Le gouvernement lance - enfin - un Grand emprunt 3

 |   |  619  mots
Un an après l'annonce de François Hollande, Manuel Valls annonce une dotation de dix milliards d'euros supplémentaires pour le Grand emprunt
Un an après l'annonce de François Hollande, Manuel Valls annonce une dotation de dix milliards d'euros supplémentaires pour le Grand emprunt (Crédits : FABRIZIO BENSCH)
François Hollande avait annoncé la troisième phase du Programme d'investissements d'avenir (PIA) en mars 2015. Manuel Valls, son Premier ministre dévoile ce mercredi le montant de l'enveloppe supplémentaire : 10 milliards d'euros.

Rares sont les dispositifs lancés lors du quinquennat précédent qui subsistent encore aujourd'hui. Annoncé en juin 2009 par Nicolas Sarkozy devant le Congrès, au cours de son seul et unique discours à Versailles, le Programme des investissements d'avenir (PIA) ou Grand emprunt que pilote le Commissariat général à l'investissement (CGI) a été lancé en 2010. Doté initialement d'une enveloppe de 35 milliards d'euros auxquelles se sont ajoutés 12 milliards d'euros supplémentaires en 2013, le PIA voit à nouveau sa force de frappe augmentée.

" La philosophie qui a conduit à créer le PIA en 2010 demeure plus que jamais pertinente. Elle a permis de promouvoir un outil original d'intervention publique tourné vers des enjeux stratégiques pour le potentiel de croissance de la France et la création d'emplois. Ainsi que le président de la République l'a annoncé en septembre 2015, le gouvernement proposera un troisième volet du PIA. Il sera doté de 10 milliards d'euros ", précise le compte-rendu du Conseil des ministres tenu ce mercredi. Cette annonce n'est guère une surprise.

Le PIA 3, l'Arlésienne

François Hollande avait en effet annoncé une troisième levée de fonds le 12 mars 2015 - et non pas en septembre comme le précise Matignon - à l'occasion d'un déplacement en Isère sur le thème de l'économie. " A l'horizon 2017, nous lèverons de nouveaux fonds pour apporter aux entreprises françaises qui sont dans l'innovation, l'exportation, la transition énergétique, les moyens de pouvoir assurer leur développement et donc de créer des emplois ", avait déclaré le chef de l'Etat sans préciser le montant de cette enveloppe supplémentaire.

A quoi sert le PIA, successivement dirigé par René Ricol, Louis Gallois et aujourd'hui Louis Schweitzer ? Concrètement, il permet le financement des priorités définies par la commission coprésidée par Alain Juppé et Michel Rocard : l'innovation, l'enseignement supérieur, la santé, le numérique, la ville de demain... entre autres. " Fin décembre 2015, 37 milliards d'euros étaient engagés. Mi-2017, la quasi-totalité des 47 milliards d'euros du PIA le seront. Fin 2015, 2.500 projets ont été sélectionnés. 6 milliards d'euros sont engagés directement pour les PME/Entreprises de taille intermédiaire (ETI), qui représentent 65 % du total des 7 400 bénéficiaires du PIA ", précise le gouvernement.

Quels résultats pour le Grand emprunt ?

Pour quelles raisons le gouvernement a-t-il décidé de prolonger le PIA ?

La faiblesse actuelle des taux d'intérêts incite le gouvernement à emprunter. Actuellement, le taux d'intérêt à 10 ans s'élève à 0,52%....  A deux ans, le taux atteint -0,42% !

Le retour sur les investissements consentis grâce aux deniers publics est-il élevé ? Il est encore trop tôt pour le dire. En attendant, en décembre 2015, la Cour des comptes a dressé un premier bilan plutôt positif de ce dispositif même si quelques dérives ont été signalées, notamment " une vision stratégique moins structurée ".

Des motivations politiques

Des raisons politiques peuvent aussi être avancées. Lorsqu'il était à Matignon, Jean-Marc Ayrault n'a jamais fait mystère de son souhait de supprimer le PIA, un héritage parmi d'autres du quinquennat de Nicolas Sarkozy, jugé coûteux. Si celui-ci a été prolongé et " verdit " en 2012 - la priorité fut accordée à la transition écologique - dans le cadre de la politique d'investissement public 2025-2030, ce fut en grande partie pour calmer les écologistes, quelques jours à peine après le renvoi du gouvernement de Delphine Batho, la ministre de l'Écologie, chassée pour avoir publiquement qualifié le projet de loi de finances 2014 de « mauvais budget ». Celui-ci entérinait une réduction de 7% l'effort budgétaire de l'État en direction de l'écologie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2016 à 17:27 :
Nous sommes déjà en état de surendettement, la dette publique tend vers les 100% du PIB, nous empruntons pour payer les échéances des emprunts précédents, les déficits publics s'enchaînent, alors au diable l'avarice, rajoutons-en une louchée ! La génération suivante se débrouillera avec le fardeau des remboursements... quand les taux auront remonté.
a écrit le 02/03/2016 à 20:03 :
oui des investissements d'avenir pour financer heuliez, la sncm, et ttes les bnoites en faillite ou sans avenir ( mais ou y a des copains coquins)
sauf bien sur si l'argent est ' provisoirement ponctionne' pour assurer la non faillite des retraites en 20200-23 ou le deficit de la secu que personne ne veut gerer, voire l'avenir des regimes speciaux d'avenir aussi ( edf, ratp ou autres)
Réponse de le 02/03/2016 à 22:06 :
Dans les faits, c'est le premier gouvernement qui fait vraiment l'effort sur les PME, TPE et startups.
......
Exemples:
19-02-16 Investissements d'avenir : + 440 M€
Sur ces 440 M€, un fonds doté de 50 M€ investira au capital de jeunes sociétés qui développent des technologies et des services dans le domaine de la « ville intelligente ».
"Le Commissariat général à l’investissement (CGI) et Bpifrance viennent d'annoncer la mobilisation de 440 M€ via la création de 3 nouveaux fonds d’investissement."
"Le fonds accélération biotechnologies santé (Fabs) : doté de 340 M€, il vise à accélérer le développement de projets issus des travaux financés par le programme d'investissement d'avenir dans le cadre des instituts hospitalo-universitaires (IHU) et des laboratoires d’excellence (Labex)."
"Le fonds ville de demain (VDD), doté de 50 M€, investira au capital de jeunes sociétés qui développent des technologies et des services dans le domaine de la « ville intelligente ». Il s’agit d’un fonds de capital amorçage qui pourra investir dans des sociétés en création."
"Enfin, le fonds ambition amorçage angel (F3A), doté de 50 M€, a vocation à co-investir avec des business angels dans de jeunes entreprises innovantes au stade de l’amorçage et présentant un fort potentiel de croissance."
.....
Industrie du futur
"fin janvier 2016, près de 1 200 PME et ETI sont déjà engagées dans un processus d’investissement ou au moins de diagnostic pour accélérer leur modernisation. Un millier d’entre elles bénéficie des dispositifs d’accompagnement mis en place par les conseils régionaux qui disposent d’un budget global de 200 millions d’euros. Les 200 autres sont soutenues dans le cadre de plan Robot Start PME initié par le Syndicat des machines et technologies de production (Symop). Et des financements sont disponibles pour accompagner 1 000 PMI supplémentaires. 760 entreprises ont déjà bénéficié d’un montant total de 630 millions d’euros de prêts "Usine du futur"."
........
PME - PREMIER ROBOT
Programme Robot Start PME (2013, Symop - Cetim - CEA)
SYMOP: SYndicat des Machines et Technologie de Production.
CETIM: CEntre Technique des Industries Mécaniques.
Le régime d'amortissement exceptionnel des robots industriels des PME est prorogé jusqu'au 31 décembre 2016.
Aide à l’acquisition d’un premier robot.
10% du prix du robot est financé.
Le programme d’accompagnement de 10 jours bénéficie d’une aide importante : 50% de ce programme est intégralement pris en charge par RSPME (Responsabilité Sociétale des Petites et Moyennes Entreprises).
La loi de finances 2016 : le dispositif d'amortissement sur 24 mois pour les investissements des PME dans la robotique industrielle est prolongé jusqu'au 31 décembre 2016. Pour tous projets de primo-robotisation, les entreprises peuvent profiter conjointement de ce dispositif d'amortissement accéléré pour les équipements robotiques.
"Pour les entreprises participantes ayant acquis leur premier robot en 2014, la hausse moyenne du chiffre d’affaires est de 11,6%. Tous les personnels de ces entreprises sont non seulement satisfaits, mais 100% d’entre eux déclarent avoir constaté une amélioration des conditions de travail dans leur entreprise. 95% des PME engagées recommandent ce programme à leurs collègues."
CETIM
.......
Mai 2015, création du Label FINTECH
Le pôle de compétitivité Finance Innovation a créé le label Fintech, qui vise à booster les start-up et PME tricolores innovantes de la finance. La France veut valoriser ses start-up et PME tricolores innovantes de la Fintech (technologie et finance). Objectif : faire de Paris une place financière majeure apte à rivaliser avec sa voisine londonienne. Il a été remis pour la première fois le 26 mai à 28 entreprises, triées sur le volet parmi 130 candidates.
........
D'autres exemples? Demandez, n'hésitez pas, j'en ai des tonnes.
Réponse de le 03/03/2016 à 14:00 :
A Churchill, votre commentaire et idiot et n'a aucun rapport avec le sujet.
a écrit le 02/03/2016 à 17:44 :
TROP C EST TROP LA DETTE VAS ENCORE EXPLOSEZ POUR FAIRE DES CADEAUX AUX PATRONAT? ON VAS VOIR SI LES AMENDEMENTS DE LA LOI CHANGE SONT ORIENTATION VERS L AIDE AUX PATRONNAT ? J EN DOUTE CAR CETTE LOI ILS ALLEZ LA PASSEZ EN FORCE SANS EN AVOIR DICUTER AVEC LES ACTEURS SOCIAUX? CE QUI DEMONTRE QUE M r HOLLANDE A PERDU LA MAIN? J ESPERE QU IL VAS LA REPRENDRE ?ET VIREZ SES SINITRES DE DROITE QUI PROFITE DE LA SITUATION POUR SE FAIRE ELIRE PLUS TARD??? S IL VEUT S EN SORTIR ILS DOIT REFAIRE SON GOUVERNEMENT DANS LA VRAIS GAUCHE QUI CONNAIS LE MONDE DU TRAVAIL???
Réponse de le 03/03/2016 à 0:54 :
La BPI et les fonds du PAI sont prêtes contre intérêts souvent plus élevés que les taux des banques. L etat gagne donc de l argent sur le plan ou à minima couvre les pertes si les sociétés dans lesquelles vont les fonds font faillites.
Réponse de le 03/03/2016 à 7:28 :
Le plus inadmissible est d'avoir vendu des part d'entreprise comme EDF, france telecom qui ramenait de l'argent tous les mois... La il vont emprunté à un taux bas et prêter à un taux plus élevé, la seul condition c'est de ne pas refaire la même absurdité que le gouvernement précédent en prêtant à un pays comme la Grèce...
a écrit le 02/03/2016 à 17:33 :
retour a l époque de COLBERT ET MAZARIN !!
a écrit le 02/03/2016 à 17:30 :
Ah oui, petit rappel: total des participations de l'état (société cotées): 58 milliards..(chiffre de février) ; la comparaison avec les "investissements" effectués est à mon humble avis édifiante.. l'état au cours de ces 3 volets vient d'engager la totalité de ses participations dans les sociétés cotées françaises: EDF, Areva... Cela ne gène personne?
a écrit le 02/03/2016 à 17:27 :
Super! déjà deux plans sans que personne ne sache quels en ont été les résultats, emplois crées, financiers, compétitivité du Pays, et on en lance un 3ième? Je crois que nous vivons un cauchemar tout simplement..
Réponse de le 03/03/2016 à 0:51 :
Il suffit de fouiller un peu dans les rapport de la BPI.
De lire un peu les journaux économiques sur le marché IT
a écrit le 02/03/2016 à 17:24 :
Dieu soit loué le ridicule ne tue plus,lancer un emprunt de 1000 milliards d'euros
à taux fixe de 2,5% serait plus realiste,bien entendu après la fin de cette magnifique
magistrature.
a écrit le 02/03/2016 à 17:13 :
Si l'Etat était un ménage, il ferait un rachat massif de ces anciennes dettes pour profiter des taux bas actuels.... cela allégerait de manière significative le service de la dette.
Réponse de le 03/03/2016 à 0:50 :
C est deja ce qu il fait...
a écrit le 02/03/2016 à 15:49 :
Il ya que le Grand emprunt qui manque on n'a déjà 2000 millions comme un Grand emprunt non .
a écrit le 02/03/2016 à 15:07 :
Moi , ça me révolte ce truc ! Bossant à la CDC, je sais comment s'est géré cette histoire !!! On a arrosé les potes ...
On va refiler le mistigri a un ami style le fils devedjian avant de partir .
Tout le monde va se gaver et arroser les potes ! Il faudrait les envoyer au tribunal militaire ces fossoyeurs de la république !!!
Réponse de le 02/03/2016 à 16:08 :
C'est vrai que dans ce pays, y a des gars qui sont des spécialistes de ces couches intermédiaires.
En tant qu'ingénieur de base, je m'en rends bien compte.
Bien triste!
Réponse de le 07/03/2016 à 13:49 :
Chut ! vous allez nous amenez des ennuis ;)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :