Corée du Nord : Trump promet "feu et colère", Pyongyang menace l'île de Guam

 |   |  732  mots
Nous devons rester fermes et résolus a estimé le président américain Donald Trump mardi sur Twitter en évoquant les tensions nord-coréennes.
"Nous devons rester fermes et résolus" a estimé le président américain Donald Trump mardi sur Twitter en évoquant les tensions nord-coréennes. (Crédits : Reuters/Jonathan Ernst)
Une joute verbale interminable se joue entre les Etats-Unis et la Corée du Nord depuis ce week-end. En cause : la résolution d'inspiration américaine adoptée samedi par le Conseil de sécurité de l'Onu, pouvant priver Pyongyang de près d'un milliard de dollars de revenus par an.

Le ton est subitement monté d'un cran dans le dossier nord-coréen. En cause : les dernières sanctions adoptées samedi par l'ONU à l'encontre de Pyongyang pour ses multiples essais balistiques. Cette résolution d'inspiration américaine pourrait priver la dictature nord-coréenne de plus d'un milliard de dollars de revenus par an, alors qu'elle a enregistré en 2016 une progression record de son PIB depuis 17 ans. Depuis ce week-end, les Etats-Unis et la Corée du Nord se livrent à une joute verbale. Retour sur les derniers échanges musclés.

■ "Faire payer le prix" aux Etats-Unis

La dictature assurait dès lundi ne pas vouloir négocier sous la pression de Washington et préserver le développement de son arsenal nucléaire. Les sanctions constituent "une violation violente de notre souveraineté", a martelé le gouvernement nord-coréen dans un communiqué publié par l'agence officielle KCNA. Pyongyang "ne reculera pas d'un seul pas s'agissant du renforcement de [sa] puissance nucléaire", avant de menacer les Etats-Unis de leur "faire payer le prix de leur crime [...] un millier de fois".

■ Trump promet "feu et colère"

La Corée du Nord fera face à une puissance de "feu et de colère telle que le monde n'en n'a jamais vu" si elle renouvelle ses menaces contre les Etats-Unis, a promis en réponse mardi Donald Trump. "La Corée du Nord devrait ne plus proférer la moindre menace contre les Etats-Unis", a poursuivi le président américain lors d'une intervention à Bedminster (New Jersey). La même journée, le magnat de l'immobilier s'est aussi félicité sur Twitter de l'unité des pays tiers : "Après de nombreuses années d'échec, des pays se sont unis pour répondre enfin aux dangers posés par la Corée du Nord. Nous devons rester fermes et résolus."

■ Pyongyang menace l'île de Guam

La Corée du Nord a aussitôt répliqué ce mercredi en agitant la menace d'un projet de frappe sur l'île de Guam (Pacifique), un territoire américain. L'île abrite une base militaire américaine comptant un escadron de sous-marins, une base aérienne et un groupe de garde-côtes. Le projet de frappe pourra être "mis en pratique" à tout moment dès que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un aura pris une décision, selon un porte-parole de l'Armée populaire de Corée (APC), cité par l'agence officielle KCNA.

La Corée du Nord a accusé en outre les Etats-Unis de préparer une "guerre préventive". Toute mise à exécution de ce plan déclencherait "une guerre totale effaçant tous les fiefs des ennemis, notamment le territoire américain", a annoncé un autre-parole dans un second communiqué. Car la dictature ne tient pas secret son projet de développer un missile balistique intercontinental (ICBM) à tête nucléaire capable d'atteindre les Etats-Unis. Pyongyang serait parvenu à produire une tête nucléaire miniaturisée susceptible d'être montée sur ses missiles, rapportait mardi le Washington Post en citant des responsables des renseignements américains.

Statista Corée du Nord missiles

[Crédits : Statista.]

■ Trump vante l'arsenal nucléaire américain

Donald Trump a lancé ce mercredi sur Twitter une mise en garde implicite à la Corée du Nord. "Ma première décision en tant que président a été de rénover et de moderniser notre arsenal nucléaire", qu'il décrit comme "plus fort et plus puissant que jamais." Et de poursuivre : "J'espère que nous n'aurons jamais à utiliser cette puissance mais le moment où nous ne serons pas le pays le plus puissant au monde ne viendra jamais." Washington s'est dit prêt à faire usage de la force si nécessaire pour mettre fin au développement de l'armement nord-coréen, mais dit favoriser la voie diplomatique et l'adoption de sanctions.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2017 à 12:28 :
Je le sens mal …
Deux fortes têtes brulées qui se menacent à coup d’atome, dans un contexte d’un président US fraichement élu et de pays alliés et d’autres non.
Faut être stupide sur la longueur de ne pas ressentir ce qu’il risque d’arriver ? menaces de Pyongyang mi Aout nous sommes le 12 Aout.

JF… qui construit une fusée pour chercher une autre planète.
a écrit le 10/08/2017 à 15:04 :
Quand on vous dit que les médias participent a la peur, qu'elles lancent des rumeurs par hypothèses, qu'elles anticipent les réponses possibles, vous raconte une "belle histoire" et font des héros avec de sombres personnages vous pensez a du "complotisme" mais, vous constatez, en fin de compte, que c'est une réalité!
a écrit le 10/08/2017 à 11:13 :
Les coréens du nord n'ont sans doute pas oublié la guerre (1950-1953) qui a fait des millions de morts, pour la plupart civils, dans un pays qui ne représentait aucune menace pour la sécurité nationale US. Étranglés économiquement , sans possibilité d'accès aux marchés internationaux, ce pays sert d'épouvantail à la rhétorique guerrière de l'empire .
Réponse de le 10/08/2017 à 13:04 :
La Chine a tout fourni à cette Dictature Communiste pour en faire sa deuxième ou première dissuasion et épouvantail
Réponse de le 10/08/2017 à 13:21 :
Dictature Rouge à frapper IMPERATIVEMENT, avant que le gros bébé, frappe les eaux territoriales e l'ile U.S menacée pour mi-aout. La Chine et Russie menaceront. et c'est tout
a écrit le 10/08/2017 à 9:21 :
Ce n'est pas le peuple Nord Coréen qu'il faut éliminer mais la poignée de dirigeants excités, au Japon seul le peuple avait trinqué et non pas les chefs militaires.
a écrit le 10/08/2017 à 7:28 :
Quand le POTUS utilise le même vocabulaire que la propagande nord coréenne, tu te rends compte de l incroyable faiblesse des États Unis. Ce pays est malade, ça peut mal finir.
a écrit le 09/08/2017 à 20:20 :
Oh oh la la, il faut qu'ils se calment ces deux là !!
Il y a déjà eu des bombes nucléaires... après 70 ans il y a toujours des séquelles, la violence, la haine, la guerre ne seront jamais des solutions.
La colère est toujours un facteur qui est de mauvais conseil.
Il faut que les deux pays prennent du recul et réfléchissent plusieurs semaines pour après se concerter, il faut jamais agir sur la colère et la rage qui sont la porte ouverte à la haine.
a écrit le 09/08/2017 à 20:18 :
Un petit drone pour faire sauter le pion yang....
Réponse de le 11/08/2017 à 5:42 :
La mesure 평, qui se prononce piang en avalant le g(en langue coreenne) fait 3,3m2. Autant dire pas bcp. Alors faudra plus de drones.
a écrit le 09/08/2017 à 18:03 :
on ne voit pas pourquoi ils auraient besoin de ce milliard
quand on est communiste on n'a pas besoin d'argent; ceux qui en ont besoin subissent la methode beria, approuvee et appliquee par polpot honecker, et tous les autres bienfaiteurs du meme acabi
a écrit le 09/08/2017 à 17:43 :
Face à pareil danger, il faut bombarder DE SUITE tous les sites économiques, politiques, militaires. La Chine sera en colère, mais ne bougera pas. Tous les voisins du fou doivent etre protégés
Réponse de le 09/08/2017 à 19:37 :
Pardonnez moi mais vous voulez bombarder quel personnage : Kim ou Donald ?

Dans les 2 cas la Chine sera en colère ( alliés et partenaires commerciaux pour les 2 protagonistes ) et dans les 2 cas il faut protéger les voisins du fou ...
Merci de répondre !
Réponse de le 10/08/2017 à 1:12 :
Ce bébé Obèse démoniaque, doit etre lui et tout son système anéanti et éliminé, ou Guantanamo à vie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :