La fraternité, l'oubliée de la République

 |   |  984  mots
Deux mois après la marche républicaine en hommage aux victimes de Charlie Hebdo, la France doit retrouver sa valeur de fraternité.
Deux mois après la marche républicaine en hommage aux victimes de Charlie Hebdo, la France doit retrouver sa valeur de fraternité. (Crédits : Reuters)
La marche républicaine du 11 janvier en réponse aux attentas contre Charlie Hebdo aura rappelé une chose essentielle : l'attachement du peuple français aux valeurs républicaines. Mais si l'Egalité et la Liberté tiennent le haut du pavé dans les débats d'idées et les mobilisations, il semble que la Fraternité, dernier volet du triptyque républicain ait quelque peu été oublié. Un oubli que des associations ont décidé de réparer en lançant tous les 11 du mois un temps privilégié pour faire grandir la fraternité. Première édition : le 11 mars prochain.

Façon de poursuivre l'élan populaire exprimé lors des manifestations du 11 janvier, les Etats Généraux du Pouvoir Citoyen (EGPC) appellent sous l'égide du philosophe Abdenour Bidar, auteur de "Plaidoyer pour la Fraternité" à une marche pour la fraternité tous les 11 du mois. Le 11 mars la Place de la République à Paris devrait donc voir se réunir tous ceux qui oeuvrent pour réactiver le vivre ensemble. Parmi eux : Jean-Louis Sanchez, délégué général de l'Observatoire national de l'action sociale décentralisée et président du collectif Appel à la fraternité, Jean-Louis Bianco, président de l'Observatoire de la laïcité, Jean-Baptiste de Foucauld, responsable de l'association le Pacte Civique, Jérôme Vignon, président des Semaines sociales de France, Dominique Balmary, président de l'Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux (Uniopss), et le philosophe Patrick Viveret.

« La grande marche républicaine du 11 janvier a montré qu'il y a dans notre pays une fraternité nationale évidente, explique Jean-Louis Sanchez.  Mais pour que cette fraternité puisse vivre, il faut que les pouvoirs publics encouragent les initiatives locales et associatives, il faut que le vivre ensemble soit au cœur des actions politiques ».

Redonner des repères à une société individualiste

Les signataires de l'appel souhaitent l'instauration d'une semaine annuelle consacrée à la fraternité afin de redonner des repères et le goût du dialogue à une société marquée par l'hyper-individualisme. Une semaine que les différentes communes utiliseraient pour mobiliser les citoyens autour de projets concrets. Et au cours de laquelle citoyens et autorités pourraient discuter de ce qui fonde la vie collective et des moyens de pérenniser les initiatives bénévoles les plus porteuses.

« Il y a dans notre pays beaucoup d'expériences qui sont des réussites, estime Jean-Louis Sanchez. Mais elles restent anecdotiques, faute d'encouragements suffisants ».

Faute aussi de médiatisation nécessaire pour leur donner plus d'ampleur. Car toute une part du problème sociétal contemporain porte sur le rapport à l'autre. Malmenés par des médias qui décrivent le monde comme hostile et nous rappellent sans cesse la difficulté de notre cohabitation sur la planète, nous développons une méfiance de la différence et un leitmotiv qui rend l'autre responsable de notre triste sort.


L'émancipation des individus, clé de la fraternité ?

Ce repli sur soi est d'autant plus favorisé par les théories du développement personnel qui ont pris le travers de miser sur une toute puissance de l'individu, parangon de la performance. Moins de collectif, plus d'individualisme. Moins de fraternité, plus de violence dans la société. Moins de communautés, plus de communautarisme. La peur qui gangrène nos sociétés fait le lit des communautarismes qui enferment sur un repli sur soi avec toutes les violences qu'elles charrient. A l'inverse les communautés permettent une émancipation des individus en s'appuyant sur des valeurs qui ouvrent au partage.

A quoi ressemblerait la fraternité au travail par exemple ? A moins de sarcasmes et d'autoritarisme qui ne font qu'imposer le silence par la peur. Les bons ingrédients ? La confiance et l'empathie. Non, nous ne rêvons pas. Il existe des entreprises où l'on donne aux salariés la liberté de travailler de la façon dont ils se sentent les plus efficaces et sont encouragés à le partager avec le reste de l'équipe. Du dialogue, naissent les propositions. Les conflits de personnes peuvent s'apaiser dans l'échange. La Fraternité au travail bannit la suspicion et le contrôle. Et réinvestit l'énergie dans le partage et le sens du bien commun. "Le vrai débat est difficile, reconnaît le philosophe Patrick Viveret. C'est une vraie prise de risque car il nous conduit à bouger nos frontières mentales et plus encore émotionnelles.

Tant que chacun ne fait pas un travail de discernement il trouvera à bon droit dans les postures inhumaines d'autrui dont il est victime des raisons suffisantes pour ne pas s'interroger sur sa propre part d'inhumanité. C'est bien tout l'enjeu de construire politiquement un espace qui place l'esprit de fraternité au cœur des enjeux du vivre ensemble inter humain, du con-vivere, pour réussir comme le propose le manifeste convivialiste reprenant une phrase célèbre de Marcel Mauss à apprendre à "s'opposer sans se massacrer".


"Il faut trouver du sacré partageable"

Puissent les terribles évènements de ce début d'année nous encourager à accepter nos désaccords sans conflits et à revisiter la question du sacré. "Il faut cesser d'amuser le chaland en réduisant ce conflit à des questions socio-économiques, géopolitiques car, à travers cette affaire de Charlie Hebdo, on retrouve la question fondamentale qui a agité toute la culture humaine : que sacralise-t-on ensemble ?", écrit Abdennour Bidar dans son "Plaidoyer pour la Fraternité" parue au lendemain des attentats.

"Si on ne met pas au cœur de la vie humaine une conception de la transcendance, on n'arrivera jamais à faire société. La modernité est ramenée à cet enjeu malgré elle, après une période au cours de laquelle elle pensait pouvoir reléguer la religion aux oubliettes et fabriquer de la civilisation humaine avec du sociopolitique et du technoscientifique, du pain et des jeux".

Conclusion du philosophe : "Il faut trouver du sacré partageable". Et de citer Paul Ricœur qui à la fin de "Soi-même comme un autre" a cette formule magnifique : « dans chaque civilisation, il y a des valeurs qui sont candidates à l'universalité. »

Dans un même élan,  il propose que les représentants de toutes les grandes cultures examinent autour d'une table les candidatures à l'universalité. Au risque sinon de tomber dans ce que Wilhem Reich nommait "la peste émotionnelle", en se laissant embarquer dans une double logique de guerre extérieure et intérieure, la première alimentant d'autant plus la seconde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2015 à 12:47 :
Voici l'explication :
La Liberté est la valeur première de la république française sans laquelle les deux suivantes sont vidées de leur sens et deviennent des coquilles vides.
L'Egalité, on devrait dire l'Equité, qui inclut l'égalité en droits et en devoirs mais qui exclut l'Egalitarisme (caricature totalitaire de l'Egalité), vient ensuite qualifié le champ de la Liberté.
Le résultat et l'aboutissement de la mise en oeuvre réelle des deux premières valeurs de la République est la Fraternité qui naturellement, spontanément, surgit et règne dans l'esprit de la population du pays et se traduit en être et en faire.
En France, nous en sommes loin, et nous nous en éloignons de plus en plus : dérives totalitaires et liberticides, pouvoir aux technocrates et mise au ban des hommes de l'Art,
dérives égalitaristes politiciennes, inversions des valeurs, manipulation de l'information et de l'éducation....
a écrit le 30/04/2015 à 11:28 :
Um mevlleux article dont il est possible de se réjouir et à partager aussi

merci
a écrit le 15/04/2015 à 16:42 :
Il suffit de lire les réactions des lecteurs pour voir le très long chemin à parcourir pour que la fraternité ai une chance d'exister.
Concept de bobo dit l'un.
La fraternité socialiste c'est "prête moi ta montre et je te donnerai l'heure" dit un autre
pas un seul mot au sujet du livre de Trierweiler dit un troisième (quel rapport ?).
Sur le long terme le monde va globalement dans le bon sens. Mais depuis une trentaine d'années quelle régression... L’intérêt individuel prime et la loi de l'argent règne. Faudra t il encore un chaos indescriptible pour que l'Homme comprenne que dans la haine point de salut, que la seule voie est la volonté de se comprendre et de vivre ensemble.
a écrit le 07/04/2015 à 23:01 :
Toute initiative est toujours bonne à prendre. Mais la fraternité, contrairement aux deux autres devises de notre république, n'a pas normalement à se rechercher, ou à s'organiser. Elle doit émerger de l'exercice de la liberté et de l'égalité. Lorsqu'on ressent les signes de manquement de cette fraternité, c'est qu'il y a problème sur les deux piliers qui l'a soutiennent. La fraternité n'est que la résultante d'un bon fonctionnement de notre République. Posons nous donc la seule question qui vaille : " Où en sommes-nous"
a écrit le 11/03/2015 à 15:35 :
Pour rappel, la devise exacte c'est :
Liberté pour tous les Hommes (plus de cervage)
Egalité de droit entre les Hommes (plus de privilèges)
Fraternité par l'impot entre les classes sociales (aide des riches vers les pauvres)

A aucun moment on parle d'amitié fraternelle, quand je pense que des gens sont mort dans des révolutions pour installer les 2e et 3e République, sa fait plaisir.

Source quelque part dans le droit constitutionnel, vous n'avez qu'a chercher, sa vous fera du bien.
a écrit le 11/03/2015 à 13:14 :
"Il faut trouver du sacré partageable" C'est quoi cette incantation? Au nom de quoi? De l'inculturation de nos enfants à qui on enseigne tout sauf leur autonomie et leur responsabilité? La déshumanisation de la société, poussée par ses élites afin de favoriser leurs jeux de construction sociale, produit des des gens incapables de fraternité. Pas encore la majorité, mais on en approche. Et non la solution n'est pas plus de religion et autres constructivismes mentaux, mais tout simplement de cesser de détruire l'humain et de mépriser les peuples. Quand vous détruisez systématiquement tous les repères, toutes les valeurs des individus pour les remplacer par des incantations politiques de bas étage, ne vous étonnez pas ensuite du résultat. Dernier petit point: "La marche républicaine du 11 janvier en réponse aux attentas contre Charlie Hebdo aura rappelé une chose essentielle : l'attachement du peuple français aux valeurs républicaines". Sauf erreur, le seul enseignement à en tirer est que le pouvoir politique est prêt à toutes les récupérations, toutes les bassesses pour faire passer son agenda coûte que coûte, y compris comme dans ce cas précis, en pervertissant le message du peuple. Sa réponse fut dans les faits, moins de liberté pour tous, une suspicion supplémentaire quant à ses intentions, le transfert supplémentaire vers des officines non élues de parties encore plus importantes de l'état de droit et j'en passe.
a écrit le 10/03/2015 à 18:41 :
La fraternité socialiste c'est "prête moi ta montre et je te donnerai l'heure"...quant au "vivre ensemble" il ne faut pas que ça soit à sens unique, suivez mon regard...
a écrit le 10/03/2015 à 16:43 :
Charabia. Comment des gens qui crachent sur la religion comme ceux de ce journal de caricatures qui est un torchon idéologique fascisant ou des "philosophes" qui de leur propre aveu veulent remplacer voire supprimer les religions et la liberté qu'elle induit au plus profond de chacun, peuvent-ils parler de fraternité ou de transcendance ? On se souvient tristement de " l'Arbre de l'Etre Suprême" des révolutionnaires si peu nombreux de 1789. Une transcendance d'état ou la république deviendrait un dieu administratif... et financier. Très dangereux.
Réponse de le 11/03/2015 à 20:08 :
Vous travaillez pour quel organisme des US..??
a écrit le 10/03/2015 à 15:01 :
A propos de fraternité, que les politiques, les gros capitaines d'industries (Sanofi et tant d'autres), nous montrent l'exemple. Qu'on arrête de monter, par pure stratégie mercantile, les gens les uns contre les autres. Après on pourra en reparler.
Réponse de le 11/03/2015 à 20:10 :
Le "diviser pour mieux régner" marche très bien. Pourquoi vouloir l'arrêter..??
a écrit le 10/03/2015 à 14:01 :
De très intéressantes réflexions. À suivre.
Il est bon et rassurant de constater que malgré nos nombreuses difficultés, certains arrivent encore à penser avec discernement et ouvrent des voies à explorer pour améliorer la vie dans notre pays. Cela suffira-t-il pour contrer les dégâts toujours plus nombreux du capitalisme, ce féodalisme moderne ?
a écrit le 10/03/2015 à 12:19 :
Bientôt cette bande de bobo totalement decorreles de la réalité va nous proposer l instauration d une journée de culte de l être suprême, afin que chacun se sente investi par les verrues de la république. Ma foi, s ils finissent comme Robespierre ce sera un mal pour un bien :)
a écrit le 10/03/2015 à 11:51 :
Et alors, pas un seul mot au sujet du livre de Trierweiler ? il va sortir en édition de poche le prochain 6 mai, toute la presse en parle déjà, pourquoi pas vous ?….. la fraternité, cette oubliée de la République !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :