La claque de la croissance britannique

 |   |  381  mots
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

MonFinancier

 

Il y a des défaites qui sont des véritables humiliations. Et hier la France a été pulvérisée. Londres a revu sa croissance à la hausse de 2.8% à 3.4% pour 2014. 3.4%!! Et l'Allemagne continue à avancer avec une croissance soutenue, elle aussi revue à la hausse, de 1.8%. Nous ferons 1% au mieux. Mais le plus révoltant, c'est que nous ne tirons aucun enseignement de cette déroute totale.


L'ANGLETERRE ET L'ALLEMAGNE VAINQUEURS
Désolé de remuer le couteau dans la plaie mais quelle claque hier ! Surtout quand le patron de la Banque d'Angleterre a donné son chiffre de croissance pour 2014. 3.4%. Il prévoyait 2.8% il y a encore quelques semaines. 3.4%. Et ça ne se passe pas en Chine, ni même aux États-Unis. Non, c'est à deux heures de train de Paris.

0.9% EN FRANCE CONTRE 3.4% AU ROYAUME UNI
3.4% contre 0.9%. C'est l'équivalent d'un 6-0 pour un match de foot du Mondial. Rappelez vous qu'il y a à peine deux ans, les critiques fusaient en France sur le choix de l'austérité fait par David Cameron. Impossible, nous expliquait on, surtout au gouvernement, qu'on puisse concilier croissance et austérité. Mais ce qui me fascine c'est que malgré ce fossé spectaculaire, et l'écart de croissance avec l'Allemagne de plus de 1%, rien ne se passe ici. On ne sent aucun sentiment d'urgence. Sur l'emploi, la croissance, les PME. Nous cherchons encore une exception française alors que les modèles de réussite sont à nos frontières. C'est insupportable. 

ET PENDANT CE TEMPS
Les taxis bloquent encore les accès aux aéroports et empêchent les VTC de passer...

ET PENDANT CE TEMPS
Le Conseil d'État a suspendu le décret autorisant l'ouverture du dimanche pour les magasins de bricolage et ce n'est pas une blague.

HEUREUSEMENT IL Y A L'ITALIE
qui se paie à nouveau une crise politique. Un combat de coqs entre le Premier ministre Enrico Letta et le nouveau chef du parti démocrate (d'Enrico Letta....), Matteo Renzi, la nouvelle star de 39 ans de la vie politique italienne. Cela n'empêche pas les investisseurs internationaux d'acheter des emprunts d'État italiens dont les taux ont encore chuté.

7EME SÉANCE DE HAUSSE POUR LE CAC
Et...

 

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct 

 

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2014 à 16:19 :
il sont tres fort cesbobos ilfaut tous les mettre au gouver pour qu ils seremplissent un peu plus les poches
a écrit le 17/02/2014 à 22:51 :
Il est rassurant de voir que les commentateurs de La Tribune sont plus compétents que M Fiorentino, dont on se demande comment il a obtenu un éventuel diplôme en économie...
Entre 2008 et 2013, le PIB par habitant au RU a baissé de 5 %. A titre de comparaison, il n'a baissé que de 2 % en France.
En outre, le déficit public du RU est actuellement de l'ordre du double de celui de la France...
Bref, le modèle économique vanté par M. Fiorentino a été en vérité complètement pulvérisé par la crise.
Il est tout de même inquiétant qu'il ne s'en soit même pas rendu compte et qu'il continue de débiter les mêmes sornettes qu'il débitait il y a 8 ans, avant la crise.
a écrit le 17/02/2014 à 20:08 :
Avec de tels résultats , la BOE vas très certainement remonter ses taux....à moins qu'il n' y est rien de solide là dessous...
a écrit le 17/02/2014 à 11:04 :
votre analyse est un peu erronée , désolé mais vu les catastrophes climatiques que subissent les anglais , la facture va être salée , surtout pour les assureurs et la city qui va s'apercevoir qu'elle va devoir régler l'addition de ces problèmes hors normes , déjà le premier ministre qui a peur demande de l'aide de l'union européenne car avec le déficit qu'ils ont déjà , là ce sera la goutte d'eau de trop , enfin sur le titanic ils avaient encore de la musique
a écrit le 16/02/2014 à 20:47 :
Vous oubliez juste une chose : avec la crise le pub britannique s'est effondré et la forte remontée de la croissance n'a pas encore permis de retrouver me niveau du PIB de 2009 alors que la France elle vient juste de le retrouver.
Il est bon de prendre du recul plutôt que d'en remettre une couche dans le french baching...
a écrit le 14/02/2014 à 9:29 :
Certaines interventions ci-dessous semblent plus étayées que celle de notre "analyste".
En fait nous commettons une erreur. Nous pensons que M. F analyse l'économie alors que depuis quelques années, il fait de la politique. Dans cette perspective, tous ses commentaires sont cohérents. L'histoire ne dit pas s'il quittera cet affreux goulag appelé France ou s'il aura les c......s de se présenter à une élection. Allez M. F, continuez à nous faire rire :-)
a écrit le 13/02/2014 à 21:21 :
Analyse consternante!

Le royaume uni a laissé filer ses déficits 11.5% , 10.2%, 7.8 %et 6.3% du PIB entre 2008 et 2012! Les taux de prélèvements obligatoires sont sensiblement égaux en 2012 par rapport à 2008 (autour de 42.5% du PIB) alors que la dépense publique a augmenté (de 47.7 à 48.5% du PIB)!

La BOE a monétisé massivement de la dette publique et a eu une politique monétaire virulente!

Bref, une magnifique politique Keynésienne tout comme les USA, qui eux affichent une reprise encore plus spectaculaire!

Alors il vous reste l'Allemagne comme argument qui est l’exception dans l'UE, pendant que beaucoup de pays ont vu leur croissance s'effondrer et le chômage exploser!

La rigueur et la consolidation budgétaires partout en Europe sont des échecs...

Il est dommage que vous refusiez d'ouvrir les yeux! Vous desservez les intérêts que vous croyez servir!
a écrit le 13/02/2014 à 13:06 :
Rectificatif, cela ferait 6 - 1 pour un match de foot.
a écrit le 13/02/2014 à 12:18 :
Les Britanniques reviennent de loin. Et le gouverneur de la Banque d’Angleterre a aussi dit que la croissance se base trop sur la consommation interne. Le pays ne fait pas encore preuve d’une croissance durable. Mais au moins elle est sur la bonne voie.

Il est fort à parier que la vraie stratégie française n’est pas de refondre ses structures sociales et économiques pour engendrer de réelles économies ; mais d’être entraînée dans le sillage crée par la relance des pays comme la Grande-Bretagne.
a écrit le 13/02/2014 à 11:50 :
ce pays mise sur le gaz de schiste et une énergie bon marché, sur l'agriculture avec un vrai projet de devenir l'agriculture la plus productive du monde (avec des généticiens et des OGM qui réduiront les intrants chimiques), ce pays a une vision de son avenir. Très bon papier M. Fiorentino.
a écrit le 13/02/2014 à 11:36 :
2 heures de Paris! et bien vas-y mon grand en Angleterre au lieu de d'etre jaloux de la reussite des autres comme un gamin de 5 ans!
Réponse de le 13/02/2014 à 12:01 :
M FIORENTINO nous dit toujours que tous les pays de la planète sont mieux que la France.
a écrit le 13/02/2014 à 11:02 :
On parie qu'il va se trouver l'un des brillants membres de notre gouvernement (si on peut appeler ça un gouvernement!) qui va nous expliquer qu'il vaut mieux être français qu'anglais si on tombe malade, que le chômage baisse en France etc, etc...?
a écrit le 13/02/2014 à 10:02 :
M. Fiorentino, 2 choses:

1/ Je vivais au Royaume-Uni il y a 10 ans et le PNB du Royaume-Uni était supérieur a celui de la France. Aujourd'hui, il est de 10% inférieur a la France. Même le modèle allemand ne fournit un PNB/habitant a peine supérieur a celui de la France.
2/ Le modèle britannique a explose depuis que Cameron a accepte d’adoucir son programme. En fait, entre nationalisation, déficit public et impôt plus redistributif, le modele britannique est plus socialiste que le français!

Commentaire?
Réponse de le 13/02/2014 à 10:15 :
M. Fiorentino ne connait pas l'Angleterre qui a un déficit public qui est la double du notre.
Réponse de le 13/02/2014 à 17:48 :
Avec 3,4% de croissance ce déficit sera comblé plus rapidement qu'en France car nous nous continuons a crée du déficit. CQFD
Bien cordialement
a écrit le 13/02/2014 à 9:51 :
l'angleterre n' a pas l'euro allemand que vous défendez M FIORENTINO
Réponse de le 13/02/2014 à 16:25 :
Et ça , c'est jusqu'à la prochaine évaluation et/ou déclaration .....Les commentaires après coup des analystes, on connait, ils nous disent toujours ce qu'il aurait fallu faire,.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :