La dette cumulée de l'assurance chômage atteindrait 33,6 milliards en 2017

 |   |  340  mots
Dans ses dernière prévisions, l'Unedic estime que  son déficit serait ramené de 4,2 milliards d'euros estimés en 2016 à 3,6 milliards d'euros en 2017, portant la dette cumulée à 33,6 milliards en fin d'année. Cette dette atteindrait ensuite 37,5 milliards d'euros en 2018
Dans ses dernière prévisions, l'Unedic estime que son déficit serait ramené de 4,2 milliards d'euros estimés en 2016 à 3,6 milliards d'euros en 2017, portant la dette cumulée à 33,6 milliards en fin d'année. Cette dette atteindrait ensuite 37,5 milliards d'euros en 2018 (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)
Selon l’organisme gestionnaire de l'assurance chômage, il y aurait 47.000 chômeurs de plus en 2017 et le déficit annuel serait de 3,6 milliards d'euros.

L'Unédic confirme qu'après l'embellie de 2016, le nombre de chômeurs devrait repartir à la hausse en 2017, avec 47.000 chômeurs de plus et un déficit réduit à 3,6 milliards d'euros, selon les prévisions financières de l'organisme gestionnaire de l'assurance chômage publiées le 28 février.

47.000 chômeurs de plus en 2017

Selon ce scénario, un peu moins pessimiste que celui de septembre qui prévoyait une hausse de 79.000 demandeurs d'emploi en 2017, le nombre de chômeurs augmenterait donc de 47.000 cette année, après une baisse de 107.000 enregistrée en 2016. Sous l'effet notamment du reflux de l'année dernière, le déficit du régime serait ramené de 4,2 milliards d'euros estimés en 2016 à 3,6 milliards d'euros en 2017, portant la dette cumulée à 33,6 milliards en fin d'année.

Cette évolution, explique l'Unédic, s'inscrirait dans le sillage de celle du taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) mesuré par l'Insee: celui-ci, qui s'élevait à 9,7% fin 2016, continuerait à baisser au premier semestre 2017, mais "remonterait légèrement dans la deuxième partie de l'année, avec une stabilisation autour de 9,8% fin 2017".

Les prévisions de l'organisme se fondent notamment sur celles du Consensus des économistes, qui a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance pour 2017, à 1,3% au lieu du 1,2% estimé en septembre -le gouvernement anticipe de son côté une hausse de 1,5%.

135.000 créations d'emplois

Selon l'Unédic, sur l'ensemble de l'année 2017, les créations d'emplois privés seraient moins nombreuses: 135.000 emplois, contre 218.000 en 2016. Une diminution liée à un "ralentissement des effets du plan d'urgence (prime embauche PME) et des politiques publiques de baisse de charges aux entreprises (CICE, Pacte de responsabilité)".

Au final, l'emploi total progresserait "moins vite que la population active".

En 2018, l'organisme prévoit que le nombre de chômeurs continuerait d'augmenter, avec 38.000 demandeurs d'emploi sans activité supplémentaires, et le déficit remonterait légèrement à 3,9 milliards d'euros, portant la dette du régime à 37,5 milliards d'euros, soit un peu moins que prévu en septembre 2016.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2017 à 22:40 :
Et dire que tous les partis politiques s'unissent pour que le FN n'arrive pas au pouvoir ! Au contraire, ils devraient lui dérouler le tapis rouge pour qu'il hérite de cette situation catastrophique qu'ils laissent tous au pays depuis 1974 : ce serait un cadeau empoisonné, celui d'un pays "en faillite", comme disait FILLON il y a quelques années, non ?
a écrit le 01/03/2017 à 16:14 :
Jusqu'en 2035, le chomage est lié à un phénomène démographique (le baby boom) et au choix de l'age de départ à la retraite. Si on veut prendre une bonne mesure, il faut le faire tout de suite. Et à partir de 2025, on aura le problème du vieillissement. Cela fait quatre quinquenats.
a écrit le 01/03/2017 à 13:15 :
Estimation du coût de l'évasion fiscale: 80 milliards, c'est bon on est large.
Réponse de le 01/03/2017 à 15:57 :
@citoyen blasé: 1) quand on estime, cela veut dire qu'on en sait rien. 2) et même si l'estimation était juste, tu fais comment pour récupérer les fonds puisque de toute évidence les gens au pouvoir ne savent pas ? Conclusion: encore un commentaire béotien dont tu as la manie :-)
a écrit le 01/03/2017 à 13:10 :
Vive le bilan Hollande , et dire que l'on pourrait voter Macron, largement responsable de cet accablant quinquennat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :