, les créanciers étaient payés et survivaient, les hauts salaires se réduisaient en proportion, et de l'emploi était créé; mais au lieu de cela de l'argent a été créé pour faire tenir les bénéfices des créanciers, détruisant au passage le rôle d'analyste et d'évaluation du risque de tout prêteur, de nos jours le prêteur ne veut plus perdre, or, ne pas perdre signifie moralement un taux d'intérêt à 0%, et c'est ce qu'on obtient.
a écrit le 06/02/2015 à 14:26 :
Et des technocrates pressurent les grecs pour 300 milliards! Ça parait ridicule. La France a déjà fait de nombreuses remises de dettes ou effacements vis à vis des dettes de pays africains. sans ce type d'opérations d'écriture, nous n'aurions plus d'échanges commerciaux possibles.
a écrit le 06/02/2015 à 13:12 :
Les dettes sont une invention des banques, elles n'existent pas. On a assez de richesses sur terre pour rendre heureux tous les hommes de la planète et meme plus !!! Mais avec l'ultra libéralisme, on fabrique des pauvres par milliards et quelques milliardaires, dont 80 personnes possèdent 50 % des richesses mondiales, donc ces dettes fctives, c'est eux qui les ont inventé pour créer l'esclavage mondial./
Réponse de le 06/02/2015 à 13:26 :
EXAT?COMMENT PEUT T ON PRETE UN ARGENT QUI NE REPOSSE SUR RIEN??? POURUNE FOIS M r FLORENTINO A RAISON???
Réponse de le 06/02/2015 à 14:50 :
La dette n'est pas une invention. Le prêt en est une. La dette est ce qui reste quand A prête à B et que B n'honore pas ses échéances. C'est tout. Le reste c'est de la littérature pour justifier le comportement honteux des emprunteurs qui savent dès le premier jour qu'ils n'ont aucune intention de rembourser ceux qui leur ont permis d'investir, consommer ou jouer. Avec l'argent des autres. En l'occurrence vous ne vous rendez pas compte que tous les états endettés se sont endettés pour financer un train de vie délirant des populations actuelles aux détriments des générations futures. Vos enfants en âge de comprendre et de payer des impôts vous remercierons. Ils ne pourront d'ailleurs même pas utiliser un quelquonque héritage de votre part puisque l'état aura été contraint de le prendre pour honorer vos dettes. La véritable invention ici c'est de vivre collectivement au dessus de ses moyens sans rien produire. Bravo. Dormez tranquilles. Après vous le déluge mais votre vie aura été douce vous payant même le luxe de faire du prosélytisme sur le web. Vous êtes geniaux !
Réponse de le 07/02/2015 à 16:42 :
Ben c'est bien beau tout ça Ahbon, mais au nom de quoi est-ce à tout le monde de payer le crédit conso de môsieur X ?
Non ici il ne s'agit pas de môsieur X qui empreinte pour une tv dernier cris.
Il s'agit de ceux qui ont les moyens et aussi ceux de payer suffisamment (avocat etc) pour éviter de payer ce que le petit môsieur x est contraint de payer.
si les plus grands payaient leur dû (sécu - impots etc) sans chercher les failles du système, la dette serait remboursée en qque années. mais les riches le seraient un peu moins.
Arrêtez de tout rejeter sur la basse populasse qui n'ont déjà pas grand chose.
Réponse de le 07/02/2015 à 18:21 :
Vous n'avez absolument rien compris à comment l'économie fonctionne et vous mettez le blame sur la population. Alors que c'est pas ça. Le problème c'est les riches de plus en plus riches, et prennent une trop grosse part du gateau. 80 personnes possèdent 50% des richesses mondiales.
Les dettes sont une invention des riches pour faire travailler les pauvres et qu'ils ne se plaignent pas. Quand un pauvre est endetté, il est obligé d'acheter , de consommer et de travailler. Si personne ne prend de crédit, alors les riches ne s'enrichissent pas.
C'est un système !! UN système qui oblige les gens à acheter et consommer et s'endetter et travailler sans arret.
Réponse de le 10/02/2015 à 0:48 :
Merci pour la leçon d'économie. Les méchants riches contre les gentils pauvres les méchantes banques contre les gentils citoyens bla-bla-bla...
Pour information A est "le marché" et B un état.
Les états empruntent tellement qu'ils savent très bien qu'ils ne pourront JAMAIS rembourser les prêteurs.
Autres précision "le marché" c'est nous tous (à travers l'épargne, les caisses de retraites, les assurances de nos voitures maisons etc...).
Donc pour résumer quand les états comme la Grèce (mais pas seulement la Grèce) planteront les prêteurs (donc nois tous) c'est l'ensemble des citoyens qui seront spoliés et dans une économie qui s'écroulera.
Croyez le ou pas mais les riches auront beaucoup à perdre Mais ce n'est pas le plus grave. Le plus grave c'est que les états ne pourront plus retourner emprunter sur les marchés (qu'ils auront tout juste planté). Donc ils ne pourront plus payer ni les fonctionnaires, ni les retraitées, ni les subventions, ni les chômeurs etc...
Vos enfants vont détesteront
a écrit le 06/02/2015 à 12:07 :
c'est de l'intox. Si vous croyez tout ce que les américains disent............................................
a écrit le 06/02/2015 à 12:05 :
En billets de 500 €uros ça pése combien de tonne, 200 000 milliards ? pour imprimer cette somme en 5, 10,20, 50 il faudra abattre des milliers d'hectares de forêt.... Les verts... au secours ! ! !
a écrit le 06/02/2015 à 11:05 :
Holande est ..ravi, la finance c'est mon ennemi, lol!
a écrit le 06/02/2015 à 10:55 :
Une paille....On rembourse quand? Jamais, dettes perpétuelles, ce qui revient à dire que la dette n'existe pas....mais la finance se gave bien au passage avec les intérêts. C'est d'ailleurs la seule finalité de la dette :générer des intérêts.
a écrit le 06/02/2015 à 10:10 :
Pis comme nous sommes trop bêtes pour demander à la finance comment elle s'est procurée 200 000 milliards... , ben que la fête continue. Un jour (prochain) tout appartiendra à la finance. Mais c'est bien fait pour nous car comme dit @florian comment pouvons-nous êtres aussi nuls ?
a écrit le 06/02/2015 à 10:02 :
La Tribune nous indique les risques que cela pose si un grain de sable vient dans la machine, les états incapables de soutenir les banques, scénarii catastrophes elles font faillite les unes après les autres.... cela arrive ? tout est bloqué avec votre banque !
a écrit le 06/02/2015 à 9:10 :
Il y a bonne dette pour investissement utile et rentable et mauvaise dette pour dépense publique, entretien de fonctionnaires et paiement de rentes sans fin. La France socialiste fait de la mauvaise dette pour servir la carrière de Hollande et ses amis.
Réponse de le 06/02/2015 à 9:30 :
Non, nous investissons plus que Allemagne ou UK.
Réponse de le 06/02/2015 à 14:05 :
Une bonne dette est celle que l'on est capable de rembourser. Il n'y a pas d'autres critères valables.
a écrit le 06/02/2015 à 9:08 :
Veillez excuser ma naïveté : Comment un exportateur comme la Chine qui se vante d'avoir les moyens de s'acheter l'Europe peut-il être endetté ? Y a-t-il un rapport entre la dette entrepreneuriale et la dette extérieure ?
a écrit le 06/02/2015 à 8:39 :
Comment peut - on etre aussi nul sur la comprehension du phenomene de la DETTE dans un site d'economie ? Comment feignez vous d'ignorer que les institutions financieres Creditent sur des ratios de 8/1 voire jusqu'a 50/1, générant un marché obligataire inévitablement en croissance exponentielle par rapport aux capitaux réels ? Vous vous payez la tete de qui en faisant croire que QUELQU'UN aurait un jour prété ce qu'il POSSEDAIT dans un systeme de Monnaie a réserve fractionnaire ?
Réponse de le 06/02/2015 à 11:07 :
@florian
S'i les banques privées prêtaient uniquement ce qu'elles avaient en caisse, la dette serait réduite de plus de 90 pour cent. L'erreur a été de confier le financement des États (la collectivité) a des banques privées et c'est pire pour la France , contrainte par l'UE et soumise à la BCE.
a écrit le 06/02/2015 à 8:14 :
le pb n'dest pas de connaitre le montant des dettes, mais a quoi elles servent... entre investr pour l'avenir et payer les fonctionnaires grecs, y a un monde...
a écrit le 06/02/2015 à 7:34 :
d'ou vient le 104% pour la France ? nous sommes à 95% (autour de 85% en endettement net).
Réponse de le 06/02/2015 à 8:34 :
Nous sommes même à 200% réels si l'on tient en compte les retraites futures des fonctionnaires sont le nombre (particulièrement dans la territoriale) a explosé.
Réponse de le 06/02/2015 à 8:44 :
Parce que vous croyez vraiment aux chiffres "légaux" ?
C'est exactement comme l'inflation, tout augmente sauf les salaires, mais étrangement, aucune inflation...
On change le mode de calcul a chaque fois que le résultat ne convient pas au monarque en place
:-)
Réponse de le 09/02/2015 à 8:49 :
est-ce que McKinsey prend aussi les chiffres "réels" pour les autres pays... ?
je crois nos chiffres officiels : par ex, sur le taux de pauvreté français, INSEE est au dessus du chiffre d'un Institut d'études allemand...
je ne crois pas les Anglo-saxons.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :