Grèce : que fera Syriza une fois au pouvoir ?

 |   |  1771  mots
Alexis Tsipras, leader de Syriza, pourrait être le futur premier ministre grec.
Alexis Tsipras, leader de Syriza, pourrait être le futur premier ministre grec.
Les marchés grecs se sont encore effondrés jeudi 11 décembre. La crainte des investisseurs, c'est l’arrivée au pouvoir de Syriza. Mais à quoi pourrait ressembler une négociation entre la troïka et Alexis Tsipras ?

L'heure est, sans doute venue, de s'interroger sur ce que signifierait pour la Grèce et pour l'Europe l'arrivée au pouvoir à Athènes d'Alexis Tsipras. Pour le moment, le leader de Syriza est surtout un épouvantail qui effraie les gouvernements européens et les marchés. La chute de 12,8 % de la Bourse d'Athènes mardi n'avait d'autre cause que la perspective prochaine d'une prochaine arrivée au pouvoir de la coalition de la gauche radicale, actuellement largement en tête dans les sondages. Ce jeudi, la Bourse d'Athènes s'est une nouvelle fois effondrée, cédant plus de 7 %, après un discours du premier ministre Antonis Samaras prévoyant en cas de victoire d'Alexis Tsipras la sortie de la Grèce de la zone euro et « l'annulation des succès du pays. »

La frayeur des marchés

Cette frayeur pourrait s'expliquer par la très mauvaise impression faite par Alexis Tsipras à la City de Londres la semaine dernière lorsqu'il a rencontré les grands de la finance internationale. Révélé par le quotidien britannique The Telegraph, une note du gérant de Capital Group, John Sporter, révèle l'ampleur de la frayeur : « c'est pire que le communisme, ce sera le chaos total ! » Alexis Tsipras aurait, il est vrai, promis tout ce qui peut causer des cauchemars à un gérant de fonds britannique : hausse du salaire minimum, moratoire sur les dettes privées aux banques, annulation de près des deux tiers de la dette publique et augmentation des dépenses de l'Etat.

Une victoire de Syriza n'est pas acquise

Mais la question est désormais de savoir quelle partie de ce programme Alexis Tsipras voudra et pourra effectivement réaliser s'il parvient à devenir premier ministre grec. Première précaution : rien n'est moins sûr. Antonis Samaras peut encore espérer faire élire son candidat, l'ancien commissaire européen Stavros Dimas, à la présidence en jouant sur la crainte de certains députés de perdre leur siège en cas de scrutin anticipé. Mais même en cas de scrutin anticipé, l'actuel premier ministre va - comme il vient de le prouver - mener une campagne très agressive sur le thème de « moi ou le chaos », sur le modèle de ce qui s'est passé en 2012. Ceci pourrait inciter les indécis à rejoindre son camp plutôt que celui de Syriza.

Négociations délicates avec l'Europe

Dans l'hypothèse d'un gouvernement Syriza, la tâche essentielle et la plus risquée sera la négociation avec l'Union européenne. Le délai de deux mois accordé à la Grèce va permettre de clarifier la situation politique du pays. Dès les premiers jours de son mandat de premier ministre, Alexis Tsipras devra donc engager des discussions autour de la poursuite de l'aide européenne. Son engagement principal est celui de « sortir du mémorandum », autrement dit de remettre en cause les principes qui régissent les relations entre la Grèce et l'UE : mises en place d'excédents primaires considérables et permanents, « réformes », programme de privatisation contre un financement du pays par le Mécanisme européen de Stabilité.

Rejet du mémorandum

A priori, un gouvernement grec dirigé par Alexis Tsipras ne peut se financer sur les marchés de façon autonome. Même un gouvernement dirigé par Antonis Samaras ne le peut. Or, le leader de Syriza, on l'a vu, dispose d'un capital de confiance encore plus faible. Athènes a donc besoin de l'argent du MES. Mais comment changer les conditions d'attribution de cet argent ? Comme l'indique sur son blog Yannis Varoufakis, un économiste de l'Université d'Athènes proche de Syriza, la force du nouveau gouvernement sera sa légitimité démocratique. Néanmoins, l'économiste indique que Syriza est en capacité d'accepter des compromis, sauf sur un point : « lever le voile de la dépression sur son économie sociale, sur les gens innocents qui souffrent sans raison. »

Le nouveau gouvernement grec réclamera donc sans doute plus de moyens pour traiter ce que Syriza appelle « l'urgence humanitaire » grecque. Yannis Varoufakis estime également que « la Grèce ne doit plus accepter de prêts avant d'avoir rendu à nouveau solvable les secteurs privés et publics. » Autrement dit, avant d'avoir restructuré les dettes. Tout ceci est évidemment inacceptable actuellement pour la troïka et l'Eurogroupe. On se dirige donc vers un dialogue de sourds et un blocage entre les deux partis.

Le coup de poker de Syriza

Syriza peut espérer faire céder l'Europe en agitant la menace de la sortie de la banqueroute. Si aucun accord n'est trouvé, la Grèce sera de facto en faillite. Elle suspendra ses paiements et, si la BCE refuse l'accès de son secteur bancaire à la liquidité d'urgence (en cas de non remboursement des avances déjà accordées), elle n'aura d'autre choix que de sortir de l'euro. Les conséquences seraient alors désastreuses pour l'Europe : non seulement les contribuables des Etats de la zone euro devraient accuser des pertes considérables (219,2 milliards d'euros ont déjà été déboursés), mais encore, les vannes seraient ouvertes. Les investisseurs prendraient conscience qu'il est possible de quitter la zone euro. L'Italie - où les opposants à l'euro pèsent près de 35 % des intentions de vote -, l'Espagne - où Podemos, l'allié de Syriza, est en tête des sondages et même la France seraient dans la ligne de mire des marchés. Une nouvelle crise, encore plus redoutable que la précédente pourrait s'ouvrir. Le pari d'Alexis Tsipras sera que jamais les dirigeants de la zone euro ne prendront un tel risque. « La sortie de la zone euro serait un désastre pour la Grèce et l'Europe. Nul n'en a besoin », rappelle Yannis Varoufakis, laissant entendre que les dirigeants européens ne peuvent pas prendre ce risque.

Le coup de poker des Européens

Mais est-ce sûr ? La zone euro se sent plus forte. Des « pare-feux » ont été mis en place. La BCE pourrait en janvier lancer un assouplissement quantitatif capable de soutenir les taux souverains de la zone euro. Si on ajoute à cela le programme OMT et la possibilité pour le MES d'acheter de la dette souveraine sur le marché secondaire, les dirigeants de la zone euro peuvent espérer briser dans l'œuf une attaque des marchés. L'idée sera de s'appuyer sur le « cas particulier de la Grèce. » La Grèce étant ingérable et incapable d'être remise dans le droit chemin, il est plus simple de la laisser partir pour renforcer l'existant. Pas sûr que cela soit suffisant pour endiguer la contagion, mais la BCE et l'Eurogroupe essaieront de s'appuyer sur cette thèse pour tenter de faire croire à Alexis Tsipras que la zone euro peut survivre à une sortie de la Grèce. Ce discours s'appuiera d'une autre arme : le chantage. Comme dans les cas irlandais et chypriotes, Mario Draghi pourrait menacer de couper l'oxygène au secteur bancaire grec pour forcer Athènes à accepter les conditions de l'Eurogroupe.

Quel allié pour Syriza ? Et pour quelle influence ?

Un autre facteur pourrait jouer sur l'issue de ces discussions : le comportement de l'éventuel allié de Syriza. Certes, le système électoral grec, qui place une limite de 3 % des suffrages exprimés pour entrer à la Vouli et donne au premier arrivée en tête une prime de 50 députés, laisse une possibilité à ce parti d'avoir une majorité absolue avec moins de 35 % des voix. Mais cette option semble difficile néanmoins à envisager ici puisqu'il y aura au moins six partis représentés à la Vouli. Si Syriza arrive en tête sans avoir de majorité absolue, Alexis Tsipras devra trouver un allié. Or, les candidats ne sont pas légion. Le Pasok est discrédité par son alignement sur la Nouvelle Démocratie d'Antonis Samaras et le Parti communiste (KKE) refuse de discuter avec Syriza.

Restent Dimar, la Gauche démocratique qui s'est beaucoup rapprochée de Syriza ces derniers temps, mais qui n'est pas sûre de pouvoir entrer à la prochaine Vouli, et, peut-être, Potami, parti centriste à l'idéologie assez floue, constitué d'ancien du Pasok et siégeant avec les Libéraux au parlement européen, mais qui, nouveau venu dans la politique grecque pourrait être tentée d'entrer au gouvernement.

Dans ces deux derniers cas, l'allié de Syriza sera plutôt une force de modération. Mais Alexis Tsipras peut aussi tenter de constituer un gouvernement minoritaire comptant sur un soutien de tous les Eurosceptiques dans son bras de fer avec la troïka. Dans ce cas, le gouvernement sera sans doute tenté d'adopter une ligne dure pour assurer sa majorité sur les sujets européens. Bref, il y a là encore beaucoup d'incertitudes.

Tout le monde perd

Une chose semble acquise : l'Europe devra assumer, en cas de victoire de Syriza, les conséquences politiques de sa désastreuse gestion de la crise grecque. Si le scénario d'un face-à-face entre Athènes et la zone euro se confirme, tout le monde pourrait en sortir perdant. Une sortie de la Grèce de l'euro serait une expérience délicate pour la Grèce (mais les conséquences de la dépréciation de la monnaie grecque serait freinée par l'ajustement déjà réalisé de l'économie du pays), mais elle serait encore plus difficile pour l'Europe. Mais faire céder un gouvernement choisi par les Grecs à force de chantage ne serait guère une victoire. Ceci ne laisserait aux Grecs déçus que le choix de se reporter sur les partis partisans d'une sortie unilatérale de l'euro, à commencer par les néo-nazis d'Aube Dorée qui se frotteraient les mains dans un tel scénario. En réalité, dans ce face-à-face, le compromis est l'issue la moins crédible. Sur quoi négocier en effet ? Si Syriza accepte des conditions de l'Eurogroupe et de la BCE, elle aura trahi l'espoir de ses électeurs, car sans restructuration d'envergure de la dette, il n'y aura que la poursuite de la politique précédente, une politique à l'échec assuré puisque les remboursements continueront de peser sur le budget. Si, en revanche, l'Eurogroupe accepte d'annuler la dette grecque en tout ou partie, le jeu sera politiquement risqué, notamment en Allemagne. Il y a fort à parier que Berlin se refusera à faire payer ses contribuables. Le jeu est donc bloqué d'avance. A force de ne pas vouloir voir le problème grec, ce dernier risque de se rappeler douloureusement au bon souvenir de nos dirigeants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2015 à 17:27 :
Pour moi citoyen l’Europe ne ma rien apporté ! ni aidé bien au contraire la vie a augmenté et l'austérité commence a faire beaucoup de dégât en Europe de par des erreur comme dans les gouvernement de chaque pays ! et les grec on le droit de dire stop a leur souffrance ! ces drôles de tout ces parlementaire européen il vive avec combien de leur salaire ! ces très facile de dire ils faut sauvé l’Europe !il fallait la construire sur de la valeur humaine et non par profits ! les banques nous on couler parce que des imbécile on jouer avec l'argent! et le premier ministre du Luxembourg a inventé une lois pour que les société ne paye pas d’impôt dans leur pays et haujourdhui se mème personage est a la tète de l'europe avec un salaire de combien !50.000 euro !!!un peux de sérieux
a écrit le 17/12/2014 à 18:00 :
Si la Grèce sort de l'euro et de l'europe, ce sera l'isolement et le retour à une monnaie de singe qui ne vaudrait pas un clou sur les marchés et donc ce sera la faillite totale du pays qui ne pourra plus rien assumer et se financer sur les marchés
On ne peut pas emprunter sans rembourser. C'est comme si j'emprunte 1000 euros à la banque je refuse de rembourser et je demande à emprunter 2000 euros c'est impossible
Les Grecs ont en marre et souffrent terriblement de l'austérite on peut aisément les comprendre c'est pour ca qu'il faut que l'Europe allège son programme de réformes mais si les Grecs font le choix de SYRIZA ce sera la mort du pays
Réponse de le 02/01/2015 à 18:47 :
Le $ est LA monnaie de singe
la planche à billets tourne à plein régime depuis des années !...
a écrit le 15/12/2014 à 15:09 :
l'idéale serait que la Grece sorte de l'euro ne rembourse pas sa dette et rentre dans les BRIC et d'imprime sa monnaie nationalise les banques l'eau et l'électricité enlève l'OTAN de la Grece et accepte la protection de la Russie solidarité Orthodoxe.
elle pourrait redémarrer son économie avec un marché avec la Russie et utiliser la nouveau système Russe, bancaire après si cela marche pourquoi pas faire montrer qu'il y a une alternative à l'euro et l'Otan
Réponse de le 04/01/2015 à 19:21 :
Je pense que vous avez raison. Ce sont les grecs qui ont christianisé les russes d'où leur alphabet et religion communs, une culture acommunbe. quia deDire que els
Réponse de le 04/01/2015 à 19:26 :
Vous avez raison. N'oublions pas que la Grèce est orthodoxe et a christianisé la Russie. Les points culturels communs sont très forts, l'écriture, la religion, le srepères culturels, comme entre la Serbie et la Russie. En plus la GB a imposé par la guerre la dictature en Grèce, alors que la libération en 1945 aurait dû mettre au pouvoir une majorité communiste. Churchill a négiocié avec Staline de laisser la Grèce sous l'influence anglaise, d'où ce drame et les nombreux grecs réfugiés chez nous (Moustaki entre autres).
a écrit le 14/12/2014 à 7:04 :
Le programme de Monsieur Tsipras comporte l'incoherance de pretendre vouloir rester dans l'Union europeenne tout en voulant effacer une partie de la dette de l'Etat grec. Il serait plus coherant de sa part de reclamer une sortie de l'Union europeenne et de laisser la dette à la charge des autres Etats composant la zone euro.
De ce point de vue, le parti communiste grec (KKE) est plus coherant puisqu'il milite pour une sortie de l'Union europeenne.
a écrit le 13/12/2014 à 19:18 :
Que fera Syriza une fois au pouvoir ? il va téléphoner tout de suite à Juncker ou à Merkel pour leur dire : "Ça y est, je suis à vous, j'attends vos ordres."
a écrit le 12/12/2014 à 20:33 :
Les islandais s'en sont très bien sortis en refusant de payer la dette et en convoquant une constituante. C'est ce qu'essaie de faire Jean-Luc Mélenchon en France. Le peuple est souverain et n'a pas à payer pour ceux qui se gavent du capitalisme et leurs marionnettes qui nous gouvernent dans nos pays et surtout à la commission européenne.
Réponse de le 13/12/2014 à 7:53 :
excellente reflexion mais qui ne repose sur rien de tangible : nous ne connaissons en rien l'Islande. En revanche cesser, en France, de rembourser nos dettes seraient dans le même temps arrêter tous paiements des retraites et salaires des fonctionnaires. Car si je ne rembourse pas mes dettes personne ne veut plus me prêter d'argent. Alors bien sûr nous sortons de la zone € et nous repartons sur le franc que nous imprimons à toute vitesse : problème, cette monnaie ne vaut plus rien et nous augmentons fortement le prix de nos importations et nous n'exportons plus (ce qui est déjà le cas) et nous rentrons dans une pauvreté terrible qui ne peut que nous précipiter dans une guerre !!!
Réponse de le 13/12/2014 à 21:52 :
BRAVO: vous connaissez votre catéchisme EURO-péiste qui prédit après une sortie de l’EURO, une série de conséquences cataclysmiques (vous avez cependant oublié d'annoncer que les gens ne pourront certainement plus se soigner...à moins que ??..non je me trompe c'est déjà le cas en Grèce avec l'EURO). Malheureusement ces prédictions ont, dans beaucoup de cas, des fondements autant idéologiques que scientifiques, affirmations auxquelles des démonstrations totalement contraires sont opposées par d’autres économistes
Ce «prêt à penser EURO-péiste» relayé par les médias avec l'aide de quelques "experts" triés sur le volet mélange habilement arguments de bon sens auxquels tout le monde peut souscrire, affirmations discutables et contre vérités destinées à faire peur. Faire peur, quelles qu’en soient les moyens, a toujours été et reste un bon moyen de contrôler l’opinion d’une population qui est fondamentalement en situation d’information incomplète. (Curieuse conception dans un état qui se veut «démocratique» !)
Il est également navrant que ces outils aux services de la paix que devraient être «l’UE et Euro» soient transformés en des divinités toutes puissantes devant lesquelles le peuple doit se prosterner et trembler. (Curieuse conception dans un état laïque !).
a écrit le 12/12/2014 à 17:29 :
Le peuple est il encore souverain je crains que non que ce soit en Grèce ou en France. Si le peuple Grec veut voter pour Syrisa c'est bien son droit et vu l'état du pays je ne vois pas ce qui pourrait arriver de pire.
Réponse de le 13/12/2014 à 11:10 :
L'histoire va continuer comme en France, le grand miroir aux alouettes, car il existe une loi plus forte que la loi politique : la loi de la gravité. Et une économie une fois qu'elle est sur la pente….
Réponse de le 13/12/2014 à 14:09 :
Vous semblez oublier que la loi de la gravité s'applique aux objets qui ont un poids. Jusqu'à preuve du contraire une dette par définition c'est quelque chose qui n'existe pas : c'est un objet qui n'a pas de poids. Seuls les gens qui doivent la rembourser ont un poids ( entre quelques grammes pour un foetus, et une centaine pour un obèse ) et effectivement ils commencent à nous rappeler que ce n'est pas l'immatériel qui dirige le monde, mais bien la loi de la gravité.
a écrit le 12/12/2014 à 14:07 :
Si nous laissons encore les Grecs annuler une partie de leur dette, comment demander ensuite aux autres peuples européens de continuer à faire des efforts ?
Réponse de le 13/12/2014 à 9:15 :
Les états étant encore souverains et démocratiques, tout ce qu'ils font émane encore de la volonté de leur peuple.
a écrit le 12/12/2014 à 13:58 :
Si chaque fois que la tribune annonçait la fin de l’Europe ou de l'euro , on m'avait donné 5 Euro je serait riche , la Tribune oublie que les grec sont pour l'euro et l’Europe a plus de 75 % et que même Syryza devra composé avec cela
a écrit le 12/12/2014 à 12:28 :
ou le droit à une mort honorable.. le peuple grec....... tranchera !
a écrit le 12/12/2014 à 11:57 :
La pusillanimité de nos dirigeants européens lors de la restructuration de la dette grecque, qui aurait dû être bien plus importante qu'elle ne l'a été, va nous revenir comme un boomerang. Le pire, c'est qu'une sortie de la zone euro pourrait être très bénéfique pour les grecs. Si tel était le cas, d'autres pays pourraient être tentés de suivre l'exemple ensuite...

On peut compter sur nos dirigeants européens, professionnels de la fraude fiscale et de la trahison, pour pourchasser ce nouveau gouvernement qui s'annonce en Grèce.
Réponse de le 12/12/2014 à 12:29 :
en quoi une sortie de l' euro pourrait être bénéfique ? imprimé de la drachme ne les sauvera pas, faut arréter avec les discours simpliste.
a écrit le 12/12/2014 à 11:52 :
On a pas fini d'en pâtir avec ces grecs!
Réponse de le 12/12/2014 à 16:54 :
ah ah ah. Pâtir de quoi ? De faire renflouer les banques allemandes et françaises qui ont prêté inconsciemment ? (surtout, ne parlons pas des opérations de grandes banques américaines pour aider à tromper nos banques). Bref, crise pourrie, "gérée" en dépit du bon sens par les dirigeants qui l'ont créée - et que l'Europe veut voir rester en place. La seule restructuration de dette au monde qui fait augmenter le niveau de la dette nationale directement !
Réponse de le 12/12/2014 à 22:07 :
+1 je confirme donc on a pas finir d'en pâtir avec ces grecs
a écrit le 12/12/2014 à 9:38 :
le titre laisse penser qu'ils sont deja elus!
a écrit le 12/12/2014 à 9:21 :
Les libéraux europeens vont tout faire pour casser Syrisa. Il lui faudrait des soutiens...
Réponse de le 12/12/2014 à 9:39 :
ils ont le soutien de meluchon et de kim jon un
a écrit le 12/12/2014 à 8:42 :
Au contraire de l'UE, les grecs non rien a perdre c'est cela qui fait peur!
Réponse de le 12/12/2014 à 16:58 :
Et les européens créent cette situation qui met en danger les 240MM EUR prêtés à la Grèce (pour rembourser les créditeurs franco-allemands) pour refuser de lâcher un peu de lest (en gros 2.5MM EUR, 1% donc) après 5 ans d'austérité. Quelle clairvoyance !
a écrit le 12/12/2014 à 8:32 :
Voilà que les marchés appréhendent le fait que l'on leur enlèvent "les perfusions" et que le peuple se débatte en toute autonomie sur les erreurs de leurs prédécesseurs!
a écrit le 12/12/2014 à 7:22 :
Très bonne analyse de la situation politique en Grèce !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :