Le Pentagone utilise toujours des disquettes pour gérer son arsenal nucléaire

 |   |  340  mots
La disquette a été lancée par IBM en 1967.
La disquette a été lancée par IBM en 1967. (Crédits : Pixabay)
Un rapport du GAO (l'équivalent de la Cour des Comptes) américain, a analysé les dépenses en informatique des différents ministères américains. La conclusion est surprenante car la plupart des systèmes informatiques sont archaïques et coûtent très chers à l'administration américaine.

Au sein du ministère de la Défense américain, la disquette, lancée par IBM en 1967, ne semble pas avoir subi la concurrence des nouveaux modes de stockage comme le CD, la carte mémoire ou la clé USB. Un rapport publié le 25 mai par le Government Accountability Office (GAO), révèle que le ministère de la Défense des Etats-Unis utilise des technologies obsolètes comme les disquettes pour coordonner l'arsenal de missiles balistiques et les bombardiers nucléaires.

L'ancêtre du CD continue d'être utilisé car les ordinateurs sur lesquels il est utilisé "fonctionnent toujours", rapportent les agences fédérales. L'outil est adapté au système informatique : des ordinateurs IBM Série 1 qui datent des années 1970.

Le matériel des agences fédérales du Pentagone est de plus en plus obsolète, explique le rapport du GAO. Certaines agences fédérales ont signalé l'utilisation de systèmes et de composants, qui, pour certains, sont vieux d'au moins cinquante ans. Le Bureau de la Gestion et du budget (OMB) a donc récemment lancé une initiative pour moderniser et remplacer les systèmes informatiques désuets du gouvernement.

D'autres ministères concernés

Le problème des "systèmes hérités" comme les nomme le GAO ne concerne pas seulement le Pentagone. Le ministère des Anciens Combattants, celui de la Défense et l'Administration de la sécurité sociale utilisent COBOL, un langage de programmation informatique développé dans les années 1950.

Des échéances ont été fixées entre fin 2016 et fin 2017 pour moderniser ces systèmes archaïques, rapporte le GAO. Mais certains ministères, comme celui des Finances, n'ont toujours pas défini de dates pour la mise en oeuvre de ces améliorations.

Sur la totalité des dépenses en informatique, celles attribuées à la maintenance sont évaluées à 75 %, au détriment des dépenses en investissement, rapporte le GAO qui estime que maintenir ces systèmes désuets est bien trop onéreux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2016 à 22:25 :
En premier lieu, l'illustration de l'article n'est pas correcte. Les disquettes utilisées par l'armée US sont des modèles 8 pouce, alors que celles figurées sur la photo sont des 3'1/2, beaucoup plus modernes.

Ensuite, le cobol n'a rien d'obsolète, on l'utilise encore couramment dans de nombreuses entreprises car c'est une technologie éprouvée, fiable et facile à maintenir. Je ne vois pas bien l'utilité de développer un moteur de comptabilité en java alors que le même système en cobol ne connaîtra jamais de problème de demise de framework, par exemple (on trouve couramment des sources cobol développés dans les années 70 et qui compilent pourtant comme papa dans maman sur des z-os contemporains).

Il faut arrêter de croire que toute l'informatique obéit aux mêmes règles, aux mêmes contraintes et sert les mêmes buts.
a écrit le 27/05/2016 à 22:17 :
"et coûtent très chers à" cher ? (mais "sont chers")
Dommage pour l'illustration, parait que ce sont des disquettes 8 pouces, comme on avait à l'Ecole (Chimie) en 1974. C'était cher ces trucs mais semble solide, durable. :-) Si ça peut aider j'ai encore deux boites de 5 1/4 encore emballées (sauvées de la poubelle pour mon "musée" de vieilleries).
J'avais entendu dire que pour la navette, ils cherchaient des puces (circuits intégrés 'simples') anciennes pour dépannage.
Pourquoi changer si ça fonctionne ? Ils ont perdu les sources des logiciels (sauvées sur cartes perforées), pas moyen de moderniser. :-) Et ça induira des bugs, fragilités, ...
Le problème est peut-être le départ à la retraite du dernier connaissant Cobol ? Comme Orange avec les centraux téléphoniques, le filaire, c'est fini, obsolète (et personne pour la maintenance).
a écrit le 27/05/2016 à 14:55 :
Perso, j'ai un serveur de 10 ans qui utilisent encore des disquettes... En effet, un intranet avec de BONS programmes n'a pas besoin de mises à jour. Et Linux 6.06 tourne d'enfer.
a écrit le 27/05/2016 à 10:44 :
on parle la de systemes securisés, qui doivent etre teste a fond et qui sont utilise pendant 50 ans. donc en admettant qu on developpe aujourd hui un systeme avec par ex des cle USB, dans 15 ans au mieux, celles si seront obsoletes et on aura le meme probleme !
Sans compter le fait qu un connecteur USB est bien moins securisable qu un lecteur de disquette (cf les exploits de la NSA dont on fait les frais les iraniens)
a écrit le 27/05/2016 à 10:42 :
Belle vision comptable totalement ignorante des contraintes.

Quand on maintient et on certifie une architecture c'est toujours comme ça que ça se passe.
Personne ne prendra le risque de toucher à ce qui marche et a été certifié surtout quand on parle de la sécurité nucléaire.

Sur le papier le comptable va dire ça coute cher prenez le dernier PC du marché ou tel soft.

La réalité c'est que ton système des années passées utilises certaines cartes et certaines puces avec certains protocoles et que changer une virgule est quasi impossible.

Certaines technologies ont coûté des milliards et personne ne peut se permettre de les modifier sans un projet concret qui couterait aussi des milliards

Dans un avion de combat un missile ou un sous marin lanceur d'engin tu assures la maintenance point ou tu fais un retrofit

Alors au final il faut payer la maintenance sur 50 à 60 ans...

Et c'est pareil en France.

Prenez un Rafale, il y a de fortes chances que l'avion reste en service 40 à 80 ans.
Et il a été conçu dans les années 80-90 ce qui en matière de technologie est un gouffre.

D'où l'importance de continuer à former les bons techniciens et ingénieurs en parallèle.
a écrit le 27/05/2016 à 9:15 :
Une disquette à l'avantage de résister à un pic de rayonnement électromagnétique et n'a pas de firmware dans le ventre contrairement à une clé USB.
a écrit le 27/05/2016 à 0:08 :
..."La conclusion est surprenante car la plupart des systèmes informatiques sont archaïques..." Pourquoi serait-ce surprenant ? parce que c'est les "States"
?????????
C'est pénible de croire que les USA sont les "best of the best" dans tous les domaines !! la propagande télévisuelle marche à fond, et depuis longtemps !!
Si vous saviez dans quel état est le système de controle aérien américain !!! ils ont telllement de procédures que faire évoluer l'existant est ingérable !! et quand un expert américain visite le centre de controle de Mexico,mis au gout du jour en 1994 et en évolution permanente depuis (hard et soft), il reste bouche bée..comme un con !!!
a écrit le 26/05/2016 à 21:21 :
Il me semble que c'est la même chose pour les centrales nucléaires. Le gros avantage est que c'est du matériel peut-être pas dernier cri, mais très et éprouvé
Réponse de le 27/05/2016 à 5:06 :
Les bobos voudraient tous mettre en ligne
Les disquettes c'est le top de la sécurité
a écrit le 26/05/2016 à 18:46 :
Le GAO, et beaucoup de journalistes, semblent ignorer qu'il y a un marché mondial des composants électroniques obsolètes extrêmement dynamique. Ces composants se disputent à prix d'or entre les grands systèmes d'armement mondiaux, également les relations gouvernementales et autres environnement ultra-sécurisés. Le but est d'avoir un hardware qui représentera un mur pare-feu physiquement infranchissable et hors de portée du premier hacker venu... Ce négoce représente mondialement plusieurs milliards de dollars... Le GAO devrait d'abord rechercher les mots-clés sur Google "négoce des composants obsolètes", cela lui ouvrirait les yeux. La question a été soulevée il y a plusieurs années par l'ONG POGO à Washington DC...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :