Allemagne : des "jobs d'intégration" à 80 centimes de l'heure pour les réfugiés

 |   |  439  mots
Deux migrants arrivant à Berlin le 11 septembre 2015.
Deux migrants arrivant à Berlin le 11 septembre 2015. (Crédits : Reuters)
100.000 offres d’emploi d’utilité publique vont être proposées aux réfugiés, rémunérés seulement 80 centimes d’euros de l’heure.

Outre-Rhin, on crée des contrats de travail spécialement pour les migrants. Ces offres d'emplois s'inscrivent dans un projet d'intégration des réfugiés en Allemagne. L'objectif est d'éviter qu'ils ne deviennent chômeurs de longue durée. Ces « mini jobs » permettront aux réfugiés, selon le gouvernement, de pouvoir apprendre la langue et d'être initiés au marché du travail allemand. Ils concernent les réfugiés ne pouvant pas postuler à des offres d'emplois classiques, faute de permis de séjour définitif.

Une porte d'entrée sur le marché du travail

Les emplois en question correspondent à de petites activités rémunérées (ménage, cuisine, etc..) au sein de structures d'accueil pour réfugiés. Ceux pouvant bénéficier de ces offres d'emplois ont donc la possibilité d'être logés sur place, ce qui constitue un avantage pécuniaire certain par rapport au faible revenu proposé.

« Ce n'est ni un salaire, ni un vrai travail, comme remplacer des vendeurs ou autre, mais des tâches qu'ils n'effectueraient sans doute pas en temps normal. Plutôt un travail d'utilité publique », déclare Gudrun Heute-Bluhm, directrice générale de l'association des villes allemandes.

Dix fois moins bien rémunéré que le Smic allemand

En comparaison, le salaire horaire proposé aux chômeurs de longue durée en Allemagne est de 1.05 euros de l'heure alors que le Smic horaire est, depuis début 2015, à 8.50 euros de l'heure. Ces « mini jobs » s'inscrivent dans le sillon des lois Hartz, promulguées entre 2002 et 2005 sous Gerhard Schröder, qui visaient à lutter contre le chômage et apporter plus de flexibilité au marché du travail allemand.

Des voix s'élèvent contre ces nouveaux contrats

La députée des Verts Brigitte Pothmer fournit, elle, une autre analyse sur France Bleu : « Malheureusement, les réfugiés ne pourront exercer que des activités très éloignées du véritable marché du travail allemand. Ces activités ont été conçues pour des chômeurs de longue durée qui ont besoin d'une structure d'accueil où on les prend en charge au quotidien. Cela concerne des personnes qui n'ont pas travaillé depuis longtemps, ce qui n'est pas le cas des réfugiés, qui, eux, insistent pour trouver un emploi. »

Angela Merkel souhaite que les réfugiés soient un moteur de l'économie et l'Allemagne compte bien miser sur leur futur apport en investissant sur leur intégration au marché du travail. Une intégration qui passe donc, pour la Chancelière, par la création d'« emplois » précaires comme solution temporaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2017 à 17:08 :
ça s'appelle de l'esclavage légale
a écrit le 29/05/2017 à 9:55 :
Génial un bon plan pour les migrants ça leur fera la pièce. Et intégration a la vie a la lange et bravo Angela Meckel....la France prenez en de la graine .....
a écrit le 20/10/2016 à 10:26 :
sans doute pourquoi ma voisine allemande vient d´être licenciée... pour embaucher ( quand ils ont envie de travailler) de jeunes hommes en pleine santé, sans femme ni enfants, qui déambulent avec bicyclette (pas de vieux clous) et Handy (téléphone portable) en touriste.... ne semblant pas du tout traumatisés par la fuite d´un pays hypothétiquement en guerre....
a écrit le 29/08/2016 à 9:12 :
Il y a certes de l'abus. 80 centimes de l'heure, c'est un bon deal pour les entreprises. Mais bon, c'est peut-être mieux que rien. Ils s'intègrent beaucoup plus en travaillant, même à 80 centimes de l'heure, plutôt qu'en ne faisant rien. Mais je suis d'accord, c'est pas très éthique en soi de payer 80 centimes de l'heure la main-d'oeuvre.
a écrit le 26/08/2016 à 6:30 :
Ils sont forts ces allemands. Des salaires encore plus bas qu'en angleterre.
Gageons qu'au bout de quelques annees a ce regimes ces femmes & hommes refuserons ces miseres et la, tout sera a craindre pour la grande allemagne.
L'Europe, une grande idee. mouarff...
a écrit le 26/08/2016 à 2:56 :
Et bien voila c'est certain maintenant et confirme pourquoi merkel voulait des refuguliés... bien sur il viennent de signé un CDI a 80 cts de l'heure. Il pourront toujours avoir des augmentations mais bon 1% de 80 cts ça fait meme pas 1 ct
Ça va donner une idée á FH á part qu'il va avoir Martinez sur le dos
a écrit le 25/08/2016 à 20:00 :
La chine et sa main d'oeuvre supposée bon marché est foutue!
Réponse de le 26/08/2016 à 18:27 :
Pourquoi, vous vous êtes prêt à vous lever le matin tôt et revenir le soir avec si peux d'argent? Mieux vaut prendre une coupelle aller à l'entrée d'un magasin et faire la manche... Ca rapporte plus. Alors là vous avez des réfugier qui ont fait plus d'étude que vous et moi et vous croyez qu'ils vont travailler pour ci peu? Vous les prenez vraiment pour des c...Et ce sans compter que si ils traverse la frontière, et ils ont droit au RSA direct...
a écrit le 25/08/2016 à 19:01 :
Donc en Allemagne, après les job à 1 euro de l'heure, voici ceux à 80 cts.
J'adore.
Et dire que nous partageons l'Euro avec eux, quelle plaie.
Car évidement, l'avantage compétitif devra se traduire chez nous par encore plus d’austérité.
Plus de doute, l'Allemagne est au top pour faire aimer l'UE aux européens !
Réponse de le 26/08/2016 à 7:38 :
Ce que les gens ne comprennent pas c'est que ce n'est pas pour les exploités mais pour les occupés.Est-ce mieux de leur donner de la soupe populaire a Calais?
Réponse de le 26/08/2016 à 8:24 :
les 1€ job ou ce type de travail ne sont pas beaucoup paye car ils touchent en plus les prestations sociales. Si vous lisez l article, il s agit ne mettre un pied a l etrier aux migrants en leur faisant faire quelques taches simples pendant quelques heurs par semaine encadres dans une structure associative. pas vraiment le type de travail qui va concurrencer qui que ce soit
Réponse de le 26/08/2016 à 16:06 :
@vf: oui absolument, c'est effarant de voir que de nombreuses personnes ne lisent pas correctement l'article. Les jobs en question consistent a faire de la maintenance, ménage et autres petites taches dans les structures d'accueil pour refugies (qui sont elles payees par le contribuable en revanche), ca me parait etre une tres bonne idee et ca permet effectivement de les aider a faire le premier pas de l'integration. Il ne s'agit evidemment pas de generaliser les contrats a 80 centimes de l'heure...
Réponse de le 26/08/2016 à 22:25 :
Sauf qu'en France, nous avons le service publique, le RSA ou autre bonté pour "occuper" les gens.
Et ça, c'est pas du 80 cts de l'heure. Avec des voisins pareil, pas de doute, faudra élaguer tout ça.
Lire un article n'est pas le boire !
a écrit le 25/08/2016 à 18:56 :
Et voilà comment on intègre les étrangers par le travail salutaire ! Mon grand-père pendant le STO, il n'était pas payé, il y a donc un progrès notable ??
a écrit le 25/08/2016 à 17:35 :
Ce n'est que de l'esclavage...
Réponse de le 26/08/2016 à 15:25 :
Mai non, faut pas oublier que "Le Travail Libère". C'était écrit en grosses lettres à l'entrée des camps
Réponse de le 07/06/2017 à 18:48 :
I agree ,it is slave labour ,some of the refugees are trains people but do not speak German.the German industry needs labourer to survive ,so now they use the word Intergration.
a écrit le 25/08/2016 à 17:03 :
Voila comment on arrive a 6 % de chomage, temps partiels multiples et pas peu payer, il est temps pour l'Allemagne de réévaluer ses bas salaires !
a écrit le 25/08/2016 à 16:02 :
nous y voilà ! la soi-disant générosité se dévoile par une exploitation sans vergogne de nouveaux esclaves
Réponse de le 26/08/2016 à 16:12 :
Les travaux en question consistent exclusivement en de petites taches pour le ménage/maintenance des STRUCTURES D'ACCUEIL pour refugies. C'est fair non? On construit des centres d'accueil pour refugies (avec l'argent du contribuable), ca ne me choque pas qu'en contre partie ces derniers contribuent a l'entretien pour un salaire symbolique (sur la base du volontariat bien entendu). C'est une demarche juste, intelligente qui permet de faire un premier pas dans l'integration... Il ne s'agit en aucun cas de generaliser le contrat a 80 centimes...
a écrit le 25/08/2016 à 15:56 :
Une honte ces jobs d'intégration à 80 cts.
a écrit le 25/08/2016 à 15:54 :
Une reaction Mr Melenchon?
Vive le modele allemand....
Réponse de le 25/08/2016 à 19:02 :
Quel rapport avec la choucroute ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :