Fiscalité de l’économie collaborative : le Sénat propose un seuil de 3.000 euros

 |   |  1048  mots
Selon une récente étude, l'économie collaborative rapporterait en moyenne 495 euros par an aux Français.
Selon une récente étude, l'économie collaborative rapporterait en moyenne 495 euros par an aux Français. (Crédits : Drivy)
Dans leur proposition de loi, les sénateurs membres de la Commission des Finances suggèrent que les plateformes déclarent automatiquement les revenus de leurs utilisateurs une fois par an. Si ces dernières sont d'accord avec l'idée d'un seuil, elles souhaiteraient un montant minimum plus important.

La commission des Finances du Sénat a présenté mercredi une proposition de loi sur la fiscalité des plateformes collaboratives, destinée à simplifier le cadre et à garantir l'équité de traitement entre professionnels. Le groupe de travail qui a élaboré cette proposition souligne, rapport à l'appui, que l'économie collaborative a représenté 28 milliards d'euros de transactions en 2016, le double d'il y a un an, et qu'elle pourrait atteindre 572 milliards d'euros en 2025.

"Le but n'est pas de créer une fiscalité nouvelle", a déclaré Alberic de Montgolfier, rapporteur général de la commission des finances, lors d'une conférence de presse.

"Aujourd'hui, il n'y a pas en matière fiscale de trou dans la législation, tous ces revenus sont en principe taxés", a-t-il indiqué. Mais, si Bercy a récemment clarifié les règles en publiant une dizaines de fiches destinées à favoriser les "bons réflexes", le "système est complexe". Par conséquent, une grande part de ces revenus échappent en réalité à la fiscalité. Et ce, bien que les plateformes en ligne soient déjà censées depuis juillet 2016 fournir à leurs usagers un relevé annuel quant à leurs obligations fiscales.

     | Lire Le transport, moteur de l'économie collaborative ?

Un seuil unique, à l'instar de voisins européens

Les sénateurs proposent donc de créer un seuil unique de 3.000 euros, en dessous duquel les petits compléments de revenu ne seront pas imposés. Ensuite, si le revenu s'élève jusqu'à 4.225 euros par an pour les ventes de biens, 6.000 euros pour la prestation de services comme le transport de personnes, la location d'un appartement meublé ou d'une voiture, et de 8.824 euros par an pour des services comme du soutien scolaire à domicile ou des cours de yoga, un avantage fiscal dégressif est prévu. Au-delà de ces seuils, le contribuable serait imposé normalement. Quant au covoiturage, il reste exonéré d'impôt, tout comme les ventes d'occasion. D'autres pays pratiquent cette méthode du seuil, à l'instar de la Belgique, où il est fixé à 5.000 euros. Il est de 1.000 euros au Royaume-Uni et de 3.000 euros en Italie, rappelle l'avocat Emile Meunier sur son blog.

Par ailleurs, la proposition de loi suggère que les plateformes déclarent automatiquement les revenus de leurs utilisateurs une fois par an - ce que le projet de loi de finances rectificative 2016 a déjà prévu de rendre obligatoire à l'horizon 2019. Pour cela, les utilisateurs devront donner leur accord à la transmission des revenus lors de leur inscription sur les plateformes, ce qui leur permettra de bénéficier de l'abattement forfaitaire de 3.000 euros. Alberic de Montgolfier a fait valoir que ce système fonctionnait déjà aux Etats-Unis et en Estonie. Sur le risque que les plateformes refusent de faire cette transmission, il a estimé que "l'administration, au lieu de lancer des contrôles tous azimuts des plateformes à droite ou gauche [...], concentrera ses efforts sur les plateformes qui ne feront pas la transmission automatique".

      | Lire WeCertify, la startup qui aide les plateformes à appliquer les règles de Bercy

La Fédération des plateformes collaboratives, créée en février 2016 et regroupant des entreprises de tailles et de secteurs différents telles qu'Airbnb, Drivy, Heetch ou encore Gogomitch, a salué ce travail. Son président, Ronan Kervadec, estime dans un communiqué que "si cette proposition était adoptée, elle permettrait à l'économie collaborative de se développer plus sereinement. Il était temps que le législateur prenne conscience des besoins de simplicité et de lisibilité dont les utilisateurs ont besoin". En revanche, ce groupement de plateformes se dit plutôt favorable à un seuil de 5.000 euros, comme en Belgique.

Distinction entre particulier et professionnel

Emile Meunier note une autre "lacune de cette proposition de loi", tout en reconnaissant que "ce n'était pas son sujet" :

"Elle ne répond pas complètement à la question de la distinction utilisateur particulier/professionnel. En effet, si l'on comprend qu'en dessous du seuil de 3.000€ par an les utilisateurs sont présumés non professionnels au regard des cotisations sociales et du travail dissimulé, le sont-ils aussi au regard du Code de la consommation ? Juridiquement non. Il s'agit d'une branche du droit distincte".

Il suggère donc une idée d'amendement qui proposerait directement un renvoi par le Code de la consommation à ce seuil de 3 000 euros.

Notons à cet égard qu'un récent rapport adopté par le Parlement européen demande ainsi qu'une distinction soit faite entre les plateformes d'intermédiation qui ne génèrent aucun bénéfice commercial pour leurs utilisateurs et celles qui mettent en relation un prestataire de service (dans un but lucratif) et un client, avec ou sans relation de type employeur-employé entre le prestataire de services et la plateforme. Et suggère, pour faciliter le respect entre les parties de leurs obligations en matière fiscale et de sécurité sociale, de s'assurer que les prestataires de services utilisant les plateformes soient compétents et dûment qualifiés (de manière à assurer la protection des consommateurs). Pour cela, les autorités nationales devraient pouvoir demander les informations qu'elles jugent nécessaires aux plateformes d'intermédiation.

Pour l'heure, selon une étude réalisée par CSA pour Cofidis dont les résultats ont été publiés le 12 janvier 2017, l'économie collaborative rapporterait en moyenne 495 euros par an aux Français. Elle serait utilisée par 95% des Français en tant que consommateur et par 81% d'entre eux en tant que "vendeur" (hôte Airbnb, conducteur Blablacar, vendeur sur leBoncoin). Recourir à une plateforme de l'économie du partage serait même une pratique "régulière" pour 62% d'entre eux.

     | Lire aussi Le covoiturage ouvre aux autres plateformes de l'économie collaborative

Pour aider les Français qui ont revendu des objets sur internet ou loué leur voiture à remplir leur déclaration d'impôts, Drivy a publié une infographie pédagogique qui explique de manière simple et concrète quels sont les revenus à déclarer, et à partir de quels montant ces derniers sont imposés. La plateforme de location de voitures entre particuliers, concurrente de Ouicar, insiste notamment sur le fait que les montants des gains issus d'une activité de location entre particuliers doivent toujours être déclarés, même s'ils ne sont imposables qu'à partir de 305 euros par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2017 à 10:50 :
Pourquoi ne pas relever la somme de tous les virements dans les comptes du contribuable, soustraire les sommes déjà imposées et imposer le reliquat au tau marginal d'imposition?
a écrit le 01/04/2017 à 2:06 :
3000€... quand on pense que ceux qui votent ça, ce montant ne représentent peut être même pas leurs frais de déjeuner mensuels... il faudrait mettre les pieds dans la basse cour histoire de comprendre que les gens n'ont plus assez de leur salaires pour vivre... les "nobles"
a écrit le 31/03/2017 à 21:47 :
c'est un peu idiot car tôt ou tard l'argent gagné d'ou qu'il vienne tombera sous la coupe de la tva, donc augmenter la tva d'un demi point et la cause est entendue.
a écrit le 31/03/2017 à 1:22 :
Comme à la création de l'Impot sur le Revenu, T.V.A, C.S.G-C.R.D.S, Taxe sur le carburant, EVIDEMMENT, D'ici à 8 Ans, cette nouvelle IMPOSITION sera MULTIPLIE PAR 15 A 75.
LES POLITIQUES DEPUIS UN SIECLE ONT TOUJOURS TROMPE LE PEUPLE ET MENTI, EN FISCALITE.
a écrit le 30/03/2017 à 21:06 :
On sait que derrière toute cette pression fiscale, le lobby hotelier tourne à plein régime. On voit bien aussi que le lobby hotelier fera tout pour garder intact son monopole et ce au détriment des particuliers et des citoyens. Il est inadmissible que les lobbys puissent ainsi écrire les lois à l'Assemblée et au Sénat !
a écrit le 30/03/2017 à 19:07 :
Uber ,rbnb, booking ....n ont rien a voir avec l économie collaborative..,,ce sont de entreprises a très haute intensite capitalistiques......qui transgressent tout les règles......en tout cas pour uber et rbnb
Mais uber, apres 8 ans d existence, perd encore énormément d argent, et en fait gagner,de moins en moins aux chauffeurs qui travaillent avec lui...quant a la limite ils n en perdent pas...
a écrit le 30/03/2017 à 16:44 :
Encore une usine à gaz au lieu de faire simple. Pourquoi ne pas déclarer tous ses revenus et être imposé selon sa tranche ? C'est aussi ce genre de complications qui permet l'évasion fiscale et la corruption généralisée :-)
Réponse de le 30/03/2017 à 21:13 :
Merci et bravo d'être d'accord avec le prélèvement à la source. Le "collaboratif" est aussi hypocrite que les réseaux "sociaux" : et là, en matière de fric, c'est tout pour moi et dieu pour les autres..
Réponse de le 31/03/2017 à 9:29 :
@yvan: Au contraire, la proposition de patrickb va plutôt à l'encontre du prélèvement à la source. En réintégrant tous les revenus dans l'assiette de l'impôt sur le revenu, il n'est pas possible de savoir pour chaque "morceau de revenu" (salaire, loyers, activités annexes) à quel taux il doit être imposé. Donc le revenu à la source n'a pas de sens (ce qui est déjà le cas en France actuellement).
Réponse de le 31/03/2017 à 15:59 :
@Rosamonde: je suis POUR le prélèvement à la source. Au Canada, on peut être salarié(e) et avoir un business (revenus annexes). Pour le salaire, le calcul du prélèvement est effectué par l'employeur. Pour le business, si les revenus estimés sont supérieurs à 3000 dollars/an, il faut payer trimestriellement la première année (les années suivantes, le calcul est fonction de l'année précédente avec possibilité de demander une réduction si le chiffre d'affaires est en chute libre). Tout revenu supérieur à 2 dollars est imposable et doit donc être déclaré quelle que soit la source. On fait sa déclaration d'impôts au 1er trimestre de l'année et soit on paie la différence, soit on obtient une remboursement :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :