Etats-Unis : le plan d'Obama pour encadrer l'usage des armes à feu

 |   |  650  mots
Si les mesures présentées ne suffiront pas à prévenir des fusillades meurtrières ni des crimes violents, elles sont néanmoins susceptibles de sauver des vies, a estimé le président américain.
Si les mesures présentées ne suffiront pas à prévenir des fusillades meurtrières ni des crimes violents, elles sont néanmoins susceptibles de sauver des vies, a estimé le président américain. (Crédits : KEVIN LAMARQUE)
Le président américain a annoncé mardi l'adoption par décret d'une série de mesures visant à mieux encadrer le commerce de ces armes. Il veut ainsi passer outre l'opposition du Congrès, dominé par les républicains.

Le mois dernier, la fusillade de San Bernardino, qui a fait 14 morts en Californie, a revigoré la polémique, ainsi que la détermination à agir de Barack Obama, favorable à un contrôle plus strict des armes à feu. Mardi 5 janvier, le président des Etats-Unis a dévoilé une série de mesures que la Maison blanche compte adopter en utilisant son pouvoir réglementaire.

Elles visent essentiellement à mieux encadrer le commerce d"armes à feux. Une loi fédérale déjà existante exige en effet que toute personne vendant de tels engins soit licenciée et procède à des vérifications concernant les antécédents criminels et la santé mentale des acheteurs. Les petits commerces ou les vendeurs occasionnels sont toutefois à présent exemptés de ces obligations. L'administration Obama veut justement combler cette lacune, explique le Financial Times, en étendant ces exigences aux ventes sur internet, dans des salons ou limitées à seulement deux armes.

Un système géré par le FBI

La Maison blanche vise d'ailleurs à colmater un autre vide juridique : celui qui a permis la vente sans contrôle d'armes dangereuses telles que des mitrailleuses ou des fusils à canon scié par des sociétés ou des entités juridiques, explique le journal anglo-saxon. Obama voudrait enfin améliorer l'efficacité du système de vérification des antécédents, géré par le FBI, en poussant les gouvernements des Etats ainsi que l'administration fédérale à l'alimenter avec les informations qu'ils possèdent. En 2015, ce système a reçu 22,2 millions de requêtes selon le FT.

La ministre de la Justice, Loretta Lynch, a noté que l'administration ne disposait pas d'une estimation du nombre de personnes susceptibles d'être concernées par ce renforcement des contrôles, rapporte Reuters.

Le droit de porter une arme à feu respecté

Lors d'une rencontre avec la ministre et d'autres conseillers, Barack Obama a souligné:

"Il s'agit non seulement de recommandations qui rentrent complètement dans le champ de mon autorité légale (...) mais également (de dispositions) qui jouissent du soutien d'une majorité écrasante d'Américains, y compris des propriétaires d'armes".

Si les mesures présentées ne suffiront pas à prévenir des fusillades meurtrières ni des crimes violents, elles sont néanmoins susceptibles de sauver des vies, a estimé le président américain. Il a toutefois déclaré que son projet serait respectueux de la Constitution américaine et notamment du deuxième amendement qui garantit le droit de porter une arme à feu.

Barack Obama s'exprimera plus en détail sur ces mesures à 17h40 heure française ce mardi. Il les discutera ensuite jeudi lors d'une émission de télévision sur CNN à 20h00 (02h00 à Paris), avant de tenir son discours sur l'état de l'Union le 12 janvier.

Hillary Clinton pour, Donald Trump contre

Le président des Etats-Unis avait déjà tenté de renforcer les restrictions concernant les armes à feu, notamment après la tuerie de décembre 2012 qui avait fait 26 morts (dont 20 enfants) dans école primaire du Connecticut, en décembre 2012. Il avait toutefois été bloqué par le Congrès, dominé par des républicains plutôt opposés à l'idée de restreindre la détention des armes. Pendant la dernière année de son mandat, il a donc décidé de passer outre en légiférant par décret.

La question sera donc sans doute cruciale dans le cadre de la campagne pour la prochaine élection présidentielle - qui se tiendra le 8 novembre. Hillary Clinton, favorite pour l'investiture démocrate, a salué le projet de Barack Obama, et fait savoir qu'elle prendrait elle aussi des décrets sur le contrôle des armes si elle devenait présidente. Certains candidats républicains, dont le favori Donald Trump, ont pour leur part promis qu'ils feraient annuler les mesures de contrôle des armes qui auront été prises par Obama.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2016 à 23:28 :
La propension des hommes politique a prendre les armes des honnêtes gens est incroyable!!
peur du bon peuple?
a écrit le 05/01/2016 à 19:49 :
Les USA veulent copier la législation française sur les armes ? Tout fout le camp ma bonne dame !
a écrit le 05/01/2016 à 13:41 :
Quid d'un plan pour encadrer les politiques, qui sont pour la plupart des grands caractériels ? En effet, à bien y regarder, dans l'Histoire, ils font largement plus de dégâts que les individus armés.
a écrit le 05/01/2016 à 13:30 :
Sauf que le plan Obama prévoit de désarmer les bons citoyens, car ceux qui commettent les crimes se contrefoutent des lois et savent où trouver des armes ! Quand on importe des problèmes, on ne peut s'en plaindre. La solution passe par le contrôle sévère des immigrés, que ce soit aux US ou en France, et non par la continuelle restriction des libertés individuelles :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :