Michel Rocard apporte son soutien à la loi Travail

 |   |  372  mots
Pour Michel Rocard, la loi Travail doit empêcher le patronat de diriger unilatéralement les relations sociales.
Pour Michel Rocard, la loi Travail doit empêcher le patronat de diriger unilatéralement les relations sociales. (Crédits : DR)
L'ancien Premier ministre a jugé que la loi dite El Khomri était de nature à "débloquer les relations sociales" dans un pays où le dialogue est "paralysé". Pour l'ancien mentor de Manuel Valls, cette loi Travail est "une véritable chance pour la France".

Le projet de loi travail "va dans le bon sens" et peut même être "une véritable chance pour la France" en contribuant à "débloquer les relations sociales", estime Michel Rocard dans Le Parisien/Aujourd'hui en France de ce mardi 22 mars.

"C'est un texte qui va dans le bon sens car il laisse plus de place à la négociation entre partenaires sociaux", explique l'ancien Premier ministre qui déplore que, "en France, la puissance législative (ait) paralysé le dialogue social".

Rocard appelle les salariés à s'impliquer

"Tout va se jouer sur la manière dont (la loi travail) sera mise en oeuvre sur le terrain", ajoute M. Rocard, qui estime que "le patronat doit arrêter de diriger unilatéralement et prendre conscience que des syndicats forts peuvent être un atout pour l'entreprise".

En outre, "il faut voir maintenant comment les salariés vont eux-mêmes jouer la partie. Vont-ils s'emparer de ce que la loi leur propose, c'est-à-dire la négociation d'accords au niveau de l'entreprise ? Vont-ils faire pression sur la CGT pour qu'elle aussi accepte cette nouvelle donne ?" s'interroge-t-il.

"Ce que pourrait générer ce texte est une véritable chance pour la France. Mais débloquer les relations sociales demandera des années", insiste Michel Rocard.

D'une manière générale, "s'opposer à la loi El Khomri ne me paraît pas très intelligent car la situation actuelle n'est pas satisfaisante".

Manuel Valls préféré à François Hollande

Alors que le PS est très divisé sur la loi portée par la ministre du Travail Myriam El Khomri, l'ancien premier secrétaire estime que la situation de son parti "est grave" et qu'"il y a un risque de conflit majeur".

Michel Rocard se montre élogieux envers le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, et le Premier ministre, Manuel Valls, son ancien collaborateur à Matignon, qui sont "plus respectueux de la contrainte des choses", par opposition à "(son) ami François Hollande un peu +instantanéiste+". "Le point sur lequel je suis sensible, c'est le respect de la complexité, qui est difficile, et surtout le fait d'accepter que ce qu'on fait d'important en politique prend toujours du temps", explique-t-il pour justifier son jugement.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2016 à 10:45 :
De quelles grandes réussites dans la gestion économique de la France ce Monsieur peut-il se prévaloir???!!!
Ou même de quelles expériences personnelles réelles dans une entreprise?

Ce n'est plus qu'un vieux, très vieux, beau parleur qui tente de vivre aux dépends des français... d'ailleurs nous lui payons de confortables retraites lui permettant de vivre entre Paris et Tel-Aviv.
a écrit le 22/03/2016 à 21:03 :
86 ans !!!!
a écrit le 22/03/2016 à 13:57 :
Le déblocage de l'embauche ne peut avoir lieu, s'il y a du potentiel d'activité, ce qui reste à démontrer, ne peut venir que de la plus grande facilité à embaucher....et de la plus grande facilité à débaucher, vérité triviale mais incontournable.
Après, les modalités de protection des personnes dans leurs revenus quand elles sont sans emploi reste d'actualité.
a écrit le 22/03/2016 à 13:12 :
On t'as pas Apple ils est à la retraite ils est malade je crois ?
a écrit le 22/03/2016 à 10:54 :
QUAND ON RAJOUTE UN ARTCLE 30 BIS AU DERNIER MOMENT? QUE L ON NE NEGOSCIE PAS AVEC LES SYNDICATS? QUE L ON MENACE DE PASSE EN FORCE AVEC LE 49.3 ? JE TROUVE QUE LE PAYS GLISSE LENTEMENT VERS UNE FORME DE DICTATURE SOCIALO PARTRONALES INQUIETANTE? C EST POUR CELA QUE JE SERAIS DANS LA RUE LE 31 MARS???
Réponse de le 22/03/2016 à 13:55 :
Parce que moi...
Réponse de le 22/03/2016 à 22:36 :
"DICTATURE SOCIALO PATRONALE" ? Comme vous y allez ! Ce qui est excessif est insignifiant (Beaumarchais)
Réponse de le 22/03/2016 à 22:41 :
Dictature patronale : mais rien ne vous empêche de rompre votre contrat de travail !
Vous avez même la possibilité de vous mettre à votre compte, d'investir tout votre argent, de vous endetter, de demander à votre famille de se sacrifier pour l'entreprise. Vous pourrez même vous consacrer 70h par semaine à votre entreprise.
Et même, motivé comme vous êtes, vous pouvez embaucher, signer tout plein de CDI, et alors là, vous pourrez traiter vos collègues patrons de dictateurs... mais commencez donc par dénoncer votre CDI... et bon courage pour la suite !
Réponse de le 23/03/2016 à 10:28 :
Au lieu d'être dans la rue, vous devriez être à la CCI pour créer votre propre entreprise et être exemplaire !!
Mais non, vous ne voulez surtout pas quitter votre confort : critiquer les patrons et tout attendre d'eux, c'est votre leitmotiv !!?
a écrit le 22/03/2016 à 10:46 :
Effectivement, la CGT risque d'être court circuitée par des négociations d'entreprise (cf la FNAC où les syndicats bloquent un aménagement du temps de travail pourtant plébiscité par les salariés concernés)...
Mais Quid des petites entreprises ? RIEN ! et pourtant, chacun sait que c'est là qu'il y a un potentiel de création d'emploi ! Chacun sait que c'est là qu'il y a des craintes en termes de risques à la rupture de contrat !
a écrit le 22/03/2016 à 9:01 :
Rocard est trop vieux pour voir que le monde dans lequel il a vécu est fini, et qu'un empilage d'emplâtres, de déconstruction, de dérégulation, l'utilisation de vieilles recettes ne règleront pas les problèmes. Au contraire, elles aggravent les problèmes en instaurant plus de précarité, de déclassement, de rancoeurs, de mécontentement. Il faut sans doute en passer par là pour que tout s'écroule, ce qui ne manquera pas d'arriver, et repartir sur des bases plus saines, plus équitables...Mais le changement n'est pas non plus sans danger pour la démocratie et il faudra être particulièrement vigilant.
a écrit le 22/03/2016 à 7:59 :
Pepe est devenu senile. Maison de retraite pour rocard.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :