Etats-Unis : Jill Stein, l’autre candidate en course pour la présidentielle

 |   |  824  mots
Jill Stein fait un un discours au rassemblement des sympathisants de Bernie Sanders, lors de la deuxième journée de la Convention nationale démocrate.
Jill Stein fait un un discours au rassemblement des sympathisants de Bernie Sanders, lors de la deuxième journée de la Convention nationale démocrate. (Crédits : Reuters)
Hillary Clinton ou Donald Trump? Si le choix des électeurs américains semble centré sur deux candidats, Jill Stein, candidate du Parti vert compte bien faire entendre sa voix. Au risque, selon certains, de favoriser le candidat républicain.

On entend moins parler d'elle dans les médias européens mais elle est la seconde femme en course à l'élection américaine. Jill Stein, 66 ans diplômée de la Harvard Medical School est la candidate à la présidence américaine au nom du Parti vert qui tente de peser face aux autres grands candidats.

Durant ses vingt-cinq années de carrière en tant que médecin, Jill Stein a pris conscience des liens entre la santé des personnes et la qualité de leur environnement. Elle s'engage alors aux seins de diverses associations de défense de l'environnement et peu à peu son militantisme la pousse vers l'arène politique. En 2002 et 2010 , elle se présente pour devenir gouverneur du Massachusetts mais n'est pas élue, ce qui ne l'empêche pas de se présenter à l'élection présidentielle de 2012, où elle remporte 0.36% des voix. Quatre ans après, Jill Stein est pressentie comme la candidate officielle du Parti vert dont la nomination aura lieu le 4 août prochain.

Un "Green New Deal" pour restaurer l'économie

Qui dit candidate d'un parti vert dit programme de protection de l'environnement. Jill Stein propose pour cela son "Green New Deal", qui comme le fameux plan de Franklin Delano Roosevelt, a pour but de relancer l'économie, mais d'une manière verte. Sur le site de campagne de la candidate, le Green New Deal est explicité ainsi "Créer des millions d'emplois grâce à une transition énergétique durable à 100% d'ici 2030, investir dans les transports en commun, dans l'agriculture durable et dans la protection de l'environnement".

Au niveau social, La candidate propose un programme progressiste. Jill Stein veut protéger les minorités, elle évoque dans son programme les violences racistes policières fréquentes aux Etats-Unis contre lesquelles elle veut lutter en instaurant de plus nombreux contrôles. Par ailleurs, la candidate revient souvent dans ses discours sur la difficulté des étudiants américains à financer leurs études et souhaite garantir une scolarité gratuite dès l'école maternelle.

Pour une économie "plus juste", la candidate propose plusieurs réformes : un salaire minimum de 15 dollars de l'heure et cela au niveau fédéral, la fin de la suprématie des banques perçues comme "trop grandes pour échouer" ou encore l'assurance que Wall Street et les grandes entreprises paient leur juste part d'impôts.

"Jill Not Hill"

Alors que la candidate Hillary Clinton a été officiellement désignée candidate du Parti démocrate lors de la convention de Philadelphie du mardi 26 juillet, Bernie Sanders a clairement apporté son soutien à son ancienne rivale. Une mauvaise nouvelle pour Jill Stein, plus proche des revendications de Bernie Sanders qui craint de voir les votes du gouverneur du Vermont tomber un à un dans l'urne de l'ancienne secrétaire d'Etat.

La candidate écolo a alors déclaré qu'elle aurait préféré que le candidat Sanders poursuive le combat à ses côtés. Sur Twitter, le hashtag  "Jill not Hill" en référence au prénom de la candidate démocrate sert de rempart à Jill Stein pour inciter les électeurs de Bernie Sanders, déçus de sa défaite, à voter pour elle et non pour Hillary Clinton.

Jill Stein qui se dit contre le néolibéralisme, qu'elle assimile à la plupart des démocrates, se présente comme la candidate opposée à la corruption et à l'establishment. L'autre hashtag dont se sert la candidate du Parti vert est #Demexit, en référence aux révélations de Wikileaks sur le soutien du Comité national démocrate à Hillary Clinton. En bref, la candidate écolo mène une vraie guerre à son adversaire démocrate.

Du pain béni pour Trump?

Plusieurs médias américains ont dénoncé l'appel de Jill Stein à ne pas voter pour Hillary. Ils considèrent qu'elle pourrait favoriser le magnat de l'immobilier et candidat républicain Donald Trump. Le Washington Post titre même son article (sous une bannière de publicité pour le financement de la campagne d'Hillary Clinton): " Un vote pour Jill Stein est un vote pour Donald Trump, tout le problème est là". Pour le Boston Globe, l'idée est la même et le titre de l'article est sans appel : "Un nouveau coup bas pour Jill Stein".

Si certains craignent que les votes pour Jill Stein ne fassent perdre l'élection à Hillary Clinton et faire élire Donald Trump, de nombreux fidèles de Bernie Sanders comptent toutefois soutenir la candidate écolo. Le site Moveon.org qui avait soutenu Barack Obama en 2008, et qui s'était engagé pour Bernie Sanders, a désormais choisi de se mobiliser pour Jill Stein. Parmi les électeurs du sénateur du Vermont, il y a ceux que l'on appelle les "Bernie or brust" (Bernie ou rien) mais pour d'autres, Jill Stein reste un espoir après le retrait de Bernie Sanders, relate le site de abc News.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2016 à 9:50 :
"Si le choix des électeurs américains semble centré sur deux candidats[...]"
C'est sérieux comme affirmation ? Ridicule... Comme si la puissance économique et médiatique des 2 partis principaux laissait de la place aux autres candidats...
a écrit le 29/07/2016 à 7:12 :
A Citoyen blase.
Certes on vous a deja fait le coup. Moulte fois. Le jeu democratique en France n'existe plus.
Le mieux est d'oublier d' aller voter. C'est une arnaque, choisir entre ces bandits mafieux, non merci.
Réponse de le 29/07/2016 à 8:18 :
@matins calmes: pas du tout. Quand on est d'accord ni avec l'un, ni avec l'autre, on le dit en votant blanc. Le jour où 80% des bulletins seront blancs, les politiques seront bien obligés d'admettre qu'ils n'ont aucune légitimité :-)
Réponse de le 29/07/2016 à 9:52 :
"les politiques seront bien obligés d'admettre qu'ils n'ont aucune légitimité :-) "
Dans vos rêves. Ils se fichent de la légitimité, ils veulent juste le pouvoir. Ils pourraient n'être élu que par un suffrage, ça leur suffirait. Ils pourraient être nominé et non élu, qu'ils se sentiraient quand même légitime.
a écrit le 28/07/2016 à 18:05 :
Les médias français ne pensent que Démocrate et Hillary Clinton. Ils trouvent La communication d'Obama super génial, extraordinaire. Mais son bilan n'est pas à la hauteur de son charisme, il est tout petit. Les médias pensent que la totalité des minorités vont voter Démocrate. C'est d'après des amis américains une grave erreur. Il y a une minorité dans les minorités qui vote Républicain ou indépendant. Et ce de plus en plus pour le dernier cité. Toujours d'après eux l'Europe sous-estime les indépendants. Les américains souhaitent-ils vraiment une dynastie, une personne froide, calculatrice, experte en magouilles. Obama à la fin de son discourt n'a-t-il pas trop enfoncé la candidate? Prévoyons le pire pour ne pas être surpris par la victoire du candidat que veulent les américains. Et pas celle que souhaitent les médiats.
a écrit le 28/07/2016 à 17:58 :
Pas d'inquiétude, Hillary va la lui jouer comme Giscard avec Coluche, et elle va retirer gentiment sa candidature :-) Revoir: https://www.youtube.com/watch?v=2IJF4yoB0vw
a écrit le 28/07/2016 à 17:23 :
"Au risque, selon certains, de favoriser le candidat républicain."

On nous fait le coup à chaque élection, en France également, on nous sommes de voter pour le mal afin d'éviter le pire, combien de temps cette sémantique abrutissante aux conséquences dramatiques va t'elle encore durer ?

Madame Clinton mérite elle vraiment que l'on vote pour elle ? Non, elle est pieds et poings liés avec les milieux de la finance et quand elle sera au pouvoir ne fera rien contre la pauvreté qui gangrène la société américaine, elle s'en tape sauf pour sa réélection d'après.

Cette candidate écologique semble quand même bien plus seine et sereine que les deux poids lourds républicains et démocrates imposés par des élections américaines ploutocrates je ne vois pas ni pourquoi ni comment on pourrait blâmer en quoi que ce soit des électeurs sortant du dogme binaire statufié qui plonge les états et le monde dans toujours plus de chaos.

Ensuite peut-être que ça favorisera Trump mais ce dernier arrivé au pouvoir sera beaucoup plus nuancé c'est certain, aussi mauvais que Clinton c'est sûr également, et alors ? De quel droit cela autorise "certains", ceux dont l'intérêt est que Clinton gagne en fait, d'accuser les futurs électeurs de madame STEIN ? C'est honteux et cette manipulation, au fil des décennies est non seulement abjecte mais en plus alimentant ce qu'elle dénonce à savoir qu'à force de voter pour le mal contre le pire c'est le pire qui règne.

A pleurer.
Réponse de le 28/07/2016 à 19:12 :
@citoyen blasé: la "sémantique abrutissante" va durer tant qu'il y aura des gogos qui prennent pour argent comptant ce qu'on leur dit dans les médias. Et à mon humble avis, cela va durer encore longtemps :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :