Loi Travail : Valls obligé d'annoncer quelques reculs pour calmer la CFDT

 |   |  1459  mots
Pour éviter que la contestation progresse, et notamment que la CFDT rejoigne le mouvement,  François Hollande a demandé à Manuel Valls le retrait de certains points de la loi Travail, notamment le plafonnement des dommages et intérêts aux Prud'hommes.
Pour éviter que la contestation progresse, et notamment que la CFDT rejoigne le mouvement, François Hollande a demandé à Manuel Valls le retrait de certains points de la loi Travail, notamment le plafonnement des dommages et intérêts aux Prud'hommes. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Le "nouveau" projet de loi Travail ne prévoit plus le plafonnement des indemnités prud'homales. C'est le prix à payer pour éviter que la CFDT rallie le clan des mécontents. Mais les critères d'appréciation du licenciement économique sont maintenus. Un "nouveau" texte, fruit d'un compromis très politique entre François Hollande et Manuel Valls.

"Paris vaut bien une messe" disait Henri IV! La CFDT vaut bien le non plafonnement des indemnités prud'homales aurait pu dire François Hollande... Ce lundi 14 mars, le Premier ministre, réunissant l'ensemble des leaders des organisations patronales et syndicales, a annoncé un "nouveau départ" pour la loi Travail, portée par la ministre Myriam El Khomri. Comme La Tribune l'avait annoncé dès vendredi 11 mars, les points les plus polémiques de l'avant-projet ont été supprimés ou gommés. C'est le résultat d'un arbitrage qui a eu lieu ce dimanche entre deux hommes seulement: François Hollande et Manuel Valls. Même si le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, avait laissé une petite note écrite résumant son point de vue...

Ce nouveau texte sera présenté, comme convenu, en Conseil des ministres le 24 mars. Cette nouvelle mouture est donc le fruit d'un savant dosage entre quelques reculades et le maintien de certaines audaces. C'est le résultat du face à face entre le président de la République - qui voulait à tout prix calmer la contestation sociale naissante - et la volonté de réformisme du Premier ministre qui ne s'inquiète même plus des réactions hostiles d'une frange du Parti Socialiste, tant il se projette, déjà, au-delà de l'échéance de 2017, dans une recomposition politique à venir.

Indemnités prud'homales: un barème incitatif

Côté reculades, le Premier ministre a dû "avaler" le non plafonnement des dommages et intérêts accordés par les prud'hommes en cas de licenciement abusif. C'était pourtant l'une des dispositions majeures défendues par Manuel Valls... et Emmanuel Macron. Un tel plafonnement était censé rassurer les entreprises, et notamment les PME, qui pouvaient ainsi budgéter le coût d'un licenciement, connaissant son coût maximal. Mais tous les syndicats, CFDT en tête, en faisaient un casus belli. Aussi, à ce stade, il n'y aura donc plus de plafonnement. En revanche, tel que le prévoyait la loi Macron de l'été 2015, les juges prud'homaux devront tenir compte d'"un référentiel indicatif " pour fixer le montant des dommages et intérêts... Le pari est, qu'à terme, ce référentiel permette de "faire converger les jurisprudences", ainsi que l'a indiqué Emmanuel Macron faisant contre mauvaise fortune bon coeur. Un décret viendra préciser ce barême. Autre reculade, qui a fait hurler la CGPME de François Asselin (son président), finalement, il n'est plus question qu'un chef d'entreprise de moins de cinquante salariés puisse signer directement une convention de "forfait jours" avec un salarié - ce qui permettait de déroger à la législation sur les 35 heures. Il faudra, pour ce faire, soit un accord de branche, soit qu'un salarié de l'entreprise soit mandaté par un syndicat pour signer un accord autorisant le "forfait jours". En tout cas, plus question de laisser à l'employeur la possibilité d'imposer un "forfait jours" par une une décision unilatérale... Evidemment, les organisations des petites entreprises n'apprécient pas.

De même, contrairement à ce que prévoyait initialement l'avant projet de loi, plus question non plus de laisser une entreprise, par accord, moduler son temps de travail sur une période de trois ans. Elle ne pourra le faire que si un accord de branche sur ce thème a été conclu... Ce qui assurera une certaine égalité de concurrence.

De même, message adressé aux syndicats les plus énervés contre la réforme (CGT, FO), il n'est plus question d'autoriser des dérogations aux congés spéciaux (notamment familiaux) ou aux astreintes, si un accord majoritaire sur la question n'a pas été conclu. Ce qui a fait dire à Manuel Valls qu'il était faux de dire que ce texte organisait "l'inversion de la hiérarchie des normes"...

Les critères du licenciement économique maintenus

Demi reculade également sur le referendum d'entreprise. Certes, les syndicats rassemblant au moins 30% des voix aux élections professionnelles continueront d'avoir la faculté d'organiser un referendum auprès des salariés. Et si une majorité d'entre eux valide le projet d'accord, alors le texte sera considéré comme validé et ce même si des syndicats représentant 50% des voix étaient contre... Mais, dans un premier temps, cette possibilité est réservée aux seuls accords sur le temps de travail. Cette règle sera généralisée à d'autres types d'accords... plus tard.

Reste que sur plusieurs points essentiels, le gouvernement ne recule pas. Ainsi, les accords de maintien de l'emploi "offensifs" sont toujours prévus. Ils vont permettre de revoir l'organisation du travail en cas, par exemple, de "commandes exceptionnelles" sans toucher cependant, du moins officiellement, à la rémunération des salariés. Mais cet accord s'imposera au salarié qui, en cas de refus, sera licencié...

De même, finalement, les critères du licenciement économique "valables" (nombre de trimestres de baisse du chiffres d'affaires ou des carnets de commandes), prévus dans l'avant projet, s'apprécieront au niveau de l'entreprise en l'absence de groupe ou, au niveau national, s'il s'agit d'un groupe. Mais en aucun cas, en cas de groupe international, la situation de l'entreprise au niveau européen ou mondial ne sera prise en compte.

Pour Manuel Valls et Emmanuel Macron, il s'agissait là d'un point fondamental pour la compétitivité de la France. Il fallait rassurer d'éventuels investisseurs étrangers désireux de s'implanter en France, en leur expliquant que si la filiale française était en difficulté, un juge n'irait pas vérifier que, au niveau mondial, le groupe se porte bien pour éventuellement refuser des licenciements économiques. Non, l'appréciation se fera au niveau du seul sol national. Cependant, les juges seront dotés de moyens pour vérifier qu'une éventuelle filiale française n'a pas été artificiellement ou frauduleusement "surchargée" pour justifier des suppressions d'emplois. Les fameux licenciements "boursiers"...

Alors certes, le Medef a poussé des cris d'orfraie à la sortie de la réunion avec le Premier ministre, notamment en raison du renoncement au plafonnement des indemnités prud'homales. Mais, en vérité, un sondage réalisé pour le compte de l'organisation patronale montre que le principal souhait des chefs d'entreprise était le maintien des critères et des règles encadrant le licenciement économique... Ce qui est le cas.

Le péril jeune!

Reste aussi les jeunes dont François Hollande craint la mobilisation. Certes, le Premier ministre a assuré que la garantie jeunes appliquée à tous les jeunes sans emploi ni formation, un dispositif d'accompagnement des "décrocheurs" (environ 130.000 chaque année) vers l'emploi, va devenir un droit "universel" pour tous les jeunes sans emploi ni formation. Ce dispositif, destiné aux jeunes qui n'ont ni emploi ni formation, permet,  pour une durée d'un an, un accompagnement renforcé, des périodes en entreprise et une allocation mensuelle de 450 euros.

Il concerne actuellement un peu moins de 100.000 jeunes, l'idée serait de doubler le nombre dès 2017. Mais, il n'empêche que l'Unef, le principal syndicat étudiant, s'est montrée insatisfaite et a maintenu sa journée d'action du 17 mars. Pis, pour le gouvernement, elle continue d'appeler à descendre dans la rue le 31 mars aux cotés des organisations syndicales CGT, FO, Solidaires... C'est donc là la prochaine urgence à régler pour François Hollande qui a déjà évité le pire avec son nouveau projet de loi emploi: la CFDT de Laurent Berger ne manifestera pas. Le secrétaire général de la CFDT l'a laissé nettement entendre, estimant que la plupart de ses revendications avaient été prises en compte. Pour la forme, mercredi et jeudi prochains, un "Bureau national" du syndicat se réunira pour déterminer son attitude dans les jours à suivre. Mais, en vérité, la cause est entendue. La CFDT a obtenu gain de cause sur la plupart des points qu'elle portait (à l'exception de l'introduction du compte épargne temps dans le futur compte personnel d'activité, cher à François Hollande et Myriam El Khomri).

Le front syndical cassé... reste le PS

En résumé de cette journée, le gouvernement a paré au plus pressé en cassant un éventuel front syndical à venir. Mais, pour l'instant, il n'a pas réussi à faire rentrer à la maison les organisations de jeunes... Il va s'y employer. Reste, deuxième étape, à  "amadouer" le camp socialiste. C'est pour cette raison que, dès ce lundi 14 mars au soir, Manuel Valls avait rendez-vous avec les députés PS pour leur expliquer le contenu de cette nouvelle mouture de la loi Travail. L'objectif étant, selon les voeux du président, de rallier une majorité sur ce texte et d'éviter un nouveau recours au "49-3". Mais, à ce stade, et malgré les "reculs" ce n'est pas encore gagné.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2016 à 8:55 :
Cette loi, dans sa nouvelle forme perd toute signification. Une véritable usine à gaz avec de nouvelles barrières pour le chef d'entreprise pour laisser la main aux syndicats. On comprend difficilement que les syndicats ne l'acceptent pas car cette loi, n'est pas faite pour faciliter l'emploi , ni la souplesse pour organiser le temps de travail. La rigidité est de nouveau la règle générale et l'intervention de L'Etat dans la marche des entreprises devient insupportable. vivement la libéralisation pour les PME et TPE. Il faut faire sauter ce carcan socialiste clientéliste et ramener les syndicats à leur juste proportion 7% de représentativité. Echec pour Vals, manque de courage
a écrit le 16/03/2016 à 8:39 :
Les TPE PME doivent s'organiser des maintenant pour la grève du prélèvement à la source. En effet, la mise en place du prélèvement à la source de l'IR consiste purement et simplement à faire faire le travail de l’administration par les entreprises. Dés lors, comme tout fonctionnaire digne de ce nom, le chef d'entreprise doit faire la grève pour faire reculer le gouvernement.
Contrairement aux charges sociales, à la TVA,... l'IR est un impôt exclusivement personnel et privé. Le prélèvement à la source est la quintessence de la simplification française. Elle est faite par l'administration pour l'administration et 9 fois sur 10 aux dépense des entreprises.
a écrit le 16/03/2016 à 7:57 :
Pourquoi aucun article ne parle du plafonement des heures supplémentaires à 10 pour-cent qui reste dans la loi ? Drôle de facon de relayer l information
a écrit le 16/03/2016 à 6:23 :
Patron d'une TPE , je n'embaucherais pas , plus et peut-être jamais plus . Ils m'ont dégoûté . J'en ai marre des urssaf, de mederic, du rsi , des taxes locales diverses ,bed la taxe d'apprentissage , de la CFE etc.... Que ceux qui se croient meilleurs et signe des pétitions sans avoir signer un contrat de travail de leur vie , créé leurs boîtes et ils se rendront vite compte qu'un patron est une machine à chèque et pas un homme à abattre et que parfois la lassitude nous gagne !
a écrit le 15/03/2016 à 23:58 :
Les Valls du code du travail riant d autres affaires alors que la France coule?
a écrit le 15/03/2016 à 15:31 :
La loi du travail ne suffisait pas a regler tous les problemes economiques de la France, mais c'etait dans le bon sens. Que ceux qui ont signé la petition et ont fait reculer le gouvernement explicitent comment ils feraient mieux pour faire reculer le chomage en etant bien conscients que l'heure n'est plus au debat et a la defense d'interets categoriels mais a l'action avec une obligation de resultat pour les millions de francais a la recheche d'un emploi. Mettez SVP, les patrons et entrepreneurs en situation de mobiliser leur energie, a developer leur entreprise, a embaucher quand la croissance de leur chiffre d'affaire le commandera et enfin partager les fruits de la croissance avec les salaries, actionnaires et les collectivitées nationale via l'impot C'est la seule facon de reussir ensemble sur le front de l'emploi. Nos concurrents europeens nous disent merci. Nos jeunes qui n'ont pas compris ce qui etait en jeu, intrumentalisé par la gauche radicale de madame Aubry et autres qui ne pensent qu'a l'apres-Hollande.
a écrit le 15/03/2016 à 15:30 :
Quelques reculs une trahison oui, l' audacieux le pédalo de l'amiral hollande a sombré.
En tant qu'employeur la méfiance grandit encore.
Mais pourquoi je me suis réinstallé à mon compte ?
a écrit le 15/03/2016 à 14:08 :
Les chômeurs oubliés, comme c'est étonnant de la part de ces syndicats si pressés de défendre les protégés que sont CDI et fonctionnaires, les chômeurs, c'est intéressant , mais ça défilent pas, et surtout ça n'a pas d'argent pour s'encarter.
Réponse de le 15/03/2016 à 15:06 :
Ce projet de loi porte sur le secteur privé. Merci de ne pas incriminer les fonctionnaires de tous les maux du pays!
a écrit le 15/03/2016 à 14:07 :
Pourquoi tous les journaux parlent-ils de "reculade"? S'il y a reculade, elle est pensée et organisée.
Les technocrates des ministère , il s'agit de Matignon, on rédigé la première mouture en collaboration avec la CFDT et une seconde version, la définitive. Cette méthode est vielle comme le monde... politique. On met la barre plus haut pour laisser croire que l'on est capable de négocier, mais l'on sait jusqu’où on peut aller. Là nous y sommes presque, le reste ne sera qu'habillage. Tous, je dis bien tous les gouvernements font comme cela. L'actuel n'a pas reculé, il a préparé sa position de repli en même temps qu'il écrivait le texte quasi définitif. Ne pas comprendre cela serait de l'aveuglement.
a écrit le 15/03/2016 à 13:46 :
La fin du statut dans le public et les intermittents ... bravo,
a écrit le 15/03/2016 à 13:19 :
Les coins de tables cela suffit quand au soi disant patron de la CFDT. à n'en point douter il fera un bon ministrable iml a déja la (jacquet) Ces socialistes sont lamentables !!!!!!
a écrit le 15/03/2016 à 13:09 :
les concessions étaient prévues dès le départ.le gouvernement réussit encore une fois a faire passer ses réformes dans la concertation:un bon point pour Valls
a écrit le 15/03/2016 à 12:40 :
La gauche détruit ce pays depuis 35 ans et ça continue. Tout est bloqué sauf les frontières. Profitez-en! Ce pays est au service de ses fonctionnaires. Le seul espoir est dans la fuite....
a écrit le 15/03/2016 à 12:08 :
Sarcastique ! Tiens Poutine également annonce quelques reculs ?
Réponse de le 15/03/2016 à 16:14 :
Que voulez-vous dire ..? Si vous pensez Syrie, Poutine a toujours dit que la fin des opérations était pour mars.
a écrit le 15/03/2016 à 12:00 :
Certains sont les partenaires "sociaux" du MEDEF et de L'état socialo-capitaliste,pour ce qui est de la CFDT et le CFE-CGC , d’où une négociation à l'amiable comme le fit Madame Nicole NOTAT ex secrétaire de la CFDT en son temps pour les retraites. François CHEREQUE, ex-patron de la centrale syndicale CFDT au cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, convoitée par le pouvoir exécutif. A part ça ce syndicat ne fait pas de politique, selon les dires il y aurait que la CGT pour faire ça……elle et pas belle la vie
Réponse de le 15/03/2016 à 19:11 :
Vous avez tout compris !
Réponse de le 16/03/2016 à 19:06 :
Si faire +10.5% dans un marché den hausse de 14.3% est une piètre performance...je vous laisse imaginer ce que c'est que d'être à +4.4% dans ce même marché.
a écrit le 15/03/2016 à 11:46 :
Égalité privé public
qd le patron donne 100->50 partent en charges patronnales et 25 en salariale
perso je me suis mit autoentrepreneur comme ca j'en fait le minimum marre de se sacrifier pour garantir les avantages du publique.
avec l'egalité on n'aurait pas besoin de toucher encore une fois de plus au privé
a écrit le 15/03/2016 à 11:46 :
Égalité privé public
qd le patron donne 100->50 partent en charges patronnales et 25 en salariale
perso je me suis mit autoentrepreneur comme ca j'en fait le minimum marre de se sacrifier pour garantir les avantages du publique.
avec l'egalité on n'aurait pas besoin de toucher encore une fois de plus au privé
Réponse de le 15/03/2016 à 14:57 :
Et peut-être même que grâce aux avantages du public , ces gens allaient prendre ensuite un auto-entrepreneur pour effectuer certaines tâches chez eux, c'est ballot hein.
a écrit le 15/03/2016 à 11:46 :
Egalité privé public
qd le patron donne 100->50 partent en charges patronnales et 25 en salariale
perso je me suis mit autoentrepreneur comme ca j'en fait le minimum marre de se sacrifier pour garantir les avantages du publique.
avec l'egalité on n'aurait pas besoin de toucher encore une fois de plus au privé
a écrit le 15/03/2016 à 11:09 :
En parlant de la CFDT :

Symétal, le deuxième syndicat de la fédération Métallurgie de la CFDT a envoyé une motion contre la loi El Khomri à Laurent Berger, vendredi matin.
La motion est arrivée ce vendredi matin sur le bureau de Laurent Berger, le leader de la CFDT. Symétal, le deuxième syndicat de la fédération Métallurgie demande le retrait pur et simple de la loi El Khomri. C'est une information France Info. Alors qu'un nouveau texte doit être présenté lundi par le gouvernement, Symétal estime que les concessions réclamées par le secrétaire général de la CFDT ne sont pas suffisantes.

Le secrétaire général du syndicat Symétal CFDT Sud-Francilien, Frédéric Bafour, demande que le projet de loi soit carrément retiré. "Nos adhérents sont interpellés parfois dans leurs boîtes de façon virulente, a-t-il déclaré sur France Info. Les salariés ne comprennent plus et ont l'impression que la CFDT ne défend plus leurs droits."

"Contrairement à Laurent Berger, nous pensons qu'il faut passer par une première étape de retrait pour, après, repartir sur des propositions acceptables, a poursuivi Frédéric Bafour. Il y a des mesures intéressantes dans cette loi mais faut-il, pour une ou deux avancées, aller vers tant de recul ?"
Réponse de le 15/03/2016 à 18:16 :
Hollande et Valls ont refiler la patate chaude à la CFDT avec les problèmes il va falloir qu'il se débrouille avec sa base et apparemment ce n'est pas gagné !!! (Charlots)
a écrit le 15/03/2016 à 10:45 :
Tout cela pour rien. Le vrai problème du gouvernement ce n'est pas le chomage mais comment pouvoir continuer à payer ces 5 millions de fonctionnaires sans taxer de plus en plus le contribuable et les entreprises. S'il ne réforme pas les entreprises n'embaucheront toujours pas ou vont continuer à délocaliser. Comme il y aura de moins en moins de rentrer d'argent il faudra bien taxer quelqu'un et bien sûr qui va encore se faire avoir ? Ni les riches (ils savent comment ne pas payer d'impots) , ni les pauvres (ils n'en payent pas), reste donc la classe moyenne. A un moment ça va péter ! Va falloir commencer à licencier dans la fonction publique non ?
Réponse de le 15/03/2016 à 15:09 :
"A un moment ça va péter !"

Même chez le couple ou il y a un privé ,un public ?
Heureusement d'ailleurs , car l'emploi public fait qu'il y a une rentrée d'argent pendant que l'autre est au chômage dans le privé pour la énieme fois. Au fait, le fonctionnaire est bien contribuable aussi, rassures moi . ,D'ailleurs quelle catégorie de fonctionnaire tu évoques,car, tu es au courant que comme dans le privé ce sont les cadres qui coûtent le plus chers , non ?

La catégorie A correspond aux fonctions de conception et de direction. Le recrutement se situe au niveau de la licence à l’exception de certains cadres d’emplois qui exigent des diplômes supérieurs. Les agents de la catégorie A ont vocation à être cadres.

La catégorie B correspond à des fonctions d’application. Le recrutement se situe au niveau du baccalauréat à bac +2. Les fonctionnaires de catégorie B peuvent encadrer des équipes, des ateliers, des services. Ils constituent un encadrement intermédiaire.

La catégorie C correspond aux fonctions d’exécution, nécessitant, pour certains métiers, des qualifications professionnelles spécialisées de type BEP/ CAP.
Réponse de le 15/03/2016 à 20:49 :
Le problème n'est pas le nombre de fonctionnaires, ils ont beaucoup diminués et ) continuer de les réduire se sont nos indemnités qu'on ne touchera plus faute de personnel pour gérer nos dossiers. En revanche les principaux problèmes sont que le nombre de haut fonctionnaires n'a pas diminué contrairement aux autres, et en plus eux on des revalorisation de leur grille de salaire... Donc ce qu'on aurait dû économisé à été bouffé... Quand au moral du peu qui reste est largement dans les chaussettes !
Réponse de le 16/03/2016 à 14:35 :
Pour les fonctionnaires, la gauche se tire une balle dans le pied en refusant de facturer les services publics. Alignons simplement les tarifs de la santé et de l'éducation sur ceux du marché américain et on n'aura plus de déficit public...Une partie significative des fonctionnaires sera rémunérée simplement par la valeur ajoutée produite et non plus par l'impôt. Batailler pour rester un centre de coût est complètement stupide.
a écrit le 15/03/2016 à 10:33 :
Quant on a pas le courage de mener des réformes sérieusement, il vaut mieux ne rien faire
du tout. Certes le ridicule ne tue pas mais à la longue, c'est lassant.
a écrit le 15/03/2016 à 10:33 :
Quant on a pas le courage de mener des réformes sérieusement, il vaut mieux ne rien faire
du tout. Certes le ridicule ne tue pas mais à la longue, c'est lassant.
a écrit le 15/03/2016 à 9:50 :
LE PROBLEME DU CHOMAGE N EST PLUS ELECTORAL? COMME JE L AI DEJA DIT PLUSIEURS FOIS DANS CE FORUM QUE D APRES LE FORUM ECONOMIQUE MONDIAL 7 /I MILLIONS D EMPLOIES SERON PRIS PAR DES ROBOTS? SOIT 40 % DES EMPLOIES VONT DISPARETRES??? C EST POUR CELA QUE CERTAIN DISSENT AVEC RAISON ? QU ILS FAUDRAS ACSEPTE DANS L AVENIR DE DONNER UN REVENUE MINIMUN A TOUS LES INAPTES ET LES CABOSSES DE LA VIE ? ? ?
Réponse de le 15/03/2016 à 17:40 :
ça pique un peu les yeux...en capitale on a toujours l'impression de quelqu'un en colère...tapez votre texte dans word avec correcteur grammaire/orthographe, faites un copier coller, et mettez celui ci sur ce forum. Ca sera plus agréable à lire,Il n'y a pas d'âge pour progresser quelque soit le domaine, vieillir c'est ne plus vouloir apprendre.
Quant à la robotisation vaste sujet, mais aujourd'hui ce sont les tpe qui créent de l'emploi, et force est de constater que cette loi ne va pas les inciter à embaucher...1) créer de la confiance, 2 ) de la stabilité 3) diminuer les charges. Alors peut être que le problème du chômage n'est pas électoral, en tout cas le traitement peu courageux qui en fait , l'est....
a écrit le 15/03/2016 à 9:11 :
L'essentiel de la loi est maintenue: référendum en cas de blocage des syndicats et flexibilité du CDi.
Après sur les indemnités prud’homales, c'est un fantasme des patrons. Un salarié obtient en moyenne 6 ou 12 mois de salaires en cas de licenciement abusif, en fonction de son profil et de ses chances de retrouver un job. Jamais 4 ou 5 ans de salaires comme le dit le Medef!
Mais bon les frondeurs du PS vont encore détricoter le texte..... donc tout ça pour ça! Un an de perdu pour le pays jusqu'en 2017.
Réponse de le 16/03/2016 à 7:36 :
Que ce soit des "fantasmes" des patrons ou pas, il y a un détail que vous semblez oublier : ce sont ces patrons qui sont susceptibles (ou non) de créer des emplois ! Or, un créateur d'entreprise a suffisamment d'incertitudes pour ne pas s'en rajouter avec le CDI... il doit donc estimer son cout par rapport aux autres solutions (sous-traitance, CDD, auto entrepreneur, robotisation, délocalisation, etc) en incluant le cout maximal envisagé pour la rupture du contrat de travail...
Là, on s'aperçoit qu'on est arrivé à un seuil de supportabilité, (cf par exemple le taux de 87% de CDD sur les contrats de travail signés depuis plusieurs années...) et cette loi, pour les petites entreprises, ne fait QUE rajouter des contraintes et des couts supplémentaires, sans pour autant que cela ne soit compensé par la moindre sécurisation ou flexibilité !
Je n'aborde même pas la question du bien fondé de ces avantages nouveaux concédés à la CFDT : s'il n'y a plus de CDI signé, je ne vois pas l'intérêt e nouveaux droits accordés aux CDI... sauf à sacrifier les chômeurs et futurs demandeurs d'emploi, au bénéfice des salariés en place !
a écrit le 15/03/2016 à 8:21 :
Hollande connaît la solution; elle est écrite page 12 de la note n°6 du conseil d'analyse économique. Pourquoi ne l'applique t il pas? C'est un mystère.
a écrit le 15/03/2016 à 8:18 :
Certains sont les partenaires "sociaux" du MEDEF et de L'état socialo-capitaliste,pour ce qui est de la CFDT et le CFE-CGC , d’où une négociation à l'amiable comme le fit Madame Nicole NOTAT ex secrétaire de la CFDT en son temps pour les retraites.

François CHEREQUE, ex-patron de la centrale syndicale CFDT au cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, convoitée par le pouvoir exécutif.

A part ça ce syndicat ne fait pas de politique, selon les dires il y aurait que la CGT pour faire ça……elle et pas belle la vie
a écrit le 15/03/2016 à 7:39 :
Grace à toutes ces réunions un texte de synthèse va voir le jour qui permettra un recul important du chômage. L'intention d'embaucher et d'investir chez les patrons augmente.
Hollande et Valls ont fait un excellent job de communication et dès le mois prochain la courbe du chômage va s'inverser.C'est la bonne voie pour redresser la France..Avant la fin du quinquennat ,il reste encore beaucoup à faire,mais si Hollande n'y arrive pas ,nous devons tout faire pourqu'il y arrive lors de son prochain et malheureusement dernier mandat.Dômmage qu'une loi lui interdise d'en faire un 3ème tant on a besoin de ses compétence de grand leader.
a écrit le 15/03/2016 à 0:11 :
Encore quelques jours et ce sera la déroute complète
Ils N ont rien réforme en 4 ans alors penser qu'ils vont commencer maintenant !!!
C'est la fin du mandat de Hollande
Plus aucune loi ne sera faite avant les élections présidentielles

Les socialistes ont pourtant eu un message des électeurs ce week-end avec les partielles 10 à 15 % éliminé au 1 Er tour
Réponse de le 15/03/2016 à 1:01 :
Hollande se présentera en 2017 et il sera réélu car tels sont les français...
Réponse de le 15/03/2016 à 12:06 :
Hollande poursuivra jusqu' au bout pour faire plaisir à l' union européenne qui réclame les réformes, n' en croyez rien.
Réponse de le 15/03/2016 à 15:14 :
"Les socialistes ont pourtant eu un message des électeurs ce week-end avec les partielles 10 à 15 % éliminé au 1 Er tour "

Bof, si encore ,il s'agissait de bastion socialiste , mais ce sont des coins de droite depuis des lustres , donc...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :